Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !

Gilbus

Membre
  • Compteur de contenus

    4 192
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    50

Gilbus last won the day on 8 août

Gilbus had the most liked content!

Réputation sur la communauté

1 823 Respect

À propos de Gilbus

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 17/11/1956

Informations Personnelles

  • Localisation
    Rennes / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Bavard

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    oui

Visiteurs récents du profil

2 719 visualisations du profil
  1. Si tu n’y crois pas, essaie de voir la vidéo de Salvano (le FP sur le bout des doigts)… elle est effectivement incroyable… En fait, il y a deux écoles pour le FP : Visible et invisible. Dans la première, le public a un contact visuel avec le FP. Simplement, le magicien va faire en sorte que l’on ne le perçoive pas : Mais pas besoin d’un réalisme époustouflant. Le réalisme est remplacé par l’angle de vision, la gestion des ombres, le mouvement… Le spectateur voit, mais ne perçoit pas. L’autre école, le FP invisible, ne permet jamais au spectateur de voir réellement le FP, et Salvano était un grand maître de cette technique : Un enchaînement de masquages, de transferts d’une main à l’autre, de déchaussement et rechaussement, font que l’on pense voir les mains vides, y compris les pouces, alors qu’un FP est en action. Plus complexe, car il faut gérer beaucoup de choses, cette version permet effectivement d’utiliser pour la démo un FP de couleur radicalement différente de la main (vert fluo si on veut…) : on ne le verra jamais… C’est une approche assez difficile, mais quel prodige ! Une belle approche, à mon sens, serait de mélanger les deux : Si le FP doit être visible à un moment, car ça nous arrange, le camoufler par le mouvement, l’angle etc. Et quand on le peut, utiliser les techniques de Salvano et ses successeurs du FP invisible. La grande contribution de la méthode Salvano, c’est de nous rappeler que le FP n’a pas à passer tout son temps planté sur notre pouce : C’est un objet qu’on peut empalmer, transférer, cacher, et parfois même mettre sur le pouce Gilbus
  2. Le message véhiculé par cette image est ambigu, on peut lui faire dire des choses contradictoires… Première version : Les magiciens se prennent la tête pour rien, le public, lui, il ne pinaille pas sur des trucs qu’il ne voit même pas, qu’il n’imagine même pas. Donc, les magiciens peuvent discuter sans fin sur des choses qui ne servent à rien. Seconde interprétation : Le public voit un résultat fini, achevé, un tour de magie. Mais pour que le tour fonctionne, le magicien doit, lui, approfondir toutes sortes de choses que le public ne verra pas, mais qui vont être essentiel pour que le tour soit efficace. De la même façon qu’un utilisateur voit la télé comme un prolongement de sa télécommande, tellement simple d’utilisation. Mais pour que la télé marche, il faut que les ingénieurs et techniciens qui ont conçus la télé déploient des trésors de technicité et de connaissances, que l’utilisateur de base n’imagine même pas… Et c’est vrai que les deux versions sont justes : Il arrive que l’on se prenne la tête pour des choses sans aucune importance pour le spectateur. Par exemple, déployer de la technique difficile, qui génère des risques et n’apporte pas de plus-value par rapport à une technique simple qui fait le même effet : cas typique ou le magicien technicien se fait plaisir, sans rien apporter de plus au tour. Et à côté de cela, il y a de bonnes questions (à mon sens), qui doivent être posées, pour enrichir et donner du croustillant au tour : N’importe quel tour peut être amélioré, par la réflexion et les essais, alors que ce sera toujours « un tour de magie » pour le public. Sauf que dans certains cas, le « tour de magie » sera juste une démonstration de truc, et avec un peu de travail, deviendra un miracle… La compréhension du tour par le magicien est essentielle : le magicien doit savoir comment ça marche, et pourquoi ça marche, sous peine de ne pas tirer tout ce qu’il peut du tour… Tiens, un exemple tout chaud : J’étais invité à l’anniversaire de la trésorière