Aller au contenu

Patricia

Membre
  • Compteur de contenus

    499
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    16

Patricia last won the day on 11 juillet

Patricia had the most liked content!

Réputation sur la communauté

481 Respect

À propos de Patricia

  • Rang
    VMiste**
  • Date de naissance 06/03/1974

Informations Personnelles

  • Localisation
    Murs Erigné (49) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Communication et Développement Digital

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    magie pour enfants, créativité

Visiteurs récents du profil

1 712 visualisations du profil
  1. Même si tu sais comment cela marche, tu vois la vidéo et wouah c'est de la vraie magie. Ceux qui en sont les heureux possesseurs peuvent-ils nous dire comment la personne qui devine réagit une fois l'émotion passée ?
  2. Patricia

    Magiciens automates

    Pour le plaisir des yeux et de la découverte. Un vrai faux automate
  3. Je l'ai fini récemment. Je suis très contente du design et le vinyl est top. Elle fait des envieux chez mes copains magiciens. Mille mercis pour ta gentillesse et pour la qualité de ton travail. C'est l'équivalent de Goliath l'acrobate de Gérard Bakner. Olaf la girafe qui fait des farces. Olaf se promène dans la savane et fait des farces en changeant sa tête de place dès que les enfants l’appellent : « 1,2,3 abracadabra, Olaf la girafe es-tu là ? » Phase 1 : présentation de la girafe Phase 2 : la tête est en bas Phase 3 : la tête est au milieu Phase 4 : puisque la girafe n’en fait qu’à sa tête, le magicien la cache et elle revient à sa place.
  4. https://www.terrafemina.com/article/eric-antoine-dans-le-monde-de-la-magie-les-femmes-font-tout-le-boulot_a272624/1
  5. oui j'oubliais, j'ai eu le droit aussi à une pizza paddle.
  6. pas seulement...http://animation.hepvs.ch/acm/images/stories/Marionnettes_sandra/type_de_marionnettes.pdf De la ventriloquie sans parler ce n'est plus de la ventriloquie. Le ventriloque est un marionnettiste. D'ailleurs on parle de poupée ou marionnette ventriloque. Cela ne répond pas à ta demande (navrée) mais ce sont des marionnettes magiciennes ! Je ne trouve pas de spectacle avec une marionnette à gant sans parole. Si tu veux développer ce type d'approche, je pense qu'il faut "juste" donner vie à ta marionnette et que tu interagisses avec elle comme tu le ferais avec un(e) partenaire de magie. Mais ce "juste" est un art. Des cours avec un marionnettiste te permettrait de faire des bonds de géant. J'ai un corbeau à gant à la maison et ton message me donne envie de le ressortir. Merci à toi.
  7. ...et un homme généreux, il m'a offert la version close-up d'Olaf la girafe façon Dice élévator pour le plus grand bonheur des enfants et des parents (elle fait un carton sur les adultes cette girafe, c'est très surprenant). Je n'ai pas encore testé le dice élévator car un tel bijou mérite une routine construite et une parfaite maîtrise. Bref, du bel ouvrage, non ? Merci David
  8. Multicolore, un spectacle de marionnettes sac, sans paroles et en musique. https://www.champdebataille.net/spectacle/multicolore-2/ Un extrait : Ventriloquie sans paroles, n'est-ce pas du marionnettisme finalement ?
  9. Audiard est un Dieu du dialogue n'est-ce pas ?
  10. Tu ne provoques rien, ni ne bouscules personne car tu ne débats pas. Pour rappel le débat est un échange dans lequel chacun expose ses arguments. Où est ta construction narrative ? Où sont tes arguments de fond ? je ne parle pas de ressenti, je te parle du fond (et non de la forme) : sur ce sujet, tu n'as pas d'arguments de fond, de pensée construite et réfléchie. La ponctuation, les temps de pause ne changent rien à la vacuité du contenu. Le sujet initial n'est pas celui-ci, tu n'en as même pas effleurer la surface et tu te présentes en mètre -étalon du QI d'autrui : mazette je suis ébaubie. Une pique car tu soulignes que je m'appuie sur des écrits externes en citant mes sources ? Pour moi c'est un compliment : c'est une preuve d'intelligence que de s'appuyer sur des personnes plus compétentes et d'honnêteté intellectuelle que de les citer. Un peu d'auto-critique : dans nos échanges, j'ai commis le pêché de manquer de discernement. Ta suffisance est finalement le paravent de ton manque de profondeur. Tu n'as avancé aucun argument de fond, ce qui est un exploit à saluer* au regard de tes pavés. Pour ma part, je retrouve mon discernement et arrête là ces échanges définitivement stériles. J'aurai dû le faire plus tôt mais l'attirance du vide probablement*... * plaisir d'offrir, joie de recevoir : est-ce suffisamment mordant et piquant ?
