Tableau d'honneur

  1. Christian Chelman

    Christian Chelman

    La Chambre des Secrets


    • J’aime

      89

    • Compteur de contenus

      6 454


  2. SébastienO

    SébastienO

    Membres


    • J’aime

      64

    • Compteur de contenus

      824


  3. Thomas

    Thomas

    Administrateurs


    • J’aime

      52

    • Compteur de contenus

      7 282


  4. Gilbus

    Gilbus

    Membres


    • J’aime

      50

    • Compteur de contenus

      3 132



Popular Content

Showing most liked content since 24/05/2017 partout

  1. 9 likes
    Je travaille autant pour les "moldus" que les "Sorciers" et même les Experts - qui est une catégorie à part. Les tours sont exactement les mêmes pour les deux publics (parfois mélangés), mes routines sont construites sur plusieurs plans. Travailler la technique, les scénarios, les objets, et réfléchir sur la magie, permet d'augmenter la qualité du travail pour toutes les catégories. Je dirais qu'il existe surtout 4 types de magiciens: les branleurs qui achètent le premier tour à la mode pour le présenter mal le soir même, l'amateur éclairé qui va étudier les bases de son art et le peaufiner, le professionnel qui fait du truc pour gagner sa croûte et se tape complètement de l'art magique, et l'artiste qui peut être amateur ou pro mais qui va pousser la réflexion très loin et faire avancer l'art dans de nouvelles directions. La seule manière de se faire une opinion sur eux, c'est de les voir travailler pour un public. N'hésitez donc pas à poster des vidéos avant de donner des opinions ou de vendre des séminaires... Ce sera un premier pas dans la bonne direction.
  2. 9 likes
    Bonjour à tous et à toutes, J'aimerai discuter avec vous d'un sujet qui m'intéresse beaucoup pour le moment et d'avoir vos idées/propositions: Comment rendre plus "magique" ou plus "intriguant" des tours "plus simples" que les gros tours "arrachage-de-rétine-tellement-c'est-visuel" ou "oh-mon-dieu-seul-un-démon-peut-faire-ça" Vous allez me répondre -Par la présentation of course jeune padawan- et justement j'aimerai partager des idées sur ce sujet épineux. La présentation étant tout d'abord une question de gout et de personnalité je vais vous parler de ce que j'aime et déteste Je fais surtout de la magie mentale et je suis un grand fan des tours style ACAAN, do as I do, "self working" tricks, OOTW,... . Quand je présente, je parle d'expérience genre "nous allons expérimenter un peu sur l'influence que nous pourrions avoir les uns sur les autres" en faisant un do as I do. Par contre ce que je n'arrive pas à faire ou même à voir/supporter c'est les longues histoires allembiquées, je n'en peux plus des "j'ai trouvé ces curieux objets dans le grenier de mon grand père" "j'ai été dans cette boutique de magie au fond de la Chine où ce vieux monsieur..." "Nous avons les Rois partis en croisade...". Pour certain ce style leur va parfaitement. Moi pas. Alors comment mettre du mystère dans ses tours sans raconter une histoire abracadabrante de 10min et sans inversement faire du "David Blaine-like" à la limite de l'autisme? Pourquoi je pose cette question? Très simple, prenons Angle Z de Daniel Madison, c'est "straight to the point": une carte est sélectionnée, déchirée et le coin apparait derrière une vitre. 0 Présentation - Effet 100% Maintenant prenons CAANDY de Chris Mayhew (sorte d'ACAAN), tour que j'affectionne pour toute la réfléxion à avoir ou Diploplia de Paul Vigil (le spectateur trouve notre carte pensée), tour difficile mais tellement band... De quel tour me parle t'on encore des années après? bah le coin déchiré derrière la vitre. Les autres tours? ils s'en rappellent plus du tout et il faut que cela change. Alors comment les rendre mémorables? Première idée J'ai regardé la vidéo de Tony Chang sur MagicStream sur laquelle il explique que nous cherchions trop d'excuses à tout ce que nous faisons ou à nos "gimmiks" et il propose d'être plus honnête dans sa présentation. Il donne comme exemple un tour très visuel mais nécessitant une longue préparation préalable, la plus part des gens débuteront le tour directement en disant "sélectionnez une carte/ mélangez/ coupez/.... et la hop elle se transforme", lui propose d'être honnête en faisant cela "J'ai un effet impressionnant à vous montrer, c'est mon plus beau tour mais avant de vous le montrer il nécessite un peu de préparation" il fait sélectionner la carte, réalise les mélanges et les coupes ect puis dit "maintenant je vais pouvoir vous montrer ce tour intriguant", en faisant cela il vient de minimiser toute la première partie comme étant de la simple préparation puis concentre l'attention du spectateur ainsi que sa présentation exclusivement sur le climax. J'ai testé ça avec un de mes tours préférés de John Bannon, Sort of psychic, tour puissant lors duquel le spectateur grâce à son intuition coupe exactement sur une carte pensée préalablement. Le problème de ce tour est une longue partie de préparation que j'avoue est très difficile à rendre "passionnante" pour le spectateur. Voici ce que ça a donné: "J'ai une expérience assez intriguante à te montrer au cours de laquelle j'essaye de démontrer que lorsque nous pensons fort à quelque chose comme une carte par exemple, ça influence nos faits et gestes et nous permet de réaliser des choses inatendues, mais je ne peux pas te faire ce tour comme ça, faut un peu d'echauffement mental, donc avant de te faire ce tour ça te dit qu'on teste ton intuition?" "on va prendre un paquet plus petit et tester ça, pense juste à une de ces cartes"... puis je commence la phase de préparation. Une fois la phase préparatoire terminée on peut temporiser, parler d'autre chose puis revenir au tour en lui même. "Maintenant je peux te montrer le tour dont je te parlais. Pense à une carte du jeu, tu as toujours en tête la carte de tout à l'heure? parfait garde bien cette carte dans ta tête" Pim Paf Pouf Climax. En ayant séparé la préparation du climax je pense que le tour n'en devient que plus impressionnant et mémorable et minimisant totalement la première partie. Deuxième idée J'ai trouvé sur le blog The Jerx le concept du Imp que je vous invite à lire ici The pulp fringe imp et white noise imps. J'ai du mal à trouver un mot français pour caractériser ce concept que j'appelerai donc "ce qui crée la magie", pour l'expliquer grossièrement, il dit en avoir marre des magiciens qui claquent des doigts au-dessus du paquet ou qui utilisent un bic comme baguette magique alors que ce moment qui crée la magie pourrait être clairement mieux réfléchi. Comme exemple pendant un tour lors de moment clés, il pose une malette sur la table sans mot dire, il l'ouvre discrètement, on voit de la lumière très forte jaillir, il pianote dedans et la referme. Pas de mot, pas d'histoire, juste un objet intriguant qui est utilisé aux moments clés. Le reste est laissé à l'appréciation du spectateur. Comment utiliser ce concept? Quel type d'objet pouvons nous utiliser? Faut-il donner un sens à ces objets? Mais ce faisant ne partons nous pas dans la magie bizarre? Pour trouver de l'inspiration pour les objets j'ai pensé à une des meilleures séries pour moi et je cite The Lost Room dans la quelle une petite quantité de gens se battent pour la possession d'objets provenant tous d'une chambre d'hotel des années 50-60, objets qui présentent tous une caractéristique magique. J'ai testé ce concept avec le tour de Chris Mayhew CAANDY au cours du quel j'explique qu'ils doivent surtout pas se laisser influencer pour leurs choix mais que quoi qu'ils fassent je tenterai de les influencer. Et là, sans rien dire, je pose une petite besace sur la table et sors un anneau très simple que je passe au doigt puis je commence le tour. "Penses à n'importe quel nombre entre 1 et 50. Comme par exemple 21, 21 c'est bien non? Tu es libres de penser à n'importe lequel de ces nombres mais surtout 21. Ne te laisse pas influencer, tu peux choisir totalement librement 21 par exemple, à quel nombre tu penses?" "26" "26 ou 21? Veux tu changer d'avis?" et pendant ce temps je fais délibéremment tourner l'anneau avec mon autre main comme si j'utilisais cet anneau pour influencer. Climax du tour, je range la bague. Et ce que ça a fonctionné? oui et non. Les gens étaient suspicieux concernant la bague, ils me posaient des questions par rapport à elle mais je ne pense pas que ça ait forcément rendu le tour plus mémorable. Intriguant? certainement. Mais plus mémorable peut être pas. Donc j'ai pensé comment incorporer ce genre de choses de manière plus "moderne" avec plus de sens me permettant de baser mon tour sur ces "objets" ces "imps" sans forcément créer des histoires allambiquées? L'idée m'est venu d'incorporer beaucoup plus mon téléphone. Exemple: j'ai imprimé un vieux poster style rock anglais année 60, j'ai dessiné au marqueur en petit deux cartes (9 de carreau - 3 de trèfle), j'ai collé ça dans ma cave et pris une photo de l'affiche. Puis je fais le tour du Gemini choice de Jonh Bannon. Je montre tout d'abord la photo au spectateur en lui disant "c'est un peu curieux mais je vais te demander d'observer ce poster et de bien marquer ta rétine avec cette image, ne me demande pas ce qu'elle représente, ne me demande pas d'où elle vient juste observe la attentivement". Puis je fais le principe Gemini. On découvre que le spectateur à sélectionné le 9 de carreau et le 3 de tréfle. "C'est vraiment fou que ça marche à chaque fois quand même, la légende du web disait vrai. Tiens fais un gros plan sur l'affiche et regarde" Climax. On incorpore un objet dont l'origine n'est pas discutée, on sous-entend une légende du web mais sans racontrer trop d'histoire, c'est clair net et précis sans frioriture et intriguant. Mémorable? peut-être. Du coup on se rend compte qu'on peut utiliser de multiples sources via son téléphone: utiliser ces fameuses vidéo youtubes responsables de légendes urbaines du web comme cette vidéo d'homme masqué qui a été diffusé sur des chaines à chicago dans les années 80, ou comme ces vidéos bizarres de mec avec masque à gaz en russie. On peut créer un faux compte instagram avec des photos mystiques censées influencer le choix des spectateurs. On peut utiliser les sons comme proposé par Andy (The Jerx) lors de l'utilisation de bruit blanc. Bref je pense qu'on peut ajouter beacoup d'éléments "particuliers" et "intriguants" dans nos tours de base sans forcément devoir écrire un roman pour présenter le tour. Les objets ou photos présentants apportant ce petit plus "magique" au tour. J'aimerai avoir vos avis sur vos présentations, quelques sont vos astuces? comment écrivez vous ou comment boostez-vous vos tours? utilisez vous des objets? Avez vous des sources intéressantes (livre, blog, autre,...) traitant de ces sujets? Ou avez vous des concepts propres? Je suis ouvert à la discussion et au partage Au plaisir de vous lire
