Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Marc Page

Cercle VM *
  • Compteur de contenus

    804
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    18

Tout ce qui a été publié par Marc Page

  1. Me revoilà sur le forum après des mois d'absence et je suis heureux d'écrire mes premiers mots pour Gilbus dont j'apprécie toujours autant l'homme que l'artiste. J'ai écouté l'interview en entier même si cela fait déjà plusieurs fois que j'entends Gilbus répondre à ces questions. J'adhère à ses positions, à sa vision globale de la magie, de ce qu'est un art vivant, de ce qu'il permet et le rejoins dans l'incitation à la lecture de livres modernes ET anciens : trouver et acquérir ces derniers demande un peu de temps parfois mais pas tant d'argent que ça. On trouve des "Payots" pour moins de 40€, des Tarbell pour moins de 150€ la collection complète des 8 ouvrages, des anciennes revues Imagik, l'Illusionniste, Mad Magic, en lots pour pas si cher, sans parler des livres des années 70-80-90 que l'on trouve facilement et pas trop chers aussi en cherchant bien (les sites et forums qui en proposent ne manquent pas, à commencer par VM). Quand j'ai lu "Les secrets du Sorcier" de Rezvani ou une traduction de "Expert at Card Table" de Erdnase, j'ai été très surpris par la modernité des mouvements qui y étaient décrits alors que ces ouvrages datent de la première moitié du siècle dernier. Les livrets de Pavel et de Marconick décrivent des routines dont beaucoup d'explications peuvent paraître désuètes aujourd'hui mais avec des supports divers et parfois peu courants, de la couleur, des idées d'effets transposables, adaptables, oubliés mais qui ne demandent qu'à renaître. En relisant le "Mark Wilson Course of Magic" de Mark Wilson, vous y trouverez presque d'entrée un petit chargeur de cartes simple, économique et pratique à réaliser, une routine de carte signée déchirée et reconstituée sans manipulations ni gimmick qui n'a rien à envier aux méthodes récentes, etc... J'ajouterai une autre incitation par rapport à la lecture : lire des livres au contenu varié en termes d'effets ET de supports (cartes, foulards, papiers, pièces, allumettes, briquets, fourchettes, plantes vertes, pinces à escargot, etc...). Même si vous ne vous intéressez qu'à la cartomagie, un principe peut être transposé, amélioré, adapté à un autre support, à une autre situation, à un autre dimension. Cela oblige à sortir du cadre, à faire travailler l'imagination et créer, c'est d'abord imaginer. Ensuite il y a la longue recherche des bons matériaux et/ou des bonnes techniques, etc... ou inversement. Une petite remarque à propos des titres de routines que cite Gilbus au début de l'interview : je trouve que ces titres reflètent déjà une certaine approche de la magie, une originalité. Lorsqu'il vous parle du "jeu des bouchons", "du tour des fourmis", de "l'arbre est dans ses feuilles" ou du "tour des ficelles de Gilbus" (que je n'ai toujours pas vu Gilbus !!! Mais ne pas le voir nous permet d'avoir un petit "leitmotiv" que tu avais déjà souligné), etc... Ces titres me renvoient à une certaine bonhommie et me rendent curieux de les voir. Cela fait penser aux titres de tours et/ou de spectacles, d'effets d'annonces de certains grands noms de la magie des siècles derniers comme : - "L'oranger merveilleux", "Le pâtissier du palais Royal", "La corne d'abondance", "La bouteille inépuisable", etc... de Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN - "Le décapité récalcitrant", "L'escarpolette polonaise", "Le nain jaune", etc... de Georges Méliès Dans ses mémoires, Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN raconte d'ailleurs un effet d'annonce d'un magicien ambulant (je ne sais plus si il parle de son personnage Torrini ou d'un autre) qui disait qu'en final il mangerait un spectateur vivant. Je rejoins aussi Gilbus sur les artistes et ouvrages cités. J'ajouterai deux livres incontournables pour leur richesse : - "Close-up" de David STONE pour le close-up de table à table entre autre - "Fondations" de Eberhard RIESE Deux ouvrages assez facile à trouver, accessibles à des débutants avertis (c'est à dire qui veulent d'ores et déjà présenter quelque chose de pro, de construit, de personnel). Pour la créativité : - le livre "La magie de Pavel" : dans les premières pages, son processus créatif est décrit. Il est clair, assez bref, illustré de plusieurs exemples. - consulter le site de Dominique Duvivier sur les familles d'effets et construire la votre (cela va de paire avec ce que décrit Pavel dans son livre) - "être curieux" comme le dit si souvent Gaëtan BLOOM, voir dans tout objet ou situation qui vous intrigue un moyen d'en faire quelque chose de surprenant, d'amusant et/ou de merveilleux. - regarder les Tarbell de Dan HARLAN après avoir lu les Tarbell originaux : comme démonstration d'un processus créatif, c'est remarquable ! - aller voir des spectacles dès que se sera possible (magie et hors magie) : consulter les sites des théâtres, des salles de spectacles, aller au Moulin Jaune voir les magnifiques jardins et assister aux journées à thèmes de Slava PULUNIN, aller à la maison de la magie de Blois, au Futuroscope de Poitiers, aux spectacles organisés par Gérard SOUCHET, au musée de la magie de l'Académie Georges PROUST, aller à la rencontres des artistes ! En attendant, vous pouvez aller sur youtube consulter les numéros de magie modernes et anciens, taper les noms dont certains vous parlent sans cesse, auxquels vous avez juré de jeter un oeil sans jamais le faire : Fred KAPS, Jean VALTON, Albert GOSHMAN, Tony SLYDINI, PAVEL, Larry JENNINGS, Brother John HAMMAN, Ricardo FANTASIO, Jacques DELORD, Channing POLLOCK, Marconick, ... Et regardez les vidéos qui attirent votre attention dans celles proposées : vous y trouverez souvent des jeunes et moins jeunes reprenant les routines de ces grands noms avec plus ou moins de personnalité, d'aisance. Par comparaison, vous trouverez ce qu'il est bon ou moins bon de faire, vous découvrirez ou redécouvrirez des façons de présenter certaines choses, vous découvrirez des artistes encore inconnus mais qui méritent de l'être (et il ne faudra pas hésiter à les présenter ici par exemple). Vous tomberez sans doute aussi sur des vidéos de numéros mal présentés, gâchés, débinés qui vous énerveront (mais dans ce cas ne créez pas un énième sujet débinage ici, mieux vaut ne tout simplement pas en parler et mettre en valeur ceux qui méritent de l'être). Regardez les spectacles du Cirque du Soleil mis en ligne, regardez vos enregistrements de vieilles émissions de Patrick Sébastien, etc... Bricolez, essayez , ouvrez au moins un tour sous blister qui n'est jamais sorti de l'un de vos tiroirs ou ressortez-en un qui n'a pas vu la lumière depuis un moment. Regardez de temps en temps une des centaines de vidéos monumentales que Thomas a réalisé et mis à notre disposition sur VM. Faites des choix car il y en a pour plusieurs vies à assimiler le contenu qui s'est ajouté au site depuis le début de la crise. Et regardez cette interview de Gilbus jusqu'au bout au lieu de lire mon "roman de retour" !
