Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Tableau d'honneur

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 31/07/2021 partout

  1. Hello ! YUP ! Il sera en vente aux alentours de la rentrée ! Superbement illustré par notre JS Masset national, un beau pavé de plus de 500 pages avec les 12 numéros de 2017 + des bonus !
    6 points
  2. Bonsoir @Yann LE GOUADEC (Dimitrak) MERCI pour tout le travail réalisé pour maintenir les "live" et les "afters". Très bonne idée pour "les chapitres". MERCI aussi à @Pascal BARTOLI, @Bruno RBLT, @Grégory EGGERMONT etc .... et @Riad SOUSSI pour ces nombreuses prestations
    3 points
  3. bonjour voici le film complet
    3 points
  4. Bien le bonjour amis prestidigitateurs, Je me présente rapidement: je m'appelle Christophe, je suis du nord de la France, actuellement entre Valenciennes et Arras. Je suis fasciné par le close-p et la magie depuis l'enfance. J'ai mes périodes mais c'est une passion qui ne m'a jamais lâché. Je me suis essayé un peu à tout mais avec une nette préférence pour les cartes. Je fais mes premiers pas depuis peu avec le fil et notamment unseen force. Les difficultés rencontrées ont incité le lecteur passif que je suis à s'inscrire pour trouver des gens avec qui échanger (d'ailleurs, c'est par où pour en discuter sans débiner?). Que dire d'autre... je suis élève-avocat et j'ai de nombreux centres d'intérêt, l'un d'entre eux étant le lever de coude, donc si vous passez par Arras, n'hésitez pas. Chris.
    2 points
  5. Excellente idée de @Yann LE GOUADEC (Dimitrak) l'indexation automatique des chapitres, plus besoin de chercher manuellement les différentes séquences. Merci à tous pour les VM live.
    2 points
  6. L'affiche de Mystag est de James Hodges. Dans le film d'Agnès Varda, différentes parties du spectacle de Mystag dans un café (bols de riz, eau changée en vin, comptage d'anneaux, de billets, couteau dans le bras, catalepsie etc..) sont astucieusement montées avec des manipulations équivalentes chez les commerçants de la rue Daguerre ( rendu de monnaie, remplissages, gestes de boucher, position chez le coiffeur etc.) Son boniment et sa diction singulière où il avale certains mots sont un régal. Le public est tenu plusieurs heures dans un confort très sommaire. Mystag avec son demi-sourire malicieux à la Jean Tissier était un personnage hors du commun.
    2 points
  7. Ce sujet a été ouvert en 2012 mais en 2010 déjà on lisait ceci dans VM : Marrant...
    1 point
  8. Merci Michel d'avoir mis en insertion ce documentaire que je découvre et qui est vraiment formidable, plein d'humanité (mais maintenant sans doute peuplé principalement de fantômes) et avec un montage très intelligent. Daguerréotypes, les types (les gens) de la rue Daguerre.... « Daguerréotypes n'est pas un film sur la rue Daguerre, pittoresque rue du 14e arrondissement, c'est un film sur un petit morceau de la rue Daguerre, entre le n° 70 et le n° 90, c'est un documentaire modeste et local sur quelques petits commerçants, un regard attentif sur la majorité silencieuse, c'est un album de quartier, ce sont des portraits stéréo-daguerréotypés, ce sont des archives pour les archéo-sociologues de l'an 2975. C'est mon opéra-Daguerre. » — Agnès Varda, 1978. Agnès Varda : « Vers 1973, Eckart Stein de la ZDF m'avait proposé une « carte blanche » pour son programme plus ou moins marginal et je lui avait dit mon désir de filmer des objets, des gens immobiles et même des visages de morts. […] L'occasion de commencer un film me fut donnée par un magicien qui colla une affiche au café du coin annonçant son spectacle pour le samedi suivant. J'agitais en direction de Mayence ma carte blanche qui devint un chèque. On sortit nos réserves, l'INA compléta. Ainsi est né Daguerréotypes, un film sur les commerçants de mon pâté de maisons au bout de la rue Daguerre, côté avenue du Maine, réunis par Mr. Mystag pour un spectacle au café (sans augmentation du prix des consommations). » https://fr.wikipedia.org/wiki/Daguerréotypes_(téléfilm)
