Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Henri BROCH - Zététique - Art du doute - Science et paranormal


Recommended Posts

En fait, pour le dire autrement, après visionnage de cette vidéo, j’ai toujours autant de mal à cerner quel est le projet de la zététique version française (même adoucie) :

- Est-il de développer le sens critique, l’art du doute et de lutter contre les dérives du paranormal ? (ce qui est le but affiché et dans ce cas, rien à redire si ce n’est des encouragements).

-Ou bien est-il (implicitement) de privilégier une vision strictement matérialiste des choses et de poser la science et la démarche scientifique au pinacle de tous les savoirs ? (ce qui, dans ce cas, me gêne un peu plus).

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 481
  • Créé
  • Dernière réponse

Membres les + Actifs

Membres les + Actifs

Messages les + Populaires

L'esprit critique est souvent présenté comme un outil efficace d'hygiène mentale.  Ci-dessous, la première vidéo d'une série d'interviews avec le plus illustre représentant de la zététique en Fra

Bonjour Jean Dupont Beaucoup d'animosité pour un premier message dans VM non ?  Ce n'est pas à moi de répondre à la place d'Antoine Dassabin mais bon, dans le doute j'ai fait une recherche G

C'est vrai qu'on l'attend plus sur du Deepak Debierh.

Images Publiées

Il y a 7 heures, Shiva a dit :

En fait, pour le dire autrement, après visionnage de cette vidéo, j’ai toujours autant de mal à cerner quel est le projet de la zététique version française (même adoucie) :

- Est-il de développer le sens critique, l’art du doute et de lutter contre les dérives du paranormal ? (ce qui est le but affiché et dans ce cas, rien à redire si ce n’est des encouragements).

Je pense qu'il en a toujours été ainsi pour ce qui est du but de la zététique française.

Ils ne parlent tout simplement pas d'autres savoirs, c'est tout.

L'illusionnisme est l'art de donner une réalité à des choses impossibles ou très peu probables.

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks plus tard...
Invité bénocard
Le 8/17/2017 à 11:09, Shiva a dit :

Il y a quand même un truc qui me chagrine derrières toutes ces approches très scientifiques pour ne pas dire scientistes : c’est l’effacement complet de la subjectivité et l’idée sous-jacente que le savoir basé sur l’objectivité est en quelque sorte supérieur aux autres savoirs.

Le savoir basé sur l'objectivité est supérieur aux autres savoirs à bien des égards, à commencer par le fait qu'il est transmissible.

Avec quelques axiomes partagés par convention (opportunisme) avec ton interlocuteur du moment, tu peux réaliser une correspondance parfaite entre ton cerveau et le sien. L'art aussi permet de transmettre, mais la correspondance est imparfaite puisque tu fais t'appuies sur quelque chose de similaire chez l'autre, et non d'identique (la "raison universelle").

Mais ce savoir est aussi bien inférieur à d'autres. Par exemple tu ne peux pas communiquer avec tout le monde, seulement ceux qui partagent tes codes. Et puis tu fais appel à l'intelligence, c'est super lent et totalement inefficace face à un contradicteur non consentant xD.

Le 8/17/2017 à 11:09, Shiva a dit :

Dans son essai La Barbarie (1987), Michel Henry s’interroge sur le lien entre barbarie et science ; celle-ci se fonde en effet sur l’idée d’une vérité universelle et comme telle objective et qui conduit donc à l’élimination des qualités sensibles du monde, à l'élimination de la sensibilité et de la vie. La science n’est pas mauvaise en soi aussi longtemps qu’elle se borne à étudier la nature, mais elle tend à exclure toutes les formes traditionnelles de culture, à savoir l’art, l’éthique et la religion.

Ouais bon là le gars il parle de sa conception de la science et il la trouve révoltante. C'est cool B|.

Il faudrait à mon avis voir pourquoi la science peut apparaître comme si catégorique et intolérante (ce qu'elle est si tu dis des bêtises, hein, ça c'est vrai, et c'est très bien comme ça) auprès du grand public, alors qu'elle est tout le contraire. Par exemple la zététique : tout scientifique te le dira, un énoncé doit être accepté pour examen quel qu'il soit (quitte à être rejeté illico pour cause de sujet non scientifique).

Les zététiciens sont pour certains exagérément sceptiques, je suis d'accord. C'est une posture obligée, je ne suis pas sûr qu'ils soient aussi bouchés en vrai. Quand tu es dans ce milieu, tu dois en voir des vertes et des pas mûres. Et avec des gens qui ne peuvent pas, pour plein de raisons, entendre un discours raisonné. Alors à la longue tu flingues à tout va et tu passes pour un grossièreté.

Modifié par bénocard
Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Invité bénocard

Pendant que j'y pense : c'est aussi le savoir objectif (qui traite prioritairement des choses inanimées) qui a permis à l'homme d'acquérir le confort matériel. C'est très vendeur, ça B|.

Modifié par bénocard
Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Invité bénocard
Le 8/18/2017 à 17:53, marc page a dit :

Je pense qu'il en a toujours été ainsi pour ce qui est du but de la zététique française.

