Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Le Mentalisme est-il une Discipline Ambigüe ?


Patrick FROMENT

Recommended Posts

Une question qu'on peut aussi se poser :

L'illusionniste en général est il ambiguë ? 

La plupart des illusionnistes passent leur temps à imiter des phénomènes surnaturels. 

Certe, le public sait que c'est du spectacle, certe, la plupart des interprètes croient tellement peu à ce qu'ils font que leurs numéros n'est pas calculé pour être convaincants mais juste "divertissant" ... 

Mais n'empêche, on courre quand même le risque, avec des personnes fragiles, de les faire rêver... 

Le rêve et l'émerveillement sont de sérieux handicap, pour garder un bon équilibre rationaliste. 

Alors, avant d'accepter un contrat, posons nous la question:

Cela vaut il la peine de courir le risque de sortir nos spectateur de leur bien être matérialiste en leur montrant des fadaises ? 

A défaut d'être des escrocs, ne sommes nous pas le germe d'une instabilité mentale qui détruira nos spectateurs et leurs proches, ruinera des carrières et des familles ? 

De nos jours, j'avoue que j'hésite à retrouver la carte choisie et perdue dans le jeu...

Je me dit : et si je sortais une carte au hasard, pour leur montrer ce qu'est une vraie probabilité dans la vraie vie... 

Mais je suis faible, je l'avoue, et je retrouve quand même la carte... Chienne de vie... 

Gilbus

 

  • J'aime 1
  • Haha 4

Quand le magicien montre la lune avec son doigt, le public regarde le doigt...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 15 minutes, Gilbus a dit :

Le rêve et l'émerveillement sont de sérieux handicap, pour garder un bon équilibre rationaliste. 

😂😀

Un excès de raison peut aussi être un solide handicap à l'équilibre tout court.

La science, d'ailleurs, se nourrit tout autant du rêve et de l'émerveillement devant le mystère du monde que de la raison pure et dure.

Le déséquilibre c'est soit basculer dans un irrationnel extrême et perdre pied avec la réalité (bon, il faudrait définir exactement ce qu'est la "réalité", ce qui n'est pas une mince affaire, mais bon, passons...! 🙂) soit adopter une vision, non pas rationnelle, mais strictement rationaliste et donc ne voir le monde que son un aspect matérialiste et mécaniste.

L'homme est un "animal métaphysique", selon la formule rendue célèbre par Schopenhauer, c'est à dire qu'il ne cesse de spéculer et de prétendre à une connaissance susceptible de dépasser le simple cadre de l'expérience et des phénomènes observables (même les physicalistes font cela, même les athées...).

J'ai déjà cité, plusieurs fois, sur ce forum, ma maxime préférée du philosophe Pascal. Elle me semble, encore, une fois bien à propos ici :

Parchemin-7.jpg

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Me promenant sur l'excellent site magique artefake, je découvre (ou redécouvre)  cet article particulièrement bien écrit, bien documenté et ô combien mesuré :

PRESTIDIGITATEURS ET PARAPSYCHOLOGIE Par George P. Hansen.

Article qui montre bien à quel point cette question de l'ambigüité traverse l'histoire du mentalisme et de la prestidigitation.

Citation

Didier Puech nous signale que le magicien français Jacques Delord restait très ouvert sur le sujet de la parapsychologie, estimant qu’il n’était pas du rôle des magiciens de “démasquer” les fraudeurs. Il laissait toujours LE DOUTE quand les gens (grand public) l’interrogeaient sur ses “pouvoirs”, sans pour autant prétendre à posséder des pouvoirs surnaturels

... Si même Jacques Delord ! 😀

  • J'aime 2

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est effectivement un problème. Max Dif commençait quant à lui chacun de ses spectacles en s'excusant au préalable auprès de ses spectateurs car il allait les duper.

Je ne partage pas cette façon de faire car c'est, selon moi, ôter dès le départ toute magie et/ou tout émerveillement potentiel pour la suite du spectacle, ce que viennent a priori chercher les spectateurs justement.