  11. L'intégralité de cette intervention est à saluer : construite, raisonnée, intelligente, respectueuse, etc. Que l'on partage ou non les propos tenus, que cela fait du bien de te lire. MERCI !
  12. ll serait intéressant d'avoir le point de vue de linguistes sur le sujet des mots-valises et de leur utilité (ou pas). Tu es suffisant avec tes contradicteurs (homme ou femme). A mon tour de l'être, bien que je goûte peu l'exercice. Il est difficile voire impossible de débattre en profondeur avec toi. Tes convictions et tes opinions sont respectables mais tes arguments pour les défendre sont faibles et n'incitent pas à approfondir le sujet. Il y avait pourtant matière à des échanges contradictoires et riches : la linguistique, la diffusion de la culture anglo-saxonne par l'appropriation de mots pour décrire des situations, l'enrichissement ou l'appauvrissement de la langue et de la pensée via les mots-valises, le néoparler, le patriarcat et ses dérives, le féminisme et ses dérives, les misogynes, etc. Tu réduis ton raisonnement à une intime conviction,à une amie qui pense comme toi et à des claques aux c*****rds. Nous sommes loin de bretter avec panache. Sur d'autres sujets, d'autres interlocuteurs ont essayé de t'expliquer parfois directement ou avec plus de discrétion ta suffisance dans les échanges. Sont-ils tous des imbéciles, des coincer de l'anus qui méritent de péter un bon coup ou serait-il possible que tes formulations te nuisent car elles te font passer pour tel ? Si c'est le cas, alors tu gagnerais à prendre en considération les sentiments que tu produis chez autrui et qui ne sont peut-être pas le reflet de ta personnalité (à moins que tu sois réellement suffisant tout simplement). Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) et Quand la girafe dans avec le chacal seront mes lectures de cet été. Elles pourront peut-être également t'intéresser ou pas.
  13. Merci de reprendre ce que j'ai posté plus haut. Je ne devais pas être assez claire. Pourtant l'exemple du sénateur US me semblait parlant. Cet argument a du sens si ce terme est mal utilisé ou dans l'objectif idiot de disqualifier son interlocuteur car il est un homme. Mais le terme est réellement utile s'il dénonce un interlocuteur coutumier de condescendance uniquement envers les femmes (et j'en connais quelques uns dans mon milieu professionnel). Par exemple, à tort ou à raison (les difficultés de l'écrit), je trouve la prose de Florian suffisante. Pour autant je n'en appelle pas au mainsplaining car j'ai remarqué que qu'il est coutumier du fait et ce quel que soit son interlocuteur donc le sexe ici ne joue pas selon moi. Il faut l'utiliser avec parcimonie, et le fond, la répétition, le contexte, etc. comptent autrement cela n'a pas de sens.
  14. Pourtant il n'est guère récent : Le terme « splaining » et le verbe « splain » en anglais existent depuis 1989 et décrivent en général des explications condescendantes qu'elles soient courtes ou étendues. Dès lors, le terme a connu plusieurs préfixes se référant à la personne qui fait l'explication. Le terme « mansplaining » est celui qui est le plus communément utilisé et serait apparu en 2008 après la publication d'un article de l'écrivaine Rebecca Solnit dans le Los Angeles Times, où elle racontait comment son interlocuteur lui avait longuement parlé d'un livre, sans qu'elle parvienne à lui expliquer qu'elle en était l'auteure (cocasse, non ?). Elle n'utilise pas le terme « mansplaining » mais décrit le phénomène comme quelque chose que toutes les femmes connaissent (malheureusement oui)*, et les premières occurrences du mot apparaissent sur Internet à ce moment-là * tiens un bel exemple. Je ne connais aucune femme qui viendrait en experte expliquer à un homme comment vivre certaines particuliarités masculines (érection du matin, coup de pied dans les parties, etc.). En revanche, le nombre d'hommes (en dehors du corps médical) qui ont pensé utile de m'expliquer tous ces événements qui font ma vie de femme (règle, grossesse, allaitement...) sont assez nombreux pour être notés !
×
×
  • Créer...