    1 point
  9. Parfois tu es fatigant. On a déjà débattu de cela moult fois. En plus de nombreux livres évoqués çà et là dans VM, je ne peux que renvoyer à la page wiki adéquate : https://fr.wikipedia.org/wiki/Zététique Tu trouveras dans la zététique justement tout ce que tu souhaites et appelles de tes vœux, je cite : c'est un art (« l'art du doute »), c'est « une démarche philosophique et pratique » et « elle s'appuie sur la méthode scientifique pour essayer d'appréhender efficacement le réel, par le biais d'enquêtes et d'expériences ». Mais tu peux continuer de nier l'évidence, à savoir que la zététique s'appuie essentiellement sur les résultats scientifiques pour donner des étais solides au sens critique. Si tu préfères penser que la zététique à d'autres référentiels de base, libre à toi. Rappel :
    1 point
  10. Super super super !!! Bravo Bravo Bravo !!!
    1 point
  11. Je suis bien d'accord que le paranormal peut et doit être abordé sous plusieurs angles. Maintenant, pour en revenir au sujet de base, si tu prétends prédire l'avenir à un spectateur, la moindre des choses et d'être sûr de son pouvoir pour ne pas raconter de carabistouilles... Et pour être sûr de quelque chose, la méthode scientifique a fait ses preuves.
    1 point
  12. Est-il partial, trop zététique, absurdement rationaliste, que d'affirmer qu'il n'y a pas de fabrique de nounours à la guimauve sur la planète Jupiter ? À un moment donné on peut parler de « principe de réalité » quand ladite réalité se rappelle à toi, de façon évidente, par exemple dans le cas absurde ci-dessus. Patrick, il peut y avoir une hésitation sur la position du fameux curseur nous permettant d'évaluer ce qui est de l'ordre du réel (avec les nombreuses nuances possibles qu'il revêt ou qu'on lui prête) de ce qui ne l'est pas. Mais que nounours à la guimauve soit « une sorte de concept subjectif » n'apporte pas la moindre eau au moulin de celui qui croirait qu'ils sont fabriqués sur Jupiter, tu ne crois pas ?
    1 point
  13. Oh la la quel taquin ce Patrick ! Taquinerie à part, ça ne serait pas de la partialité ça ?
    1 point
  14. Offre réservée aux membres du cercle VM SVP aidez-moi à faire de la place : j'offre un lot de magazines en anglais, à condition de venir les prendre sur Paris 12ème. Voici la liste : Magic magazine (Stan Allen) 2005 Oct à Dec. 2006 Jan - Oct à Nov 2007 Mai - Sep à Dec 2008 Jan à Dec 2009 Jan à Dec 2010 Jan à Mar - Mai à Sep Genii magazine 1990 Mar 1991 Avr 200 Dec 2005 Oct à Dec 2006 Jan - Juin à Dec 2007 Jan à Dec 2008 Jan à Mar - Mai à Dec 2009 Jan à Avr - Juin à Dec 2010 Jan, Fev, Avr, Mai Apocalypse 1980 Jan à Dec 1988 Jan à Mai Août à Dec 1981 Nov 1985 Mar 1993 Jan à Dec 1994 Jan à Dec 1995 Jan à Dec 199§ Jan à Dec 1997 Jan à Dec Richard Almanach 1985 Full Le magicien 1994 Sept L’enchanteur Nov 1999 - Mar 2000 The chronicles N°9 & 10 The Pallbearers critique Août à Sept 1975 Pabular Juin 1975 Nov 1977 Oct 1979 Vol 7 n°3, 4, 5, 6, 7, 8 Vol. 8 n°4, 9 Opus Juil & Oct 1988 Jan & Mai 1989
    1 point
