Aller au contenu

Gilbus

Membre
  • Compteur de contenus

    4 207
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    50

Gilbus last won the day on 8 août

Gilbus had the most liked content!

Réputation sur la communauté

1 849 Respect

À propos de Gilbus

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 17/11/1956

Informations Personnelles

  • Localisation
    Rennes / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Bavard

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    oui

Visiteurs récents du profil

2 783 visualisations du profil
  1. 0€. Et je lui ferais payer le nettoyage du mur, si c'est le mien. D'un autre côté, si le mur est vendu avec, et qu'il est assez grand, ça peut intéresser Bush pour ses relation internationale... Et dire qu'il suffirait que les gens n'achètent pas pour que ça ne se vende pas... Gilbert
  2. J'imagine que tu voulais dire: tous ceux qui se font payer ? Les droits et devoirs des bénévoles sont un peu différents... Gilbus
  3. O non, un scud est une attaque, je n'attaque personne... C'est juste l'habitude du travail en atelier (de conte), où on doit analyser rapidement les histoires d'autres personnes, pour proposer des questions si possibles pertinentes... Je n'ai parlé d'ailleurs que de la structure, de la clarté et de la perception de l'effet et de l'histoire, pas de l'interprétation, qui est plutôt bonne Voir les choses et se demander comment on pourrait les améliorer, ou changer ce qui ne nous convient pas, me semble une bonne idée, c'est ce que l'on fait tous pour notre propre travail... Mais l'autocritique a ses limites, un regard extérieur est indispensable pour se mettre au niveau du ressenti du spectateur, ou pour voir des faiblesses que nous ne percevons pas comme tel. C'est le but du travail à plusieurs, ou, au pire, des commentaires sur un forum. Pas d'attaque, de l'amour... Gilbus
  4. Les nécromanciens sont en générale présentés comme mauvais: Normal, seul dieu peut faire revenir les morts, toute tentative par des humains ne pourrait donner qu'abomination... Là, on a donc un gentil nécromant, puisqu'il veux sauver le pays, cela mérite d'être souligné Ce qui m'a davantage interpellé, c'est le mélange du monde du seigneur des anneaux avec notre monde: en effet, le trèfle est justifié par l'origine Irlandaise, hors l'Irlande n'entre pas bien pour moi dans les terres du milieu... (Dans Harry Potter, par contre, pas de problème...) Enfin, on est interpellés, comme vous l'avez dit, par la faiblesse de l'effet... Une chance sur deux, c'est vraiment peu s'il n'y a pas répétition... Surtout si le spectateur fait un "mauvais" choix de couleur au début... Il faut trouver une autre façon de gérer ce cas, là, celà nuis à l'effet, qui repose sur l'infaillibilité du conteur... Passer à une chance sur 4 ramènerai l'effet au niveau de certain tours célèbres de Duvivier, ça serait déjà mieux... Mais les tours de DD basés sur cette faible probabilité ne passent que par l'aplomb de celui qui les présente: Le spectateur n'est pas confronté à 1 sur 4, mais au fait que le magicien gagne toujours, chaque fois qu'il présente l'effet, ce qui est bien mieux qu'un sur quatre... Cette victoire "à tous les coups" est suggérée par l'attitude de l'interprète, puisque le spectateur vois l'effet une seule fois en général... Dans le cas d'un conte, cela peut se faire aussi, mais pour un"livre dont vous êtes le héros", je trouve que c'est moins évident, bien que j'ai du mal a dire pourquoi... Il faut dire que le moment où on donne le choix au spectateur est une sortie d'histoire, dans ce cas: c'est peut être ça qui me trouble... On pourrait concevoir de ne pas parler du système de livres à choix multiple, mais de donner un rôle au spectateur, pour l'intégrer dans l'histoire... Par exemple, le spectateur est un démon mineur, invoqué par le nécromant, qui va donner l'indication... Le rôle du spectateur est ainsi "dans" l'histoire... Le lien entre le problème du royaume et le roi tueur d'orc pourrait aussi clarifier la mission: Une armée Orc approche, on va chercher le spécialiste, ok. Préciser ce lien plus tôt augmenterait la lisibilité. Le coup du roi actuel qui est trop faible pour le combat est rigolo, mais ne va pas dans le sens de l'ambiance générale de l'histoire... Est ce une bonne idée ? Enfin, la faiblesse relative de l'effet pourrais être compensée par un léger raccourcissement de la scène, et par son intégration dans la suite de l'histoire, ou le roi pourrait prendre la tête de l'armée, par exemple: Une production rapide de toutes les cartes de la bonne famille, représentant les troupes levées, serais peut être un bon complément à cet effet: Ça ne serait plus 1 sur 4, mais tout un tas... Bref, c'est intéressant, car on peut voir plein de choses à changer pour s'approprier ce type d'effets, suivant ses propres valeurs et objectifs... Gilbus
  5. Gilbus

