Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Gilbus

Soutien
  • Compteur de contenus

    4 526
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    68

Gilbus last won the day on 11 juin

Gilbus had the most liked content!

6 abonnés

À propos de Gilbus

  • Date de naissance 17/11/1956

Informations Personnelles

  • Localisation
    Rennes / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Bavard

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    oui

Visiteurs récents du profil

5 013 visualisations du profil

Gilbus's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • Reacting Well Rare
  • Dedicated Rare
  • Conversation Starter Rare
  • Very Popular Rare
  • First Post Rare

Recent Badges

2,4k

Réputation sur la communauté

  1. Pouf pouf... On vois qu'on peut aller loin dans ce genre de discussion... Mais la magie ? Les arguments que vous développez sont très intéressants, mais je ne vois pas trop comment inclure ces profondeurs et subtilités argumentaires dans un discours lisible pour tout public, lors d'une prestation... Pour ma part, je vais rester sur les fondamentaux : -l'occultiste : il a une approche technique de l'étrange, se sert de formules, de cérémonies, de levier magiques pour amplifier ses pouvoirs. Son attribut est la connaissance des lois surnaturelles. -le chaman : le monde est vivant, il faut se lier à des entités pour utiliser leurs pouvoirs. Son attribut est la communication avec les puissances. -le spiritualiste/religieux : les dieux, les saints, les prières, la foi... Son pouvoir lui est accordé par son panthéon. -le magicien naturel : le monde est magique, et la magie est partout, il suffit de l'utiliser. Il a des dons pour ça... -le parapsychologe : il tente de faire entrer l'étrange dans la science objective. Il peut être sérieux, efficace, ou caricatural. -le conférencier : il domine son sujet, ne pose des questions que pour apporter aussitôt la réponse. La nature magique ne pose pas de problème, elle peut être démontrée. -le septique : même quant il voit des choses extraordinaire, impossible de le convaincre. La réussite des expériences sera vécue comme un échec, a cause d'un biais quelconque... -l'innocent : il ne voit même pas que ce qui se passe est magique, tout est naturel, va de soi, il ne se pose pas de question, il n'y a pas de raison... Etc. Le nombre de personnages et de thème est quasiment illimité, tout comme les façons d'appréhender l'univers étrange qui nous entoure... Mais l'important est que le personnage soit lisible par le public. On a aussi les glissements d'un personnage à l'autre, mais il faut alors du temps pour mettre en place le personnage de base, la transformation, la conclusion du second personnage etc. Il ne faut pas oublier aussi les degrés de lecture : Le public voit le personnage qu'on lui montre. Il vois aussi, derrière le personnage, l'artiste qui le joue. Et derrière l'artiste, il y a l'humain. On peut doser ce que verra le public, faire croire que le personnage est l'humain, faire oublier l'artiste ou pas, avoir un personnage secondaire pour jouer l'artiste ou l'humain, ou laisser visible les trois niveaux... Je parle de cet aspect car cela va influer sur la perception du phénomène occulte par le public. Si on laisse voir l'artiste, qu'on reste dans une démarche de spectacle non immersif, on restera dans un spectacle qui va simuler le phénomène paranormal, c'est déjà une prise de position. Si on gomme l'aspect spectacle lors de l'expérience, pour avoir une immersion durant le temps du spectacle lui même, l' expérience ne sera pas la même, la "réalité" du phénomène sera augmentée. Ou on va présenter le phénomène comme réel, pour un choc maximum. Le personnage et son interprétation sont donc conditionné par ce que nous voulons faire passer. Il est certain qu'on peut se poser plus de questions dès qu'on aborde le paranormal qu'en montrant un tour avec des balles en mousse... Gilbus
  2. J'imagine que Raven l'a fait lentement pour montrer qu'il n'y a pas de mouvement basé sur la vitesse... L'enfoncement peut se faire de façon fluide, la seule chose à surveiller étant l'angle de vision du spectateur... Et encore, la carte fait pas mal écran... Je ne connaissais pas ce contrôle, merci de nous l'avoir montré Gilbus