  15. Ma manière de lire les livres de magie à un peu évoluée avec le temps. Tout d'abord, il faut savoir que j'ai commencé la magie avec les livres et que j'ai toujours appris avec les livres. Au début, étant jeune et n'ayant pas forcément beaucoup de moyen, je lisais chaque livre du début à la fin, jeu de cartes en main (ou autres accessoires) , et faisait chacune des routines du livre sans exception. J'ai énormément appris comme ça et ai développé une sorte de talent pour bloquer une page avec mon genoux et tourner l'autre avec le coude lorsque les deux mains étaient occupées . Maintenant, c'est un peu différent. Je lis toujours le livre du début à la fin mais sans les cartes en main. Ensuite seulement, je choisis les routines que je veux travailler. Je prends également des notes et annotes également les pages de mes livres au crayon de papier, ce que je ne faisais pas auparavant. Lorsque le livre est intéressant (au-delà des routines, je pense notamment aux livres de Giobbi, Merlin, Wonder...), je les relis de nombreuses fois avec à chaque fois un plaisir un peu plus grand et en y découvrant toujours quelque chose.
    1 point
  16. En fait tout dépend des livres, certains sont passionnants et d'autres sont ennuyants. La mise en page et la police jouent aussi un rôle. Mais pour tout dire, à part quelques uns que je lis d'un bout à l'autre. Souvent je pioche une routine, puis une autre au hasard. Parfois je tombe sur une référence qui fait que je vais me plonger dans un autre livre pour trouver la routine dont on parlait, puis il m'arrive de rebondir dans un autre livre. J'aime bien ces recherches d'un livre à l'autre, pouvoir confronter les idées, il faut pour cela avoir déjà une belle bibliothèque, mais ce genre de recherches croisées ne sont pas possible avec les DVD. Amis auteurs, donnez du style à vos écrits, n'ennuyez pas les lecteurs avec des descriptions fastidieuses, sachez apporter un peu de suspens qui donne envie au lecteur de tourner les pages et de lire la suite. Donnez des anecdotes, des sources et surtout arrêtez de nous expliquer comment le spectateur vit l'effet car cela n'est pas intéressant. Faites nous vivre l'effet, c'est nous les lecteurs qui devons être touchés, pas les prétendues réactions des spectateurs. Arrêtez les préfaces, note de l'éditeur, note du traducteur, celle de l'auteur est suffisante, il m'arrive de passer 20 pages avant de lire le premier mot de l'auteur, finalement le plus intéressant. Avez-vous déjà vu des romans avec tous ces éléments ? Pas souvent. Arrêtez aussi les livres trop épais avec des marges trop grandes et des sauts de lignes constants, une routine qui peut être décrites en 10 pages avec tout ce qui est nécessaire c'est mieux que 20 pages. Pensez que nous n'avons pas beaucoup de place pour stocker tous ces livres. J'ai un peu dévié dans ma réponse mais la qualité d'un livre ne peut pas se résumer à la qualité des routines contenues, c'est une combinaison de contenu et de style. De ce point de vue, on voit bien que les magiciens et ce n'est pas péjoratif, ne sont pas des écrivains. Alors sans faire de la prose, au moins tenez les lecteurs en haleine pour leur donner envie de continuer.
    1 point
  17. Une discussion sur la magie?
    1 point
  18. Je travaille depuis quelqu’un temps sur une nouvelle routine mettant en scène les 4 éléments, dans une ambiance viking. J’ai contacté mon ami Dave pour faire vivre une idée que j’avais pour l’eau. Il a de suite compris ce que je voulais, fait plein d’essais, adapté, et j’ai reçu ce soir la bête. D’habitude je déteste les choses faites à l’arrache et je ne suis pas doué en vidéo. Mais j’ai tellement adoré que je n’ai pas résisté à monter une mini vidéo dès la sortie du paquet. Vous excuserez donc la qualité des images et du texte mais cela vous donnera une idée des immenses possibilités. Bien entendu le top est de faire mettre par le spectateur un doigt dans l’eau et de la faire se concentrer pour faire du spectateur, un enfant par exemple, le magicien doté de pouvoir. On peut projeter des objets a plusieurs mètres y compris en hauteur. On est pas obliger de mettre de l’eau. On peut le faire avec des cartes… Bref une tuerie je trouve comme disent les djeunes. Je pense que Dave en dira deux mots en chambre des secrets.