  3. 9 likes
    Je ne dirais pas que c'est mauvais. Pour ma part plus je regarde la démo plus j'aime bien. Mickael n'a jamais prétendu faire de la magie pour magiciens. J'ai souvent l'impression que parce que les magiciens flash un truc ou "devine" le principe cela devient un "mauvais tour" (et pas qu'avec les tours de MC). Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation trop régulière du forum. Pour ma part je peux même aller jusqu'à dire que les effets de mon répertoire pro qui ont le plus d'impact sur le public ce sont des effets bien "mauvais" point de vue astuce ou technique. Le public lambda veut du flash, du visuel, du simple à comprendre.. je suis désolé de le dire néanmoins les effets de cartes où il faut faire des tas, compter ceci ou cela, ne pas oublier la carte planqué dans la boîte, la pièce magique,.. (hein quoi?) Ben oui ça existe ce genre d'effets, on comprend que dalle et c'est pas forcément dans le sens magique du terme.. Le public s'en fou d'ailleurs, c'est, au mieux, un casse tête. Ici, MC propose quoi? Une jolie carte à la boîte au final: on a une carte signée, un gag, une disparition visuelle et une réapparition d'abord sonore puis visuelle également et le tout correctement justifié. C'est top pour des profanes. A part les magiciens, quelle personne va tiquer le contact bref entre le jeu et l'étui? (Je sais de quoi je parle, avec Tool j'ai jamais été grillé en 1432,3 présentation d'effets avec et c'est exactement le même genre de technique..) Encore une fois, bref!! Oui on a un dérivé de Tool (en apparence), il y a une disparition en plus et certainement un truc en moins à gérer.. (oui oui, avec Tool le final serait plus short à gérer dans la configuration de Tool. Comprends qui pourra ) Donc, l'effet n'est pas mauvais. Ou seulement du point de vue magicien car après 1500 effets qui sortent chaque année on commence à être difficile à surprendre.. et en plus on connaît le style de MC, donc on part aussi avec une connaissance de ses astuces. Faut il pour autant penser que cela n'en vaut pas la peine? Si vous bossez avec un public lambda vous devez savoir que c'est le genre d'effets que les gens adorent. Moi avant d'être magicien je n'aurais jamais pensé qu'on pouvait planquer des aimants dans une carte, qu'on pouvait activer un système de pliage de carte secret, ou bien que le lapin était déjà planqué dans le chapeau.. Laissons nous encore un peu rêver de temps en temps.. cessons de comparer nos testicules pour savoir qui connaît les trucs ou non.. c'est pénible et les débats n'avancent pas!!! Et surtout, admirons MC un peu quand même car si toute ses sorties ne sont pas toute top top, il faut reconnaître au monsieur qu'il assure toujours au niveau de sa créativité après toutes ces années. A bons entendeurs, Salut!!
  4. 9 likes
    Comment je suis devenu « MAGICIEN ». Dans mon enfance dans les années début 70, je vivais à l’époque en Tunisie. Dans cette période hormis la grosse radio qui occupait à elle seule tout un coin de la salle, tous les médias n’existaient pas encore du moins comme la télévision était dans quelques rares foyers, avec une seule chaîne diffusant de 19 heures à 22 heures maximums. Pour téléphoner, il fallait passer par une opératrice postale qui branchait la ligne avec un l’interlocuteur. Rassurer vous, ce n’était pas non plus l’époque des cavernes. Tous ce vide social et intellectuel était à l’époque encore occupé par les charlatans sous plusieurs déguisements, voyants, guérisseurs,… : les uns utilisaient des textes divins, dérivés de la religion pour accomplir des miracles, d’autres dans des temples appelés Marabout donnant des offrandes sous une atmosphère rituelle. Marabout, Lieu dans lequel est enterré un « Saint » à qui on fait des offrandes pour guérir une maladie grave, ou pour donner de la fertilité et avoir des enfants mâles, pour une célibataire de trouver un mari de « bonne famille ». Dans ma ville natale Hammamet en Tunisie, le Marabout Sidi Bouhdid : Le Saint Protecteur des pécheurs et des attaques maritimes, comme le célèbre Barberousse, ou les Maltais… Ce lieu s’est transformé en « Café-maure » touristique très réputé où l’on vient surtout pour admirer le coucher du soleil avec thé à la menthe. Ci-joint une vidéo que j’avais réalisée du lieu en question : A cette époque et pendant mon enfance, ce qui m’a le plus marqué ce sont les Voyantes ambulantes habillée en bédouine qui rodaient dans les rues de la ville en criant d’une voix aigue et chevrotante : « TAKEZA, TAKEzaaaa… » (Voyante). Ces femmes avaient une logorrhée et un bagout débitants répondant et résolvant avec miracle, tous les malheurs de leurs clients en détresse. Elles avaient comme instrument non pas une boule de cristal, mais un morceau de plomb (récupéré dans les vieilles tuyauteries). Ce dernier est chauffé et liquéfié dans une petite casserole, puis jeté dans un récipient contenant de l’eau froide. Le plomb en se solidifiant instantanément, prend une forme solide aléatoire. La Voyante (La TAKEZA), interprète ces formes pour prédire tout ce que la victime demande. Pour moi, ces phénomènes étaient paranormaux. Avec mon esprit cartésiens qui cherchait une explication à tout, la question était : Comment peut ‘on prédire et connaitre un événement qui ne s’est pas encore déroulé dans le temps ? Dés mon jeune âge, il me fallait trouver une explication logique à un phénomène de mentalisme. Dans les Marabouts, il y avait aussi un ou plusieurs danseurs masqués habillés en « Vaudous » qui dansent sous un rythme de tambour qui reproduisent les battements cardiaques. Ces sons, sans doute par leurs caractères infra soniques, pénètrent directement dans nos tripes et donnent une sensation bizarre. Les spectateurs les plus sensibles et vulnérables entrent dans un état second de transe et commencent à danser en tremblant souvent jusqu’à en perdre connaissance. Ces phénomènes, illogiques dans mes esprits m’ont beaucoup intrigué. Il me fallait trouver une explication. Comment une personne normale, pouvait ‘elle tomber dans un état hypnose? Toutes ces questions sont restées en moi sans réponse. Entre autres, je me posais aussi d’autres questions concernant des phénomènes physiques. Par exemple, un jour sur un bateau, je me suis posé la question suivante : Pourquoi quand je saute et je bondis, pendant ce laps de temps où je suis suspendu dans l’air, alors que rien ne me lie au bateau qui continu à avancer, je ne me retrouve pas dans la mer ? J’ai eu la réponse dans les cours de physiques, car en sautant, j’avais déjà une vitesse initiale qui est la même que celle du bateau… Avec le temps et en découvrant « La magie » non pas « noire mais sous son angle le l’art de la prestidigitation, j’ai compris qu’en définitive, la vraie magie n’existait pas (j’avoue ma déception). Et tous ceux qui prétendent de l’être sont souvent des charlatans mercantiles ou à la recherche de pouvoir… J’ai découvert dans les années soixante dix le journal « PIF GADGET » qui a joué beaucoup dans mon développement logique avec les jeux et les gadgets (voir photos ci-dessous). J’insiste pour remercier la rédaction de l’époque de ce journal, car je le rappelle, je vivais dans un pays « pauvre » ou même les jouets pour enfants n’avaient pas place dans le commerce. Dans ce journal, et par moment, il y avait des tours de magie que je dévorais pour apprendre le secret. Mais comme il n’était pas facile voire impossible pour moi de se procurer du matériel de magie, j’ai donc appris à fabriquer tout ce dont j’ai besoin moi-même. J’ai découvert aussi le bricolage comme autre passion. Pour anecdote : mon premier « FP » était fabriqué avec un bouchon métallique d’un flacon de parfum. Pour lui donner la couleur chair, je l’avais entouré avec un Pansement Sparadrap. Ce gimmick fonctionnait à merveille. Ma passion pour la magie était connue de tout mon entourage, il faut avouer que pour l’époque et le lieu c’était une passion assez particulière dans un monde sociétal hostile où la superstition guidait la vie de tous les jours. Pour certains religieux, faire de la magie en dehors du code sacré relève de la mécréance de Dieu et la collaboration avec le diable. Malgré tout ces obstacles, j’ai pu apprendre avec le temps des petits tours à droite et à gauche. Je notais tous les tours dans un petit cahier (voir photos ci-dessous). J’avais eu de la chance d’avoir eu un frère aîné qui par son métier pouvait voyager (pilote d’avion). Il m’avait offert un coffret de magie du Magicien Kassagi : Magie 2000. Ce qui m’a le plus aidé dans cette discipline, c’est d’avoir connu dans ma période d’adolescence, un promoteur immobilier qui était passionné aussi de magie. Comme il avait les moyens financiers, il s’est abonné à la boutique de Mayette Magie. C’est avec lui que j’avais découverts mes 3 premiers vrais livres de la magie : Cours Magica de Robert Veno , Les Merveilles de la Prestidigitation de G. Kaplan et Théorie et Pratique de l’Hypnose. Ces ouvrages étaient pour moi une bible de la découverte du monde magique. Dans mes temps libres hors des études, je passais du temps à fabriquer et à reproduire tous les tours que j’apprends. Mes présentations de spectacle étaient toujours locales, soit dans mon entourage direct, dans le collège, lycée, dans les hôtels, les colonies de vacances. Puis, depuis l’année 1984, je suis venu en France pour faire mes études de médecine et là, j’ai pu encore m’améliorer dans cet art. Pour résumer, contrairement à beaucoup, je n’ai pas découverts la magie en tant que art de spectacle, mais en tant que magie noire. J’ai été beaucoup marqué par les charlatans qui ont abusé de la naïveté ou de l’ignorance de la société dans laquelle je vivais. J’ai donc milité en apprenant cet art dans le sens de lutter contre les forces occultes et dire que finalement il y a toujours un truc. En 2010 après les événements en Tunisie du Printemps arabe, j’ai été choqué par la récidive et recrudescence des charlatans qui sous couvert de la religion, replongent la société tunisienne dans la croyance de la magie noire. Je me suis rendu alors compte que le combat est loin d’être fini. (Pour ne pas rallonger la publication, dans les commentaires , je vous raconterai quelques anecdotes amusantes que j’ai pu vivre en rapport avec la magie).
  5. 8 likes
    Mais j'en refais'une quand même
  6. 7 likes
    A priori ils ont cartonné ! Bravo à eux !!
  7. 7 likes
