Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Patrick FROMENT

Membre
  • Compteur de contenus

    4789
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    5

Patrick FROMENT last won the day on 1 août 2021

Patrick FROMENT had the most liked content!

5 abonnés

À propos de Patrick FROMENT

  • Date de naissance 12/18/1967

Informations Personnelles

  • Localisation
    Montpellier (34) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    thérapeute de couple

Visiteurs récents du profil

6165 visualisations du profil

Patrick FROMENT's Achievements

Régulier dans la Communauté

Régulier dans la Communauté (8/14)

  • Conversation Starter
  • Reacting Well
  • Dedicated
  • Posting Machine Rare
  • Collaborator Rare

Recent Badges

1.3k

Réputation sur la communauté

  1. Le Comité belge pour l'analyse critique des parasciences anciennement Comité Belge pour l’Investigation scientifique des Phénomènes réputés paranormaux est une association de sceptiques qui existe depuis 1949. Une visite de leur site (ICI) et un parcours des nombreux articles convaincra le lecteur que les sceptiques belges sont aussi efficaces que leurs homologues français sur le plan de l'analyse critique des parasciences. Un article intéressant de Jérémy Royaux relaie les critiques du groupe Zet-éthique Métacritique (un groupe de sceptiques et de rationalistes particulièrement critiques vis à vis de la dérive scientiste d'une partie de la sphère zététique) : Un mouvement sceptique au bord de la scission ? Quelques critiques émises et relayées : ... On a l'impression de lire du Patrick Froment (particulièrement sur les deux derniers points). L'article de Jérémy Royaux semble valider largement ces critiques tout en les nuançant un peu :
  2. Merde ! ... Si même Marianne assimile la "sphère zététicienne" à des "scientistes"... Quand le wokisme s'infiltre même chez les scientistes
  3. Il y a certainement plusieurs priorités : - Promouvoir la science et la raison - Lutter contre la désinformation - Entendre que la science ne répond pas (en tout cas aujourd’hui) aux questions les plus essentielles et, donc, ne pas attendre de la science plus de réponses que celles qu’elle est capable de fournir - Comprendre et intégrer que, quoi qu’il en soit, le monde ordinaire et l'existence se plient mal aux raides catégories du vrai et du faux comme le dit, si bien, Pierre-Yves Bourdil
  4. Article relativement récent dans la très sérieuse revue Les Enjeux de l'Information et de la Communication par Cyrille Bodin, chercheur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Strasbourg : La zététique ou les usages multiples d’une mise en récit scientiste du monde social Un état des lieux assez précis autant qu'une critique virulente mais, néanmoins, juste et très argumentée de la zététique. L'angle utilisé est, aussi bien, celui des sciences de l'information et de la sociologie que celui de l'épistémologie (angle sur lequel la zététique présente, selon moi, de grosses faiblesses comme cela a été évoqué dans les précédents messages) Je mets quelques citations rapides mais tout l'article pourrait être cité tellement il me semble pertinent.
  5. "Il existe un tunnel obscur dans la Lumière Infinie. On l’appelle «Temps». Lorsqu’un humain entre dans ce tunnel, On appelle cela «naître». Lorsqu’un humain marche au long de ce tunnel, On appelle cela «vivre». Lorsqu’un humain sort de ce tunnel, On appelle cela «mourir». Considérer que vivre se réduit à évoluer au long de ce tunnel obscur, Cela s’appelle «illusion». Percer des trous dans ce tunnel obscur Cela s’appelle, «science». Savoir que la Lumière est autour du tunnel, Cela s’appelle «Foi». Voir la Lumière dans le tunnel obscur, Cela s’appelle «Amour». Voir la Lumière à travers le Tunnel obscur, Cela s’appelle «Sagesse». Éclairer le tunnel obscur de sa propre Lumière, Cela s’appelle «Sainteté». Confondre la Lumière et le Tunnel obscur, Cela est au-delà des mots." Lao Tseu
  6. C'est comme quand on fait une expérience de mentalisme et que le spectateur voit de la télépathie ou de la clairvoyance. Le client est roi !
  7. Joseph Jastrow, né le 30 janvier 1863 à Varsovie et mort le 8 janvier 1944 à Stockbridge (Massachusetts) est un psychologue et universitaire américain d'origine polonaise. Joseph Jastrow est surtout connu pour ses dessins ambigus et ses illusions d'optique, illustrant la question « croit-on ce que l'on voit, ou voit-on ce que l'on croit ? ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Jastrow L'illusion dite de Jastrow est une de ses plus fameuses découvertes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Illusion_de_Jastrow
  8. un book-test inversé... (comme dans la version 2.0 du MOABT ou dans Abyss)
  9. Merci pour cette info. Cela me rappelle un ouvrage de Michel Hulin que j'ai lu il y a quelques années, un véritable "OLNI" (Objet littéraire non identifié) comme je les aime. Au jour du grand passage que ferez-vous de votre corps ? Au delà de l'aspect écologique, le livre est aussi une large réflexion et une étude sur les rites funéraires depuis l'aube de l'humanité (rappelons que l'existence de rites funéraires est un des signes de notre humanité). Intéressant de voir aussi le rapport très varié à la dépouille mortelle en fonction des civilisations : l’Égypte ancienne considérait qu'il fallait garder le corps dans un très bon état de conservation (d'où la momification) alors qu'en Inde, par exemple, on considère que le corps doit très vite redevenir poussière par la crémation.