Que le magicien ne prenne pas le parti de démasquer les escrocs, c'est tout à fait compréhensible et d'ailleurs je ne pense pas que cela soit son rôle. Maintenant si c'est son truc pourquoi pas, mais encore une fois ce n'est pas ce que j'attends d'un magicien.

Par conséquent la question que l'on peut se poser est la suivante :  laisser planer le doute comme le fait Jacques Delord et du coup participer à l'ambiguïté de la chose mais en prolongeant la magie du spectacle ou, au contraire, dissiper l'ambiguïté et s'excuser comme Max Dif mais a posteriori (histoire quand même de limiter la casse, comme qui dirait 😝) ?

A titre personnel, je pencherais pour l'attitude mystérieuse et emplie de non dit laissant planer le doute dans l'esprit des spectateurs mais sans aller plus loin que cela, dans le discours et le comportement. Le spectacle est terminé, un doute demeure point. Mais ce n'est pas évident sans garder de la distance avec ses spectateurs, j'en conviens. Bref, un vrai sujet où l'éthique se heurterait à l'artistique ?  (C'est une question).

Modifié par Woody (Philippe)
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 16 heures, Woody (Philippe) a dit :

C'est effectivement un problème. Max Dif commençait quant à lui chacun de ses spectacles en s'excusant au préalable auprès de ses spectateurs car il allait les duper.

Je ne partage pas non plus cette façon de faire, mais elle est très défendable :

En faisant cette annonce, on va mettre une partie du public au défi de ne pas être dupé. 

Certe, je n'aime pas les défis en règle général, car cela met selon moi une base conflictuelle à notre relation avec le public, mais le défi à cependant un avantage indéniable, il va concentrer l'attention des spectateur sur ce qui se passe. 

Du coup, il ne pourront pas se dire qu'ils ont raté un truc par inattention, et cela renforce par un côté l'impossibilité, même si comme tu le dit cela va à l'encontre de l'émotion magique... 

Je préfère aussi le flou, et j'utilise en général d'autres techniques pour essayer de maintenir l'attention des spectateurs. 

D'un autre côté, maintenir l'attention du public au top n'est pas valable en toutes circonstances :

J'avoue que pour certaines interprétations, notamment quand je présente des choses à des magiciens, maintenir leur concentration est au dessus de mes forces :

Le magiciens ont un processus de pensée biaisé par leur expérience. 

Les plus blasés vont parfois regarder juste assez pour savoir de quel tour il s'agit, puis relâcher leur attention pour penser à la variante de ce tour dont ils vont parler ensuite... 

Cela m'a beaucoup amusé, par exemple, quand j'ai présenté lundi la "houlette magnéto mécanique de Gilbus", et que la conversation a ensuite roulé sur les roulettes, pardon, les houlettes... 

Alors que dans mon tour, la houlette n'était que le prétexte pour présenter le vrai tour, caché dans l'explication, dont l'effet était davantage de la famille des "coexistence spatiale" (plusieurs objets occupant un espace trop petit pour eux) 

Que certains soient restés sur la houlette ne me gêne pas, mais m'amuse. 

Certes, ils ont raté l'effet, ce qui aurait été minimisé si j'avais eut une attitude de défi. 

Mais j'avoue que ce genre de situation est plus un test d'efficacité du jeu d'acteur qu'un véritable tour de magie, n'oublions pas que je ne suis pas vraiment magicien... 

Donc, je dirais bien qu'il n'y a pas de mauvaise méthodes, il y a juste des méthodes efficaces ou pas, suivant le but que l'on s'est fixé. 

En ce sens, l'ambiguïté ou la démystification peuvent être valables. Sans aller jusqu'au debinage, qui lui est toujours négatif à mon sens...

Gilbus

  • J'aime 2

Quand le magicien montre la lune avec son doigt, le public regarde le doigt...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Gilbus a dit :

Le magiciens ont un processus de pensée biaisé par leur expérience. 

OUI !!!

Mais nous sommes tous "baisés" (😀) par nos conditionnements divers et variés, notre éducation, notre culture, notre formation, notre métier, notre catégorie socio-professionnelle, nos blessures existentielles et j'en passe...

Nous avons tendance en fonction de tous ces conditionnements à privilégier une interprétation du monde.

