Aller au contenu

Charlie Hebdo a des c*****es!


Dorian CAUDAL

Recommended Posts

L'amitié de Val et de Sarkozy me paraît une bonne piste.

En tout cas, moins parano que ce qu'on a pu lire du genre "on peut pas toucher aux juifs".

Donc on est bien loin de ce qu'est véritablement la liberté d'expression...

la liberté s'arrête du moment ou mon intérêt sera préservé!

J'appelle cela de la lâcheté dans ce cas!

Etrange pour un journal qui prône l'indépendance dans ses choix....

On en a déjà parlé plus haut, Val est un naze (un exemple, voir ses calomnies contre Chomsky, un autre, sa censure de Denis Robert et de l'affaire Clearstream), il n'aurait pas dû virer Siné, il a perdu en justice d'ailleurs...

et Charb s'en est nettement démarqué lorsque Val est parti à France inter.

Certains dessins sont un peu insultants en effet, comme celui (danois) avec le turban transformé en bombe... qui peut être pris comme le fait que tous les musulmans sont des terroristes.

Mais les autres, qui représentent le prophète Mahomet, comme celui de la "une" du dernier numéro, je pense que tu seras d'accord pour dire qu'il ne se moque pas du tout, au contraire...

Mouais mis en dehors du fait que le dessin ressemble étrangement a un ......... (on m'a compris)

Et même à un double .......

Je pense que Luz n'y avait même pas pensé...

D'ailleurs, Le personnage en « une » de « Charlie Hebdo » n'est pas le Prophète ! (Le Monde)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

IRRESPONSABLES DE QUOI ?

De refuser dans le moule ?

Celui dans lequel je suis me suffit bien !

Ha ! Ha ! Ha ! Je vous adore ! Vous êtes génial, continuez ! Je sais pas si vous êtes au premier ou au second degré mais en tout cas, même si j'étais un peu déconcerté au début, maintenant: JE SUIS FAN ! :):)

C'est dingue cette condescendance....

C'est parce que ça n'en est pas. En fait, ce serait plutôt de l'ironie. ;)

Sinon, blague à part...

Est-ce que le coran interdit de représenter le prophète Mohammad ?

Ben non... Pas la moindre sourate à ce sujet. C'est simplement une idée reçue de la part de la grande majorité des musulmans et qui, de plus, varie selon les pays et les courants. Un célèbre islamologue, Radouane Attiya, l'explique par ailleurs très bien:

"le Coran reste silencieux sur une quelconque condamnation de toute représentation. Il faut plutôt chercher dans la Sunna, deuxième source scripturaire de l’islam qui fait également autorité dans le monde musulman. La condamnation y est explicite : il est interdit de représenter tout être animé, qu’il soit être humain ou animal".

Ceci explique que le prophète a été largement représenté dans l'histoire jusqu'à la fin du moyen âge puis de moins en moins. Sauf pour les musulmans chiites qui continuent encore aujourd'hui à dessiner Mohammad sans problèmes et même...

...sans déclencher la moindre manifestation d'opposition chez leurs cousins sunnites.

Tiens donc ?

Modifié par Gibé
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Boums :

"Si justement il visait spécialement la communauté musulmane dans le sens ou ce n'était pas n'importe qui qui était représenté mais le prophète... et non les intégristes comme tu le prétends...

D'ailleurs je ne comprend pas qu'on puisse encore pensé que ce n'était pas le prophète car clairement Charlie Hebdo l'affirmait!"

La représentation du prophète est interdite POUR UN MUSULMAN mais non pour un NON MUSULMAN pour qui Mahomet n'est pas un prophète.

C'est noté où qu'on ne doit pas représenter Mahomet ? Dans le Coran.

Qui doit obéir au Coran ? Le musulman.

Un NON MUSULMAN n'a pas à se soumettre aux recommandations du Coran.

Cette histoire de ne pas représenter le prophète n'a de sens que dans l'esprit d'un musulman.

Le musulman doit comprendre que tout le monde ne pense pas comme lui.

Si effectivement le musulman est choqué de la caricature de son prophète, l'athée a aussi le droit d'être choqué qu'on lui refuse de le représenter et par la même à obéir aux préceptes d'une religion qui n'est pas la sienne.

Le musulman qui refuse l'existence de ces caricatures veut donc qu'on obéisse au Coran et agit donc en dictateur.

Le musulman qui ne comprend pas cela doit donc se trouver choqué en nous regardant manger pendant le ramadan et devrait nous le faire remarquer en nous disant qu'il est interdit de manger pdt cette période.

