Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Gilbus

Membre
  • Compteur de contenus

    4660
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    70

Gilbus last won the day on 19 septembre 2022

Gilbus had the most liked content!

6 abonnés

À propos de Gilbus

  • Date de naissance 11/17/1956

Informations Personnelles

  • Localisation
    Rennes / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Bavard

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    oui

Visiteurs récents du profil

7082 visualisations du profil

Gilbus's Achievements

Collaborateur

Collaborateur (7/14)

  • Reacting Well
  • Dedicated
  • Conversation Starter
  • Very Popular Rare
  • Posting Machine Rare

Recent Badges

2.8k

Réputation sur la communauté

  1. Il peut y avoir plusieurs explications : Soit chatgpt est plus malin que toi, et s'amuse à te faire tourner en bourrique. Soit c'est un menteur pathologique qui n'assume pas ses actes. Soit c'est un programme qui imite l'intelligence, mais qui ne comprend rien aux humains. Soit c'est un enfoiré. En tout cas, il vaudra mieux prendre encore un peu de temps avant de faire confiance aux machines... Gilbus
  2. Je viens de l'avoir au tel, il s'est bien remis d'une opération, et repart sur un tas de projets comme à son habitude Donc pas de soucis, sauf qu'il n'a plus accès à vm Gilbus
  3. Mdr, christian : Rendre magique une telle démonstration de baton contact, cela va demander bien plus de travail, de temps, d'entrainement et de persévérance que de faire un bon saut de coupe... Les magiciens qui s'extasient sur de la cardisdtry devraient aller plus souvent voir les jongleurs, les vrais... Gilbus
  4. Non, pas du tout : je ne suis absolument pas sensible à ce qu'il a fait, si j'en crois les exemples sur les liens cités plus haut. Donc si je me moque ce n'est pas du manque, ce mec et ses mic mac, c'est pas ma moquette... A répéter 10 fois de plus en plus vite. Gilbus
  5. Autant pour moi, j'ai parlé trop vite : Il faut que me fille se mette en EI, pour pouvoir émettre une facture... Un reçu ne suffit pas pour défiscaliser. Mais la bonne nouvelle des recherches que je viens de faire, c'est que la "qualité" de l'oeuvre n'est pas prise en compte, ce qui est bien normal pour préserver le système de l'art contemporain... Vive les cocottes en papier ! Gilbus
  6. Je trouve dommage que l'art contemporain ne soit pas accessible aux budgets les plus modestes. Il faudrait démocratiser cet forme d'art, la culture doit être pour tous le monde. Et comme il faut bien commencer : Ma fille fait de l'origami. J'envisage de lui commander une série de 8 cocottes en papier. Avec bien sûr notice de l'artiste, certificat d'authenticité, reçu de la somme qu'elle déclarera aux impots. A 100€ l'oeuvre, j'aurais donc 800€ à défiscaliser de mon côté. C'est cela, l'art contemporain : Une façon géniale de créer...des réductions d'impôt. N'est ce pas une bonne idée ? Gilbus
  7. La célèbre phrase « S'il n'y a pas de truc c'est formidable, mais s'il y en a un, reconnaissez que c'est encore plus fort. » est bien sûr des très célèbres Myr et Myroska... Qui utilisaient abondamment le P. S.... Et je comprend ta déception quand tu vois qu'il faut un p. S. pour faire un miracle... Mais cela repose la question : Pour qui fait-on de la magie ? Si on la fait pour soi, on va privilégier les méthodes intelligentes, subtiles, raffinée, bref, ce qui flatte notre esprit. Si on la fait pour le public, absolument TOUS les moyens sont bons. Le premier choix, contrairement aux apparence, ne va pas toujours dans le sens du second : J'ai souvent vu des techniciens utiliser des techniques de fou pour réaliser un effet qui serait encore plus fort avec une ld, un montage, un trucage... Ou un ps... Il y a bien sûr des méthodes qui sont à la fois intelligente (pour la satisfaction du magicien) et spectaculaires (pour le public), mais chacun doit se poser la question : Pourquoi et pour qui je fais de la magie ? Gilbus
