Aller au contenu

Dimanche 18 mars


JacK BARLETT

Recommended Posts

Le problème dans ton discours boiteux Tanhouarn, c'est qu'il justifie l'inverse.

Dans notre belle société ultra libérale, certains bossent et obtiennent un 3 alors que d'autres n'en font pas plus voire n'en rament pas une et obtiennent des 20.

Quel est la part de mérite personnel (lié au travail) dans la fortune de la famille Lepen?

Circulez !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dis moi Dub combien tu espères recevoir en partage des 30% de réduction des salaires des ministres??

même pas un centime!! qu'en feras tu??

quant au 174% d'augmentation du prédisent cela a été pour l'amener au niveau de salaire du premier ministre la belle affaire!!

il est allé bouffer au Fouquet's!! alors là je me gausse depuis un moment car je vais vous raconter une anecdote

mon épouse avait gagné un jeu à RTL et le repas s'est passé au Fouquet's sa fille (très jeune à l'époque) lui dit :Ah c'est donc ça les restos du cour car il y avait Coluche à leur table!!!! ça ramène les choses à leur juste valeur non??

Bref moi aussi j'ai graillé au Fouquet's pourtant je ne crois être ni riche ni bling bling je me demande pourquoi vous ne foutez pas le feu à ces "monuments" du capitalisme!!

tiens l'ami Hollande vous croyez qu'il va à la cantine?? ah si celle du palais Bourbon!!

bref tout ça pour dire que vous empruntez des chemins bien tortueux pour éliminer quelqu'un c'est vrai que lorsqu'on veut se débarrasser de son chien on dit qu'il a la rage!!

croyez vous que celui qui viendra en place rasera gratis qu'il sera blanc comme neige? vous me faites bien rire

Je ne vais pas dire tous pourris loin de là mais sachez qu'ils vivent dans un autre monde que nous et cela de notre faute

Nous sommes tout sourire et cachons notre "pauvreté" comment voulez vous qu'ils nous comprennent ils ne font pas leurs achats ni rien

Les pires là dedans à mon avis sont les journalistes qui nous manipulent vraiment voilà un pouvoir dangereux!!

Pour avoir "promené plusieurs présidents, ministres, rois, reines et princes de ce monde e peux vous dire que tous se foutent bien de ce que vous pensez et de faire trente pages sur un forum de magie ben si quelqu'un les met au courant ça les fera bien rigoler

JLM que je surnomme l'homme aux 20000€ mensuel est encore plus roué que les autres qu'on ne me fasse pas croire que ce mec est pour le social!!

Il racle les fonds de tiroirs pour apporter les miettes à son maitre socialo et vous vous marchez à fond

J'ai comme l'impression que de beaux jours nous attendent que vous allez encore faire quelques pages lorsqu'on vous demandera un "petit effort" pour la France !! mais avec tous les magiciens présent ici on trouvera bien une valise de billets pour rembourser la dette!!

Bon en attendant je n'ai pas un centimes à planquer je vais même abandonner mon entreprise arrêter la magie pour ne pas être complètement essoré!!

J'ai du mal à te suivre.

En gros le système est pourri mais il ne faut rien changer?

Pour Mélenchon tu as un avis qui peut se justifier. Moi je mise, peut être naïvement, sur le contraire.

Mais mon avis vaut le tien. L'avenir nous dira qui a eu raison.

Entre un discours ou tout le monde est dans le même sac et qui ne mêne à rien et ne propose rien, un discours proposant une altérnative mais dont l'idéologie sous jacente ne correspond pas à mes valeurs et un discours proposant une alternative sur des valeurs qui me parlent plus, mon choix est fait.

Circulez !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas mon discours mais celui d'un monsieur qui vivait en 1931, et si pour certains il peut justifier le libéralisme, il justifie simplement pour moi la méritocratie et le refus du nivellement par le bas, comme l'indique aussi le site source.