d’une de mes associations, il y a peu, et j’ai imaginé un « petit tour » : Le jeu de cartes est mélangé par les spectateurs, pendant ce temps, je montre à tout le monde, et surtout à la trésorière, deux nombres. Le jeu est ensuite mélangé abondement par la trésorière elle-même, en suivant les instructions du public, et en retournant aléatoirement des cartes face en bas ou face en l’air. Au final, le nombre de cartes faces en l’air correspond au premier nombre affiché, le nombre de figures face en l’air au second nombre affiché, et le total des points du même tas donne exactement l’âge de la personne, que tout le monde a déjà en tête, puisque on est là pour lui fêter son anniversaire… Vous avez reconnu bien sûr la mécanique de serial prédiction version Colombini ou de Simon Aronson (SHUFFLE BORED) Dans ce « petit tour », automatique bien sûr, le public ne comprendra pas le fonctionnement. Mais comprendra que c’est totalement impossible ! Mais pour que l’impossibilité soit évidente, il faut travailler le texte, le timing, la gestion des spectateurs, les interactions et enchaînement logique, la motivation etc. Et dans ce cas particulier, j’ai poussé la personnalisation (manipulation de chiffres par une trésorière, lien avec l’âge au tout le monde connais etc…) pour que l’ensemble percute directement l’esprit des spectateurs. Tout ce travail, qui n’est jamais vu en tant que tel par le public, a permis de transformer un tour automatique en miracle qui a stupéfié tout le monde, et dont tous ceux que j’ai revu par la suite m’on reparlés… Et en ce sens, l’image dont nous parlons ici est intéressante : Le spectateur à une vision, si possible claire de ce qui se passe et du caractère impossible de ce qui arrive. Et le magicien, lui, a une vision totalement différente, car il doit mettre en place ce que doit croire le spectateur (donc maîtriser les pensées du spectateur…) tout en gérant l’aspect réel du tour, et tout ce qui se passe « pour de vrai ». Et rendre ces deux aspects compatibles. C’est pour cela que le travail de l’interprète est toujours plus complexe que celui du spectateur, une partie du travail de l’interprète étant justement de simplifier celui du spectateur… Tiens, si on parle des familles d’effets, par exemple, sujet largement débattu dans différentes discussions ici : On peut dire que ça ne sert à rien, discussion oiseuse entre magicien, un tour, c’est un tour… Mais j’ai souvent vu des magiciens semer la confusion chez leurs spectateurs en présentant un effet, tout en mettant un texte et en donnant des arguments appropriés à une autre famille d’effet. Comprendre ce que l’on fait me semble important. Bon, après, moi, je ne comprends pas tout, mais c’est normal, je ne suis pas vraiment magicien… Gilbus
  3. Idées non testées : Le billet brûlé dont on étale les cendres sur le bras pour faire apparaître un message : tu peux nettoyer les cendres avec ton ongent cosmétique... Tu lâches un objet sur une pente copieusement huilée, et il s'arrête à la demande, voire remonte la pente. Trempez là dans l'huile, trempez là dans l'eau... Illustration de la contine ou la souris se transforme en escargot (tout chaud, si tu peux aussi produire un peu de fumée...) De l'huile est versée sur une vitre, et fait apparaître un message... Tu met de l'huile dans une casserole, tu met le feu, le couvercle, et il y a des frites quand tu ouvres ... Gilbus
  4. La question est délicate : il y a plein de styles que les uns ou les autres assimilent à la "magie". Celà peut être un magicien traditionnel de cabaret en style 19ieme siècle, comme tu l'aimes ( à noter que ce numéro en est à sa seconde génération d'interprète, Brahmâ en étant le créateur)... mais cela peut être de la magie d'ambiance et de philosophie, comme Burger... ou de la magie ancrée dans notre époque, comme beaucoup de magiciens actuels en t-shirt et basquet... il n'y a pas qu'une magie, mais dans l'idéal, autant que de magicien... perso, je ne vois pas au nom de quelle tradition je devrait porter un frac en représentation, sauf à faire une reconstitution historique d'un numéro du 18 ou 19ieme siècle. mais nous sommes en spectacle vivant, donc on peut faire ce que l'on veut, c'est un