  10. Effectivement j'avais signalé ces cours ici même en août 2021, pointant déjà le grand paradoxe de la zététique que j'évoquais hier : et Notons que cette affirmation selon laquelle le spiritualisme et le matérialisme n'est qu'une affaire de "foi" sont les mots même de Richard Monvoisin dans ce cours (une histoire de préférence métaphysique comme je le dis souvent). Bon... Richard Monvoisin a mis 20 ans à comprendre ça (ça aussi il le dit dans le même cours) cependant Karl Popper (certainement un de ses épistémologues préférés) disait déjà la même chose au siècle dernier. Il y a presque là, déjà, une contradiction ou un paradoxe à reconnaître l’indécidabilité entre la vision matérialiste et la vision spiritualiste (je préfère dire "idéaliste") et à être zététicien et, donc, militer implicitement pour le matérialisme (un matérialisme qui souvent, chez les zététiciens, n'est pas qu'un matérialisme méthodologique mais bien un matérialisme ontologique et/ou métaphysique). Le désenchantement du monde est, là encore, un concept forgé dans les sciences humaines (sociologie notamment) et en philosophie. Les zététiciens ont raison de s'intéresser à cette notion car elle explique pourquoi il y a autant de résistances chez beaucoup de personnes à comprendre et à intégrer leur discours. On en revient toujours au même souci : l'adhésion complète aux idées de la zététique ne consiste pas qu'à dénoncer les pseudos sciences et les biais cognitifs (ça ce n'est que le hors d’œuvre ! ), elle implique souvent, très vite, la souscription au matérialisme métaphysique, au physicalisme et à l'athéisme. Pour plus d'info sur la notion de désenchantement du monde : https://fr.wikipedia.org/wiki/Désenchantement_du_monde
  11. Et en matière de dénigrement il est vrai que les zététiciens s’y connaissent en général ! Bon allez… Trêve de polémiques (même si je m’y connais en polémique !... La polémique ou plutôt la controverse fait partie des méthodes d’enseignement en philosophie ! ). Donc... Ok, il est vrai que je suis certainement un peu taquin en pointant certaines faiblesses de certains zététiciens. En même temps, derrière la joute un peu taquine, il y a une critique de fond que je n’ai cessé de pointer au sujet de la zététique et à laquelle je n’ai jamais obtenu de réponse qui me satisfasse pleinement. Cette critique est même plutôt un paradoxe et je le résume de la manière suivante : Au delà du scepticisme scientifique qui me semble être le terrain le plus fertile pour la zététique et au delà de la question des biais cognitifs pour laquelle la plupart des zététiciens ont une réelle expertise (tu vois, je sais caresser dans le sens du poil aussi ! ), il me semble que beaucoup de débats que la zététique suscite sont de nature philosophique et plus précisément épistémologique… Je n’ose dire métaphysique… (Mais si ! Osons ! Allons y !... ) Or… Il me semble qu’il y a un déni chez beaucoup de zététiciens et un refus de mettre ces débats sur le terrain où ils devraient être : le terrain philosophique ! J'interprète, pour ma part, ce paradoxe de la manière suivante : Il y a chez les zététiciens un attachement sincère à la question de la vérité et de la recherche du vrai (remarques, encore une fois, comme je peux être tout à la fois critique et gentil ! ). Cet attachement à la question de la vérité et à la recherche du vrai fait que les zététiciens vont naturellement investir le champ des sciences exactes (les sciences de la nature et les sciences formelles). Les sciences humaines et sociales avec leurs vérités multiples et la philosophie avec son cortège de questions sans réponses, et cela à l'infini, me semblent beaucoup plus dérangeantes pour un zététicien. D'une certaine manière, c'est comme si lez zététiciens étaient, en quelque sorte, piégés par leur attachement à "La Vérité" (particulièrement dans des domaines où ce critère de vérité n'est pas le même que celui qu'il peut être dans les sciences exactes). Tout ça est un peu dommage et peut même nuire à l'objectif de la zététique : Debunker mille fois un prétendu phénomène parapsychologique en utilisant une argumentation rationnelle et des preuves objectives de fraude ne prouvera jamais que le dit phénomène n'existe pas par ailleurs. Et enfin, chez beaucoup de personnes, certains arguments de nature philosophique ou métaphysique ont autant, voire plus de poids, qu'un debunkage en règle ou la mise en évidence d'un biais cognitif (qui pourra toujours être considéré comme se rapportant au cas particulier du debunkage en question). Mais c'est un autre sujet...
  12. Merci Bob ! Au delà du côté épidermique que je sens dans ton intervention et, pour te répondre plutôt sur le fond, je dirais que : Ce n’est pas parce qu’une entreprise se présente comme ayant une mission de salut public (ce qui me semble, largement, être le cas de la zététique) qu’elle doit complètement exemptée de critiques. Et, par ailleurs, nous pouvons, tout à la fois, considérer que la zététique a une utilité pour dénoncer certains mensonges, tricheries, manipulations et qu’il est, néanmoins, possible de la critiquer sur ses fondements idéologiques et sur sa prétention hégémonique à étendre le champ de la méthode scientifique à peu près à tout, y compris des domaines où cela n’est peut être pas pertinent. Bonne journée à toi !
  13. D'un certain point de vue, le mentalisme c'est un peu comme la bouteille de jus d'orange remplie de jus d'ananas dont parle Mr Phi dans la vidéo.
  14. Qu’est ce que savoir veut dire ? Quelle est la différence entre croire et savoir ? Qu’est ce qu’une connaissance ? La science est-elle une croyance ? Des questions que la zététique a largement emprunté à l’épistémologie et auxquelles les zététiciens apportent des réponses exclusivement inspirées du rationalisme, du positivisme voire du scientisme (même si, par ailleurs, la plupart des zététiciens méconnaissent les définitions précises de ces termes en -isme). Quelques bases en épistémologie présentées par un philosophe pour celles et ceux que le sujet intéresse :
×
×
  • Créer...