De plus, parce que c'est cela qui pose l'éternel problème auprès du salarié marxisé dans sa relation avec les patrons : un mec qui crée une entreprise (avec les risques qui vont avec), qui la valorise, qui créé des emplois et permet de faire vivre des familles a-t-il le droit d'avoir une juste récompense de cette prise d'audace ? Il semble que non... Bien sûr qu'il faut une équité et que si la boite fait des bénéfices monstres, les premiers à devoir en bénéficier, après le patron, devraient être les salariés. Bien sûr que les fonds de pension devraient être revus. Mais notre belle société libérale a deux problème : l'un avec le libéralisme, l'autre avec le social-communisme, qui a empoisonné la façon de penser. Rien n'est jamais noir ou blanc, et un juste équilibre devrait voir le jour, comme je le répète, en mettant l'humain au centre de tout... mais au-delà des idéologies véhiculées, qu'elles soient ultra-libérales ou qu'elles soient à l'inverse même.

Par contre, si tu veux mon discours... celui de la liberté est le mien :)

Modifié par tanhouarn

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tiens... à propos de libertés : celle de vivre vous est comptée.

L'humain est au centre du sujet qui nous occupe sur ce thread. Je vous invite donc à lire, en entier, cette analyse extraite de Liberté Politique. Je rappelle cette phrase glissée dans un de mes précédents messages : "Dans une société qui tue les éléments fondamentaux de son avenir (l'humain), peut-on encore considérer que cette société a encore de l'avenir ?"

Dans une lettre en date du 2 avril adressée au président du Comité consultatif national d’éthique qui a demandé à tous les candidats à la présidentielle de s’expliquer sur leur vision des enjeux bioéthiques futurs, François Hollande a confirmé sa volonté de légaliser l’euthanasie s’il était élu à la magistrature suprême : « Je souhaite que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Le candidat socialiste s’est par ailleurs engagé à ce que le Parlement adopte ce « nouveau cadre juridique » avant le printemps 2013.

Applaudissant à la proposition de François Hollande, le philosophe André Comte-Sponville qui est l’un des maîtres à penser du lobby pro-euthanasie ADMD (Association pour le droit de mourir à la dignité) signe cette semaine un éditorial qui lève un coin du voile sur le projet socialiste : « La réforme (…) ne coûterait pas un centime à l’Etat. Elle pourrait même (quoique ce ne soit pas son but) permettre des économies à la Sécurité sociale ». Aveu d’autant plus effrayant qu’il est publié dans l’hebdomadaire économique Challenges[1].

Arrière-pensées

Lorsque nous avions pris connaissance du projet présidentiel de François Hollande en janvier dernier, nous avions envisagé l’hypothèse d’arrière-pensées « financières » inavouables : « La gauche espère-t-elle engranger de substantielles économies en ces temps de crise budgétaire en précipitant la mort des malades en fin de vie ? Il est vrai qu’une injection mortelle de chlorure de potassium coûte moins d’un euro tandis qu’une journée d’hospitalisation en réanimation dépasse les 1500 euros [2]».

Les langues commenceraient-elles à se délier chez les partisans de la légalisation de l’euthanasie depuis que leur favori est en passe d’accéder à la présidence de la République ? Toujours est-il qu’il n’est pas anodin qu’André Comte-Sponville évoque pour la première fois depuis le début de la campagne les économies d’argent attendues de la légalisation du « meurtre anticipé ». A n’en pas douter, l’euthanasie est dans l’esprit de certains en passe de devenir une possible variable d’ajustement économique.

La logique socialiste

D’ailleurs, dès 1981, Jacques Attali n’annonçait-il pas que l’euthanasie serait « l’un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure » (Avenir de la Vie, Edition Seghers) ? L’ancien conseiller de François Mitterrand voyait deux raisons à cette évolution inéluctable.

D’une part, en raison de la signification même du socialisme car « la logique socialiste, c’est la liberté, et la liberté fondamentale, c’est le suicide : en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est une valeur absolue dans ce type de société ». Il n’est donc guère surprenant que François Hollande veuille, 30 ans après, adosser le droit de mourir dans la dignité au nouveau principe d’autodisposition de l’individu.