    1 point
  19. Et oui, j'ai beaucoup de vacances... donc beaucoup de projets Le dernier est celui ci : un demi jeu Bicycle Aviary vert et un demi jeu Bicycle Aviary marron. Je suis assez fier de celui là Si intéressé, contactez moi.
    1 point
  20. Merci, je visionnerai la vidéo plus tard. En attendant, tu m'as entraîné dans une bien étrange recherche dans VM, qui associe les mots "chaussette" et "conscience" , et j'ai trouvé ceci : Si la matière est bien première, et que la conscience est bien un phénomène émergent, cette conscience génère une "vision" du réel chargée de subjectivité, et cet univers pensé et senti s'ajoute au réel en une couche supplémentaire. Je rappelle l'image que j'avais mise en lien dans le message auquel tu faisais référence de ton côté : Hergé crée un personnage, Tintin, et un univers en BD propre à ce personnage. L'interaction de la BD avec les lecteurs de la planère entière fait que le dessinateur Hergé est également et d'une certaine façon créé à leurs yeux au sens qu'il n'existerait pas dans l'esprit de chacun s'il n'avait pas lui-même créé son petit personnage imaginaire. Sans Tintin, Hergé disparaît même s'il reste George Remi. Dans mon exemple, si Tintin "crée" Hergé (d'une certaine façon puisque sans Tintin, Hergé n'existerait pas pour ses lecteurs) c'est bien Hergé qui à la base et de façon première a créé Tintin (et de plus plus on évoque deux "créations" non superposables en essence, mais des créations quand même). Oui, c'est une sorte d'analogie : l'Univers réel crée un être pensant qui à son tour crée une vision propre de cet Univers, forcément réductrice mais néanmoins créatrice. Par un effet de feedback, cette pensée affecte le Réel en l'augmentant par de l'imaginaire. L'Univers est donc en expansion également pour ce qui concerne la qualité et la complexité de son contenu.
    1 point
  21. et dis lui de te rendre ton échelle par la même occasion...
    1 point
  22. Cela me rappelle la mésaventure survenue il y a quelques années à mon beau-frère, charcutier olympique à Tokyo, catégorie jambonneau. Cela faisait deux ou trois jours qu'il recevait des mails d'un certain Jacob qui voulait qu'on lui rende son échelle, et c'était tombé sur mon beau-frère qui, bien entendu, n'était au courant de rien. En fervent partisan des économies d'échelle mon beau-frère n'est pas du genre à payer pour celles des autres, aussi ne s'est-il pas laissé impressionner et à éconduit gentiment l'impétrant en lui suggérant de se rapprocher d'un certain Charles Francis Richter, avec lequel, semble-t-il, il avait des points communs. My2Cents W.
    1 point
  23. Le pote, il ne s'appelle pas Jacob, par hasard ? (RHO CA VA ON S'AMUSE)
    1 point
  24. Evite quand même de passer toute tes cartes au curry et de préparer ton poulet au science friction...
    1 point
  25. Né à paris en 1906, son vrai nom est Edouard Cassel. Il débute en 1926 dans les cabarets à paris dans un numéro classique sous le nom de Farhat. Il monta ensuite son numéro chinois sous le nom de LI King Si et sa partenaire Mi Chi Ko dans les années 40. Il tourna en 1957 aux USA où il fit une apparition à la télévision. Voila, si ça peut vous éclairer un peu plus sur la vie de ce brillant homme.