    Sac de Mary Poppins

    C'est pour moi un effet de type "coexistence spatiale". Plus d'info sur les familles d'effet ici Gilbus
  6. Pour quoi faire? Pas besoin de répétition, puisqu'on a le matériel, et qu'on a lu la notice en diagonale: une fois qu'on a le truc, la magie, c'est facile, il suffit de crier "hheee" ( belle création personnelle) ou " restez calme!!!" ( Ça serait pas du Éric Antoine, ça, le maître à penser de toute une génération de magicien?) J'ai beaucoup aimé la participation d'Arthur, qui a su fort a propos se placer systématiquement devant ce qu'il y avait a voir : un vrai pro, puisqu'il a bien compris qu'il ne fallait pas inviter des gens de talents, pour paraître bon en comparaison, et que même en ayant un numéro idiot, il devais rester devant ce numéro " visuel", car c'est son émission... En tout cas, un grand moment de comédie, tout en finesse et subtilités... Gilbus
  7. Gilbus

    Conseils pour Forçage

    Il y aurais sans doute des moyens pour rendre cet exercice moins dangereux, mais on ne va pas en parler ici, c'est publique... Gilbus
  8. Ben non, on ne travaille pas forcément gratos, en association, il n'y a pas que le caritatif. L'asso peut vendre une prestation au client qui ne veux pas de guso, avec une facture, et t'engager pour régulariser ton salaire. Elle est limitée par les histoires de licences si elle veut le faire régulièrement, mais c'est possible ponctuellement. Autrement, comme dit plus haut, tu peux aussi faire la prestation bénévolement pour l'asso, qui facture normalement au client. Tu ne récupères pas d'argent directement, c'est l'asso qui le garde. Mais si c'est une asso contrôlée par des amis, elle peut acheter du matériel dont tu pourras te servir (sans qu'il t'appartienne), ou te payer des formations ( une asso peut très bien dépenser de l'argent pour former ses adhérents, si cela entre dans le cadre de son but (voir ses statuts)... C'est d'ailleurs le cas de toutes les assos qui enseignent quelque chose...). On ne paye pas de charges sociales dans ce dernier cas, mais on ne touche pas d'argent, on profite des services de l'association, c'est différent... On peut faire plein de choses légalement avec une asso Et ce n'est pas une question d'éthique, si la prestation est vendue à un tarif normal, et que l'aspect légale est respecté. Pour ce qui est de travailler non déclaré dans une fête privée genre mariage, c'est totalement illégal : à partir du moment où tu touches de l'argent autre qu'un remboursement de frais réels, tu dois être déclaré. Je ne pense pas qu'il y ait une quelconque différence légale suivant le type de prestation: Scène ou close-up, c'est à déclarer. Le fait que ce soit une fête privée ou un spectacle ouvert au public n'est pas un critère d'activité professionnelle, un grand nombres de pro travaillent (déclarés) dans des fêtes privées.. Gilbus
  9. Dire tout ça ici, ou le youtubeur ne mettra jamais la souris, est inutile à mon sens: Des calibres comme ça, il y en a des milliers. Si tu veux réagir pour sauver celui là, explique lui dans ses commentaires YouTube, pas ici. Explique en quoi le secret est essentiel à la magie, en quoi le debinage tue la magie, la différence entre debinage et aprentissage, et ainsi de suite. Au pire, démoralise le en montrant le ridicule de sa démarche... Pour ma part, j'ai arrêter de faire ce genre de chose il y a des années, après avoir fait de la pédagogie anti debinage pendant des années sur youtube. Nous étions alors au début du debinage youtube en français, avec le soutiens de tous les magiciens, une autre ambiance aurait pû d'instaurer, différente de l'anglaise. Mais une dizaine de personne au mieux voyaient un problème, pour les vieux de la vieille, le debinage avait toujours existé... Bref, les magiciens ignoraient royalement le tournant numérique et ses conséquences (permanence, accessibilité, réactivité, moteurs de recherche...) Maintenant, c'est tout simplement impossible de changer la mentalité des debineurs youtube, il y en a trop, bien plus que de magiciens... des milliers de debineurs, des centaines de milliers de tutos... Ressasser les cas particuliers ne sert hélas à rien, j'en ai peur: on a perdu la bataille numérique... Gilbus