  8. Le monde du spectacle n'est plus à ça prêt : Quelle entreprise demande à ses salariés d'acheter avec ses fonds propre tout le matériel nécessaire à son travail ? Quelle entreprise demande à ses salariés de fournir systématiquement les moyens de transports ? Quelle entreprise demande à ses salariés de créer leur propre poste, de s'occuper de la publicité, des achats, de l'entretien, des costumes, d'engager lui même ses assistants, de créer lui même sa définition de poste, de gérer sa formation en amont, d'inover et renouveler son activité de son propre chef et j'en passe... Alors aider l'employeur à remplir l'équivalent de la fiche de paye, on n'est plus à ça près... La notion de salariat dans le spectacle est utile pour protéger l'artiste, mais il faut être réaliste : Dans les faits, l'artiste doit se comporter comme un travailleur indépendant, y compris pour la recherche de clients, qu'on rebaptise pudiquement et publiquement "employeur", y compris pour la tenue de sa propre comptabilité "personnelle" qui est en fait "professionnelle", y compris pour faire tous ses choix qui lui permettront de continuer, peut être, son activité... Paradoxe de la profession... Gilbus
  9. Si on place cette question dans le cadre de cette discussion sur "la magie ne nait pas dans les mains du magicien, mais dans l'esprit du spectateur", la question n'est alors pas de savoir quelle formule on aime, mais laquelle est la plus apte à créer de la magie dans le public. -Une scènarisation très léchée, des accessoires d'ambiance, un scénario visiblement construit. -ou une rencontre presque informelle avec un personnage extraordinaire, qui est magique en elle même (et en lui même...) . Bonne question. Dans un cas, on a un spectacle. Dans l'autre, une rencontre. Le premier cas me semble apporter beaucoup d'information au spectateur, qui a donc moins de travail à faire pour accepter le spectacle. On est un peu au théâtre. Dans l'autre cas, on met l'esprit du spectateur en route, pour qu'il habille lui même le spectacle de son imaginaire. On est un peu dans le conte. Si c'était si simple, je dirais que bien sûr, le conte qui met l'esprit en marche va être plus à même de créer la magie (dans l'esprit du spectateur...). Mais cela serait oublier une conséquence de la première partie de la phrase : "La magie ne nait pas dans les mains du magicien"! Autrement dit, quelle que soit la présentation choisie par le magicien, ce n'est pas cela qui compte : Scènarisé ou d'apparence impromptue, avec des décors ou du dépouillement, ce n'est pas ce que fait le magicien qui compte (pour créer la magie...) Tout repose alors sur le talent du magicien à faire passer l'émotion magique, et c'est pour cela que les deux peuvent fonctionner. Néanmoins, je pense quand même que pour un public moderne, l'option dépouillée et impromptue est plus parlante. Le public se sentira moins "guidé", il aura une plus grande impression de liberté s'il n'y a pas de décors, de mise en scène apparente, de relation théâtrale visible. Cela se rapprochera plus de la vraie vie que du spectacle de fiction, et permettra donc d'ancrer l'illusion dans le réel, ce qui est plus commode, la magie devant briser le fonctionnement du réel pour exister... Mais les deux alternatives présentées sont des archétypes : On a tout un continuum entre ces deux options qui sont un peu théoriques : Dans un spectacle très théâtralisé au premier degré, on peut aussi avoir une rencontre avec un personnage, et derrière le personnage, avec l'individu. Si on a un décors, il peut être complexe, mais avoir une variété de degrés d'effacements. On peut aussi, par des artifices de mise en scène, utiliser le decors pour poser l'ambiance, mais le faire ensuite disparaître de la conscience du public, même s'il est toujours en vue. Une présentation de type "conférence", par exemple, peut aller d'un côté à l'autre du spectre entre scénarisation et impromptu, et même évoluer en cours de spectacle... Bref, cette alternative entre deux types de présentation est une bonne question, mais ne peux se poser uniquement comme un choix binaire. C'est pour cela que les spectacles sont si différents, et c'est tant mieux Gilbus
