Aller au contenu

Woody (Philippe)

Membre
  • Compteur de contenus

    8 546
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    87

Tout ce qui a été publié par Woody (Philippe)

  1. Et en même temps, mon beau-frère, ergothérapeute emphytéotique à Bezac, dit toujours qu’il vaut mieux être presbyte que casse-cou.lles... (Oh c’est bon, il est minuit vingt, y a plus que 2-3 no-life qui traînent encore sur le forum, y a pas mort d’homme)
  2. Avec tout le mal que se sont donné Arthur, Fabien et Jean-Yves pour animer un peu ce fil de discussion, qui démarrait pourtant gentiment avant de s’enliser dans un consensus mou, le sujet est clos. Si c’est pas malheureux...
  3. Le ministère de l’éducation nationale vient de publier une mise à jour du protocole d’autotest pour les écoles primaires et maternelles.
  4. "L'essence d'un véritable esprit transgressif est de toujours exprimer lavis contraire, surtout en matière de peinture (à l'huile, tête de thon) " T. Rébenthine.
  5. Oui . (Et encore, j'ai choisi parmi les plus softs...)
  6. Hé oui, une fois n'est pas coutume, j'ai choisi de laisser s'exprimer mon petit côté nostalgique (et puis qui sait, cela peut éventuellement donner des idées à certains d'entre vous... ).
  7. Remercions d'ores et déjà Michel, qui se propose donc de commander Distancia et de nous faire un CR dans la foulée .
  8. J'ai liké le message d'Alx parce que l'on ne sait jamais (après tout il fait partie des modos) mais quand même, "crâne de piaf"... Ah si, ça a été dit. Ainsi, à l'instar d'Olivier Veran, aussi connu comme "le beau gosse" dans le milieu (politique, ce qui revient à peu près au même), je vais m'astreindre - encore une fois - à un exercice de pédagogie. Un piaf est un petit oiseau, sans grande ambition, picorant ici ou là ce que lui ont laissé les pigeons ou ce que lui donne mamie, sur le rebord de sa fenêtre. De nature plutôt timorée, le piaf est aussi dépourvu de sagacité et de clairvoyance ce qui en fait d'emblée un excellent magicien. Le pic-vert, en revanche, est à l'aise en société, jovial et spirituel, il sait aussi faire preuve d'un esprit critique aiguisé. Toujours à l'affut d'un bon mot, le pic-vert est le compagnon idéal pour vos longues soirées d'hiver. Discret, élégant parfois, d'une sagacité et d'une clairvoyance que les autres volatiles lui envient, ses nombreuses qualités font de lui d'emblée un excellent magicien. Je vous retrouverai les sources de tout cela mais si vous êtes pressés, cela traine dans toutes les revues ornithologiques dont celle éditée par le BTO (British Trust for Ornithology), une référence en la matière, comme quoi je n'invente rien. Bref, pour en revenir à nos moutons et apaiser un peu le débat, c'était pas un peu pourri les Mandrakes, cette année (exception faite du numéro de Fabien) ? (Oh c'est bon, j'rigole...)
  9. Mais t’as pas aimé « Votre cerveau est extraordinaire » ?
  10. Bon ben qui ne dit mot consent, alors j'le fais ()...
  11. C'est un drôle de truc la musique, quand même . Lorsque j'étais ado, il y avait parmi mes albums préférés, deux K7 - hé oui - que j'aimais particulièrement et que je n'ai jamais vraiment cessé d'écouter : "Night of the Blade" (1984) et "Black Hearts & Jaded Spades" (1985), de Tokyo Blade. Absolument rien à jeter. Tout est bon dans ces deux opus, qui sont respectivement les deuxième et troisième albums du groupe. Jusqu'ici rien de vraiment étonnant. Je vous mets quand même un extrait de "Night of the Blade" : Et puis pour faire bonne mesure, un extrait de "Black Hearts & Jaded Spades" : Je n'ai pas acheté d'autres albums de ce groupe car hélas, trois fois hélas, ils n'ont pas cessé de se séparer, de changer de chanteur, de guitaristes, de batteur, bref, ils n'ont pas cessé de faire n'importe quoi et du coup, ils n'ont pas transformé l'essai prometteur de ces deux albums. Dommage Jusqu'à il y a deux ans. Je me suis en effet décidé à racheter ces deux albums mais en CD, cette fois. Pas trouvés. Bon. Sur Amazon, cependant, on pouvait trouver un coffret genre "Les must have" de "Tokyo Blade", dans lequel on trouvait notamment leur premier album sobrement intitulé "Tokyo Blade" (1983), pas franchement indispensable a priori, ainsi que les deux mentionnés précédemment. J'ai passé commande et... Bingo ! LA révélation totale et complète. Ouais, rien que ça . Leur premier album, trop hâtivement jugé, est une bombe, je vous en colle un extrait : Mais ce n'est pas le plus étonnant. En effet, ce premier album est quand même assez différent des deux autres et