    Je vous prierai de cesser vos règlements de compte et revenir au sujet , si vous avez des choses plus ou moins personel à vous dire : dites les ! Mais en mp svp. Merci de votre compréhension . Bon week end à vous tous .
  8. 7 likes
    J’ai une grande affection pour Jean Merlin : je suis l’un des nombreux enfants de Mad Magic, et je pense (j’espère) le lui avoir déjà dit... A ce sujet, je suis toujours redevable à Jean d’un long dîner onéreux sur Paris, j’espère rapidement éponger cette dette. J’ai lu son long texte Aloha et quelques passages m’ont chagriné. Pas Merlin lui-même, car il dispose, par son statut et son histoire, d’une immunité diplomatique, à vie. Mais plutôt par son constat. Jean (et il ne semble pas être le seul) semble chercher un successeur à tous ceux qui ont marqué (et qui finalement ont fait) la magie du 20ème siècle. Hélas, l’époque actuelle n’est pas à la « succession ». Les paradigmes changent, les canaux de diffusions changent, le rythme et le niveau d’attention changent. Quand Dai Vernon choisit de s’installer à New-York dans les années 20, New-York devient « the place to be » et les meilleures idées magiques de cette époque, dont nous nous servons encore, naissent de ce lieu. Quand, dans le courant des années 60, Dai Vernon choisit d’émigrer sur la côte Ouest, tous les créateurs et gens important du moment décident de le suivre, et Los Angeles devient « the place to be » et les meilleures idées magiques des années 70-80 naissent de ce lieu, toujours autour de cette cet émulateur vernonien. Il n’y aura pas de « successeur » de Dai Vernon. Ou plutôt, il y en aura une infinité : importe quel jeunot équipé d’une webcam et d’un bon sens du cadrage, où qu’il soit sur la Terre entière, a le potentiel de devenir le prochain Dai Vernon. Ce qui fausse la réflexion, c’est que Jean Merlin et quelques-uns sacrés-chanceux-de-leur-race-je-vous hais ont passé du bon temps avec les Vernon, les Kaps, les Goshman et al. Ils ont pu les voir sortir l’artillerie lourde à 3h du matin, après la deuxième bouteille de whisky. Ils ont eu la chance d’être partie intégrante de ces éclats de rire, de ces moments de complicité, de clins d’œil respectueux et de ces instants de magie, bon sang de magie. Ce sont indiscutablement des moments rares et sacrés, et ces moments, ils ne les retrouveront sans doute plus. Et Zut. Que reste-t-il ? On démissionne ? Ou l’on fait un tour d’horizon de ce qui se fait en magie aujourd’hui ? Que penserait Kaps s’il voyait « Nous, rêveurs définitifs » au théâtre du Rond-Point, devant tout le bon peuple et l’intelligentsia parisienne, réunis en un seul lieu ? Soyons honnête un court instant, car Kaps l’était : il serait sur le c*l. Que diraient Annemann ou Alexander, s’ils voyaient Derren Brown sur scène chaque soir devant 1800 spectateurs payants ? Soyons honnêtes, ils diraient « Quel talent, quelle présence ! Dommage que tant d’artistes risquent de copier servilement son style ». Que penserait Vernon s’il assistait à « In And Of Itself » de Derek DelGaudio à New York ? Il ferait peut-être comme David Williamson ou d’autres très-très-très grands noms de notre discipline, qui ont vu le spectacle et ont littéralement fondu en larmes à la fin : c’est un spectacle unique dans l’histoire, qui de l’avis presque général, rebat les cartes et redéfinit en quoi la magie est plus que jamais pertinente en 2017 (mon degré d’objectivité en la matière est proche de zéro, mais je suis loin d’être le seul à énoncer cette vérité). Nos « successeurs » de Kaps, Vernon, Goshman, ils sont déjà là. On les connait déjà, ou on devine ceux qui sont en train de le devenir : ce sont finalement tous ceux qui cherchent à raconter quelque-chose avec leur magie, qui débarquent sans prévenir avec leur univers, leur tronche, leurs voix, leur ordre et leur chaos, leurs anges et leurs démons. Le débinage ? Je suis tellement content de pouvoir annoncer à Tonton Merlin (qui veille !) qu’il n’a jamais eu tort : le débinage n’existe toujours pas. J’attends toujours le magicien qui pourra démontrer à quiconque (devant un juge, ou pire, devant un forum internet) qu’il a moins travaillé à cause du débinage sur Internet. Examinons le cas David Copperfield, l’une des toutes premières cibles du Magicien Masqué (quelqu’un se souvient encore de qui c’est ?) et de Jordan M., jeune youtubeur acnéique, puceau et en mal de reconnaissance : en 2016, Copperfield a effectué 638 spectacles, soit plus de 450 000 spectateurs qui, payant leur place quelque 100$, ne devaient sans doute pas se dire que « la magie c’est facile, j’ai vu le truc sur YouTube ». Et pourtant, certains secrets y sont bien. Le constat de Merlin, posé il y a 279 ans (peut-être moins) est toujours pertinent : si un magicien s’auto-limite au « truc » qu’il emploie, il est évident qu’il se sentira désemparé si son « truc » est éventé. S’il y a autre chose que le "truc", et bien... il y a autre chose. Et vous commencez à rentrer dans le vif du sujet. Et le débinage n’est plus un problème. Et donc, comme ça ce soir, après la lecture de l'Aloah de Tonton Merlin, j’ai envie de lui lancer un défi : le défi de passer une longue soirée, où pendant la moitié du temps, on se remémorera la classe et le talent incommensurables des Kaps, des Pollock, des GoshRichiardiFechnerBongoConover, et vers minuit, on lèvera notre verre à leur héritage rendu intemporel grâce à... YouTube. Et puis, l’autre moitié du temps, sans doute jusqu’au petit matin, on explorera le travail de quelques nouveaux noms, certains évidement assez désordonnés et socialement instables, et affichant encore un peu d’acné et d’immaturité. Mais en futur-ex-vieux-c*ns, nous nous dirons peut-être : mais dis-donc, elle ne serait peut-être déjà pas là, la « relève » ? SC
  9. 7 likes
    bonjour a tous , j'ai demandé quelques conseils la semaine derniere , j'ai eu des idées sympa et j'ai donc sortie une nouvelle vidéo . le concept est de parler de notre vie de magicien avec humour ,donc voici l'épidode 6 / vous avez dit tricheur ? merci a woody ,chakkan , kynox ,andy scott , morphine 18 pour leurs regards bienveillant et leurs avis ... et bien sur Otto Wessely qui m'a conseillé de me mettre a poil ;-) ...
  10. 6 likes
    Oh oh quel benêt ce Tracassin... (C'est une petite taquinerie de pic-vert, rien de méchant d'autant que je suis complètement d'accord avec toi ) Bon ben au revoir ! Ah mais la barbe à la fin ! Et que l'on ne me tombe pas dessus en me reprochant d'être un anti-MC primaire car j'ai déjà soutenu MC dans sa démarche sur ce forum par le passé mais là c'est trop : ok, à chaque fois, Mickaël, tu t'en prends plein la poire, c'est dommage mais il y a des mauvais coucheurs partout, il faut faire avec. Cependant, si je suis au courant des "sorties de Mickael Chatelain", c'est surtout grâce à VM et à certains de tes inconditionnels qui diffusent l'info. En d'autres termes, VM est, bon an mal an, plutôt une bonne vitrine. Alors encore une fois, il est bien dommage que chacune de tes créations déclenche des polémiques mais ras-le-bol du "VM c'est tous des aigris qui font que critiquer, qui font pas le métier et qui sont méchants avec les créateurs". Quant aux magiciens, créateurs et j'en passe qui ne viennent plus ici, tant mieux. Y savent bien nous trouver quand ils ont un truc à vendre, ceux-là. Bien entendu, je ne mets pas dans le même sac les Wessely, Chelman, Tabary, Bakner et cie; eux sont nos camarades de forum, accessibles, ouverts et surtout contributeurs sans nécessairement avoir quelque chose à vendre. Et puis c'est drôle, tiens, mais lorsqu'on les vanne ou qu'on les bouscule un peu, comme on le fait entre potes, ben y s'énervent pas. Peut-être est-ce parce qu'ils interviennent régulièrement - pas seulement lorsqu'ils sortent un truc - et qu'ils savent qu'ils font partie des copains. Enfin, une dernière chose, si tu veux déjà échapper aux reproches à la con concernant le nom de l'une de tes créations, commence par éviter de la nommer du nom d'un tour déjà existant et commercialisé (mais qui vous conseille, vous les créateurs, sans déconner ?). My2Cents Woody
  11. 6 likes
    Mon premier tour d’illusionnisme : La téléportation En fin 1969, date à la quelle les télévisions étaient rares dans les foyers de mon village d’antan, ma mère avait cassé sa tirelire pour offrir à la famille une télévision. De marque Autovox , elle diffusait en noir et blanc, avec son boitier stabilisateur pour le protéger contre les variations de tension électrique. A cette époque les images télévisées en mouvement étaient déjà pour moi les plus beaux tours de magie que l’homme avait inventé. Depuis mon jeune âge, et malgré la rareté des programmes, j’ai pu découvrir pas mal de séries télévisées : Pour mémoire : Zorro (1957), Les incorruptibles (1959), Thierry la fronde (1963), Tarzan (1966), Star Trek (1966), Le prisonnier (1967), Les envahisseurs (1968), Manix (1975), Shaft (1973)… Malgré qu’à l époque je ne comprenais pas le français, je regardait quand même ces séries : Parmi, les scènes qui m’ont le plus marquées c’était la scène de téléportation dans la série « Star Trek ». Le téléporteur est probablement le gadget technologique le plus emblématique de l'univers de science-fiction de Star Trek imaginé à cette époque, en effet, c'est la seule série à avoir fait de la téléportation un moyen de transport courant. J’étais depuis mon jeune âge plutôt un enfant turbulent qui ne tenait pas en place et très farceur. Le téléporteur m’avait tellement intrigué que je cherchais déjà des explications logiques à ce phénomène. J’avais décidé alors de reproduire « ma téléportation » dans la rue de mon quartier, j’ai en quelque sorte depuis l’année 70 fait la magie des rues : « de la street-magie » sans le savoir. Pour comprendre le mécanisme de « ma téléportation » que j’avais mis en place : Les rues d’antan étaient architecturalement faites de maisons arabes collées les unes aux autres et ne comprenant que de rez-de-chaussée sans étages. Ce qui me permettait de grimper facilement sur les toits des maisons et traverser ainsi d’un bout à l’autre notre rue. Ma mise en-scène était la suivante : L’ air de rien, entrain de lire un livre, je m’installais au début de la rue contre un mur. Lorsqu’un passant ou plusieurs s’engageaient dans la rue, je leurs faisais remarquer inconsciemment ma présence soit en éternuant ou en toussant et ou en leur adressant un discret bonjour. Une fois mon niveau dépassé, et en m’assurant que je n’étais plus dans les champs de vision des passants. Je grimpais vite fait et en courant sur les toits des maisons du quartier que je traversais parallèlement tout le long de la rue. Puis je me réinstallais tranquillement contre le mur à l’autre bout opposé de la rue avec la même position en lisant mon livre assis au pied d’un mur. Mais là, quand le ou les mêmes passants arrivaient à mon niveau, je ne disais rien, je les laissais réagir devant cette impression « de scène déjà vu ». Les uns avec un regard interrogatif marquent un temps d’arrêt sans rien dire. Les autres me demandent si c’était bien moi qu’on venait de voir assis « laba »: à cette situation, je fais celui qui ne comprenait pas la question, cette situation augmente encore plus les interrogations d’un phénomène bizarre qui venait de se produire. C’est ainsi, que j’avais réalisé ma première illusion de Téléportation en plaine rue. Le seul inconvénient qu’à cette époque l’émission de caméra cachée n’existait pas encore. Par conséquent, j’étais l’unique spectateur de ma propre mise en scène. Ci-joint ma photo dans ma rue à Hammamet/ Tunisie en 1967