D’autre part, en raison du « logiciel » interne à nos sociétés utilitaristes dont l’unique credo semble être la rentabilité : « Dans une société capitaliste, des machines à tuer, des prothèses qui permettront d’éliminer la vie lorsqu’elle sera insupportable [un terme que ne fait que reprendre Hollande dans son projet] ou économiquement trop coûteuse, verront le jour et seront de pratique courante. Je pense donc que l’euthanasie, qu’elle soit une valeur de liberté ou une marchandise, sera une des règles de la société future ».

L’euthanasie instrument de gouvernement

Dans un autre ouvrage intitulé L’homme nomade (Editions le Livre de Poche, 2005), Jacques Attali convoque de nouveau des critères économiques pour justifier l’institution d’une euthanasie d’Etat : « Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société : il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement (…). On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché (…). Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir ».

Dans la nouvelle société relativiste, individualiste et technocratique, Attali pronostique que l’euthanasie sera « un instrument essentiel de gouvernement ». Dans l’éventualité de la victoire du candidat socialiste le 6 mai prochain, cette « prophétie » pourrait rapidement devenir réalité.

[1] André Comte-Sponville, « Dépénaliser l’euthanasie », Challenges, 19 avril 2012.

[2] Pierre-Olivier Arduin, « Le choix mortel de l’euthanasie », Valeurs actuelles, 9 février 2012.

Modifié par tanhouarn

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voici un petit extrait de discours qui résume parfaitement les choses. «

« Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. «

« Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a dû travailler « pour le produire sans en tirer profit. «

« Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres.

« Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis, s’appelle le déclin et la fin d’une nation. On n’accroît pas les biens en les divisant. »

Dr. Adrian Rogers, 1931

pardon, mais ceci s'applique au capitalisme ou effectivement une partie du peuple vit sur le dos des autres. un modèle de socialisme serait une société ou tout le monde travaille.

Tout à fait. Comme en URSS il y a quelques années...

Où, d'abord, il a fallu inventer des modèles (stakhanov et ses copins/copines) pour donner aux ouvriers le goût du dépassement de soi, puis, après quelques années, il a bien fallu se rendre compte d'une chose: la majorité de la population ne foutait plus rien, puisque quoi qu'ils fassent, ils recevaient la même chose. Et on voit bien la qualité des productions de l'URSS dans les années 70, 80 et 90. Du prêt à jeter.

Si le système fonctionne bien sur le papier, il ne faut pas oublier la réalité du terrain: les gens ne sont pas parfaits de nature, certains vont donc dès que possible exploiter les failles du système. Et seront suivis par la majorité bêlante.

On a donc toujours besoin de la carotte. C'est d'ailleurs quelque chose de très étudié en sciences, avec le système de punition/récompense qui fonctionne chez l'animal et chez l'Homme. Un truc naturel, en quelques sortes.

cdmdu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quand on vous dit que les banksters dirigent tout et qu'ils liquident nos libertés :

Et durant la période électorale, les affaires continuent ! Parce que contrairement aux affirmations mensongères des uns et des autres : la crise, on est en plein dedans !

Souvenons-nous de François Baroin, qui assénait sur FR3 en septembre 2010 : « la croissance est au rendez-vous et la crise est derrière nous ».

De Christine Lagarde, qui, le 29 janvier 2011, affirmait devant les décideurs du monde entier, réunis au Forum Economique de Davos, « l’euro a franchi le cap et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle ».

Et de Barack Obama, qui déclarait, le 30 août 2011, que « nous venons de traverser la pire crise financière depuis la Grande Dépression (crise de 1929) et après les récessions et les crises financières que nous venons de vivre, le patient met du temps à guérir. Notre économie a eu une crise cardiaque, le patient vit toujours, il va mieux, mais guérit trop lentement ».