pourtant, c'est le kiff total. Ouais et donc ? Hé bien il se trouve que récemment, cherchant à m'isoler un peu pour rédiger un document, je suis tombé sur leur tout dernier album (2020) et j'ai a-d-o-r-é. Pourtant : 1/ Il ne reste qu'un seul membre du groupe original formé début des années 80 2/ Le style n'a plus rien à voir et pourtant si, on retrouve des trucs qui vous font vibrer 3/ Peut-être pas de titres tubesques mais un je-ne-sais-quoi propre à Tokyo Blade, que l'on retrouve dans les albums que j'ai déjà cités et que je n'ai trouvé chez aucun autre groupe (pas même les plus grands, Iron Maiden, Metallica, etc.). Bref, ça tourne en boucle depuis une semaine. Extrait : Et au passage, si vous avez aimé, je ne saurais vous recommander leur "Live in Germany" (2009 / Attention les trois derniers titres ont été apparemment rajoutés depuis un vieux bootleg dégueu) : (C'est un titre de "Night of the blade" dont l'interprétation est ici un chouïa... Différente mais trop bien aussi !) W. (Attention, on ne se précipite pas, hein; ils ont quand même fait quelques albums dispensables, voire carrément bof, entre 1987 et... 2011)
  12. Egalement disponible sur l'excellente application RMCBFM-Play (tablettes, smartphones, iOS & Android) .
  13. Merci Christophe ! Si je devais faire une liste comme la tienne, nul doute qu'il y aurait pas mal de doublons (notamment concernant les films. Dark city m'a bien fait rêver quand je l'ai vu au cinoche). Au passage, l'adaptation du "Tour du monde en 80 jours" diffusée sur France 2 pendant les fêtes - et toujours disponible sur le site de France TV - est excellente.
  14. Ce sujet se développe et prend de l'ampleur, merci à vous tous . De mon côté, j'ai commencé à m'aventurer dans des territoires qui ne me sont pas familiers et j'ai ainsi terminé "Le miroir de Cassandre", de Bernard Werber, conseillé ici même par notre copain César (si je ne dis pas de bêtise). Je m'étais arrêté à la trilogie des fourmis et je n'avais rien lu depuis, de Bernard Werber. La suggestion de César et le fait que l'auteur soit apparemment un copain de notre Spankyfab préféré ont fait le reste . Pour être tout à fait honnête, je n'ai pas accroché comme prévu. J'ai terminé le roman car je souhaitais connaître la fin. Beaucoup d'aller-retours au même endroit (ceux qui ont lu ou liront comprendront), je me suis même demandé parfois où l'auteur voulait en venir et l'histoire n'est pas de celles dont on veut absolument connaître la suite. Cependant, on finit par s'attacher aux personnages et leur environnement nous devient même familier (voir plus haut les fameux aller-retours). Enfin, l'auteur gamberge et c'est pas mal car sous couvert d'un roman, plusieurs thématiques tournant notamment autour de l'identité d'un individu comme somme de son ascendance (épigénétique), du futur et de la façon dont l'homme peut l'appréhender, Bernard Werber alimente notre réflexion et nous fait considérer certains concepts sous un angle auquel nous n'aurions pas pensé (en tous cas moi). Son "Arbre des Possibles" et la façon dont on pourrait "retro-concevoir" le futur de la planète / humanité sont très intéressants. Au milieu du livre, je pensais sincèrement ne pas tenter un autre bouquin de l'auteur par la suite. Aujourd'hui j'en suis moins sur et si je retente l'expérience, ce sera peut-être avec "La boite de Pandore" mais pas dans l'immédiat. En effet, j'ai enchainé sur le deuxième volume de la "Trilogie Hussite", reçu à Noël. Alors autant vous le dire tout de suite, faut s'accrocher un peu mais d'après une lectrice polonaise (l'auteur est polonais et a évidemment d'abord publié en polonais), cela vaut vraiment la peine. Bon ben d'ac. Au delà du fait que l'histoire est plutôt complexe et que le nombre de noms cités est proprement hallucinant, l'ambiance est top et les personnages attachants. Cela ne se lit pas vite ou très facilement (il ne faut pas exagérer non plus, ce n'est pas "Le pendule de Foucault") mais effectivement on veut connaitre la suite (à noter : vol. 1 : le "héros" est un peu voire carrément tête à claque, vol. 2 : ouf ça va mieux ). Dernière remarque : beaucoup de notions latines et historiques dans ce livre, dont certaines sont expliquées en annexes, mais pas toutes car, je cite l'éditeur original :"[...] Les recherches personnelles dans les dictionnaires et les encyclopédies étant, de l'avis bien connu de l'Auteur, une activité passionnante pour le Lecteur, il serait inconvenant de priver ce dernier d'un tel plaisir". Ben rien que ça déjà, je kiffe .
×
×
  • Créer...