    1 point
  26. Souvenir également ;j'ai eu la chance de voir un de ses spectacles dans un café du XV .A cambrone exactement ;près du jardin. Je me souviens bien sur de sa merveilleuse tète aux sabres ;avec de vrais couteaux .Un must Egalement une partie importante sur le spiritisme et magnétisme.Je crois qu'il a ecrit un petit fascicule "mensonge et verité de la magie". Et comme le précise Danilsen ;la tombola finale et les petits cadeaux pour les perdants.LA CLASSE
    1 point
  27. Affiche publicitaire pour le magicien Mystag.
    1 point
  28. Mystag était un libre penseur, anarchiste. Il fréquentait les cercles libertaires. On peut le voir dans le film d'Agnés Varda : Voici ce que dit de lui l'écrivain Patrick Pecherot : Tous les personnages d'un récit n'empruntent pas au souvenir. Ainsi, je n'ai jamais connu, de près ou de loin, de croque-mort fakir. J'en ai inventé un pour Belleville-Barcelone parce que l'idée me semblait propice à des situations intéressantes. Pour autant, la naissance de Corback a son histoire. Il y a plusieurs années, lors d'une visite au musée de la magie, à Blois, j'avais flashé sur des objets d'une grande intensité poétique. Parmi eux, une affiche représentait un illusionniste que j'avais connu jadis dans les cercles libertaires. Mystag le magicien. Un personnage hors du commun qu'on peut d'ailleurs voir dans Daguerréotypes, le film d'Agnès Varda. Anar, libre penseur, il pratiquait les grands tours de la prestidigitation (la malle des indes, la femme coupée en morceaux) en les démystifiant. L'affiche exposée à Blois, et qu'il utilisait pour annoncer ses spectacles, le représentait entouré de flammes. En la revoyant un détail terrible m'est revenu. Mystag avait trouvé la mort dans un accident de la route au cours duquel sa voiture avait pris feu. Subitement, les flammes de l'affiche revêtaient une signification particulière, prémonitoire. Je ne sais pas ce qu'aurait pensé André Breton de ce hasard objectif. Mais à ce moment précis, j'ai décidé qu'un illusionniste prendrait place dans un de mes romans. Mystag a servit de modèle à l'un des personnages de Patrick Pecherot :
    1 point
  29. un canon oui pic ci joint Exact et aussi le couteau au bras , Mayette commercialisait le modèle Mystag à une époque ! en général ces soirées était annoncées par affiches dans les cafés une semaine à l'avance, et c'etait de très bonne tenu avec un public simple , je l'ai vu plusieurs fois, le moment de la tombola ou ou des lots étaient en jeux dont la bouteille champagne etc , je me souviens plus du système je crois que c'était aux enchères puisque je l'ai fait une fois pour voir, et on se faisait une bonne recette , il fallait du bagout ! et Mystag en avait ! photo du catalogue de mayette "magicorama" vous savez le fameux catalogue à couverture verte
    1 point
  30. 1984 je pense je faisais un reportage sur lui pour la revue de la FFAP. Son spectacle durait 3 heures, c'etait UNIQUE. Mystag etait qq de tres accecible, tres fier, il ne demandait jamais à qui que ce soit une faveur. Quand il est décédé j'ai demandé à sa femme, je pense qu'elle s'appelle LORAINE si elle a besoin un soutien financier; elle m'a repondu :"pas du tout, il m'a laissé 200 plaques". 1980 je crevais de faim avec un spectacle de café-theatre au THEATRE DE DIX HEURES (j'etait en pourcentage.....) Le 3eme ou 4eme jour je le vois avec sa femme au premier rang, en client payant. Je lui demande pourquoi il paie, je l'aurais invité. Il me répond : "Je te soutiens, je sais comment c'est difficile." Un vrai gentlemen ! ;-) Vive MYSTAG !! otto
    1 point
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Créer...