Et pour Joerg Asmussen, membre du conseil de la Banque Centrale Européenne (BCE) : « Le pire de la crise semble passé. La balle est à présent dans le camp des gouvernements. C’est à eux d’agir », in L’Echo du 16.avril 2012.

Chacun d’entre nous peut effectivement se rendre compte de la situation réelle que nous vivons.

Les eurocrates à la manœuvre.

Et pendant ces 4 dernières années où les politicards au Pouvoir se sont ingéniés à coller des rustines sur les fuites financières, la D.G.S.I (la Davos-Goldman-Sachs-Idéologie, comme l’appelle le criminologue Xavier Raufer) a diffusé ses métastases dans tous les rouages de la mondialisation. A tel point que les crânes d’œufs qui s’agitent dans les bureaux du Caprice des Dieux bruxellois et leurs complices banksters ont imaginé de remplacer le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF, créé en urgence en mai 2010 à cause de la faillite grecque et doté de 1.000 milliards €), par une autre usine à gaz dénommée Mécanisme Européen de Stabilité (M.E.S). Et ici, on touche au grandiose !

Jugez-en : le Conseil européen de mars 2011 a modifié l’article 136 du traité de Lisbonne, sans tambours ni trompettes. Le cadre légal du M.E.S assujettit les peuples de la zone euro à être garants et cautions des dettes auprès des banques.

On vous en a parlé ? Expliqué les implications ? Vous êtes d’accord ? Eh bien… pas moi !

Extravagant : parce que l’article 9 du traité instituant le M.E.S précise que « les membres du M.E.S s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à verser sur demande les fonds demandés par le directeur général en vertu du présent paragraphe dans les 7 jours suivants la réception de ladite demande ».

Très fort : les articles 27 et 30 octroient la personnalité juridique au M.E.S, qui pourra engager des poursuites judiciaires (par exemple envers un Etat qui ne lui verse pas la somme exigée), mais jouira (ainsi que les membres de la direction et du personnel) de l’immunité diplomatique. De plus, les documents du M.E.S ne seront pas disponibles pour le grand public, car « les archives du M.E.S et tous les documents qui lui appartiennent ou qu’il détient sont inviolables ». C’est clair : personne ne pourra demander des comptes détaillés sur les décisions ou les options prises et imposées par cette institution. Démocratie ? Connaît pas !

Encore mieux : d’après l’accord de décembre 2011, le M.E.S sera géré suivant la règle de la majorité qualifiée. Une décision devra recueillir au moins 85% des droits de vote pour être valide, alors que c’était l’unanimité qui était prévue auparavant. Cela confère maintenant un droit de veto de fait à trois pays qui ont plus de 15% des voix : l’Allemagne (27,1%), la France (20,4%) et l’Italie (17,9%). Cela fleure bon les arrangements entre coquins …

Toujours plus fort : un des autres pays ne pourra pas seul s’opposer à une décision du M.E.S, comme ce fut le cas à l’automne 2010 pour la Finlande ou la Slovaquie. En réalité, voilà une institution qui sera permanente, antidémocratique, inattaquable sur le plan juridique, occulte, et qui pourra exiger de n’importe quel pays de la zone euro, dans un délai d’une semaine, des milliards d’euros de manière inconditionnelle et irrévocable !

On assiste ici et en catimini, avec le silence complice des médias, à une prise de pleins pouvoirs financiers par une caste cosmopolite qui prétexte la crise et le problème de la dette publique ! L’austérité, la rigueur et la bonne gestion ne concernent ni les socialauds, ni les écolos, ni les banksters et leurs laquais libéros-démocrates : seul le peuple paiera !

Mais ce qui est consternant est le fait que PAS UN des partis ou mouvements nationalistes en Europe – dont certains sont en campagne électorale – n’a jugé bon d’étaler sur la place publique ce véritable hold-up de la souveraineté des pays concernés et la mise sous tutelle des citoyens européens ! Exit les libertés fondamentales.