  3. La vidéo explique bien pourquoi le Kamishibaï est surtout utilisé pour les enfants actuellement. Rien n'empêche de faire des versions adulte... Ce qui n'est pas dit dans la vidéo, c'est que sur chaque carton que l'on vient d'enlever, et qui est donc remis derrière la pile, on trouve en général le texte que doit dire l'interprète, pour raconter l'histoire du carton suivant, qui est visible par le public. Il y a donc la scène devant, et la lucarne du souffleur derrière... Cette présentation est bien adaptée à une présentation face au public, interprète faisant face lui aussi, tout en lisant le texte. Un livre classique illustré est lu, lui, en étant assis dans le même sens que l'enfant, en général (on a aussi de lecteurs qui se mettent en face, lisant par dessus à l'envers, ou ayant appris l'histoire et n'ayant pas besoin du texte, ou des lecteurs se mettant sur le côté du livre, mais face au public. Cela donne parfois lieu à des contorsions que le Kamishibaï va éviter.) On a donc deux démarche différente, dans le Kamishibaï, on est en mode spectacle, et dans le livre, on est dans l'intimité du partage. Le fait qu'il y ai le texte (et parfois des indications de lecture, ton, gestes etc.) au dos du Kamishibaï permet à une personne sans trop de compétences de conteur de faire le job Comme le propose Peter, on pourrait imaginer pas mal d'applications magiques à cet objet. On voit tout de suite ce qu'un système d'onglet et une poignée d'aimant peuvent faire quand on extrait "un" carton. On peut aussi jongler avec des flaps, des coulisses etc. Ce qui me retient de le faire est l'étrangeté de l'objet lui même, qui est peu connu en france, à part dans les médiathèques et les milieux scolaires... J'aurais peut être l'impression d'utiliser un matériel "de magicien", ce qui demande de la justification... Bon, d'un autre côté, le système est simple à comprendre pour le public, donc je me fais peut être des idées... A noter aussi que le conteur compétent peut utiliser le Kamishibaï sans le texte à l'arrière, qui n'est qu'une béquille écrite... On peut facilement fabriquer des castelets de Kamishibaï en carton décoré, mais c'est vrai que ceux en bois sont souvent de beaux objets. On peut aussi adapter le format au public, depuis le tout petit pour une personne (oui, je cherche à donner des idées aux découpeurs de cartes du forum...) jusqu'au modèle géant pour la scène, d'ou peuvent sortir des personnages réels. Gilbus
  4. J'ai été intrigué. J'ai commandé. J'ai commencé à lire. Je n'était pas d'accord. J'ai continué la lecture. Je ne savais plus si j'étais d'accord ou pas, je ne comprenais plus ou il voulais en venir. Puis, petit à petit, la lumière s'est faite. J'essayais de lire un livre de magie, quelle erreur ! C'était un recueil de pataphysique et de poésies. A l'usage des illusionnistes. Alors tout s'éclaire : L'absence de contenu clair, le décalage incessant, l'abondance de citations (par moment, l'auteur ne fait que ça, sans vraiment manifester d'opinions personnelle lisible), les jeux de formes textuelles, le livre dont vous êtes le héros égaré... Un livre fait pour semer la confusion chez le lecteur... L'apothéose venant avec les descriptions de tours, qui sont carrément surréalistes... Durant la lecture, je me disais que je n'aimais pas ce livre, j'ai toujours du mal à apprécier la métaphysique et la poésie des autres. Maintenant que je l'ai terminé, je ne sais plus si j'ai aimé ou pas, tout est trop confus. Lire ce livre est une expérience. Il n'est compréhensible qu'avec une culture magique, il s'adresse aux magiciens et le profane passera à côté des références (l'auteur a visiblement une vaste culture...). Mais je doute que le magicien y apprenne des choses précises. Il y a cependant des fulgurances poétiques qui font réfléchir. Bref, je nage en pleine confusion... C'était peut être le but ? Très curieux... Gilbus
  5. Exact, c'est george, tu avais lancé le sujet dans le message d'avant Gilbus
  6. Méfie toi : à présent on ne doit plus parler de réchauffement climatique, mais de changement climatique... Donc tout est possible... Gilbus
  7. Ben, pas fou : c'est pas toi qui a publié le lien vers le jugement ou le voyant avait une amende pour avoir contesté le prix majax ? Gilbus
  8. Gilbus