  12. 5 likes
    LES QUATRE COMMANDEMENTS DE L'ILLUSIONNISTE - 1) Faire ce que l'on ne dit pas. - 2) Dire ce que l'on ne fait pas. - 3) Ne pas faire ce qu'on dit. - 4) Ne pas dire ce que l'on fait. (Michel SELDOW : Les illusionnistes et leurs secrets)
  13. 5 likes
    Dear Jean, C’est intéressant, ce format de « lettre privée entre amis sur un forum public ». Il y a un côté voyeuriste assez réjouissant, et si ça permet de faire passer des messages... Je m’arrête immédiatement sur votre premier paragraphe car c’est, je pense, le plus important. C’est horriblement juste et injustement vrai : avec les années, le vieux magicien, expérimenté et apte à partager, semble se démonétiser. Et on dirait que meilleur il est, plus vite il se démonétise, le vieux magicien. Je me souviens de votre prose dans Mad Magic et dans Magicus, décrivant par exemple Goshman, qui après avoir été célébré toute la soirée, finissait un peu tout seul le soir, dans son coin avec son assiette et sa chemise approximative, sans que personne ne l'approche. J’ai moi aussi vu des grands de chez grands (inutile de citer de noms) finissant souvent isolés -et un poil amers- dans les congrès ou en fin de soirée, alors qu’ils avaient de quoi présenter 15 conférences Penguin. Pourquoi ? Est-ce que les magiciens d'aujourd’hui sont trop timides pour envoyer un e-mail à ces anciens ? Croient-ils que nos vieux cadors soient tellement débordés qu’ils n’auront jamais le temps de répondre à un petit cloporte qui ose venir les importuner avec une honteuse question de débutant ? Je vous donne la réponse pour gagner du temps : NON. Et je dirais même que plus ces vieux magiciens passent un certain cap (en âge, en expérience, en sagesse), plus ils CREVENT d’envie d’échanger et de transmettre, et plus certains d’entre eux souffrent de ne pas recevoir de demande explicite à ce sujet. Peut-être que les magiciens pensent que ces anciens seront encore là indéfiniment, vu qu’ils étaient déjà vieux il y a 20 ans. Hélas, tout le monde ne meurt pas à un âge Vernonesque. La jurisprudence Patrick Page, Ali Bongo ou Tim Conover (52 ans) montre que chaque magicien finit par mourir et emporte avec lui son bout d’histoire, son lot d’occasions manquées et quelques secrets perdus à tout jamais. Alors que si on leur avait demandé poliment... Si ce petit exercice de correspondance voyeuro-merlinesque pouvait servir à quelque chose, ce serait bien ça : chers lecteurs (both of you), dès que vous aurez lu ce texte en vous disant, éventuellement : « ah oui tiens, c’est vrai » tout en remuant votre verre de whisky grand âge, posez-donc ce verre (le whisky a attendu 15 ans, il pourra bien attendre un quart d’heure de plus) et envoyez un message (email, DM sur Twitter, Facebook) au vieux que vous aviez en tête depuis quelque temps. Message qui commencerait par « Bonjour, je m’appelle *** et cela fait quelque temps que je voulais vous poser cette question...». On n’est jamais à l’abri d’une réponse constructive qui pourrait changer votre façon de voir la magie. Second paragraphe du message de Merlin : le temps. Ah, le temps. Aujourd’hui, on commande son paillasson à motif « 4 as » ou sa tétine-quatre-vitesses sur Amazon, et on les reçoit le lendemain avant 17h. Et l’on trouve inacceptable de ne les recevoir que le surlendemain. En tout cas moi, je n’accepte pas. Un visuel de 15 minutes ? Trop long ! Un spectacle de 2h ? Impensable ! Et je me bats toujours pour que la plupart des spectacles sur lesquels je travaille fassent 1h30 au maximum. Derren Brown nous fait 2h30 et il y a toujours 45 minutes de trop, je suis loin d’être le seul à le penser. Une des phrases que David Copperfield laissera à la postérité : « Non. Coupe. Trop Long. On s’ennuie. Trop long. Coupe. Zzz. Simple. Moins ». Pourquoi ne pas voir cela comme une contrainte structurante ? Si un heureux mécène vous disait : « Faites un spectacle, je vous donne tout l’argent dont vous avez besoin, prenez tout le temps qu’il vous faut », il y a de fortes chances que le spectacle qui en découle soit une bouse monumentale. Et encore, s'il sort un jour, le spectacle. Parce que les placards de l'Histoire sont remplis de "spectacles parfaits qui sortiront un jour". Et puis, comme disait Ogilvy, si vous ne pouvez pas écrire votre idée sur le dos d’une carte de visite, c’est que vous n’avez pas d’idée. Coupez, clarifiez, connectez. Contrainte structurante = on n’a pas le temps, on n’a pas d’argent, on va donc faire un spectacle avec les tripes, on va donc faire un spectacle urgent, on va donc faire un bon spectacle. Aujourd’hui (mais est-ce si différent d’avant ?), faire un tour de magie à quelqu’un, c’est le plaquer virtuellement contre un mur en lui signifiant : ce que je vais te montrer, tu ne le verras ni sur YouTube, ni sur Netflix, ni chez Hanouna. Pose ton smartphone, regarde et écoute, tu vas être dedans comme tu n'as jamais été dedans. Certes, c’est peut-être plus violent et direct que le tour des trois boulettes de René Lavand, mais c’est l’époque qui veut ça. Mais il faut vraiment le voir comme un outil d'écriture : si ce que vous me montrez fait plus de 4 minutes, ça a intérêt à être 4 MINUTES VRAIMENT INTÉRESSANTES. Quelle est la première phrase ? Le premier mot ? La dernière phrase ? Et surtout, était-ce si différent des Goldin, Richardi, Henning ? Quand on regarde bien... On en vient à votre come-back, dear Jean. Car il faut bien en parler. Non pas que vous comptiez nous quitter, vous nous l’avez dit. Mais je parle du come-back du "Merlin’s Day, Whatever The Hell It May Be". Pourquoi ne pas recréer ce format music-hall qui vous est cher, pour un soir ? Une série d’intervenants la journée, un spectacle de cabaret le soir, ouvert au grand public (en réalité les amis, la famille et les connaissances que les participants pourraient facilement convoquer. Prix d’entrée symbolico-acceptable pour rentrer dans les frais. Tables rondes, chaises, bougies et consos également pour amortir, façon Cabaret (le musical). Un mini orchestre de trois musiciens pour accompagner les artistes ? Une figure de style, où des artistes d’aujourd’hui présentent leur numéro dans un rythme, look et tempo « d’autrefois » ? Et inversement ? Peut-être aussi définir un thème de journée qui permette à chacun de repartir personnellement avec quelque chose pour lui. Par exemple, apprendre à structurer efficacement un numéro, apprendre à jouer sur les silences et les reprises, trouver le thème et l’accroche, gérer les imprévus, bref faire en sorte que finalement chaque participant puisse apprendre comment mieux présenter ce qu’il sait déjà faire, en s’appuyant sur l’expérience de ceux qui présentent leur numéro tous les soirs devant un public... ainsi que quelques vidéos d’anciens. On en reparle au dîner ! Et contrairement à Kaufman, j’aime les pâtes... SC PS : Hors-sujet-mais-pas-hors-sujet : Preuve que les exemples du passé illustrent ce que la magie devrait dire aujourd'hui. J’adore partager ces deux vidéos de Fred Kaps, qui fait le MEME tour, mais à 15 ans d'écart. Dans les deux cas, la technique est irréprochable, mais 15 ans après, il a acquis la patine, la connexion avec le public : il prend son temps, bref il fait bien son tour. D'abord ça (seulement les premières minutes) en 1964 : chez Ed Sullivan, quelques minutes avant la première télé américaine des Beatles. La technique est parfaite, il est élégant, mais il est froid, pressé, et son tour de magie, on s'en fout un petit peu. Bref c'est un magicien de prix FISM. Et puis ça, fin 1978, ou comment il a tout compris. Il ne prend pas beaucoup plus de temps, mais il est infiniment plus humain, il est vulnérable et attachant, il marque les temps et les silences :
  14. 5 likes
    Hello tout le monde! Ma petite contribution au sujet, pour donner envie (ou pas) à ceux qui s'y intéressent! Pour situer, je ne suis pas du tout connaisseur en jeu mémorisé. J'avais appris le stack de Tamariz (mnemonica) un peu pour le fun l'an dernier, mais sans jamais le mettre en application, puis je l'ai oublié faute de l'utiliser. Ceci dit, clairement, une curiosité pour le principe. Je me suis intéressé et du coup ai acheté le bouquin de Redford. Je n'en ai absolument pas fait le tour, loin de la, mais j'ai lu les parties du livres qui m'intéressaient et pour ce que j'ai pu en découvrir... j'adore!!!! Je vais pas faire de résumé du contenu en terme de techniques, tours, chapitres, etc, d'autres l'ont fait de manière assez précise sur le café. Qu'est ce que ce stack apporte par rapport aux autres??? Pour faire simple, il y a une chose qui m'a décidé à me lancer dans cet ouvrage, une seule chose, et c'est la possibilité de prendre un jeu mélangé, et de le classer facilement, en 6 passages des cartes et quelques mélanges à la française. Et ce n'est pas compliqué du tout!! Je ne souhaitais pas l'utilisation de faros, je n'ai d'ailleurs pas lu la section du livre qui s'y rapporte. Pour faire simple, Redford propose de manière très précise et pratique de passer d'un jeu mélangé à un jeu Si Stebbins, l'idée et la technique n'est pas de lui mais de Brother Hamman, il site la référence. Cela est possible avec le "mélance chinois", qui consiste en gros à faire défiler les cartes 6 fois successivement tout en arrangeant certaines séquences. Franchement pas compliqué. Par la suite, d'une manière simple, il explique comment passer du Si Stebbins au Redford stack en très peu de temps. Très ingénieux, franchement. Et ça marche! Il explique ensuite 2 tours qui permettent de faire toutes les manipulations devant le public de manière à monter son stack d'un jeu complètement mélangé. Je pense que Tamariz proposait quelque chose de relativement similaire, en