  2. Attention Gilbus ! Le jus de citron ou le vinaigre (des acides), ça marche mais tes pièces vont s'oxyder de nouveau assez vite. Les nettoyages à sec sont mieux mais un peu plus pénibles (il faut frotter, c'est un peu plus long) et il faut faire attention à ne pas employer d'outils qui rayent trop. Je dis ça parce que j'ai déjà essayé bien sûr et après soit tes pièces jaunisses (si c'est du laiton dessous comme la plupart des replicas morgan), soit elles rouillent (si elles sont en acier). Pour savoir si une pièce est en acier ou en laiton argenté, utiliser un aimant. Seul le fer, le cobalt et le nickel peuvent être attirés par un aimant. Tous les autres métaux ne sont pas aimantables. L'acier est un alliage de fer et de carbone (très peu) donc aimantable. Le laiton est un alliage de cuivre et de zinc donc non aimantable. Si vous prenez une pièce de 1ct, 2cts ou 5cts d'euro, elle est aimantable parce que c'est une petite galette d'acier couverte d'une mince pellicule de cuivre et non entièrement du cuivre.
  3. Bonjour à toutes et tous, Aujourd'hui, je viens vous parler d'un spectacle intitulé "Titi tombe, Titi tombe pas" que je suis allé voir mercredi dernier (11 décembre 2019) au centre culturel Didier Bienaimé de La-Chapelle-Saint-Luc (agglomération de Troyes). Ce spectacle est présenté comme étant un spectacle "jeune public" mais après l'avoir vu, je peux vous dire que l'on prend tout autant de plaisir à aller le voir en tant qu'adulte (à condition d'avoir conservé son âme d'enfant bien sûr mais pour des magiciens, c'est évident). Très sincèrement, ce spectacle est vraiment familial. Découvrez mon article ici https://www.virtualmagie.com/articles/titi-tombe-titi-tombe-pas-pascal-rousseau-lola-heude/
  4. J'aime beaucoup ton analyse Gilbus mais sur ce passage, je trouve que cette touche d'humour a sa place. Je ne l'ai pas perçue comme étant quelque chose d'incongru dans l'histoire contée. En effet supplémentaire, le portefeuille pourrait se transformer comme le "Reverse Wallet" de Dominique DUVIVIER sauf qu'à la place de l'apparence "papier journal", on aurait une apparence "Ronces et feuillage" qui recouvre la tour (la tour devient "impeccable" comme à l'époque ou se cache de nouveau sous sa couverture de branches et de ronces). Et ce portefeuille permettrait, soit d'avoir 4 sorties, soit de permettre la production finale d'une série comme tu le suggères.
  5. L'effet en lui même serait bien désuet sans cette histoire (une chance sur deux). Voici donc un très bel exemple ou l'histoire apporte non seulement un cadre, une ambiance mais rend l'effet bien plus fort qu'il n'est. J'aime beaucoup l'idée des symboles gravés dans le marbre justifiant pique, cœur, trèfle et carreau et la justification de la carte qui se retourne (le roi qui se retourne dans sa tombe). A cela s'ajoute tout de même une transformation visuelle qui elle aussi est justifiée par le texte (elle l'illustre). Un peu de suspens, un peu d'humour, une transformation visuelle, etc... un beau petit cocktail, bien dosé. Et comme il y a un portefeuille (la tour) on peut imaginer deux autres sorties (Cœur et carreau). Cela n'apporterai peut-être pas plus d'impact du point de vue du spectateur car grâce au texte, le spectateur ne pense pas au "une chance sur deux" ou "une chance sur quatre". Il se laisse surprendre par les deux effets finaux.
  6. Dans la plupart des livres pour débutants, il est décrit comment faire apparaître un lapin dans un chapeau. Et pas besoin de trou dans la table. Cette méthode est très peu utilisée alors qu'elle est géniale. Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN s'en servait pour produire une corbeille pleines de fleurs véritables ou encore une bassine pleine d'eau. C'est aussi une partie du secret de son carton à dessin. Aller dans votre bibliothèque, vous avez forcément au moins un livre qui décrit ce système pour faire apparaître une charge de taille moyenne. Et détrompez-vous sur le caractère apparemment désuet de cette méthode. Elle est redoutable si vous la concevez et la travailler correctement. Salvano l'avait reprise pour produire un très grand foulard ou 3 foulards de 45x45 cm à partir d'un flyer publicitaire roulé et montré de tous côtés. Et la méthode était même présentable en close-up. Tommy Wonder et Martin Lewis ont également exploité ce principe pour réaliser des productions, des disparitions ou des transformations d'objets de taille plus petite (grand foulard, pomme, etc...). Pour revenir à la valise de Mary Poppins, je pense qu'il faut bien sûr combiner plusieurs principes si tu veux produire un maximum de choses : des objets compressibles d'une part et d'autres incompressibles qui sont donc dans le sac et/ou à l'extérieur. Voilà. Je ne peux en dire plus en public mais ce que je voulais dire principalement, c'est que chacun d'entre vous a très certainement déjà une voir plusieurs solutions dans un livre pour débutant. Alors ouvrez-les de nouveau et rechercher ce dont je parle ici.
  7. Vu à Reims. Toutes les routines présentées sont à fort impact. Yves DOUMERGUE dispose d'un capital sympathie élevé. Son personnage de Stan (Zack et Stan) lui colle à la peau, même en conférence (je trouve qu'il y a Yves DOUMERGUE avant Zack et Stan et Yves DOUMERGUE après Zack et Stan). Le seul reproche que je ferai pour cette conférence : elle est trop commerciale. En dehors de deux routines, il vous faudra acheter un gimmick, une application ou un set pour les présenter. Je ne suis pas contre la présentation de routines nécessitant d'acheter quelque chose à la fin mais là, les 3/4 de la conférence obligent à acheter donc, de mon point de vue, c'est trop (je dis cela par rapport à ce que présentent les conférenciers français et étrangers en général). Pour terminer sur du positif, je dirai qu'Yves DOUMERGUE a une très bonne culture magique, une très bonne expérience de la scène et des conditions de close-up et par conséquent chacune de ses routines est vraiment utilisable dans des conditions courantes. Ce ne sont pas des routines juste histoire de faire une conférence. Ce ne sont pas non plus des routines avec de gros problèmes d'angles et ne pouvant être présentées que derrière une caméra ou sur un plateau. Les amateurs de Book test découvriront sa dernière approche de ce classique. Sinon, au niveau des routines et des supports utilisés (sans trop en dire pour ne pas vous gâcher certaines surprises) il y a une très belle routine de prédiction sur ardoise, une carte déchirée reconstituée très bien pensée (avec un petit effet en plus), une routine avec des canettes de boisson gazeuse, une longue routine (avec des effets allant crescendo) avec une tablette tactile et un voyage de cartes utilisant un accessoire classique revisité et SPLIT bien entendu (mais ce sera l'occasion pour vous de voir comment il l'amène et tout est bien pensé). Par rapport à sa conférence il y a quelques années, ce n'est pas du tout le même contenu donc si vous avez déjà vu Yves DOUMERGUE en conférence, vous pouvez y retourner. A la fin, il y a une partie "questions ouvertes" ou vous pourrez de toute façon l'aborder sur ses créations antérieures. Bonne conférence à vous, Marc Page
  8. Oui, certains ont vraiment cru que c'était prévu avec Vincent Hedan mais pas du tout. A un moment, il m'a demandé de choisir une page avant le marque page et comme il m'a regardé en souriant à ce moment là, j'ai pensé qu'il savait que c'était mon nom pour la magie mais non, c'était juste un hasard. Sinon, j'espère que le Néérlandais de mon discours d'annonce était à peu près compréhensible. Ce fut un petit défi amusant pour moi en tout cas.