    Rank Progress

    Et il vient de me donner un badge, maintenant, pour avoir commencé cette discussion... On est sur un forum de scouts ? Gilbus
  9. Gilbus

    Rank Progress

    Hello ! Le forum vient de me dire que mon rank progress a augmenté... J'en suis baba, je ne savais même pas que j'en avais un... C'est basé sur quoi, cette note ? Gilbus
  10. Je sais... Le but du magicien n'est pas de donner au public ce qu'il demande, mais de lui donner ce qu'il lui faut. Nous parlons d'enchantements, de mystères et de fantastique... Notre monde est une illusion consensuelle liée à nos sens limités et notre compréhension défaillante. Cette illusion nous protège, elle est un élément de survie, ou l'a été. Mais le sentiment que "la vérité est ailleurs" est à fleur de la surface de nos émotions (je suis convaincu que nous pensons avec nos émotions, l'intellect s'efforçant ensuite de trouver des raisons "logiques" à nos agissements...) Il faut alors peu de chose pour vivre dans un monde magique. Prévoir le futur, par exemple, n'est pas possible dans un univers limité à ce que nous pensons être le réel du quotidien. Mais ce réel n'existe pas : si la science nous a appris une chose, c'est bien que tout est plus complexe que ce que l'on crois. Connaitre le futur est impossible, avec une vision linéaire du temps, qui s'écoule dans un seul sens, à "vitesse" constante. On sait maintenant qu'il y a d'autres façons de voir les choses, que le temps est relatif, que certaines particules se comportent comme si elles remontaient le temps, etc. Cela veut dire que notre conception du temps est fausse, même si elle est pratique. Voir le futur ? Avec quelle définition du temps ? Nous vivons dans un univers fantastique, qui est source d'enchantements permanent... Si on décide de le voir comme tel Un des buts de l'illusionnisme, pour moi, est de fissurer notre coquille de normalité, pour que le spectateur se rende compte, un petit peu, que ce n'est pas l'univers réel, qu'il y a d'autres choses au delà... Et s'il faut tricher un peu pour cela, ce n'est pas grave, la cause est bonne... Gilbus Ps: Oups, j'oubliais : Et il faut divertir les gens, aussi... Arf, j'ai failli me faire lyncher...
  11. Puisque nous sommes sur un forum d'illusionnisme, il est cohérent de s'intéresser au fonctionnement de la magie telle que pratiquée par les occultistes et les voyants, ne serait-ce que pour en faire une imitation acceptable... Il y a deux grandes écoles pour la divination : -Partir d'un système, et y mettre de l'interprétation par son intuition. -Utiliser l'intuition en premier, le système n'ayant qu'un rôle de support facilitateur. Quand je dit "intuition", je me réfère bien sur au pouvoir de connaître les choses cachées, quelque soit le terme qu'on utilise. Ainsi certain adeptes de l'astrologie se perdront dans les calculs complexes, tables d'interprétations et de correspondances, et n'auront parfois pas conscience d'utiliser leur intuition, puisque c'est le système qui est censé représenter l'univers. D'autre systèmes, à l'opposé, donnent une grande part à l'interprétation, par le peu de contraintes qu'ils imposent, comme la chiromancie, par exemple. J'ai cru au départ que les "logies" utilisaient le système, et les "mancies" l'intuition, mais il y a trop d'exceptions pour que cela soit cohérent.... La séparation entre les deux approches est intéressante, car certains défendront leur système, et d'autres leur pouvoir personnel. Pour l'illusionniste, si on veut simuler une divination, il peut être utile de savoir dans quelle optique on se place... Je ne sais pas si cela répond un peu à la question, mais j'aime aussi répondre aux questions qu'on ne m'a pas posées... Gilbus
  12. Il y a une version de wow qui permet de changer le dos de la carte plutôt que la face, il me semble. Sinon, en plus compliqué : tu fais choisir une carte face en l'air, c'est pas la bonne. Tu fais se concentrer le spectateur alors qu'il tiens la carte (df, ou 2 cartes collée à la repo) , en la regardant. Tu le prend en photo avec son appareil. Ca marche pas, tu reprend la carte, étonné, tu lui redonne (top change, ou decolage de la repo sur le paquet) en lui demandant de réessayer dans la même position, tu reprends une photo, marche pas, tu lui dit de garder la position, mais de montrer la carte à l'objectif, et tu fait semblant de reprendre une photo. Il y a maintenant 2 photos dans le tel, dont une montrant la carte désirée, l'autre le dos. Et il reste avec une carte normale différente en main. Gilbus
  13. Tu peux mettre un livre attirant pour cet age : Cards As Weapons de Ricky Jay. Ce livre contient du sexe (les photos de filles toutes nues...) et de la violence, puisqu'on y parle de transformer un objet courant en armes mortelles. Un modèle du genre, par un grand nom de la magie Gilbus
  14. Je ne suis ni vraiment magicien, ni vraiment belge, c'est donc quelqu'un d'autre Mais ça aurait pu, ca ne serais pas la seule fois où je parle de VM à des gens en quête de rencontres Gilbus
  15. Oula, faut que je synthétise, et tu lance un nouveau pavé dans la mare des définitions... Quand j'incluait "le public" dans la création artistique, je parlais du spectacle vivant. Maintenant, un art sans public est-il de l'art ? Vaste question, je vais botter en touche : Oui, c'est bien possible, en dehors du spectacle vivant. Donc, à la fabrication, avant l'exposition, l'artiste peut être convaincu de faire de l'art. Mais tel un certain chat, on ne saura que c'est de l'art qu'en le sortant de sa boite, et en le montrant à un public. C'est l'art de Schrödinger... Allez, je retourne faire mes bêtises devant le public, mais je n'espère pas que ce soit de l' art... Gilbus
×
×
  • Créer...