tout cas au moins pour la moitié de son arrangement, mais (je n'ai pas lu), je ne pense pas qu'il offre la simplicité qu'on trouve ici chez Redford. Cette simplicité vient principalement du fait qu'il a vraiment lié son stack avec le Si Stebbins, qui est un chapelet mathématique (ne résistant pas à un examen soigneux) Bref, il m'apporte quelque chose auquel je tenais, la possibilité de partir d'un jeu vraiment mélangé et d'arriver sur son stack sans trop de difficultés. Je sais que ce n'est pas un point essentiel pour beaucoup, mais ceux qui souhaitent avoir cette approche seront clairement intéressé par cet ouvrage. Alors quid pour la suite? Je vais m'interesser maintenant au tour "out of order" qui est une très belle routine en 5 phases que vous trouverez facilement sur Youtube. Faut il mémoriser le stack pour pouvoir le faire? Je ne pense pas!!! Je n'ai fait qu'une simple lecture du tour, mais de ce que j'ai pu lire, effectivement, pas de mémorisation nécessaire pour ce tour du moins. Et comme on peut organiser son jeu sans connaitre le stack (étonnant!!!), cela ouvre des perspectives même pour ceux qui n'ont pas envie de mémoriser le jeu. En ce qui me concerne, je serai déja très heureux de faire le stack rapidement depuis un jeu mélangé, puis d'étudier sa routine out of order, je verrai pour le reste ensuite, si j'utilise beaucoup, je n'échapperai pas au travail de mémorisation qui me permettra d'aller plus loin, mais cela me laisse le temps de voir! Et cela me donne envie de m'intéresser de plus près au Si Stebbins!!!! Qui a l'air vraiment très très bien malgré ses quelques siècles d'existence. Quoi de plus? Oui, attention, quelques erreurs malheureuses dans le bouquin qui sont corrigées sur le site de Redford (par exemple, le mélange chinois qui m'intéressait tant n'est pas réalisable tel que décrit et nécessite un discret ajustement du texte (3-4 mots, pas plus), j'attire l'attention la dessus. Par contre, Redford propose, et c'est vraiment génial, sur son site, toute une série de video pour illustrer son propos, c'est très bien fait, très utile, un genre de compagnon dvd online. Au final, j'ai adoré, et je n'en suis qu'au début!!! C'est très bien fait, c'est malin, cela apporte (à mon avis) un plus à ce qui existe déjà. Bref, je me régale, il y a beaucoup de travail, mais des choses accessibles pour les profanes du jeu mémorisé, et surtout, des choses que d'autres stacks ne permettent pas, et ça, c'est tout bon! merlin
  15. 5 likes
    Réponse de Jean Merlin à Seb... Salut Seb, On ne s’écrit pas souvent, mais quand on le fait… ça remplit du papier ! Mon texte n’était pas un texte d’adieu ! Je compte vivre et agir encore un peu ! Mais let’s face it : J’ai dû mal m’exprimer, j’ai dû ne pas être assez clair, sans doute. Mon texte était plus une nostalgie qu’autre chose. Une explication aussi ! Alors je vais revoir ma copie : J’ai organisé cette journée pour faire vivre encore des gens que j’ai connus et aimés. J’ai voulu apporter un témoignage pour les générations à venir, et ce pour une raison simple : On a laissé partir un certain nombre de gens, qui auraient eu BEAUCOUP A DIRE sans rien leur demander. Et peut-être étaient-ils prêts à donner, à beaucoup donner. Ce sont les gens de la génération qui m’a précédé. Quand j’ai commencé mes journées, certains étaient encore vivants, et leur avis était une mine d’or… ils venaient transmettre mais certains ont eu la mauvaise idée de nous quitter : mes deux regrets ont été Patrick Page et Ali Bongo ! Alors oui, c’est sans doute la fin d’une ère et partant, ce type de journée ne se justifie plus, puisqu’en 10 ans, j’ai montré tous ceux que j’aime. Je prends donc un an de réflexion. Le monde a changé. Les cabarets et les music-halls sont morts ou moribonds et pour survivre, les artistes ont dû changer « de format ». Je suis du temps du music-hall. J’aimais ces actes de 15 minutes qui résumaient l’artiste. J’aimais les orchestres composés de « suiveurs » capables d’accompagner n’importe qui de façon décente, en puisant dans les thèmes de Richard Rogers, Kander & Epps et toute la clique. Le format était de 15 minutes. Et c’est Ça que j’aimais : toute l’expérience d’une vie résumée en 15 minutes (on pense à la phrase de Picasso…). C’est de ça dont j’ai la nostalgie. Et ne venez pas me donner la liste de tous les grands magiciens qui faisaient déjà des spectacles complets : Dante, LeRoy, Talma, Hoffman, je les connais. Ils avaient un format de 120 mn, parfois plus quand le public était bon. J’ai travaillé plusieurs fois avec Richiardi Jr qui lui avait alors un format de vedette de music–hall, de « seconde partie » dont il était l’âme... 55 mn endiablées, alors qu’il avait déjà prouvé qu’il était capable de plus. C’est dans ce format là que je le préférais, et pas dans les 120 mn, où comme tout le monde, il était amené à « faire du temps ». Beaucoup d’organisateurs de spectacles n’ont pas compris que 2 fois plus, n’est pas forcément deux fois mieux. C’est tout ça que je regrette, car avant d’être un rat de cabaret, j’ai été un rat de music-hall : j’habitais à une rue de Bobino… La génération qui vient, je la connais, autant qu’un vieux puisse connaître des jeunes ! Mais je l’aime, et je la reçois chez moi quand je le peux, mais c’est UN AUTRE FORMAT. Leur succès est plus un succès « de théâtre », qu’un acte de music-hall. Je ne critique rien, il y va de leur survie et de la survie de la magie… J’y vais à chaque fois et dans la vraie vie, je suis le premier à les applaudir et à recommander leurs spectacles. Mais c’est UNE AUTRE FACON DE DIRE ET UNE AUTRE FACON DE FAIRE. Dans un format de 60 mn ou 75 mn, les choses ne peuvent pas être traitées de la même façon que dans un acte de music-hall : on passe de l’affiche « coup de poing » à « la noce paysanne » de Breughel dans laquelle on découvre chaque jour un personnage nouveau… et si c’est par là qu’il faut passer pour que notre art perdure, alors pas d’hésitations : Fonçons ! Sans doute, mes amours sont désuètes, mais ce sont les miennes. Alors, je suis partant pour le dîner, et je suis même prêt à le cuisiner. On n’aura même pas besoin de parler des légendes, puisque nous les connaissons ; on se consacrera sur la génération montante ! Et si certains veulent se joindre, ILS SERONT LES BIENVENUS. C’est tout ce que je peux dire ! Mais qu’on me comprenne : la génération montante, on ne va pas l’interviewer maintenant, il faut lui laisser le temps d’écrire son histoire, d’imprimer sa marque, de tracer son sillon. Il est juste à souhaiter que lorsqu’ils en seront là, quelqu’un reprenne le flambeau et leur demande, s’ils le souhaitent, de s’exprimer pour les générations futures. Bienvenue à cette nouvelle génération : les Frisch, les Saglio, les Navarro, qui ont déjà commencé à nous faire rêver… Mais qu’on me laisse ma nostalgie et le souvenir des grands oiseaux qui m’ont protégé de leurs ailes bienveillantes. Alors soyons concrets : Sébastien c’est pour quand ce dîner ? Jean Merlin
  16. 5 likes
    Soleil, nuage, vent et montagne : Adri notre météo du week-end Un immense merci à @Gilbus et sa famille pour une intendance au top. Un stage dont le contenu était de très grande qualité et que je ne peux que recommander vivement, chaleureusement... Cela fait des année que je n'avais pas aussi bien investi 90 €. Un tarif à prix doux au regard : du contenu, hébergement et repas qui étaient compris sur deux jours, de l'enseignement. Bref, lors de la prochaine session, chers vmistes : foncez ! Si vous souhaitez donner une autre dimension à votre magie, offrir plus qu'un tour/une prouesse technique à votre public, la magie contée est idéale. C'est un vrai moment d'évasion, une parenthèse enchantée. « Les contes ne sont pas là pour endormir les enfants mais pour réveiller les adultes » - Gilbus
  17. 5 likes
    Bonjour à tous ! je vois que ce forum reste le même, toujours le même .... je comprend mieux pourquoi certains magiciens, créateurs ne viennent plus içi bref vive VM ! donc, pour TRAVEL et pour répondre à certains messages .... L'apparition dans la boite ne devait pas faire partie du tour ! Je voulais juste une disparition mais Murphys magic voulait un final donc nous avons ajouté, et modifié le gimmick pour réaliser ce final .... apparement, ce final vous fais penser à Tool de mon ami David ... inutile de vous dire que j'ai bossé un peu sur tool et que 7 ans avant tool, j'avais fais Jet-Card ;-) donc tool... jet ... travel ... etc ( a bon entendeurs) vous pouvez me croire sur paroles ! La disparition, le gimmick et la methode va vraiment vous surprendre ! Je vous le garantie !!!!! bien entendu pour exécuter le tour vous n'avez pas besoin de faire signer le gimmick !!!! arrêtez s'il vous plaît de toujours dire les choses avant même d'avoir eu le tour en main .... il est bien là le gros problème de ce forum c'est que vous critiquer sans cesse sans jamais avoir eu le tout en main ! Et une fois que le tour est sorti que certains l'on m'a il n'y a plus rien sur le forum ! Comme par magie ! je tiens vraiment à préciser un point qui est tellement important pour moi c'est que le gimmick va vous permettre de faire disparaître n'importe quelle carte ! Carte ordinaire ! carte signée ! le gimmick est ailleurs ! Regardez cette petite vidéo de 2014 ou je présente Travel face a la caméra sans montage sans trucage vidéo ... Comme je le dis à la base l'effet était une simple disparition ! Regardez la vidéo ! Encore une fois le gimmick vous permet de faire disparaître une carte la carte choisie ! Je suis bien entendu conscient que l'apparition dans la boîte reste simple pour nous, pour vous magiciens ! mais pas pour les spectateurs. En revanche pour vous les magiciens qui voulait toujours chercher le truc concentrez-vous juste sur la disparition et dites moi ci celle ci vous plaît ! bonne vidéo et bonne journée ! Mickael.C
  18. 5 likes
    J'ai eu le temps de faire que 2 épées sur les 3
  19. 5 likes
    Bravo Jean, et bien vu. C'est effectivement la fin d'une époque, mais je vois d'autres choses apparaître qui sont sans aucun doute le véritable futur de la magie. Je vois Yann Frisch, l'équipe de magie nouvelle, Thierry Collet, Etienne Saglio... Et mon sourire s'élargit. Bien entendu, les malfaisants continueront à nuire, mais comme tous les inutiles, ils courent derrière un train qui a déjà quitté la gare. Ils s’essouffleront très vite en regardant l'inanité de leurs tiroirs remplis de merdes inutiles et les sommes incroyables qu'ils auront dépensées pour paraître à la page. Mais bon, il leur restera les selfies ou leurs commentaires imbéciles sur les forums. Mais comme j'ai découvert qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour les faire disparaître. Ce n'est pas magique ça? Jean, le futur est en marche, et le travail des vrais artistes ayant consacré leur vie à cet art, ne sera pas oublié. Simplement réinterprété, ré-imaginé, recréé. C'est ça l'évolution. Encore bravo à toi.