Est-ce qu'un catholique se trouve choqué quand un musulman ne vient pas à la messe le dimanche et vient s'en plaindre ? Un musulman doit-il se plier aux recommandations religieuses d'un chrétien ?

Bien-sûr que non. Et bien l'inverse est vrai aussi.

Modifié par Melvin

Melvin

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Luc Besson

JaB

~~~~~~~~~~

Le monde n'est pas ce que vous croyez, voyez, sentez, touchez, entendez .. !

1/Si temps R. (temps du réel) = V. (temps du virtuel) =/ R. (temps du réel),

2/ Alors temps RV. ?(temps de la réalité virtuelle) = V.=R.

3/ Et temps RA. (temps de la réalité augmentée) = [(RV. * RV.)*w.] / T.

#

L'illusion est parfaite !

Réveillez-vous,.. éveillez votre entourage...

RêveSolutions.. !

http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm

Si l’utopie traduisait l’impossible, la vie, l'humain n'existeraient pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La représentation du prophète est interdite POUR UN MUSULMAN mais non pour un NON MUSULMAN pour qui Mahomet n'est pas un prophète.

C'est noté où qu'on ne doit pas représenter Mahomet ? Dans le Coran.

Qui doit obéir au Coran ? Le musulman.

Un NON MUSULMAN n'a pas à se soumettre aux recommandations du Coran.

Cette histoire de ne pas représenter le prophète n'a de sens que dans l'esprit d'un musulman.

Le musulman doit comprendre que tout le monde ne pense pas comme lui.

Si effectivement le musulman est choqué de la caricature de son prophète, l'athée a aussi le droit d'être choqué qu'on lui refuse de le représenter et par la même à obéir aux préceptes d'une religion qui n'est pas la sienne.

Le musulman qui refuse l'existence de ces caricatures veut donc qu'on obéisse au Coran et agit donc en dictateur.

Le musulman qui ne comprend pas cela doit donc se trouver choqué en nous regardant manger pendant le ramadan et devrait nous le faire remarquer en nous disant qu'il est interdit de manger pdt cette période.

Est-ce qu'un catholique se trouve choqué quand un musulman ne vient pas à la messe le dimanche et vient s'en plaindre ? Un musulman doit-il se plier aux recommandations religieuses d'un chrétien ?

Bien-sûr que non. Et bien l'inverse est vrai aussi.

Bravo! C'est exactement le fond de ma pensée. Je ne trouvais pas les mots pour le dire mais là, c'est très bien écrit!

Magie... Magie? Magie !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'amitié de Val et de Sarkozy me paraît une bonne piste.

En tout cas, moins parano que ce qu'on a pu lire du genre "on peut pas toucher aux juifs".

Donc on est bien loin de ce qu'est véritablement la liberté d'expression...

la liberté s'arrête du moment ou mon intérêt sera préservé!

J'appelle cela de la lâcheté dans ce cas!

Etrange pour un journal qui prône l'indépendance dans ses choix....

Lâcheté, sur ce coup-là, sans le moindre doute.

D'une façon plus générale, je ne suis pas sûr qu'avoir bravé pendant quatre ans des menaces de mort ressemble à une quelconque auto-censure par lâcheté.

Val avait un intérêt politique. Dès l'instant où il a quitté le journal, ses parts ont été rachetées et il n'a plus eu son mot à dire.

Mais je ne comprends pas le but de la démonstration.

Admettons que Charlie Hebdo n'ait pas toujours été pertinent dans ses choix éditoriaux.

Admettons que, des fois, ils n'aient pas été aussi drôles qu'ils le voulaient.

Admettons que, des fois, ils aient été partiaux (je rappelle qu'ils ne se sont jamais cachés d'être engagés d'un certain côté de l'échiquier politique, pour beaucoup d'entre eux).

Admettons (disons, pour que la conversation avance) qu'ils aient pu être lâches à certains moments.

Où est ce que ça nous amène ? Quel est la conclusion qu'on peut en tirer ?

La conclusion ?

Charlie Hebdo est un fanzine libertaire. Il l'a toujours été. Ses choix sont donc pertinents (sans forcément être toujours drôle) par rapport à sa ligne éditoriale et à ses racines. Ceux qui le soutiennent devraient se poser la question sur ce qu'il est réellement, ce journal. Car si certains sont de bonne foi sur la défense de la liberté, d'autres qui réclament à cors et à cris la liberté d'expression à cette occasion n'en ont peut-être pas forcément cure pour les autres, mais juste pour eux, même si elle génère une blessure chez les autres, à l'instar justement de CH qui, considérant que les croyants ont tort et que les athées laïcistes (entendez-là "fondamentalistes laïcs") ont LA Vérité, souhaitant dénoncer toute autorité imposée (dont la religion), essaient d'imposer leurs vues quitte à semer des germes de haine ou à en exacerber d'autres.