  10. Si tu n’y crois pas, essaie de voir la vidéo de Salvano (le FP sur le bout des doigts)… elle est effectivement incroyable… En fait, il y a deux écoles pour le FP : Visible et invisible. Dans la première, le public a un contact visuel avec le FP. Simplement, le magicien va faire en sorte que l’on ne le perçoive pas : Mais pas besoin d’un réalisme époustouflant. Le réalisme est remplacé par l’angle de vision, la gestion des ombres, le mouvement… Le spectateur voit, mais ne perçoit pas. L’autre école, le FP invisible, ne permet jamais au spectateur de voir réellement le FP, et Salvano était un grand maître de cette technique : Un enchaînement de masquages, de transferts d’une main à l’autre, de déchaussement et rechaussement, font que l’on pense voir les mains vides, y compris les pouces, alors qu’un FP est en action. Plus complexe, car il faut gérer beaucoup de choses, cette version permet effectivement d’utiliser pour la démo un FP de couleur radicalement différente de la main (vert fluo si on veut…) : on ne le verra jamais… C’est une approche assez difficile, mais quel prodige ! Une belle approche, à mon sens, serait de mélanger les deux : Si le FP doit être visible à un moment, car ça nous arrange, le camoufler par le mouvement, l’angle etc. Et quand on le peut, utiliser les techniques de Salvano et ses successeurs du FP invisible. La grande contribution de la méthode Salvano, c’est de nous rappeler que le FP n’a pas à passer tout son temps planté sur notre pouce : C’est un objet qu’on peut empalmer, transférer, cacher, et parfois même mettre sur le pouce Gilbus
  11. Le message véhiculé par cette image est ambigu, on peut lui faire dire des choses contradictoires… Première version : Les magiciens se prennent la tête pour rien, le public, lui, il ne pinaille pas sur des trucs qu’il ne voit même pas, qu’il n’imagine même pas. Donc, les magiciens peuvent discuter sans fin sur des choses qui ne servent à rien. Seconde interprétation : Le public voit un résultat fini, achevé, un tour de magie. Mais pour que le tour fonctionne, le magicien doit, lui, approfondir toutes sortes de choses que le public ne verra pas, mais qui vont être essentiel pour que le tour soit efficace. De la même façon qu’un utilisateur voit la télé comme un prolongement de sa télécommande, tellement simple d’utilisation. Mais pour que la télé marche, il faut que les ingénieurs et techniciens qui ont conçus la télé déploient des trésors de technicité et de connaissances, que l’utilisateur de base n’imagine même pas… Et c’est vrai que les deux versions sont justes : Il arrive que l’on se prenne la tête pour des choses sans aucune importance pour le spectateur. Par exemple, déployer de la technique difficile, qui génère des risques et n’apporte pas de plus-value par rapport à une technique simple qui fait le même effet : cas typique ou le magicien technicien se fait plaisir, sans rien apporter de plus au tour. Et à côté de cela, il y a de bonnes questions (à mon sens), qui doivent être posées, pour enrichir et donner du croustillant au tour : N’importe quel tour peut être amélioré, par la réflexion et les essais, alors que ce sera toujours « un tour de magie » pour le public. Sauf que dans certains cas, le « tour de magie » sera juste une démonstration de truc, et avec un peu de travail, deviendra un miracle… La compréhension du tour par le magicien est essentielle : le magicien doit savoir comment ça marche, et pourquoi ça marche, sous peine de ne pas tirer tout ce qu’il peut du tour… Tiens, un exemple tout chaud : J’étais invité à l’anniversaire de la trésorière d’une de mes associations, il y a peu, et j’ai imaginé un « petit tour » : Le jeu de cartes est mélangé par les spectateurs, pendant ce temps, je montre à tout le monde, et surtout à la trésorière, deux nombres. Le jeu est ensuite mélangé abondement par la trésorière elle-même, en suivant les instructions du public, et en retournant aléatoirement des cartes face en bas ou face en l’air. Au final, le nombre de cartes faces en l’air correspond au premier nombre affiché, le nombre de figures face en l’air au second nombre affiché, et le total des points du même tas donne exactement l’âge de la personne, que tout le monde a déjà en tête, puisque on est là pour lui fêter son anniversaire… Vous avez reconnu bien sûr la mécanique de serial prédiction version Colombini ou de Simon Aronson (SHUFFLE BORED) Dans ce « petit tour », automatique bien sûr, le public ne comprendra pas le fonctionnement. Mais comprendra que c’est totalement