  20. 5 likes
    Les Flicking Fingers sont de retour
  21. 4 likes
    Bonjour, Je souhaiterai vous proposer une réflexion et un échange sur la question du mensonge en magie. En partant du postulat que lorsque nous faisons de la magie pour un public, nous mentons constamment. Exemple : "je vais mélanger ce jeu de cartes" or nous réalisons un faux mélange, "votre carte est perdue dans le jeu" or nous effectuons un contrôle, etc. Le mensonge est-il selon vous une nécessité pour rendre l'illusion crédible ou utilisons nous ce procédé pour nous rassurer, nous même, de l'opposition entre notre verbal et la réalité des actions que nous effectuons ? (je ne parle pas de missdirection verbale, puisque selon moi, l'utilisation du mensonge n'est pas une missdirection). Et en revoyant la copie, serait-il possible de travailler nos textes en s'efforçant de ne pas mentir ? Exemple : plutôt que d'affirmer au spectateur, "votre carte est perdue dans le jeu" (alors que ce n'est pas vrai), pourrions-nous plutôt s'adresser à lui sous la forme d'une question "avez-vous une idée de l'endroit où votre carte se situe ?" Bref, je ne sais pas si ce sujet intéressera certains d'entre vous mais n'étant pas sincèrement convaincu que le mensonge renforce l'illusion - et l'effet - je trouve que l'exploration de cette question mérite de s'y arrêter un petit moment. A vos claviers
  22. 4 likes
    Et voici celle de Jérôme. Oui encore une fois je le répète. Le meilleur de tous. Et de loin. La découpe et même Le pourtour de l insert est discret
  23. 4 likes
    Salut ! Ce qu'il amène de plus c'est une pédagogie qui nous prends par la main J'ai quelques ouvrages sur le sujet, et pour moi le meilleur reste le Jacquin (L'art de l'hypnose impromptue) traduit par Marchand de Trucs (Merci Ludo !!!). Par contre, "La Voie de l’Inconscient" a cet avantage sur le Jacquin qu'il est davantage ludique avec des exercices progressifs. Il y a un système de niveau de difficultés à étoiles On commence à faires des exercices de difficulté 1 étoile Ensuite, après maitrise du niveau 1 on peut s'essayer au niveau 2 Et caetera... Excellent ouvrage !
  24. 4 likes
    Un grand amateur (dans le sens où il n'a pas exercé comme professionnel), il a toujours voulu aller plus loin, tant dans la "simplification" des tours que dans l'amélioration des techniques. Sans le savoir vous utilisez très certainement plusieurs d'entre elles. Ce qui est important quand vous achetez des tours, des dvd, des livres, c'est d'aller plus loin que la matière première. Lisez la bibliographie, regardez qui est cité et allez voir qui est la personne. Vous allez ainsi augmenter considérablement votre culture magique (qui je vous le rappel ne consiste pas uniquement dans le "comment ca marche ?!") Vous vous rendrez alors compte que la plupart de ce qui est sur le marché aujourd'hui existe depuis des lustres et n'est "qu'une mise a jour" de trucs anciens. Si vous avez des sous a dépenser, gardez vous en une partie pour constituer votre culture magique, des livres sur l'histoire de la magie, des références comme la collection des Payots, et avec la technologie actuelle, fouillez un peu sur le net, vous trouverez toujours des fans des un ou des autres qui partageront avec vous leurs recherches ... mais n'oubliez pas ! Recoupez ces info car le principe du téléphone arabe existe aussi via notre clavier. Ne pas connaitre ce n'est pas grave. Ce qui l'est c'est de savoir que l'on ne sait pas et ne pas essayer d'y remédier
  25. 4 likes
    @Marcus Majart nous offre un CR détaillé de son passage en Belgique ! Après Mark MASON que tous les participants ont beaucoup appréciés, je suis content de pouvoir vous présenter une autre conférence sur Bruxelles, celle de l’américain Jack CARPENTER. Pour la première fois en Europe, ne manquez pas son passage… Découvrez son article richement illustré de photos ici http://www.virtualmagie.com/articles/comptes-rendus/conferences-rencontres/jack-carpenter/
  26. 4 likes
    Je fais remonter ce sujet car j'ai trouvé une vidéo d'une interview de Derek DelGaudio très intéressante. On en apprend un peu plus sur son parcours et on découvre quelques anectodes sympas avec quelques grands comme David Williamson. Et puis finalement, après quelques recherches, je me suis dit que ça serait sympa de regrouper des sources sur ce magicien, que j'apprécie particulièrement. Je mets donc dans ce message différentes sources que j'ai pu trouver (vidéos, publications, articles et autres). Certaines ont déjà été mentionnées dans ce sujet, d'autres non. En gros, j'ai voulu tout regrouper en un seul message. Vidéo Interview : Vidéos Démo : Vidéo Magie Educative : Derek DelGaudio - Truffle Shuffle Bizarrement, je n'ai pu retrouver la vidéo originale. Spectacles : - Nothing to Hide, spectacle qu'il a écrit, et où il partage la scène avec Helder Guimarães. Mis en scène par Neil Patrick Harris, ce spectacle s'est joué entre 2012 et 2013. - In & Of Itself, spectacle qu'il a également écrit mais il est, cette fois, seul sur scène. Produit par Neil Patrick Harris. Et mis en scène par Frank Oz, acteur, réalisateur, et ni plus ni moins que le marionnettiste et la voix de Yoda dans les films Star Wars. Et petite info patriotique, un des consultants du spectacle est Sébastien Clergue @Seb. Sébastien que l'on peut apercevoir sur la photo de l'équipe (photo en bas de ce message). Le spectacle se joue depuis 2016 et le sera encore jusqu'en septembre 2017 à New York. http://inandofitselfshow.com Une bonne critique du spectacle par Jamy Ian Swiss sur le site Magicana : http://www.magicana.com/news/blog/few-nights-magic Interviews : - Nerdist Podcast: Neil Patrick Harris, Derek DelGaudio and Helder Guimarães http://nerdist.com/nerdist-podcast-neil-patrick-harris-derek-delgaudio-and-helder-guimaraes/ Publications (images en bas de ce message) : - Notes de conférence Derek DelGaudio (MagicCon 2010) Source : http://archive.denisbehr.de/show.php?book=449 - Notes de conférence Only Notes Divers : On trouve des références, articles et contributions dans d'autres publications ou dvd. - Genii magazine - Octobre 2008 - Magic magazine - Octobre 2011 - Genii magazine - Aout 2016 - Benjamin Earl - Gambit - Technique, Routines & Jetsam with Playing-Cards Source : http://archive.denisbehr.de/show.php?book=963 - Chris Mayhew - A Clockwork Apple Source : http://archive.denisbehr.de/show.php?book=396&highlight=25406 - Joshua Jay - Talk About Tricks - DVD Volume 3 - Tour Muck You - Derek DelGaudio est à l'origine, avec Helder Guimarães, du projet Ontology. Je remets la vidéo chez Luis Piedrahita de l'effet utilisant le jeu Ontology. - Il y a également un manifeste écrit par Derek DelGaudio et Helder Guimarães qui vaut vraiment la peine d'être lu. @lawrens godon a eu l'excellente idée et la gentillesse de le traduire et de nous le proposer en français. Merci Lawrens. D'autant qu'il semble que ce soit la seule version française que l'on trouve sur le net. Et que même la version originale ne semble plus disponible puisque le lien vers le site de Derek et Helder, http://journalofsecrets.com, n'est plus valide. Vous pouvez lire le manifeste sur le sujet qu'il lui est consacré: - Voici un lien vers une interview/conversation récente et intéressante de Derek, publiée le 6 juin 2017 sur le blog The Creative Independent, et intitulée "Derek DelGaudio on the meaning of magic" https://thecreativeindependent.com/people/derek-delgaudio-on-the-meaning-of-magic/ - Et pour finir une dernière petite vidéo humour de présentation du Magic-Con 2010.
  27. 4 likes
    J'ai testé récemment une idée de présentation pour un Open prédiction, consistant à prendre le problème à l'envers : plutôt que d'annoncer que la prédiction va correspondre exactement à la carte choisie, le magicien annonce que la carte librement choisie ne pourra jamais correspondre à la carte prédite. En substance : il s'agit d'une présentation inspirée du miracle de Cassandre de Guy Hollingwort. Le magicien explique qu'il va faire une prédiction mais qu'il est impossible que le public puisse le croire, telle Cassandre qui pouvait prévoir l'avenir sans que personne ne prenne ses prédictions au sérieux. Le magicien annonce par exemple que le spectateur choisira le 3 de carreaux. Et pour que personne ne puisse le croire, il fait retirer le trois de carreaux du jeu par le spectateur. Après vérification de l'absence de duplicata dans le jeu, le spectateur distribue les cartes face en l'air, s'arrête sur une carte face en bas, et termine la distribution face en l'air. Bien entendu, la carte face en bas s'avère être exactement le trois de carreaux. Il me semble que ce type de présentation rajoute une dimension supplémentaire à l'Open prédiction, transformant une simple question de probabilités (finalement , un spectateur a toujours une chance sur cinquante-deux de tomber juste) en un effet totalement inexplicable...
  28. 4 likes