  9. Sinon j'ai croisé un ex membre de VM, Hervé De Tournai, qui m'a envoyé quelques photos avec son accord pour les publier ici. Voici donc une jolie prise de vue de la foire aux trucs : Comme bien souvent sur les congrès, il est difficile de passer un moment ensemble, on ne fait que se croiser bien souvent, et c'est d'ailleurs une chose à laquelle nous allons essayer de penser pour le congrès de Troyes. Et Markus, tu n'étais pas là cette fois ? Je pensais au moins te croiser aussi mais je ne t'ai pas vu.
  10. De nouveau, un congrès bien sympathique. Conférence de Mark MASON : J'ai l'habitude de voir Mark MASON derrière son stand sur les foires aux trucs de chaque congrès. C'est un vrai showman, un bon commercial aussi et ses idées sont bonnes. En conférence, c'est le même : sans micro, il vous vend sa magie avec aisance et bonne humeur. Tout est bon, du début à la fin. Première routine : une carte est choisie, signée et remise au milieu du jeu. Pas de coupe, pas de mélange, la carte est juste remise au milieu. Point. Il sort alors trois cartes : les 2 septs rouges et la dame de trèfle. Commence alors un bonneteau où un spectateur est invité à prendre la carte qu'il pense être la dame de trèfle mais qui se trompe à chaque fois. Pour finir, vous vous en doutez, le spectateur se retrouve avec sa carte signée entre les doigts. La méthode est simple et efficace. Deuxième routine : un book test. Mark Mason fait une prédiction sur un petit bloc de message-it. Il effeuille les pages d'un livre et invite un spectateur à lui dire stop quand il le souhaite. La page choisie est montrée au spectateur qui en retient le numéro et le premier mot. La prédiction est montrée. Elle correspond. Le spectateur ouvre le livre à la page choisie : le message-it avec la prédiction y est collé. Mark Mason a toujours le petit bloc message-it mais il est totalement vierge. Le message-it avec la prédiction a voyagé à la page choisie. Méthode astucieuse. L'effet est là aussi d'une simplicité à réaliser déconcertante pour un effet très direct. Troisième routine : un voyage de pièces. Trois pièces (50 centimes d'euros) sont disposées en une ligne verticale sur la table. Une carte est placée sur chaque pièce. Deux pièce vont voyager une à une pour rejoindre la troisième. L'effet est classique mais la méthode digne de Gaëtan Bloom. Cet effet lui a été inspiré par son ami Wayne Dobson, aujourd'hui gravement limité au niveau de ses mouvements. La méthode est tellement simple à mettre en oeuvre que même avec son handicap, Wayne est en mesure de réaliser cet petite routine. Quatrième routine : son CAAN. Comme il le dit, c'est son bébé, son produit star. Une petite enveloppe de prédiction est posée sur la table. Un nombre entre 1 et 52 est donné. Le jeu est sorti de l'étui, les cartes comptées jusqu'au nombre nommé et la carte correspond à coup sûr à la carte qu'il y a dans l'enveloppe de prédiction. L'enveloppe est ordinaire. La prédiction peut être ouverte par le spectateur. Il n'y a aucun contact entre le jeu et la prédiction. La méthode est très ingénieuse et l'exécution de la routine est, comme pour ses autres créations, un jeu d'enfant. Fin de la conférence (ce sont des conférences d'une heure, comme souvent sur les congrès). Conférence de Vincent HEDAN : Vincent commence sa conférence par un enchaînement de deux routines reposant sur un même principe (que je ne mentionnerait pas pour vous laisser la surprise si vous allez le voir en conférence) : un jeu est mélangé et étalé faces en bas sur la table. Pendant que Vincent a le dos tourné, un spectateur sort une carte de l'étalement, la met de côté sur la table et rassemble les cartes. Le jeu est de nouveau mélangé ou pas et Vincent révèle la carte prélevée. Le jeu est ensuite coupé. Une des deux parties est étalée entre le spectateur et lui afin de créer une ligne de séparation sur la table. L'autre partie est distribuée une carte de chaque côté de cet ligne. Le spectateur est invité à reproduire en miroir ce que fait le magicien. Chacun saisi donc son paquet de cartes et les sépare en deux tas. Le magicien comme le spectateur ont séparé les cartes rouges des cartes noires. Le principe utilisé est un outil polyvalent que Vincent HEDAN a exploité avec finesse pour de multiples effets dont cet version d'Out of this World. Il enchaîne avec un Chair test bien contextualisé et d'une simplicité d'exécution qui dégoûte presque d'avoir travaillé certaines techniques difficiles. Une prédiction est confiée à un spectateur. Cinq petites enveloppes sont présentées. Sur trois de ces enveloppes sera inscrit le mot "vide" et sur les deux autres, le prénom de deux spectateurs de la salle. C'est un spectateur qui décide ce qui doit être écrit sur chaque enveloppe. Cinq chaises sont présentes sur scène depuis le début :chacune comporte un numéro (de 1 à 5). Les deux envoloppes avec des prénoms sont confiées aux spectateurs concernés qui les ouvrent et y découvre chacun un numéro de chaise. Ils s'y installent. La prédiction est alors lu : tout y est décrit, le numéro des chaises de chaque spectateur, le numéros des chaises vides. Pour terminer, les chaises sont retournées : sur trois d'entre elles il est marqué "vide" et sur les deux autres le prénom de chaque spectateur venu s'y assoir. Vincent a ensuite enchaîné avec l'un de ses "best seller" : Haiku. Il a revisité sa routine (format du carnet entre autre) et c'est toujours un plaisir de le voir cet effet présenté par son créateur. Il termine sa conférence avec Babel (du moins une de ses versions de Babel), son book test. Là aussi, c'est toujours un plaisir de le voir présenter cet effet que l'on a forcément immédiatement comparé au book test de Mark Mason présenté peu avant. Chacun a des avantages différents et des inconvénient (si on peut parler d'inconvénient car dans les deux cas, ce sont des routines présentables dans presque toutes les conditions). Conférence de Dave LOOSLEY : Je ne vais pas vous en parler très longtemps car j'ai choisi de rater les 3/4 de cette conférence pour pouvoir assister un peu aux championnats de Belgique. Mais voici la routine que j'ai vu : une carte à dos rouge est placée dans la poche