choix artistique... (De la même façon qu'il y a des clowns traditionnels, et d'autres résolument contemporains...) le tout est d'être bien conscient que c'est un choix, et des implications sur le personnage et le spectacle. A quoi ressemble la magie pour moi? A une irruption de l'impossible dans notre univers réel. Du coup, pour coller au réel, je ne semble pas "jouer" de personnage ( même si en fait je joue ), car je trouve que cela m'inclus davantage dans la réalité. Et que cela va donc renforcer l'impossible, par contraste, quand j'arrive à en produire dans la mesure de mes faibles moyens... D'autres préféreront faire dans l'archétype, ou dans le personnage plus outré, pourquoi pas Outre cela, le numéro que tu nous montre est en musique. On a plein d'autres possibilités : parlé, muet, mime, conté, jonglé... L'ambiance va dépendre de ces choix, mais tout peut être magique... Enfin, le style de tours, doit être cohérent, justifié et varié. Cohérent entre le personnage, le contexte, l'ambiance etc. Justifié, car cela va donner plus de relief au numéro ( a noter que tout le monde n'est pas d'accord là dessus, une justification pouvant être implicite: je vous montre ça pour vous montrer de la magie... Ca se discute...) Et varié, pour avoir un numéro intéressant pour un publique contemporain, qui est formaté par les films d'action où il y a plein de rebondissements... Faire 50 apparitions ( de bijoux? ), C'est un choix... Comme un mentaliste qui ne ferais que des prédictions sans apporter de grosses variations dans la procédure. La magie, ben c'est une multitude de choix... Gilbus
  5. Le thème et l'interprétation sont sympas, mais une chose me turlupine dans le final : En général, on garde le plus fort pour la fin. Comme ça se passe en poche, tout le travail d'empalmage et compagnie devient superflux : on va juste imaginer que tu avais d'autres cartes depuis le début dans la poche. Ce qui ne fait pas un effet très fort... Ta méthode prend son sens si tu fais signer les cartes au début, mais signer 4 cartes, c'est plus dur à gérer niveau rythme... Gilbus
  6. On peut voir ça comme ça, mais la comparaison doit être poussée un peu plus loin : Conduire une automobile était réservé à une élite. Maintenant, tout le monde conduit… Tout le monde ? A une nuance près : on doit passer un permis. Autrement dit, suivre des cours, passer du temps à apprendre, se donner du mal, montrer que l’on peut vraiment conduire proprement… Pas si simple, si on y réfléchit. Or la magie est une activité qui demande justement de passer du temps à s’entrainer, apprendre, de se donner du mal… Ce n’est pas simplement connaitre le truc. Donc, la comparaison marche…si on va au bout. On peut aussi comparer avec le violon ou la jonglerie : Ce sont des activités demandant un apprentissage sérieux, avant de pouvoir seulement penser à se montrer en public. Imagine : on déballe le violon qu’on a commandé sur le net, on lit rapidement les 3 premières pages de la méthode livrée avec, on tente de faire sortir quelques sons de l’engin, et paf : on fait un tuto sur le net, pour transmettre sa connaissance chèrement acquise, et montrer qu’on est super !!! C’est exactement ce que font bon nombre de producteurs de tutos. Sauf que ça marche pour eux, car il se contentent de mettre en ligne l’équivalent de la « notice » qu’ils ont reçus, sans la comprendre, sans l’avoir maitrisée, sans l’avoir pratiquée. Et on ne parle même pas d’avoir innové quelque part, d’y avoir mis un peu de soi… ça serait de la science-fiction… Connaitre le truc, et le transmettre, même d’une façon approximative, c’est tout ce qui est demandé aux tutos. Si la démocratisation était l’explication, on verrait sans doute plus de violon « premier jour de cours (avec bouchon d’oreille obligatoire) », ou de jonglerie « premier essai avec trois balles sans savoir lancer une balle ». Mais la magie, ben c’est pas grave de la foirer, et de ridiculiser son enseignement, c’est que des trucs. Et pis c’est chouette de partager, hein ? partager le truc, c’est se faire plein d’amis, la preuve, le compteur de like s’envole… Ce n’est pas comme si on voulait en faire un bon spectacle… Ca c'est pour la qualité... Parlons du