    et bien comme je l'ai expliqué plus haut, nous sommes d'accord. Bon, tu poses une date précise sur l'utilisation divinatoire du tarot, je n'aurais pas cet aplomb, puisque justement, cela semble aujourd'hui controversé. Mais nous sommes bien d'accord qu'avant le 15ième, il y a peu de chance qu'on trouve des tarots divinatoires. La question est cependant un peu différente: Vas tu souvent dans des fêtes médiévales? Ce ne sont pas des congrès d'historiens, et même si beaucoup de médiévistes sont tatillons sur les détails, ils utilisent tous des anachronismes. En les cachant plus ou moins, mais parcourant régulièrement ce genre de fêtes, je pense qu'en passant un peu de temps sur un campement, on va trouver des "accommodements" avec la vérité historique. j'ai lu des ouvrage notamment sur la cuisine médiévale, et la tenue à table. Et bien je n'ai vu personne manger à table comme le décrivent les historiens, sur les camps médiévaux. Oh, bien sur, on prend de la vaisselle de la bonne forme en fonction de l'époque, on cuisine au feu de bois etc. Mais il est peu de compagnie qui mange sur du pain tranchoir, et utilise les doigts plutôt qu'une forme ou une autre de fourchette (ou de pique). Les tentes médiévales sont en toile chimiquement étanchéifiées, pour la plupart. Et malgré leur bonne volonté, il est peu de costume de médiéviste qui soit entièrement tissé au métier à main (vu le prix du tissus tissé manuellement, on comprend pourquoi...) Bien sur, je parle pour les plus acharnés, les reconstituteurs pur jus. Si on va vers l'occasionnel ou le bénévole de fête médiéval, c'est plus souvent un poncho rebaptisé tabard avec un vague écussons dessus, et un jean/basket. C'est pour cela que je ne montre pas extrémiste dans la reconstitution : On n'en a pas les moyens, on n'est pas historiens, et le public n'est pas à une vache près: C'est de l'évocation, pas de la reconstitution. Si je devais utiliser l'humour des vrai bouffon médiévaux, cela ne ferait pas rire grand monde de nos jours : Les mentalités ont changées. Alors oui, j'utilise des tarots à une époque ou ils n'existaient très probablement pas. Et des bicycles la plupart du reste du temps. Car je ne suis pas une source fiable au niveau historique : Si les gens se mettent à croire ce que dit un bouffon, c'est tant pis pour eux. Et quand je dis qu'on peut mélanger à la française, mais que venant de Bretagne, je préfère mélanger à l'armoricaine, je joue sur le fait qu'on n'est pas dans une reconstitution, et que les visiteurs, eux, ne sont pas du 14ième... Le spectacle d'abord... Pour ce qui est des artistes brûlés par l'inquisition, la aussi, on va trouver terrain a discorde: Pas entre nous, mais entre gens qui savent... j'ai assisté à une discussion animée entre Pierre Taillefer et Fanch Guillemin sur le sujet, et cela ne semblait pas très clair: Fanch disait qu'il y en avait eut pas mal d'exécutés, citait des noms etc... Pierre pensait qu'il n'y en avait pas tant que cela... Moi, je ne suis pas digne de marcher sur l'ombre de ces personnes, au niveau connaissances historiques, mais qu'ils ne soient pas exactement d'accord me laisse à penser que le sujet peut porter à débat. Je leur demandais innocemment (on est con, parfois...) comment les bateleurs accusés injustement pouvaient ne pas se disculper, simplement en expliquant au juges comment ils s'y prenait pour faire leurs tours. Et bien la réponse de Fanch était claire, pour ce que j'en ai compris : il y a le phénomène d'amplification, qui fait qu'un spectateur va souvent croire qu'on en a fait plus que ce que l'on fait réellement. On l'a tous vécus à un moment ou un autre, et c'est tant mieux, pour assoir des réputations... L'artiste magicien devait donc expliquer comment il aurait fait, d'après les témoignages de spectateurs, des tours qu'il n'avait même pas fait, ou pas comme ça... Et ne pouvant s'en sortir...condamné. Ensuite, nous sommes bien d'accord que tous ne finissaient pas au bucher, l'inquisition du moyen age ordonnait plus de prison que de peine de mort. Cela s'est gâté ensuite, avec l'inquisition espagnole de la renaissance, époque parait-il tellement plus...lumineuses... sans doute à cause des bûchers. Mais il y en avait, si tu pense que c'est juste un cliché, parle avec Fanch. Gilbus
  29. 4 likes
    J'ai trouvé une authentique photo du Moyen Âge prouvant que les bouffons travaillaient avec les tarots. Mais ce n'étaient pas des magiciens, hein!
  30. 4 likes
    En effet, la traduction de son PDF (actuellement en anglais) est en cours. Nous avons montré les premiers éléments à Ondrej qui a donné son accord. Il sera proposé dans la boutique de VM dès que cela sera achevé et relu. Il y a plus de 100 pages et le document recèle de pas mal d'astuces et renvois en bas de page qui demandent un travail d'adaptation et de mise en forme. On se donne environ un mois pour vous proposer cela (plus ou moins ).
  31. 4 likes
    Au fait je le suis fait une boite
  32. 4 likes
    La mnémotechnie sert aux personnes qui mémorisent mal dans un ou plusieurs domaines. Elle aide à retenir les noms de personnes que l’on vous présente, des numéros de téléphone à la volée, mais aussi des listes de notions ou d’objets, des dates de l’histoire de France et même les préfectures et sous-préfectures des départements français. @Jean-François GERAULT nous en dit plus sur cette technique ici http://www.virtualmagie.com/articles/autres/dossiers/histoire-de-mnemotechnie/ Sont cités entre autres @Pierre ONFROY, @Rodolphe CANDELA, @Benoit ROSEMONT
  33. 4 likes
    Bah tu te dépêche parce que y'en a qu'attendent...
  34. 4 likes
    Ok, je vais être succinct. J'ai traduit la conférence pour le seul auditeur qui ne comprenait pas l'anglais. Jack Carpenter est un vrai pro, efficace et avec un personnage très bien construit et attachant. Rien que pour ça, le déplacement valait la peine. Il a commencé par quelques routines de cartes simples et efficaces, plutôt orientées vers un public normal. (Ceci dit, le public présent ne pouvait pas vraiment obtenir le label "d'experts" - entre les d'jeuns qui ne connaissent pas leur histoire de la magie, les mecs complètement dépassés par une simple levée double, ceux qui viennent simplement voir un magicien pour le plaisir, le vieux professionnel qui n'est jamais sorti de son quartier mais se pense au centre du monde et l'éternel branleur de cartes psychopathe qui exerce la cartomagie comme le plaisir solitaire, ça restait un peu terre à terre.) Ensuite , Jack est entré dans son domaine de prédilection, les démos de tricherie, avec une efficacité à nouveau très professionnelle. D'excellents conseils sur les donnes (seul Dai Vernon m'avait donné ces détails à la fin des années 80 ). Le problème est qu'il s'adresse à un public qui ne joue pas et pense encore que Madison est un vrai tricheur. Ce même public, assez amorphe, ne peut donc pas vraiment élever le débat lorsqu'il y avait pas mal de questions à poser qui auraient pu entraîner Jack à sortir un peu de ses rails. En résumé: un vrai pro qui a des choses à dire, à condition d'avoir en face de lui un auditoire qui vole un peu plus haut que le ras des pâquerettes. Finalement, c'est la public qui élèvera ou non, le niveau de la conf. Alain - l'organisateur - avait quand même rempli sa sale avec une grosse vingtaine de personnes, et personnellement je suis assez content d'avoir revu des vieux potes. La conférence vaut vraiment le déplacement, n'hésitez pas. Et amenez vos vuvuzelas...
  35. 4 likes
    C'est amusant, parce que moi non plus je n'aimais pas du tout l'idée d'utiliser un smartphone pour faire un effet ! Trop d'électronique apparente, trop suspect... J'ai fait Grapheetee uniquement comme exercice de programmation, sans penser l'utiliser. Et comme quoi même les cons peuvent changer d'avis : je l'ai testée et... *schbang* !!! La suite, vous la connaissez, et si vous ne la connaissez pas, imaginez-la, c'est encore plus beau Dès la parution, quelques uns d'entre vous m'ont communiqué leurs commentaires et surtout des idées. Ça m'a fait plaisir parce que j'adore échanger et je les remercie encore. Depuis, je suis sûr qu'eux et d'autres qui l'utilisent ont testé des idées, adopté certaines et rejetées d'autres, trouvé des astuces... Si vous voulez bien, j'aimerais en faire profiter tous les lecteurs d'Imaginarium (si Julien est d'accord, mais pour vous, je suis prêt à le soudoyer). Ne me répondez pas ici, ce n'est pas le sujet de ce thread : écrivez-moi, plutôt. Mon adresse mail est dans la page "Instructions" Au plaisir de vous lire
  36. 4 likes
    Un matrix très très beau et visuel !
  37. 4 likes
    La Chambre d’Echo Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, j’ai aujourd’hui le privilège insigne de porter à votre attention ma nouvelle création : la Chambre d’Echo. Inspirée des travaux des professeurs Silent Mora et Dai Vernon, mon invention explore des voies différentes des pistes originales suivies par ce deux génies. Portant le nom de la nymphe condamnée par la déesse Héra à répéter le dernier mot d’une phrase, fut-elle musicale, cet appareil se compose essentiellement de deux parties. Tout d’abord ce cône en cuir faisant office de porte-voix permet d’amplifier les sons émis dans la petite ouverture. D’autre part, le stéthoscope en bois amplifie le bruit des battements de cœur. Placés l’un au-dessus de l’autre, ces appareils forment ma Chambre d’Echo. La suite au Surnatéum... Note: Placée dans la Chambre d'Echo, une perle d'ivoire subit d'étranges métamorphoses.
  38. 4 likes
  39. 4 likes
    Suite au premier texte publié par Jean Merlin, mon impression était mitigée. Je n'étais apparemment pas le seul, mon pote HREJ ayant exprimé la même chose. Renseignement pris auprès d'un excellent camarade, ancien élève de Jean Merlin, non, effectivement Jean Merlin n'est apparemment pas aussi désagréable que ça, il serait même plutôt très sympathique . Soit. Après avoir lu la réponse de Jean Merlin - pleine de gentillesse - au texte de Seb, mon sang n'a fait qu'un tour; je décide de contacter directement Jean Merlin pour en avoir le coeur net : vrai gentil ou faux méchant ? Je décide également de parler franchement, sinon cela n'a aucun intérêt. J'appelle, je tombe sur la messagerie, je laisse donc un message. Jean Merlin me rappelle dans l'après-midi. Ainsi, après m'être brièvement présenté, fait état de mes références et exposé le but de ma démarche, ai-je décidé d'attaquer directement : M. Merlin, je crains de devoir vous demander de m'excuser car j'ai cru brièvement que vous étiez un vieux con réactionnaire. Tel quel. Résultat : grand éclat de rire au bout du fil et nous avons commencé à papoter. Joie . Joie car Jean Merlin est effectivement quelqu'un de très agréable, ouvert à la discussion et à l'échange, très loin de l'image que j'ai pu bêtement avoir de lui. Joie aussi car l'homme a rencontré les plus grands et les évoque avec nostalgie et sans aigreur. Il parle de ses débuts, des périodes de vaches maigres, de sa détermination aussi et des artistes en général. Joie mais frustration également car le bonhomme part en tournée de conférences en Europe alors que sa dernière conférence dans l'Hexagone remonte à 10 ans... Frustration encore car hélas, j'ai du interrompre l'instant en raison d'un rendez-vous médical. Peste porcaillon ! Je serais volontiers resté bien plus longtemps à écouter et, je crois, Jean Merlin également à raconter et échanger. Rendez-vous est pris à son retour . Merci VM, ne serait-ce que pour avoir permis ce bon moment avec Monsieur Jean Merlin. My2Cents Woody
  40. 4 likes
    Merci @Gilbus pour l'organisation de ce stage !! C'était très sympa et m'a permis de découvrir ce magnifique art qu'est le conte. Il reste encore énormément de boulot, mais on repart avec de belles pistes de travail ! Je remercie aussi tous les participants, tous très sympas et bienveillants (ce qui a rendu les passages sur scène moins difficiles ;p ) , que j'étais ravis d'avoir rencontré ! Encore un grand merci Gilbus, ainsi qu'à ta famille !
  41. 4 likes