arrière de pantalon. Un jeu bleu est sorti, une carte y est choisi et signée puis remise dans le jeu. La carte rouge est ressortie et s'avère être la carte signée. Dave présente un jeu avec des images de bonbons de différentes sortes, de différentes marques et un enfant est invité à choisir l'une de ces cartes. La prédiction (paquet de bonbons) ne correspond pas à ce qui a été choisi. Le sachet est ouvert, quelques bonbons sont sortis. Ils correspondent bien à l'emballage mais ne sont pas les bonbons choisis. Une passe magique et le sachet se retrouve rempli des bonbons choisis. Les championnats de Belgique : Je n'en n'ai vu qu'une petite partie dont le numéro qui a remporté le premier prix soit 3 numéros sur les 14 qui étaient en liste. Cliff SELIM : un numéro de manipulation très épuré avec une pluie de confettis permanente émanant de ses doigts. C'est très beau. Le niveau technique est bon mais rien de réellement novateur. L'artiste est très jeune. Nul doute que nous le reverrons prochainement. Il a remporté les championnats de Belgique cette année. Jack et Misstinguett (grande illusion) : une présentation que l'on verrait bien dans un parc d'attraction en période d'Halloween (la sorcière et son bourreau avec une voix off déformée présentant l'histoire). C'est une boîte à pics mais cette dernière à la particularité de s'ouvrir en deux verticalement et comporte quelques finesses intéressantes qui en font un numéro novateur. Moi qui suis lassé de voir toujours les mêmes grandes illusions avec des présentation plus ou moins similaires, j'ai trouvé que cette boîte changeait un peu de ce que j'avais déjà vu. Mister Bliss : est-ce un clown ? Un magicien qui attend sa belle ? Je ne saurais le dire. Le numéro traîne en longueur, on ne comprend pas bien ce qu'il fait et le rendez-vous tant attendu s'avère être une colombe. On s'attend à ce qu'en final, la colombe devienne une jeune femme mais non, ça s'arrête là. La foire aux trucs : Une belle foire. Même si la salle n'est pas immense, elle est bien remplie. Nous pouvions y retrouver les stands des conférenciers : Mark Mason, Vincent Hedan, Silly Billy et Dave Loosley, quelques boutiques françaises (Magic Dream, La boutique de l'illusion de Kris Carole, Climax, Magicus et notre Georges Naudet toujours aussi avenant sur les anecdotes historiques et cela malgré une extinction de voix) et bien entendu des boutiques plus locales comme Select Magic, Tabasco Magic, Magicorum, Hervé De Tournai, Cartamundi, etc... Je ne me suis acheté que le petit dernier Georges Proust et Jean-Luc Muller : Autour de ROBERT-HOUDIN. Conférence de David KAYE alias Silly Billy : J'avais déjà vu sa conférence au congrès de Saint-Vincent il y a quelques années. Ce fut un réel plaisir de la revoir. Il nous présente une conférence sur la magie pour enfants. C'est l'école Américaine : le but principal recherché est d'avoir un maximum d'interactions (rires, participation physique ou orale) par minute. Pour cela, David KAYE est le maître en la matière. Son concept : prendre n'importe quelle routine ou accessoire de magie pour enfant. Distinguer le début (présentation u matériel) et la fin (climax du tour) et insérer entre les deux une comédie magique comportant de nombreux gags, plaisanteries, rebondissements, etc... qui vont forcer les enfants à réagir physiquement et/ou verbalement. Il donne au travers de cette conférence une série d'exemple de routines, de gags, de concepts pour déclencher ces réactions. Les différents concepts sont illustrés par des vidéos (car peu voir pas d'enfants sur un congrès de magie) et David les détaille avec clarté. Le grand gala du soir : - Alfredo Lorenzo : un numéro de manipulation sur fond de musique épique. L'artiste est très jeune, il veut faire comme certains grands manipulateurs asiatiques mais n'en a pas encore la carrure à mon sens. Sa technique est plutôt bonne mais certaines charges manquent un peu de discrétion. - Dave Loosley : de belles routines cartomagiques, une superbe routine de corde (qui change un peu des routines habituelles) et une routine de production de boules d'un cylindre en cuir originale. - Bob Allan : une production de billets de banques, le sac à l'oeuf, une routine de corde et anneau, les anneaux chinois. Que des classiques. Une présentation un peu kitch mais propre. - Mark Mason : que des routines de cartes mais que des tueries. - Jokke : numéro de clown jongleur avec boules, massues, Rola Rola puis le numéro prend une autre tournure avec un strip-tease quasi intégral, torches en feu et gags avec une serviette. - Vincent Hedan nous a ensuite présenté un autre de ses best sellers : Pi. - Silly Billy : un histoire de princesse avec des foulards imprimés qui transforment 4 "enfants" en personnages divers (princesse, prisonnier, dragon et grenouille). Numéro difficile à présenter sur un congrès de magie où il n'y a presque pas d'enfants et qui plus est, ne parlant ni ne comprenant l'Anglais. Mais il s'en est tout de même bien tiré. - Martijn Spaepen : un voyage de bague d'un gobelet à café à un petit sac dans sa chaussette gauche présenté par un très jeune magicien. - Gérald Le Guilloux : un très beau numéro de colombes et perruches. On sent les années d'expérience : tout est bien calé, tant au niveau du rythme des effets que des techniques. Quelques effets originaux comme le castelet dessiné à la craie duquel sort tout doucement une perruche d'un jaune étincelant ou encore cette oeuf qui grossit à vue pour devenir une colombe bien réelle dans un gros carnet (création qu'il nous avait présentée lors du congrès de Saint-Vincent). - Alfredo Lorenzo : il nous revient avec un enchaînement de grandes illusions à la Hans Klock. Du beau et gros matériel mais plusieurs détails de présentations sont à revoir. L'apparition dans un cylindre rempli de fumée du début par exemple : la scène est tellement sombre et la fumée tellement abondante, qu'il pourrait très bien y avoir un éléphant sur scène, cela ne surprendrait personne. Il faut que l'on puisse voir clairement le cylindre vide de toute part avant l'apparition pour que la magie opère sinon, il n'y a rien de magique ! Autre détail : trois partenaires l'accompagnent