Le poids des maux, le choc des impôts

A l’inverse des déclarations lénifiantes et soporifiques des chefs d’États européens, de nombreux pays sont en récession et bien malin sera celui qui pourra prédire la reprise réelle de nos économies, la réduction effective du déficit public, la diminution de la dette publique nominale et le retour au plein emploi.

Parce que durant les 4 dernières années et encore actuellement, les pourriticards de gauche comme de droite ont menti et caché la réalité calamiteuse de leur gestion des affaires. Le réveil sera terrible et on ne pourra pas échapper à une réduction de notre pouvoir d’achat et de notre train de vie (pour 80% de la population), car les dépenses publiques devront être fortement diminuées. Pour la France, cela représentera 30 milliards € par an et durant 5 ans, y compris des privatisations et des cessions d’immobiliers, selon un rapport publié par la Fondation pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques Publiques (iFRAP) publié en mars.

Par ailleurs la croissance sera absente dans la plupart des pays d’Europe en 2012 : Grèce : -4,5% ; Portugal : -3,3% ; Italie : -1,5% ; Espagne : -1% ; Belgique : -0,5% ; France : 0%.

Et ce n’est pas en augmentant les impôts et les taxes que l’on ranimera la confiance des entrepreneurs et des ménages. Il faut prendre des mesures structurelles et sur le long terme.

OUI, il faudra rapidement supprimer les aberrations de l’État-Providence, sous peine de sombrer dans le désespoir que connait maintenant la Grèce…

Source : Les 4 Vérités hebdo

Modifié par tanhouarn

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

M’énervez là ... à m'obliger de ré-intervenir !

Vous pensez bouts de ficelles et faites des comparatifs qui n'ont pas lieu d'être ..

et où votre imagination est tellement bridée qu'elle m'interroge sur vos capacités à extrapoler au-delà du tirage à l’élastique.

Je vous disais en tout début de ce post, que je suivais le projet d'avenir de JLM,

qu'il me semble à vous lire, que bien peu l'ont lu !

Osez-me dire qui l'a franchement lu ?

Osez-me dire qui a pris connaissance des "nouvelles frontières de l'humanité " ?

Mais qu'importe, pour voter pour, il aurait déjà fallu que la France profonde ( majoritaire) le comprenne... et nombre d'entre eux n'ont pas entendu parler de l'Humain d'abord, ni d'aucun autre programme d'ailleurs. Ils votent comme la voix de son maître l’indique.

[video:dailymotion]

Je place cette vidéo non pour me moquer, juste pour dire que nous avons chacun nos frontières d'esprit et notre propre univers...

Le résultat aux urnes se comprend mieux ..

Je vous disais également en tout début de ce sujet, que pour moi cela n'allait pas assez loin pour bâtir le monde idéal et utopique qu’il me plaisait d’imaginer. Je rajoutais toutefois qu'il fallait bien commencer ... et ... avec le dessein des "nouvelles frontières de l'humanité " de JLM je voyais les prémices de çà ..

Aujourd'hui ...(enfin le temps de l'organiser - 10 ans ),

nous avons pourtant tout les moyens pour vivre une société d'abondance sur toute la planète,

où l'argent a totalement disparu, il est inutile !

Où le travail n'existe plus,

il est remplacé par une activité etc etc .. etc etc

C'est utopique ? Pas si sur ... parce que.. drôlement sensé et ..finalement logique !

[video:youtube]

Sur Youtube directement, vous pouvez choisir la traduction française

Au fait ... qui de nos candidats portait un dessein d'avenir alors que tout les autres gèrent le quotidien ?

JaB

~~~~~~~~~~

Le monde n'est pas ce que vous croyez, voyez, sentez, touchez, entendez .. !

L'illusion est parfaite !

Réveillez-vous,.. éveillez votre entourage...

RêveSolutions.. !

http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm

Si l’utopie traduisait l’impossible, la vie, l'humain n'existeraient pas.

Modifié par JacK Barlett
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Thomas changed the title to Dimanche 18 mars

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Créer...