    Un de mes classique légèrement revisité.
  42. 4 likes
    Une autre piste de réflexion pour toi : Un récent article du New York Post décrit le quartier général de David Blaine à New York, ainsi que sa manière de travailler avec son équipe. Sur la porte qui donne sur la salle de brainstorming sont inscrits trois mots : "Meaningful, Interesting, Believable". Que je traduirais par : "Pertinent (ou Profond), Intéressant, Crédible". Tous les effets créés dans cette salle doivent remplir ces trois conditions. SC
  43. 4 likes
    Merci beaucoup pour cette belle réflexion, et pour cette précieuse question. Je ne suis pas vraiment magicien, mais je crois pouvoir isoler un élément dans ce que toi tu utilises : Le fantastique. L’intrusion de l’inconnu et de l’impossible dans le monde réel. Pas le tour de magie truqué, mais une autre façon de voir la réalité, qui est bien plus complexe que ce que l’on croit savoir… Dans ta technique avec la bague ou la mallette, on retrouve la « non explication » : Contrairement au merveilleux, le fantastique apporte plus de questions que de réponses, c’est ce qui fait que cela « pourrait être vrai ». On ne nous dit pas tout Tiens, voilà un petit extrait du DEUDLMDG qui porte sur un sujet similaire : à voir si cela peut aider ? ou pas... Ritualisation de la magie : Formule et geste magique Le lien entre magie est parole est ancien, même si je n’ai pas été voir « au commencement » pour vérifier si le big bang était bruyant ;) Dans nos traditions récentes, on parle de formules magiques. Le pouvoir du verbe est donc attesté. Même si on ne pense pas que le pouvoir est dans un mot, certains ont signalé par exemple que dans les opérations alchimiques, les formules servaient (peut être…) à chronométrer les actions de chimie : le temps de dire la formule suivant un rythme donné, on avait une mesure d’intervalles de temps sans instrument. Et cette utilisation des formules n’a pas servi qu’à l’alchimie : On retrouve ce type d’utilisation dans la prise ou le développement de photos argentiques… Certains photographes d’avant la technologie toute puissante disaient une comptine pour évaluer un temps de pause, ou un temps de trempage dans les différents bains (je ne suis pas photographe, je ne fais donc que rapporter…) De là, pour un spectateur néophyte, à croire que c’est la formule qui agit, il n’y a qu’un pas… Sinon, plus ésotériquement, on pense bien sûr aux mantras, paroles de pouvoir, prières et autres mots magiques qui agissent sur celui qui les dit ou sur celui qui les entend, voire même sur l’environnement, puisque tout est lié et vivant dans certaines traditions. Le verbe magique était valable. L’est-il toujours aujourd’hui ? Pour ce que j’en vois, dire une formule magique type « abracadabra » est de nos jours un peu ringard. Comme quoi à trop utiliser une chose, on la discrédite parfois. On peut la dire, comme le « boulouboulou » de Billis, mais c’est un jeu de scène, et pris comme tel par le public : Il fait semblant que c’est magique, on fait semblant d’y croire, et tout le monde souris. Le pouvoir d’une formule magique de nos jours est plus « réel » si le spectateur la devine, et ne l’entend pas distinctement : Des mots grommelés, des lèvres remuées en silence sembleront bien plus « crédible » que toute formule dite à haute et intelligible voix. Pourquoi ? Car le spectateur ne peut pas croire à ces gamineries : les faire sérieusement devant lui, c’est le prendre pour un imbécile. Par contre, si on les fait pour nous, en nous cachant, et qu’il nous surprend à les faire, sans qu’on s’en aperçoive, là, c’est différent : C’est que nous, on croit à notre formule. Et qu’on ne veut pas qu’il la connaisse. Il y a là dessous un mystère. On retrouve le même stratagème quand on veut simuler un tour mathématique compliqué, alors qu’il n’y a rien à calculer : On peut bien sur sortir des formules mathématiques, les dire ou les écrire etc. En général, cela fera rire, si les formules sont « abracadabrantes » (non, je ne mets pas l’adjectif par hasard…) Mais si on veut VRAIMENT faire croire que c’est mathématique, faire semblant d’hésiter, le regard perdu un instant dans le vague, et avec quelques micro mouvements des doigts comme si on posait une retenue, fera passer le message : Il est en train de calculer un truc. Pour cela, bien sûr, un texte muet nous aide : il suffit de faire réellement de tête une addition à deux chiffres (ou trois si vous être trop rapides ;) ) Tout dépend donc du type de magie pratiquée : -Magie sans pouvoir, mais avec adhésion du public. -Magie avec un pouvoir mystérieux, mais que l’on cache au public. La magie avec un pouvoir mystérieux, qu’on ne cacherait pas, est difficile : Il faut être beaucoup plus charismatique que pour les deux premières versions. Je ne l’évoquerai donc pas ici. Le geste magique suit grosso modo les mêmes principes .... La formule et le geste magique peuvent donc participer à une ritualisation du spectacle, soit de façon profane, soit de façon mystique : L’utilisation profane, consiste à : Rythmer Mettre en évidence Diriger l’attention Faire une pause habitée Etc. C’est un outil pour le spectacle, comme l’est une chanson fredonnée à un moment précis, un regard, une posture. La valeur mystique des gestes et formules magiques se rapporte à une ritualisation moins facile à aborder pour les sceptiques. Ritualisation définie par un archétype du (vrai) magicien, qu’il soit moderne ou ancien. Ritualisation de transgression, puisqu’on va altérer la réalité, donc il faut reporter cela dans une causalité : Si la réalité peut s’altérer sans procédure magique, l’univers ne tient qu’à un fil fragile, et c’est angoissant. Ritualiser la venue de la magie permet de la circonscrire. Ritualiser met aussi en place les notions de pouvoir, de savoir ou de nature magique : La magie peut s’obtenir par un pouvoir (don ou capacité développée), le savoir (étude et compréhension) ou la nature même de l’opérateur ou de ce qui est touché par la magie (L’univers n’est pas tel qu’on le croit) Suivant le rituel employé, on va donc définir des messages envoyés au spectateur, sur la nature de la magie. Il ne faut pas croire que puisque nous sommes à une époque rationaliste, ces messages ne seront pas admis : Si c’était le cas, il n’y aurait plus d’horoscope dans les journaux, et le loto ferait faillite. Le besoin de croyance est toujours là, plus fort que jamais, même s’il ne sera pas admis, et la recherche du merveilleux est une motivation forte. A l’illusionniste de s’en servir, avec respect pour les croyances et les rites, mais avec discernement pour le bien de son spectacle. Gilbus
  44. 4 likes
    Quand je joue Out of this world sous le chapiteau de la fête à la saucisse, je repère un couple homme-femme puis je me présente en m'excusant d'avoir fait une tâche sur mon t-shirt (que je montre bien sûr, en fait c'est une tâche d'eau). J'enchaîne en disant "Qui lessive chez vous ?", on discute, on se marre, la motivation y est (je pars du vécu du spectateur) et je finis la causette par un "Avant de mettre le linge dans la machine, il paraît qu'il faut séparer les couleurs sinon ça va déteindre, vous êtes doués pour séparer les couleurs? Vérifions ...". A ma connaissance, cette astuce pour démarrer et motiver un Out of This World ne se trouve dans aucun livre/dvd/vidéo ... Mais dès à présent sur un forum. Celui qui la pique est passé par ici. De rien.
  45. 4 likes
    Tous des rigolos!!! Je revendique la paternité du principe et m'en vais de suite faire valoir mes droits! Il y a 12 ans je postais cela sur un autre forum. invisipalm-dudul.wmv Ça a quand même une autre gueule...
  46. 4 likes
    Commence donc par te le procurer, il paraît que ça peut aider pour maîtriser un nouveau tour...
  47. 4 likes
    Ben moi je veux sa table ! Au delà de la manipulation (qui est ici presque inexistante, la table faisant tout le boulot), la synchronisation est super bien gérée
  48. 4 likes
    Pour revenir à cette journée magique, j'ai eu comme l'impression que c'était le chant du cygne d'une époque; un temps où la magie était encore un art intelligent et dont les acteurs possédaient technique, savoir-faire et connaissance. Peut-être était-ce le fait d'être en compagnie de Jean Merlin, Gaétan Bloom, Bébel, Sanvert, Tabary, De Piante, Otto, James Hodges, Socrate... Comme la semaine précédente je me trouvais au congrès italien de Saint Vincent, j'ai eu une sensation similaire, mais avec une nuance: l'émergence d'une race de pré-pubères amateurs de Shin Lim, et de consommateurs de produits de mauvaise qualité. Les pré-pubères avaient évité le Merlin Day, et c'est heureux. Bon, c'était le coup de blues de la soirée.
  49. 4 likes
    Mais pas sûr que ce soit ce que tu recherches...
  50. 3 likes
    OK, je n'avais donc pas compris Je pense que bien souvent ces vieilles photos de personnages sont associées à des routines / effets de magie bizarre. Et je doute que le format choisi soit forcément le format poker. Tu peux trouver quelques exemples de ces effets : Gemini Artefacts - POE Brainwave (Image 1) Gemini Artifacts - The Death of Poe (Image 2) Gemini Artifacts - The Unrest (Image 3) Paul Prater - Down the Hallway (Image 4) Jim Critchlow - White Star (Image 5) Jim Critchlow - Til Death Do Us Part (Image 6) Jamie Daws - The Deceased (Image 7 et 8) Tony Chris - Hampton Falls (Image 9) Paul Prater - Fallen Angels (Image 10) Paul Prater - Freaks (Image 11) Paul Prater - Seniors (Image 12) Paul Prater - The White Lodge (Image 13) Outlaw Effects - 13 Ghosts (Image 14) Lothar Malmberg - The Memory Box (Image 15) Tu trouveras même certains livres avec des routines à utiliser avec ces vieilles photos. Paul Prater - A Picture is Worth (Image 16) - Bon au final, je ne pense pas que cela soit exactement ça que tu cherches. Mais tu peux toujours essayer de choisir tes propres photos, et de te fabriquer tes cartes. Je n'y connais pas grand chose, mais en trouvant des cartes format poker blanches des deux côtés, et des photos trouvées sur le web, et réajustées, cela ne devrait pas être très compliqué de t'imprimer tes propres cartes. Tu peux commencer avec ces recherches sur Google : bizarre magic old photograph 18 century photograph 19 century photograph 18 century photograph ghost 19 century photograph ghost -
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00

Au sujet de VM

Virtual Magie est le principal site francophone dédié à l'art de la magie. Il réunit plusieurs milliers de magiciens chaque jour autour de ses rubriques telles que le forum, les petites annonces, les tests, les tours de magie, l'agenda...

Réseaux sociaux

D'autres secrets sur les réseaux