Ils ne parlent tout simplement pas d'autres savoirs, c'est tout.

Oui, moi aussi je les ai toujours perçus comme ça. C'est plutôt les non scientifiques que je trouve biaisés. Comme Michel Henry.

Ou des scientifiques qui se servent de concepts scientifiques pour expliciter leurs croyances, du coup ça donne un vernis. Mais c'est un autre problème.

Auquel pourraient s'attaquer nos zélés zététiciens ;)

Modifié par bénocard
Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, bénocard a dit :

Pendant que j'y pense : c'est aussi le savoir objectif (qui traite prioritairement des choses inanimées) qui a permis à l'homme d'acquérir le confort matériel. C'est très vendeur, ça B|.

 

Oui, la science et son développement technologique a fait énormément pour notre confort. Déjà elle permet qu’on discute de tout ça à travers la toile du net (bon on aurait pu se rencontrer autrement aussi :) ).

La science a fait beaucoup aussi pour notre santé, pour le prolongement de nos existences (prolongement qui se fait, parfois, dans des conditions discutables mais ça c’est un autre sujet).

Ce n’est pas cela que je discute.

Ce que je discute c’est une attitude extrême qui a tendance à faire de la science le seul savoir valable et de la méthode scientifique, le seul moyen de conduire nos vies. En gros ce qu’on appelle le scientisme, quoi !

Mais sinon, oui, Bénocard, je te rejoins tout à fait : la science a fait beaucoup pour notre confort (en tout cas pour la partie de l’humanité qui peut se payer ce confort). En revanche je ne suis pas sûr qu’elle ait fait beaucoup de choses pour notre bonheur. A ce propos il est toujours intéressant de voir ce qui se passe dans les quelques sociétés traditionnelles qui subsistent à la surface de notre planète (celles qui n’ont pas beaucoup de confort matériel, qui ne bénéficient pas beaucoup des progrès de la science et qui ont encore une vision, disons, « ancienne » des mystères du monde) : il semble que, chez certaines d’entre elles, le ressenti (subjectif certes) de bien être et de bonheur soit largement supérieur à celui qui existe dans nos sociétés modernes.

Je ne cherche pas à opposer confort et bonheur, ce sont deux choses radicalement différentes mais on peut, néanmoins, s’interroger là dessus.

Modifié par Shiva

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 58 minutes, bénocard a dit :

De quels scientistes parles-tu ? Je n'ai jamais vu personne prétendre que le seul savoir valable serait le savoir scientifique ?

Je ne veux citer personne ni faire des procès d'intention.

Je parle d'une attitude générale (et pas seulement chez les scientifiques) qui tend à demander beaucoup trop et à attendre beaucoup trop de la science.

(Du coup... Quand on voit que la science ne peut rien pour nous dans certains cas, on peut en arriver à une sorte de dépression ou de ce que certains ont appelé le "désenchantement du monde".

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Invité bénocard
Il y a 5 heures, Shiva a dit :

Je ne veux citer personne ni faire des procès d'intention.

Je parle d'une attitude générale (et pas seulement chez les scientifiques) qui tend à demander beaucoup trop et à attendre beaucoup trop de la science.

(Du coup... Quand on voit que la science ne peut rien pour nous dans certains cas, on peut en arriver à une sorte de dépression ou de ce que certains ont appelé le "désenchantement du monde".

Oui, on a une civilisation trop matérialiste, et ça fait des problèmes de tous les côtés.

Ca en amène certains à rejeter toute approche rationnelle à leurs problèmes. Mais rejeter en bloc. Ose demander une validation expérimentale de l'homéopathie et c'est la crise parce que c'est ressenti comme une attaque personnelle. Feelz before realz.

C'est évidemment un refuge pour les désespérés. C'est pour ça que je craindrais plutôt une dérive vers plus d'obscurantisme et de superstition. Par facilité, manque d'instruction, de temps, d'argent, tout. Ca fait partie de la dégradation de notre environnement économique, social, intellectuel, spirituel, etc.

QweJ5.jpg

L'attitude générale qui consiste à trop attendre de la science, je la vois pas. De la consommation et du monde matériel, certainement, mais c'est un autre problème (?).

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, Shiva a dit :

 

(Du coup... Quand on voit que la science ne peut rien pour nous dans certains cas, on peut en arriver à une sorte de dépression ou de ce que certains ont appelé le "désenchantement du monde".

 

méfiance avec la notion de "désenchantement du monde" (si vous la prenez dans son sens "scientifique" weberien), car elle ne recouvre pas vraiment une nostalgie du merveilleux....

Chez le sociologue des religions Weber il s'agit d' "entzauberung" ie de démagification du monde. La notion pointe l'abandon des moyens magiques de salut religieux, dans le contexte de la redéfinition du rapport de l'homme au divin par les penseurs de la Réforme (XVIe siècle).  (cf. L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme)

Ca sera traité dans ma thèse.... ^^  stay tunned. (encore quelques années)

 

 

"L'illusion au service de l'art, voilà notre culte." N.F.

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • Thomas changed the title to Henri BROCH - Zététique - Art du doute - Science et paranormal
  • Thomas locked et unlocked this sujet

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...