secret... Le net dévoile le truc à tout le monde ? ben oui, c’est la démocratisation ! tout le monde a le droit de tout savoir, on vit à l’heure du net ! Bon, je ne mettrais pas mon mail, mon tel, ma carte bleue, ni les tours que j’ai inventés et que j’utilise, mais à part ça, le secret, c’est dépassé, les tours des autres, trop cool de les expliquer… La magie a besoin de secret pour marcher? tu rigoles: ce qui est bien, c'est de savoir le truc! Et puis les gens ne vont pas voir les tutos, s'ils n'ont pas envie de savoir. Et puis sinon, ils oublie, de toute façon... ... Les argument bidons pour justifier le débinage sont connus. et tous facilement démontable, je ramasse les copies dans une heure. En fait, les tutos sont une activité destinée à se faire mousser à peu de frais, on peut même avoir des fans qui suivent la chaine, et notre égo se gave de dopamine à chaque clic. On est en plein dans les contradictions du net, qui essaie d’avoir une réponse identique à tous les problèmes. La vie est un petit peu plus compliqué que ça. C'est ce que nous dit en substance Ramsay, qui en à mare de subir des reproche à cause de ses tutos, ca lui gâche son plaisir… Les gens sont méchants... Bon, il a toujours rien compris au secret, mais c'est pas grave, félicitation! Gilbus
  7. Dévoiler, sans rire? Il ne dépoussièrent plus? Gilbus
  8. Oui. Directement et indirectement. Directement, car il y a quelques années, le snap change est devenu un jeu de cours de récréation. Des dizaines de tutos, et des millions de vues, pour ne parler que les francophones. C’est ainsi que le snap change, comme le back and front, est passé aux oubliettes du répertoire de pas mal de gens… Indirectement, et c'est le principale, car cela formate une partie du public : Nous savons tous qu’il faut, pour que la magie opère, emmener nos gentils spectateurs dans un univers de rêve sans limite et… Foutaises !!!! Tout dans l’ambiance qui est faites autour de la magie, que ce soit les émissions télé (à part quelques bon spectacles…), les interviews de magiciens (bon sang, même les pros se mettent à expliquer des tours, pour terminer joyeusement une interview !), et surtout la présence de la magie sur le net, tourne autour du truc. Plus : autour de la recherche du truc par le spectateur. Demande autour de toi : c’est quoi un spectacle de magie ? C’est un spectacle ou un type montre des choses ou on n’arrive pas à voir le truc. Pourtant, on essaie ! C’est la règle du jeu : il montre un truc, et on doit deviner comment il fait. C’est bien ça, le but des spectacles de magie, non ? …. Il est loin, le rêve, le merveilleux… Je ne dis pas que tous les spectateurs pensent cela, mais une part énorme le fait. Car tout est fait pour leur donner cette magnifique idée que le spectacle de magie n’est qu’une devinette. Ce n’est certes pas nouveau, mais l’ambiance actuelle, et par conséquent le fait que les tutos soient de plus en plus présents sur le net (quand on essaie de voir un spectacle de magie sur YouTube, on trouve plus de tutos que de spectacles…) participe à ce formatage de notre public. Les tutos ne sont pas seuls en cause, beaucoup de magiciens sont dans la démonstration de trucs aussi… Et les magiciens spectateurs les premiers : combien d’entres vous déteste l’émission « fool us » ? Pas beaucoup : pourtant, le but y est clair : des pros essaient de deviner les trucs d’autres pros… L’exemple est clair, non ? Le but d'un spectacle de magie, c'est de deviner, et si on y arrive, on gagne ! Du coup, va-t’en faire rêver les gens… Il faut ramer, désamorcer de force leur intellect, leur faire oublier l’idée du truc, les aiguiller sur d’autres choses que ce stéréotype de la magie devinette… Bref, cela complique le travail à outrance. Voir le rend impossible, au point que, par exemple, certains se sentent le besoin de décoller cette image de magie, et d’appeler ça autrement… Pourquoi cette mode du mentalisme, d’après toi ? Pourquoi tu crois que je fais de la magie contée ? Et pourquoi dis-je sans cesse que je ne suis pas vraiment magicien ? (Ce n’est pas la seule raison, mais s’en est une…) Je pense que ces tutos portent un préjudice global à l’innocence du public, brisent le rêve et l’émerveillement, pour remplacer le sentiment magique par une masturbation intellectuelle. … Pouf pouf… Excusez-moi : Je voulais donc dire : Oui. Gilbus.