  10. J'anime un stage d'initiation au conte chaque année, depuis un bout de temps, mais c'est une formation sur le conte, pas spécifiquement sur la magie contée... Ceci dit, plusieurs magiciens ont suivi ce stage et ils étaient contents... J'ai du faire moins d'une dizaine de stage de magie contée, à destination spécifique des magiciens, soit que je les ai organisés, soit que des clubs me l'ai demandé. Si ça dit à quelqu'un d'organiser, on peut en causer... En fait, je part de l'opposé : Il faut que l'effet soit intéressant. Il faut que l'histoire soit intéressante. Et il faut que la réunion des deux soit plus intéressant que chacun séparément, sans que l'un écrase l'autre. Le rythme et la construction de l'histoire doivent s'intégrer parfaitement au rythme et à la construction du tour. Pour cela, il faut savoir faire le tour, mais ça, les magiciens savent le faire. Et il faut savoir conter, et c'est là qu'il y a des lacunes chez beaucoup de magiciens : conter, c'est une discipline à part entière... Un stage de deux jours ne permet PAS de devenir un conteur, mais permet juste de prendre conscience d'outils et de techniques, et d'avoir une idée de ce qu'est le travail du conteur. Ensuite, ben, il y a du boulot, mais c'est un boulot très stimulant je trouve Bien entendu, le fait d'être magicien, c'est à dire d'avoir une expérience du public, facilite grandement les choses... J'ai fait aussi l'an dernier deux stages pour des clowns, donc du conte clowné, si on peut dire... Le conte est un bon outil pour enrichir les disciplines de spectacles vivant... Et la question de la "présentation" ne se pose même plus, le conte, c'est la présentation... Ce qui n'empêche pas de travailler la construction des effets, bien sûr... Quand au fameux tour des voleurs et des détectives, c'est le niveau zéro de la magie contée : On plaque artificiellement un texte sur un tour, généralement sans aucune des techniques de conteur qui rendraient l'histoire intéressante, et chaque fois que je l'ai entendue, on n'assume pas l'histoire, et on reparle de "cartes" et non des "personnages" au bout de quelques phrases... Bref, je pense qu'il y a un consensus ici pour dire que ce n'est pas le top.. Ce n'est assurément pas ce que je conseille, mais bon, chacun fait ce qu'il peut... Gilbus
  11. N'oublie pas que le silence est la matière première du conteur : C'est le silence qui fait tenir les mots, sans silences, ils tombent en tas sur la scène Ceci dit, même si je promeut la magie contée, mieux vaux un tour silencieux qu'un tour mal raconté. Si on parle pour dire quelque chose (sortir des lines en impro ne me semble pas être de la magie contée) , on devrais travailler son texte au moins autant que l' aspect visuel du tour... C'est pour ça que j'anime parfois des stages de magie contée... (tiens, ça fait longtemps que je n'en ai pas fait... Ca intéresse quelqu'un ?) Gilbus
  12. Ça ne m'étonne pas de jung, quel déconneur... Comme s'il ne savais pas que les deux sont faux... Gilbus
  13. J'utilise régulièrement des boites, des coffres, des malettes, des sacoches, des sacs, des musettes et bien d'autres choses encore, mais curieusement, jamais de servante de table... Les rares fois ou je fais du table à table, je part du principe que je ne fais pas un spectacle, mais un numéro. Cela va donc se résumer à quelques effets, trois tours ou routine maximum, et donc peu de matériel. Tout est dans les poches... Éventuellement un mini tapis à la main, quand c'est un set ou je dois poser... Quand j'ai besoin de tout un bazars comme ce qui est dans l'exemple que tu montres plus haut, c'est que je ne suis pas en table à table, mais en scène, salon ou close up à poste fixe, et dans ces cas là, j'utilise les contenants indiqués plus haut, et je fournis souvent mes propres tables... Dans quelle conditions utilises tu ces organiseurs de table ? Gilbus
×
×
  • Créer...