dans ses illusions. L'une d'elle en fait vraiment des caisses au niveau gestes inutiles et la troisième est toujours en retrait à la fin de chaque salut (comme si elle était évincée à chaque fois). Elle semble un peu plus réservée que les autres mais il est fort dommage qu'elle ne soit pas plus en avant, comme les deux autres (en plus, c'est la plus jolie donc c'est d'autant plus dommage). Et enfin, pour le numéro de la turbine, non seulement on s'attend à ce que le magicien réapparaisse au fond de la salle mais en plus c'est très long ! Il m'a semblé que ses partenaires avaient meublé la scène pendant une éternité avant qu'il ne vienne au fond de la salle avec deux cornes de supporters (certains ont d'ailleurs dû s'en prendre plein les oreilles). Bref, on sent qu'il est jeune, qu'il en veut, qu'il a de solides moyens financiers (pour disposer d'une telle masse de matériel à son âge) et nous le reverrons très certainement dans les années à venir. Je lui souhaite d'être assez ouvert d'esprit pour prendre conscience de ce qui est améliorable et devenir la star en grandes illusions qu'il rêve d'être. Bon, ce n'est pas parce que j'écris quelques critiques que l'ensemble était mauvais, loin de là. Je parle de ce que j'ai vu par rapport à tout ce que j'ai déjà vu, lu ou vécu. Et puis la plupart de ceux qui lisent mes interventions commencent à me connaître : je n'ai pas l'habitude de mentir sur ce que j'ai vu et ce n'est pas demain la veille que dirais "tout était magnifique et parfaitement maîtrisé" si ce n'est pas le cas. Je dis les choses telles qu'elles le sont, sans méchanceté mais avec franchise et arguments. Au niveau de l'accueil, tout comme il y a deux ans, je salue l'équipe d'organisation de ce congrès BMF : en moins de 5min, nous avons obtenu nos bracelets et pu entrer. Tout est très bien indiqué au niveau des salles. Tout est sur place sans courir partout et sans avoir à chercher longtemps (conférences, gala, foire aux trucs, points de restauration, etc...). Il n'y a pas eu trop de retards au niveau de chaque évènement. Si la date tombe bien comme cette année, j'y retournerai sans hésiter l'année prochaine. Mais d'ici là, j'aurai le plaisir de vous accueillir au congrès de Troyes !
  11. Merci Thomas pour la fusion des discussions afin d'éviter le doublon. Alors, pour tous ceux qui ont les mêmes inquiétudes et problèmes que Philippe S. concernant leur inscription à ce congrès et les envois de mails, voici mes réponses : - après le virement (qui prend quelques jours avant d'être effectif depuis la France), vous allez recevoir votre ticket d'entrée par mail. Si vous avez réservé pour plusieurs personnes, vous recevrez un seul ticket avec le nombre de personnes indiqué dessus. - pour les mails : plusieurs mails indiqués sur le site de la BMF comportent des accents qu'il faut retirer. Par exemple pré[email protected] ne passera pas. Il faut remplacer le "é" par un "e" soit [email protected] Je n'ai assisté qu'une seule fois à ce congrès il y a deux ans et j'en garde un très bon souvenir. C'est une journée dense où il faudra faire des choix car plusieurs choses se déroulent en même temps. Je me souviens d'un accueil chaleureux, d'une ambiance conviviale qui se démarquait de nos congrès Français par son petit côté "fête au village" et par des prix très accessibles. Comme l'année dernière je n'avais pas pu y aller, cette année j'ai tout fait pour me garder cette date. A bientôt !
  12. Bonjour à toutes et tous, Et oui, me revoilà ! Le sujet du jour est très simple : qui aurais-je l'occasion de rencontrer ou de revoir lors du congrès BMF qui se tiendra à Bruxelles dimanche prochain ? Afin d'être sûr de ne pas juste se croiser, je vous propose d'ores-et-déjà de nous retrouver à l'entrée du congrès à 12h30 et de déjeuner ensemble. Envoyez-moi un MP dans la semaine si cela vous dit. Je vous donnerai mon numéro pour se retrouver sur place. Ci-joint, le programme de la journée de congrès pour ceux qui voudraient en savoir plus. Je viendrais de Troyes avec un ami de Reims également sur ce forum (pseudo : Patrick Jennings). Au plaisir d'échanger avec vous, Marc Page programma GOOCHELAARS.pdf
  13. Difficile de caractériser les magiciens de telle ou telle nationalité ou de telle ou telle époque en "écoles" effectivement. Cependant, pour ce qui est des magiciens Français (toutes époques confondues), je dirais que nous nous distinguons par une certaine créativité : Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN, Buatier De KOLTA pour les plus célèbres du XIXème siècle, Jean MERLIN, Gaëtan BLOOM, Dominique DUVIVIER, Jean-Pierre VALARINO, Mickaël CHATELAIN, Xavier MORTIMER, Mathieu BICH, Bernard BILIS, Laurent BERETTA, Yann FRISCH pour aujourd'hui (et pour n'en citer quelques uns). La magie d'aujourd'hui est moins verbale qu'il y a ne serait-ce qu'une quarantaine d'années, c'est vrai. Je le constate par mes lectures et les vidéos d'anciens numéros que je retrouve. Quant aux siècles derniers, la technologie pour avoir un accompagnement sonore n'existait pas encore et se faire accompagner par des musiciens avait un coût donc la magie verbale était forcément prépondérante.
  14. J'ai l'impression que pour ce numéro Marc DOSSETO s'est associé avec le danseur qui avait présenté un numéro de "maping" en solo très similaire dans une émission précédente. Mais je ne retrouve pas le nom de cet artiste. Côté magie, ce que j'ai préféré était la Lune volante présentée par Jason Bishop dans cette émission. Très féérique et magique. Par contre son passage d'anneau n'était pas terrible. On voyait clairement qu'elle ne passait pas dedans. Autant ne pas le faire du tout plutôt que ce simulacre peu convaincant. Mais l'idée d'une boule lumineuse et vaporeuse est excellente. Je ne sais pas si c'est de lui mais c'est la première fois que je voyais cette version. Sinon, le premier numéro avec le groupe d'asiatiques et leurs diabolos : excellente performance, la grâce, la précision. Et celui du Hula Hoop : Très beau numéro et belle performance. Le duo Suisse KREMO père & fils également. Mon jongleur préféré reste Alexander Koblikov mais ce duo m'a ramené à me enfance, aux premières émissions du cabaret.