impossible ! Mais pour que l’impossibilité soit évidente, il faut travailler le texte, le timing, la gestion des spectateurs, les interactions et enchaînement logique, la motivation etc. Et dans ce cas particulier, j’ai poussé la personnalisation (manipulation de chiffres par une trésorière, lien avec l’âge au tout le monde connais etc…) pour que l’ensemble percute directement l’esprit des spectateurs. Tout ce travail, qui n’est jamais vu en tant que tel par le public, a permis de transformer un tour automatique en miracle qui a stupéfié tout le monde, et dont tous ceux que j’ai revu par la suite m’on reparlés… Et en ce sens, l’image dont nous parlons ici est intéressante : Le spectateur à une vision, si possible claire de ce qui se passe et du caractère impossible de ce qui arrive. Et le magicien, lui, a une vision totalement différente, car il doit mettre en place ce que doit croire le spectateur (donc maîtriser les pensées du spectateur…) tout en gérant l’aspect réel du tour, et tout ce qui se passe « pour de vrai ». Et rendre ces deux aspects compatibles. C’est pour cela que le travail de l’interprète est toujours plus complexe que celui du spectateur, une partie du travail de l’interprète étant justement de simplifier celui du spectateur… Tiens, si on parle des familles d’effets, par exemple, sujet largement débattu dans différentes discussions ici : On peut dire que ça ne sert à rien, discussion oiseuse entre magicien, un tour, c’est un tour… Mais j’ai souvent vu des magiciens semer la confusion chez leurs spectateurs en présentant un effet, tout en mettant un texte et en donnant des arguments appropriés à une autre famille d’effet. Comprendre ce que l’on fait me semble important. Bon, après, moi, je ne comprends pas tout, mais c’est normal, je ne suis pas vraiment magicien… Gilbus
  12. Idées non testées : Le billet brûlé dont on étale les cendres sur le bras pour faire apparaître un message : tu peux nettoyer les cendres avec ton ongent cosmétique... Tu lâches un objet sur une pente copieusement huilée, et il s'arrête à la demande, voire remonte la pente. Trempez là dans l'huile, trempez là dans l'eau... Illustration de la contine ou la souris se transforme en escargot (tout chaud, si tu peux aussi produire un peu de fumée...) De l'huile est versée sur une vitre, et fait apparaître un message... Tu met de l'huile dans une casserole, tu met le feu, le couvercle, et il y a des frites quand tu ouvres ... Gilbus
  13. La question est délicate : il y a plein de styles que les uns ou les autres assimilent à la "magie". Celà peut être un magicien traditionnel de cabaret en style 19ieme siècle, comme tu l'aimes ( à noter que ce numéro en est à sa seconde génération d'interprète, Brahmâ en étant le créateur)... mais cela peut être de la magie d'ambiance et de philosophie, comme Burger... ou de la magie ancrée dans notre époque, comme beaucoup de magiciens actuels en t-shirt et basquet... il n'y a pas qu'une magie, mais dans l'idéal, autant que de magicien... perso, je ne vois pas au nom de quelle tradition je devrait porter un frac en représentation, sauf à faire une reconstitution historique d'un numéro du 18 ou 19ieme siècle. mais nous sommes en spectacle vivant, donc on peut faire ce que l'on veut, c'est un choix artistique... (De la même façon qu'il y a des clowns traditionnels, et d'autres résolument contemporains...) le tout est d'être bien conscient que c'est un choix, et des implications sur le personnage et le spectacle. A quoi ressemble la magie pour moi? A une irruption de l'impossible dans notre univers réel. Du coup, pour coller au réel, je ne semble pas "jouer" de personnage ( même si en fait je joue ), car je trouve que cela m'inclus davantage dans la réalité. Et que cela va donc renforcer l'impossible, par contraste, quand j'arrive à en produire dans la mesure de mes faibles moyens... D'autres préféreront faire dans l'archétype, ou dans le personnage plus outré, pourquoi pas Outre cela, le numéro que tu nous montre est en musique. On a plein d'autres possibilités : parlé, muet, mime, conté, jonglé... L'ambiance va dépendre de ces choix, mais tout peut être magique... Enfin, le style de tours, doit être cohérent, justifié et varié. Cohérent entre le personnage, le contexte, l'ambiance etc. Justifié, car cela va donner plus de relief au numéro ( a noter que tout le monde n'est pas d'accord là dessus, une justification pouvant être implicite: je vous montre ça pour vous montrer de la magie... Ca se discute...) Et varié, pour avoir un numéro intéressant pour un publique contemporain, qui est formaté par les films d'action où il y a plein de rebondissements... Faire 50 apparitions ( de bijoux? ), C'est un choix... Comme un mentaliste qui ne ferais que des prédictions sans apporter de grosses variations dans la procédure. La magie, ben c'est une multitude de choix... Gilbus