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 12 minutes, Patrick FROMENT a dit :

Mais nous sommes tous "baisés" (😀) par nos conditionnements divers et variés, notre éducation, notre culture, notre formation, notre métier, notre catégorie socio-professionnelle, nos blessures existentielles et j'en passe...

Cette phrase est d'ailleurs typique d'un biais de psy ! 🤣

  • Haha 1

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, Patrick FROMENT a dit :

nous sommes tous "baisés" (😀) par nos conditionnements divers et variés, notre éducation, notre culture, notre formation, notre métier, notre catégorie socio-professionnelle, nos blessures existentielles et j'en passe...

 

Il y a 2 heures, Patrick FROMENT a dit :

Cette phrase est d'ailleurs typique d'un biais de psy ! 🤣

Les raccourcis de pensée ont été utiles à la survie de l'espèce, sélection naturelle oblige. 

Quand est-ce qu'on biaise ? de Thomas C Durand 

Citation

Savez-vous ce qu'est la Zététique ? L'art du doute nourri par la méthode scientifique. Le refus de toute affirmation dogmatique, mais aussi une autodéfense contre les idées reçues, les fausses évidences, les illusions sensorielles, les raisonnements erronés... tous ces pièges que nous tend notre cerveau. L'intelligence n'immunise pas contre l'erreur. Quand nos neurones sont biaisés nous n'avons aucun moyen objectif de le savoir. Alors il faut apprendre à douter. Une méthode mise en scène avec humour dans des dialogues entre la marionnette Mendax, incarnation de notre cerveau avide de réponses simples et définitives, et Vled Tapas, professeur d'esprit critique. un livre de salubrité critique !

51WAmFfz4xL._SX339_BO1,204,203,200_.jpg

  • Merci 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !
  • Messages

    • Bonjour, Si toujours disponiblr, je suis intéréssé. Paiement par paypal, envoi sur la Nouvelle Caledonie, en paiement 2 fois par paypal. Ceci me permettra de minimiser ma déclaration en douane. Si c'est ok pour vous,contacter moi,merci  
    • Très bon 🙂 . Si j’étais sérieux et assidu, c’est ce que je devrais / aimerais faire. Je le fais aussi de temps et j’adore ça 😊. Je redécouvre ainsi certains de mes livres et je découvre aussi parfois de véritables trésors (j’entends par là une technique évoquée par Bernard Bilis lors de sa conf Rendez-vous 2021, par exemple - ´tain c’était dans ce bouquin ?!? - ou bien une routine sympa qui devait être initialement écrite avec du jus de citron car je ne l’avais jamais vue - bien  que possédant l’ouvrage depuis plusieurs années - ou encore un effet à tester cartes en main et tout de suite appeler un copain - mon prof en l’occurrence -  pour partager le truc, bref ce genre de chose 🙂 ). Mais pas du tout; au contraire tu as bien fait. Je vais même en profiter pour poser une question très pointue (lol) à nos amis éditeurs. Cela m’intrigue depuis plusieurs années : y a-t-il une règle concernant le sens de l’écriture du titre de l’ouvrage sur sa tranche ?  Je pose la question car il m’arrive souvent de devoir poser un livre français 1ère de couverture vers le bas afin de pouvoir lire le titre sur la tranche, sinon ce titre serait à l’envers (lorsque le livre est posé à plat dos de la tranche (je ne sais si c’est comme cela que l’on dit). Concernant les livres anglo-saxons en revanche, il semble que ce soit le contraire (1ère de couverture vers le haut pour lire le titre  sur le dos de la tranche lorsque le livre est posé à plat). à toi, Frantz, tiens 😉🙂 .
    • La place est déjà faite dans la bibliothèque 🤗

  • Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !
  • Qui est en ligne (en orange les membres du Cercle VM) - Afficher la liste

  • Statistiques des membres

    • Total des membres
      7 526
    • Maximum en ligne
      4 524

    Membre le plus récent
    Nicolas CINQ
    Inscription
  • Statistiques des forums

    • Total des sujets
      76,9k
    • Total des messages
      644,4k

×
×
  • Créer...