  15. Alors qui vient au congrès au final ? Pour l'instant j'ai : - Chimère (Jean-Baptiste) - Ali NOUIRA - Marc Page - Patrick Jenning - Fred51 - François (magicphar) - Gildas Borghetto et peut-être Philippe (pipo) ? Je vous propose de nous retrouver au niveau du Bureau d'accueil à 13h, soit juste après la conférence de Den Den pour déjeuner ensemble. Merci de m'envoyer un MP si vous souhaitez vous joindre à nous. Je vous enverrai mon numéro de portable. Pour me reconnaître sur le congrès : Pour ceux qui n'auraient pas trouver de logement sur Turin suite au changement de lieu, pour ceux qui viennent de s'inscrire au congrès ou souhaitent s'y inscrire à bon prix, j'ai une proposition à vous faire :
  16. Bonjour, Je me rend au congrès des Masters of Magic de Turin du mercredi 15 au dimanche 19 mai 2019 avec trois amis dont deux sont sur forum (Patrick Jennings et Fred51) mais mais malheureusement, Christopher a dû se désister à cause de son travail. C'est moi qui ai effectué toutes les réservations (entrées au congrès et logement pour 4 personnes et pour les 5 jours du congrès). Du coup je propose : - une place du congrès à 169€, ce qui correspond au prix de l'entrée au congrès au moment de l'ouverture des inscription en novembre dernier. La place étant aujourd'hui à 237€ sur le site. - pour le logement, j'ai loué une petite maison à 457,30€ pour nous 4 (mais nous pourrions monter à 6 personnes) et pour 5 jours soit 4 nuits (mercredi soir, jeudi soir, vendredi soir et samedi soir). Si vous vous joigniez à nous et que nous sommes de nouveau 4, cela représentera donc environ 115€ par personne pour le séjour. - pour le transport, un covoiturage est possible. C'est Fred51 qui est chargé du transport : il partira de Reims mercredi en fin de matinée (me contacter ou le contacter pour plus de précisions), passera par Troyes me chercher avant de se rendre ensemble à Turin. Vous pouvez me contacter en MP pour tout renseignement supplémentaire. Nul besoin de prendre tout (entrée+logement). Si vous ne souhaitez que l'entrée ou le logement, c'est possible. Voici la petite maison à proximité du congrès que j'ai louée : 3540f40b-ee82-4acf-83e2-cf9366669c79.wdp dfe53cd2-d2d9-4096-a7da-590fad2e0265.wdp 3bee39a6-c1d4-4771-94b6-2dcbb108091d.wdp 695325ce-da64-423d-9e45-207b4d8239e2.wdp Et le programme du congrès : programma-eng.pdf Bon week-end et peut-être à bientôt, Marc MAILLY (Marc Page)
  17. Oui, les numéros présentés dans cette émission par Xavier MORTIMER figurent bien dans son spectacle à Las Vegas (que j'ai vu il y a deux semaines dans la petite salle du Ballys et non au Planet Hollywood, il a "déménagé"). Je lui tire d'ailleurs mon chapeau pour présenter tout son show dans des conditions très contraignantes : il est à 1m du premier rang, dispose de moins de 3m de profondeur de scène et pourtant il nous a présenté sa canne dansante, sa lévitation avec la corde à sauter, ses numéros avec les ombres, etc... sans encombre à l'exception des côtés (quelques flashs). Dans l'ensemble, j'ai préféré son spectacle de tournée en France, L'ombre orchestre. Son show à Vegas est très bon mais c'est, je dirais, la version "Américaine" de l'ombre orchestre. Il y a ajouté des routines de mentalisme parlées (dont une version assez sympa du Silent Act de Jon Allen), la lévitation avec la corde à sauter, l'illusion du fer à repasser et plusieurs interventions de Belle, sa partenaire contorsionniste et danseuse. Ah ! J'allais oublier ! Il nous a aussi présenté un extraordinaire numéro de diabolo qui, de mon point de vue, est une des meilleure partie de son spectacle à Vegas. J'ai aussi beaucoup aimé son entrée : économique mais très originale. C'est vraiment signé "Xavier Mortimer". Son succès, il ne le doit qu'à lui et reste mon magicien de scène préféré depuis des années. Par rapport à ses deux derniers passages au cabaret, j'aime bien son fer à repasser mais moins le numéro de jet d'eau effectivement. Je pense qu'il a vu, comme moi, le numéro de jets d'eau de Doug Henning et il a eu envie de faire quelque chose dans le même esprit. Il a réalisé un de ses rêves artistiques. Dani Larry aussi avait présenté un joli numéro de jets d'eau. Je pense que lui aussi est parti du numéro de Doug Henning. Il y a des détails assez frappants. Mais effectivement, c'est un numéro plus esthétique que magique.
  18. Je viens de regarder l'émission que j'avais enregistré. J'y ai retrouvé l'ambiance, les performances et la poésie des premières émissions. Les numéros de magie ne sont pas ceux qui m'ont le plus marqué dans cette dernière (sur France 2) mais je les ai tout de même appréciés. Bernard Bilis a opté pour la simplicité. Ce qu'il a présenté était plus bluffant pour les profanes que beaucoup de routines plus techniques qui nous impressionnaient nous. Je comprend son choix et puis, les enregistrements ont certainement été réalisés à des dates assez proches. Il a fait ce qu'il a pu. 202 émissions (ou presque), ce n'est pas rien ! Dani Larry a opté pour une illusion sortie récemment (de chez qui je ne sais pas mais ce n'est pas de Dani Larry) et déjà vu dans Diversion avec Enzo Weyne. Un très bon choix pour cette dernière émission. Assez intimiste mais très fort et mariant l'ancien au moderne. Comme quoi, les vieux entresorts peuvent devenir de vrais petits bijoux avec la technologie d'aujourd'hui. (message subliminal : intéressez-vous aux vieux trucs, lisez entre les lignes, imaginez les principes dans d'autres situations, imaginez ce que la technologie actuelle peut apporter, etc... et si vous avez les moyens, foncez !). Une page du spectacle à la télévision se tourne. Nous allons passer à la page ou au livre suivant, avec la crainte de ne pas retrouver ce que l'on a connu mais tout de même l'espoir que cela se produise. Alors bravo, merci et... à bientôt !
  19. En 2007 j'ai vu Renato présenter cet effet au congrès de Angers et il venait de le commercialiser. Pour le rubber cement utilisé dans Extreme Burn et toutes les versions qui ont suivi de Richard Sanders, la quantité utilisé n'est pas énorme. L'une des différences avec le gimmick de Patrick Page est justement le fait qu'il est fait à partir de vrais billets (et donc le rubber cement est utilisé pour ne pas les abîmer).