  14. Le thème et l'interprétation sont sympas, mais une chose me turlupine dans le final : En général, on garde le plus fort pour la fin. Comme ça se passe en poche, tout le travail d'empalmage et compagnie devient superflux : on va juste imaginer que tu avais d'autres cartes depuis le début dans la poche. Ce qui ne fait pas un effet très fort... Ta méthode prend son sens si tu fais signer les cartes au début, mais signer 4 cartes, c'est plus dur à gérer niveau rythme... Gilbus
  15. On peut voir ça comme ça, mais la comparaison doit être poussée un peu plus loin : Conduire une automobile était réservé à une élite. Maintenant, tout le monde conduit… Tout le monde ? A une nuance près : on doit passer un permis. Autrement dit, suivre des cours, passer du temps à apprendre, se donner du mal, montrer que l’on peut vraiment conduire proprement… Pas si simple, si on y réfléchit. Or la magie est une activité qui demande justement de passer du temps à s’entrainer, apprendre, de se donner du mal… Ce n’est pas simplement connaitre le truc. Donc, la comparaison marche…si on va au bout. On peut aussi comparer avec le violon ou la jonglerie : Ce sont des activités demandant un apprentissage sérieux, avant de pouvoir seulement penser à se montrer en public. Imagine : on déballe le violon qu’on a commandé sur le net, on lit rapidement les 3 premières pages de la méthode livrée avec, on tente de faire sortir quelques sons de l’engin, et paf : on fait un tuto sur le net, pour transmettre sa connaissance chèrement acquise, et montrer qu’on est super !!! C’est exactement ce que font bon nombre de producteurs de tutos. Sauf que ça marche pour eux, car il se contentent de mettre en ligne l’équivalent de la « notice » qu’ils ont reçus, sans la comprendre, sans l’avoir maitrisée, sans l’avoir pratiquée. Et on ne parle même pas d’avoir innové quelque part, d’y avoir mis un peu de soi… ça serait de la science-fiction… Connaitre le truc, et le transmettre, même d’une façon approximative, c’est tout ce qui est demandé aux tutos. Si la démocratisation était l’explication, on verrait sans doute plus de violon « premier jour de cours (avec bouchon d’oreille obligatoire) », ou de jonglerie « premier essai avec trois balles sans savoir lancer une balle ». Mais la magie, ben c’est pas grave de la foirer, et de ridiculiser son enseignement, c’est que des trucs. Et pis c’est chouette de partager, hein ? partager le truc, c’est se faire plein d’amis, la preuve, le compteur de like s’envole… Ce n’est pas comme si on voulait en faire un bon spectacle… Ca c'est pour la qualité... Parlons du secret... Le net dévoile le truc à tout le monde ? ben oui, c’est la démocratisation ! tout le monde a le droit de tout savoir, on vit à l’heure du net ! Bon, je ne mettrais pas mon mail, mon tel, ma carte bleue, ni les tours que j’ai inventés et que j’utilise, mais à part ça, le secret, c’est dépassé, les tours des autres, trop cool de les expliquer… La magie a besoin de secret pour marcher? tu rigoles: ce qui est bien, c'est de savoir le truc! Et puis les gens ne vont pas voir les tutos, s'ils n'ont pas envie de savoir. Et puis sinon, ils oublie, de toute façon... ... Les argument bidons pour justifier le débinage sont connus. et tous facilement démontable, je ramasse les copies dans une heure. En fait, les tutos sont une activité destinée à se faire mousser à peu de frais, on peut même avoir des fans qui suivent la chaine, et notre égo se gave de dopamine à chaque clic. On est en plein dans les contradictions du net, qui essaie d’avoir une réponse identique à tous les problèmes. La vie est un petit peu plus compliqué que ça. C'est ce que nous dit en substance Ramsay, qui en à mare de subir des reproche à cause de ses tutos, ca lui gâche son plaisir… Les gens sont méchants... Bon, il a toujours rien compris au secret, mais c'est pas grave, félicitation! Gilbus
×
×
  • Créer...