En fait, y'a pas plus libertaire que ça. Dans la lignée de Bakounine qui disait que "l’existence de Dieu implique l’abdication de la raison et de la justice humaine, elle est la négation de l’humaine liberté et aboutit nécessairement à un esclavage non seulement théorique mais pratique", CH fait partie de ces journaux qui prétendent libérer les peuples de l'asservissement religieux. Consciemment ou inconsciemment, mais cela est dans les racines mêmes de CH.

Je précise mon propos, toujours en citant Bakounine :

"Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes ou femmes, sont également libres. La liberté d’autrui, loin d’être une limite ou une négation de ma liberté, en est au contraire la condition nécessaire et la confirmation. Je ne deviens vraiment libre que par la liberté des autres, de sorte que, plus nombreux sont les hommes libres qui m’entourent, et plus étendue et plus large est leur liberté, plus étendue et plus profonde devient la mienne. C’est au contraire l’esclavage des autres qui pose une barrière à ma liberté, ou, ce qui revient au même, c’est leur bestialité qui est une négation de mon humanité parce que, encore une fois, je ne puis me dire libre vraiment que lorsque ma liberté, ou ce qui veut dire la même chose, lorsque ma dignité d’homme, mon droit humain, qui consiste à n’obéir à aucun homme et à ne déterminer mes actes que conformément à mes convictions propres, réfléchit par la conscience également libre de tous, me reviennent confirmés par l’assentiment de tout le monde. Ma liberté personnelle ainsi confirmée par la liberté de tous s’étend à l’infini."

Si en premier lieu il a partiellement raison (encore qu'il parle avant tout de son droit d'humain avant son devoir, plaçant l'individuel au centre et est donc bien loin de ce que dit Levinas dans son rapport à l'Autre), en disant que l'on est vraiment libre que lorsque tous ceux qui nous entourent sont libres, Bakounine perd sa liberté dès l'instant où il supprime chez les autres leur propre liberté en tentant d'en imposer sa vision propre. Il entend donc par son propre dogme asservir l'humanité à sa propre vision de la liberté.

CH est dans cette ligne, justifiant certainement sa position de poil à gratter des religions et du politique, mais qui ne peut être justifiée par une simple mention appelant à la liberté d'expression.

L'Homme est quelqu'un de responsable (enfin... normalement). La liberté d'expression ne saurait justifier tout manquement à ces responsabilités et au respect de l'autre : lui laisser la possibilité de s'exprimer (pourquoi pas par des caricatures) mais s'exonérer de provocations inutiles. On peut dénoncer des choses de manière plus constructives qu'en se foutant des gens.

Modifié par tanhouarn

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On peut dénoncer des choses de manière plus constructives qu'en se foutant des gens.

Tout à fait !

On peut prendre son stylo (ou son clavier) et développer des arguments philosophiques ou scientifiques sur l'existence ou l'inexistence de Dieu... la réalité ou l'irréalité de monde et des phénomènes... D'ailleurs les deux sujets sont un seul un même sujet (enfin ça c'est mon avis ! ;) ).

Après les quelques fois où j'ai lu CH (je suis plutôt lecteur du Canard Enchainé, moi) j'y ai vu, aussi, quelques articles de fond assez intéressants (ceux de Bernard Maris par exemple ou d'Elsa Cayat, la psychiatre/psychanalyste qui collaborait à CH et qui est morte dans la tuerie).

La participation d'Elsa Cayat à Charlie avait provoqué d’ailleurs un peu de gêne et de polémique dans certains milieux.

Comment ça ? Un journal libertaire, athée, rationaliste et tout et tout qui publie le billet d'une psychanalyste ? Hérésieeeeee !!!! (psychanalyse fausse science etc... enfin vous connaissez la musique quoi ! :) ).

(source ICI )

Jean-Louis Racca, enseignant en mathématiques et membre de l’Observatoire Zététique, accusait notamment Charlie Hebdo de soutenir « inconditionnellement » la psychanalyse et de « piétiner allègrement (…) nombre de principes prétendument défendus par le journal ».

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Thomas changed the title to Charlie Hebdo a des c*****es!

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Créer...