  20. Les coupures de papier blanc transformés en billets de banque est, à ma connaissance, une idée de Patrick PAGE. Richard SANDERS a trouvé de nouvelles façons de présenter cette transformation (avec le gimmick de Patrick PAGE), souvent sans plier /déplier le paquet de feuilles / billets. Il a ainsi commercialisé : - Slow Burn où la transformation se fait progressivement en passant doucement la main devant le paquet de feuille - Extreme Burn où la transformation se fait en pliant ou en effeuillant les billets mais avec une sécurité supplémentaire concernant le paquet "secret" - Extreme Burn 2.0 où la transformation peut se faire à vue en faisant tourner le paquet de billets entre les doigts à la verticale et avec une sécurité supplémentaire encore améliorée Sinon, il y a Karl HEIN qui a trouvé et publié une présentation de ce classique de la magie des billets. Jean MERLIN a créé Le petit voyageur où une série de billets se transforme 4 ou 5 fois de suite en retirant un billet à chaque fois (ou presque). La routine figure dans un Mad Magic et dans aussi dans l'un des Book of Magic. Renato a créé et commercialisé plusieurs routines avec des billets de banque. Sa création la plus connue est un billet de 5€ qui peut se transformer en billet de 10€, 20€, 50€, 100€ ou 500€. Attention, le gimmick a un défaut : il est assez solide mais s'use tout de même rapidement si vous l'utilisez régulièrement. Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN a créé la presse à billet (petite machine avec deux rouleaux). Il existe aussi un carnet avec un billet métallique vous permettant de donner l'impression d'imprimer des billets. Cyril TAKAYAMA est connu, entre autre, pour son numéro d'apparitions de billets de banque. Je ne sais pas si il a déjà publié sur le sujet (peut-être dans sa conférence Penguin mais pas sûr). Un autre classique : les deux billets placés l'un sur l'autre à angle droit qui changent de place en les roulant / déroulant. La permutation de deux billets de valeurs différentes : versions avec faux index ou sans. Jean MERLIN a également publié une routine dans ce genre avec un porte monnaie. Elle est décrite dans Mad Magic et l'un des Book of Magic. Split de Yves DOUMERGUE. Il faut "sacrifier" un billet mais l'effet est très visuel. Family Fair du même auteur, qui est sa version très bien pensée des billets imprimés avec un portefeuille Himbert. Le stylo dans le billet de John CORNELIUS (qui vient de nous quitter) : plusieurs versions existent aussi, que ce soit au niveau des versions de stylos ou au niveau de la façon de les utiliser. D'une manière plus générale (sans forcément utiliser un stylo), le billet transpercé. Le billet brûlé (mentalisme souvent) : là aussi, plusieurs versions existent. Les plus belles sont pour moi celles de Paul DANIELS et celle de Jean MERLIN. Pour les production de scène, tu as des billets conçus sur le même principe que les fleurs à ressort et que des artistes comme Juan MAYORAL ou Xavier MORTIMER utilisent dans leurs numéros. Il existe aussi des boîtes en plexiglas permettant de produire ces billets à ressorts. La boutique Magix Unlimited avait commercialisé une valise de laquelle on sortait une boule de bowling et qui se retrouvait en final, remplie de liasses de billets. Florian SAINVET a créé un numéro entier avec des billets de banque utilisant plusieurs des choses citées ci-dessus. Et je ne parle pas des routines de transformation d'un seul billet (Bill Switch) : entre Michael AMMAR, Richard SANDERS, Greg WILSON, Alexander De COVA, DURATY, etc... la liste est longue ! Voilà pour les références. J'en ai encore pas mal mais je pense qu'avec déjà ça, tu as de quoi faire.
  21. L'eau de javel oxydera aussi le cuivre mais attention aux gimmicks : ces pièces ne sont pas forcément du même métal que les pièces "ordinaires" donc le risque, c'est d'avoir un vieillissement différent entre ta pièce gimmick et ta pièce normale (entre ta pièce et ta c******* par exemple). Bref, je vais te donner le même conseil que Thibaud : dilue l'eau de javel avant de l'appliquer (un volume d'eau de javel pour 10 volumes d'eau par exemple) et renouvelle l'application (le trempage) autant de fois que nécessaire pour obtenir la patine voulue en laissant l'oxydation se faire entre chaque trempage (ne pas faire des trempages toutes les 10 minutes, laisser le dioxygène de l'air jouer son rôle dans le processus d'oxydation). Après, c'est le prof de chimie qui te parle plus que le magicien car je n'ai jamais réalisé ce genre de chose (j'ai déjà nettoyé des pièces et objets en cuivre et en argent mais jamais "vieillis").
  22. J'y ai pensé aussi mais ça a déjà été fait plusieurs fois. Le plus célèbre dans le genre étant Enric MAGOO. ça a un peu vieillit mais c'était plein d'idées originales : Donc j'ai cherché autre chose et pour je ne sais quelle raison j'ai pensé au gag d'Otto WESSELEY où il se tire une balle dans le ventre et la ressort tout de suite par la bouche. L'idée du crâne qui perd une dent m'est alors venue. Si Darlone souhaite faire parler son crâne, il peut s'inspirer du squelette des "contes de la Crypte", à la fois drôle et vilain (donc convenant à un public familial). Pour trouver des gags, idées d'effets, phrases de pirates, regarder les Pirates des caraïbes mais aussi et surtout : "Pirates" de Roman Polanski et "l'île au trésor" de 1990 par Fraser Clarke Heston qui est pour moi la meilleure version de ce classique des films de pirate. Le genre de film que j'aimai voir et revoir étant gamin et qui ne sonnait pas creux comme beaucoup de films aujourd'hui. C'est un peu comme les westers spaghetti de Sergio Leone : les personnages sont vraiment crasseux et ça ne fait pas faux, les répliques ne font pas récitées, les décors font naturel, bref, on est dedans.
  23. Pour marier humour, originalité et joli effet : une tête de mort qui perd une dent à distance. Tu sors un mousquet invisible (mime), tu tires vers la tête et elle perd une dent. ou Tu sors un mousquet (vrai ou réplique) et tu tires dans une autre direction que celle de la tête de mort puis tu fais comme si la balle rebondissait dans la pièce, au plafond, etc... (une bande son ou un bruitage réalisé à la bouche peut mettre en évidence cette trajectoire) avant d'atteindre une dent de la tête. A la place de la dent, cela peut être un impact sur le crâne voir le crâne qui se casse en deux mais je pense qu'une dent (ou plusieurs), c'est plus amusant. Pour le procédé, plusieurs possibilités me viennent à l'esprit : détourner le gimmick du verre qui se brise pour cet effet, utiliser un fil ou encore de l'électronique si tu es à l'aise avec ce genre de bricolage, etc...
  24. L'épée en feu d'Alpha où tu "récoltes" le feu en passant ta main le long et ce dernier se transforme en pluie de paillettes argentées (voir le livre d'Alpha ou le second dvd de sa série sur la magie du feu).