  9. Hihihi: je n'ai d'avertion que pour les dérives, pas pour la technologie elle même... La preuve, on discute sur le net, et on y prend plaisir... Et j'ai passé toute ma vie active à faire en sorte que ces technologies soient abordables pour le grand public ( télématique, web, applis etc...) Le problème du virtuel, outre l'absence du public que j'indiquais dans le message d'avant, et sur lequel nous sommes d'accord, c'est aussi parfois une erreur sur le média pour certains tour, qui ne sont pas fait pour passer en vidéo sans modifications importantes... Pour le mélange des disciplines, je suis naturellement pour, par principe, mais il y a des métissages délicats : Marier magie et technologie m'à toujours semblé compliqué, car notre technologie actuelle est tellement "magique" qu'elle laisse bien peu de place au mystère... Le top me semble d'utiliser la technologie de façon cachée, pour ne pas induire d'explication trop facile au public, l'explication, même si elle est erronée, tuant tout mystère... Si on veut marier les deux de façon visible, cela demande énormément de travail... étant d'un naturel paresseux... Gilbus
  10. Je nuancerai le fait de ne pas mélanger tout: magie visuelles, mentalisme, magie générale etc. Ce sont des catégories artificielles liées au côté magicien. L'argumentaire du spectacle, lui, est ce qui se voit côté spectateur. C'est ce côté qui doit être le plus cohérent possible. Par exemple, dans mon spectacle de dimanche, j'avais de la magie contée, des tours de cartes, de la divination, de la lecture de pensées, des coïncidences impossibles, une démonstration avouée de manipulation, etc. J'ai tenté (et réussi je crois...), à tout faire rentrer dans mon thème de base, donné par le titre du spectacle: "Certitudes illusoires" Dans ce contexte, même un tour de cartes assez basic peut devenir un argument pour montrer que certaines certitudes sont effectivement illusoires, tout comme certaines illusions sont réelles... Ce que je voulais dire, c'est qu'il faut veiller à la cohérence non par ce que l'on fait, mais par ce que l'on semble faire... Mais la cohérence est très importante pour le spectateur, bien sûr Gilbus
  11. Il y a de très bonnes idées dans le reste du message, mais j'ai un doute pour la magie pour le net: On peut bien sûr faire de très belles choses, mais il y manque un élément essentiel à mon sens. Le spectateur. On ne joue pas sur le net pour un spectateur, mais pour une caméra. Oh, il y aura bien entendu des vrais gens à regarder au final, mais l'interprète, lui, est face à une caméra. On peut s'en servir, et il y a même des techniques spécifiques pour en tirer partie. Mais je trouve cela très limitatif, cette absence du public réel. Les misdirections seront réduites le plus souvent à leur aspect psychologique, laissant de côté le visuel, le contrôle du regard, la gestion des zooms d'attention, pour les remplacer éventuellement par des zooms caméra, mais c'est bien différent... Il n'y a pas d'interactivité, ou pire, une interactivité simulée... Il n'y a pas de retour instantané, pas d'occasion de rebondir dessus, pas d'échanges d'émotions, ou si peu... Dans certains cas, pour une interprétation très théâtralisée, c'est adapté (il me vient baltasse à l'esprit, qui est top même sur un écran!!!...), mais pour une magie plus standard, on perd vraiment beaucoup, voire trop, à ne le faire qu'en vidéo. Trouve un vrai public, fais du spectacle vivant, pas en conserve, et trouve le plaisir dans le contact avec les gens, pas avec des "likes" Gilbus
  12. Pourquoi faire écrire avant sur un papier: Si le papier est ensuite détruit: pour fixer ce qui est écris dans l'esprit du spectateur, la pensée est trop volatile tant qu'elle n'est pas exprimée. Si le papier est conservé : raison précédente plus le fait de pouvoir se reconcentrer dessus, plus l'argument qu'il ne peut plus changer d'avis... Raison pour lire dans l'esprit de quelqu'un : Ben, outre le fait que c'est fun, j'ai utilisé dimanche dernier dans un festival (j'étais le spectacle de clôture, la classe) l'argumentaire suivant: "On a foi dans nos propres capacités dans certains domaines... Par exemple, je suis sûr que beaucoup parmi vous pensent qu'ils savent garder un secret... C'est ce qu'on va voir..." C'est un argumentaire frisant le défi, mais ça collait bien a ce moment du spectacle... Mais on peut trouver plein d'autres raison pour lire des pensées... Le principal, c'est bien sûr d'en présenter au moins une... Gilbus