  25. Le fameux message de MARLO disant que pour protéger une idée en magie (et s'en assurer la paternité), rien de tel que de la publier. Et aujourd'hui on découvre que certaines des meilleures idées attribuées à MARLO ne sont en réalité pas de lui et que non seulement elles ont été trouvées antérieurement mais également publiées antérieurement (ex : le Tilt). On sait aussi depuis longtemps qu'il ne présentait presque jamais rien en public. Ce qu'il a publié n'a cependant pas été inutile pour les générations suivantes. Publier, un moyen de protéger une idée et/ou de s'en assurer la paternité ? Oui et non. C'est un des moyens et de mon point de vue, pas le meilleur (ou du moins, pas celui à choisir "d'entrée"). Le moyen le plus sûr de protéger une idée et de s'en assurer la paternité est, à mon sens, de la présenter au public régulièrement. Avant de commercialiser son guéridon flottant et ses effets de bulles de savon, Dirk Losander s'est fait connaître et reconnaître à travers le monde avec un numéro comportant ses créations. Une fois la paternité assurée et face à la demande du milieu magique, il a fabriqué et commercialisé. Avant de commercialiser sa rose volante et sa main vivante, Kevin James s'est fait connaître et reconnaître à travers le monde avec ces deux illusions. Ensuite (après des années à les présenter sur les plus grandes scènes du monde, après avoir été contacté par Copperfield pour que ce dernier présente la rose volante dans son show), il a décidé de commercialiser. Avant de commercialiser son approche du lapping, Yann Frisch s'est fait connaître et reconnaître avec son numéro au sein d'émissions, de concours, de congrès. Suite à une forte demande, il a décider de commercialiser son approche du lapping. Avant de publier ses routines, Gaëtan Bloom les a présentées en public pendant des années et comme il aime autant chercher de nouvelles choses que les présenter, même si il a ses petits "bébés" comme il les appelle souvent (ses créations préférées), il se renouvelle régulièrement et publier lui permet de faire en sorte que ce qu'il a trouvé ne tombe pas dans l'oubli ou soit porté plus loin. Commercialiser ne lui ferra pas perdre son côté "unique", sa "patte" puisqu'il est sans cesse en train de chercher (et il est sans cesse en train de chercher parce que c'est un plaisir pour lui). Avant de publier "Wave", Mathieu BICH a dû sortir de sa grande réserve pour le présenter au monde entier. Cela fait très longtemps qu'il avait trouvé cette idée et qu'il la présentait mais c'est après l'avoir présenté sur le plateau de Fool Us (qui lui en a assuré une fois pour toute la paternité dans le milieu magique en lui offrant une vitrine mondiale) et face à l'engouement pour cette routine qu'il a décidé de la commercialiser. Je pense donc qu'un meilleur moyen que la commercialisation pour protéger une idée et s'en assurer la paternité est déjà de se faire connaître et reconnaître avec. Après, si on constate qu'il y a une demande, on commercialise. C'est dans cet ordre que les choses devraient se faire en principe. Cela évite la commercialisation d'idées impossibles ou du moins très difficilement réalisables en public, cela renforce la crédibilité de l'artiste créateur (sa routine est rodée et il se fait engager et/ou remporte des prix grâce à elle), son image professionnelle d'une manière générale et cela assure la paternité de l'effet. Quant aux idées similaires voir identiques trouvées par plusieurs personnes plus ou moins en même temps, il en est toujours ainsi et dans tous les domaines. Il n'y a pas à se sentir lésé. Si quelqu'un trouve la même idée que vous et que êtes énervé à cause de cela, demandez-vous pourquoi ? Bien souvent, c'est parce que vous n'avez pas profité / utilisé votre idée en public. Bien souvent, c'est parce que vous avez tout de suite eu envie de la publier avant que quelqu'un d'autre ne l'ai également et puis... - soit ce fut un flop commercial : on a tout de suite senti que l'idée était belle mais non rodée en public donc pleine de contraintes ou de choses oubliées et qui plus est, vous ne vous êtes pas fait connaître avec elle ou une autre donc difficile de bénéficier d'une certaine popularité - soit vous l'avez laissée tombé parce que cette idée était tellement bonne que vous ne la présentiez même pas en public (la fausse bonne idée) Si vous utilisiez votre idée régulièrement en public (spectacles, concours, etc...) et qu'elle est aussi bonne que vous le prétendez, alors vous vous ferez un nom avec dans le milieu magique et (mais c'est plus dur et plus long), auprès du grand public (profanes). Bien sûr ! C'est pour cela que j'ai précisé qu'en aucun cas, je ne disais que publier, commercialiser était une mauvaise chose. C'est publier trop tôt ou trop tard qui est une mauvaise chose. Le bon moment pour publier / commercialiser une idée est pour moi lorsqu'on s'est fait connaître et reconnaître avec cette idée. Les raisons qui doivent animer ce désir de commercialiser doivent être plus que mercantiles et/ou histoire de dire "j'ai eu l'idée le premier". Les bonnes raisons de publier, dans l'ordre : - je présente / j'utilise cette idée depuis assez longtemps en public pour que mon nom y soit associé - je constate une demande pour mon idée - je ne veux pas garder cette idée pour moi seul indéfiniment, elle peut apporter une petite pierre à l'édifice créatif en magie et j'estime avoir assez profité de mon idée Et bien, à ta place (ou à celle d'Hannibal), je me dirais que j'ai surtout eu tort de ne pas avoir utilisé mon idée en public (ou de ne pas l'avoir utilisé plus souvent), de ne pas m'être fait plus connaître avec. J'ai trouvé quelques idées (textes, routine avec un billet de train, routine de balles en mousse, routine de chaînette brisée reconstituée, équilibre impossible avec des accessoires auxquels on avait pas encore pensé, etc...) et je les présente presque à toutes les rencontres avec d'autres magicien que je fait. Tous les membres du forum qui m'ont croisé un jour ou l'autre m'ont vu présenter au moins une de mes routines. Certes, je prend le risque qu'on remonte mes idées et qu'on me copie mais qu'importe. Aujourd'hui, dès que je vais à un évènement magique organisé sur Nancy, Metz, Reims, Troyes, Saint-Dizier, etc..., il y en a toujours un pour dire "ah, c'est le celui qui faisait sa routine avec le billet de train, avec sa grenouille, avec ses jeux de mots, etc...". J'ai commencé, localement (dans ma région) à me faire identifier au travers de mes routines, de ma façon de parler, de présenter les choses. Je n'en suis pas à une échelle nationale et je n'ai pas cette ambition (je suis déjà heureux de constater que j'ai marqué les esprits grâce à une certaine originalité mais je suis aussi conscient que je n'ai encore rien réalisé ou trouvé de révolutionnaire ou du moins, d'assez révolutionnaire pour me faire un nom à plus grande échelle). Tout cela pour dire que l'on peut voir grand dès le début mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs comme on dit et prendre son temps si nécessaire. Certains sont capables d'avoir du succès rapidement à grande échelle. Ils ont souvent plus que de bonnes idées : ils savent avant tout se vendre, ils sont bons en communication ou sont très bien entourés pour cela. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Je suis mauvais en communication et ne suis entouré de personne pour cela, je n'en fait presque pas (pas de site internet, pas de flyers, des cartes de visite que j'oublie une fois sur deux; tout repose presque uniquement sur le bouche à oreille). C'est un de mes défauts (mes autres défauts étant d'être assez étourdi, têtu et de pas savoir m'arrêter parfois lorsque je commence à parler ou à faire de la magie (même si de ce côté je me soigne : mes amis proches sur ce forum peuvent en témoigner ).
×
×
  • Créer...