  13. A, désolé : quand j'ai cherché des tutos sur youtube, et que j'ai vu une liste qui sortais de mon écran (en magie, pas en fioritures ou puzzle, je sais encore faire la différence), je me suis dit qu'il y avait problème... J'imagine qu'il avait donc fait bien pire avant... Et que donc le principe du secret n'était toujours pas son truc... J'ai tord? Mais c'est vrai que l'événement (un débineur pro qui dit qu'il arrête...) est assez rare pour être remarqué. Dommage que ces gens ne réfléchissent pas AVANT. Gilbus
  14. Merci pour l'info... Hélas, il n'a toujours rien compris au secret... Pourquoi il arrête les tutos? Parce qu'il n'aime pas les confrontations... Un peu tard, après tout ce qu'il a dévoilé... Il doit en avoir marre de se prendre des roustes par les créateurs des tours qu'il explique... ou par des collègues qui les utilisent... La notion de secret, il s'en tape...toujours. Autrement dit, c'est un tartuffe. La preuve? A-t'il retiré les tutos qu'il avait fait avant de proclamer l'arrêt de ses tutos? Ben non... Place t'il le secret dans ses priorités ? Ben non, il continuera à faire des tutos sur "ses" trucs ( en espérant qu'il ne s'agisse pas d'une réinvention d'un ancien truc... Va savoir...) C'est ballot pour un "sage" comme Ramsay, de toujours passer son égo avant les bonnes intentions affichées... Franchement, je trouve cela pitoyable de mettre des années a changer son fusil d'épaule, mais ne pas effacer ce qu'il a fait durant tout ce temps. Cela ne me rend toujours pas le personnage admirable par son comportement. (Ben entendu, je ne parle pas de ses compétences, mais juste de son comportement...) Désolé pour les fans de Ramsay qui peuvent lire ça, mais bon, un petit coup de gueule de temps en temps... Gilbus
  15. Il me semble y avoir deux choses qui sont évoquées : Comme toujours, les mélanger n’apporte guère de réponse cohérente… On parle de notre « blue » à nous, celui du magicien. C’est un problème lié à toute activité, on se demande parfois, au bout d’un moment, si ça vaut le coup, de dépenser tant de temps, d’énergie, d’argent, là-dedans. Un petit spectacle réussi, et ça remotive… Et l’autre côté, c’est la façon dont est perçu la magie, qui semble tomber à plat, quand on dit qu’on en fait… Là, c’est uniquement un problème de présentation : On n’est plus dans l’introspection, on est dans la vente ! On ne doit pas parler de ce qui nous fait vibrer, mais de ce qui va faire vibrer le spectateur potentiel qui pose la question… Parfois, c’est la même chose, car la passion ardente est une belle chose à partager… Mais pas toujours. On peut mentir, on peut embellir, on peut appâter… Une célèbre conteuse (Gigi Bigot) ne se présente pas directement en tant que conteuse, mais comme « marchande d’étoiles » … Ça en jette, non? La poésie, le mystère, les chemins détournés, voilà qui peut intéresser les gens. Les gens aiment être intéressés. Une bonne méthode, pour intéresser les gens, ce n’est pas de parler de nous. C’est de parler d’eux. Cette règle de base de la vente, on peut la mettre en place aussi bien dans nos spectacles que dans une simple présentation… Si vous dite que vous être un chercheur de talents, et que d'ailleurs, celui qui pose la question semble avoir un talent... Ensuite, vous montrez que le spectateur va lui-même faire un miracle, mais quel talent ! En médiéval, je ne me présente jamais ni comme magicien (pas envie de finir sur un bûcher, moi....), ni même comme un bateleur... Je suis un amuseur qui leur apprend des jeux... (les jeux sont naturellement impossible, et le spectateur comprend assez vite à qui il a affaire....mais c'est trop tard, il est appâté...) Bref, il est rare que je me présente comme magicien… D'ailleurs, je ne suis pas vraiment magicien… Gilbus
×
×
  • Créer...