Aller au contenu

Henri BROCH - Zététique - Art du doute - Science et paranormal


Recommended Posts

Le réalisme scientifique est la position métaphysique selon laquelle le monde décrit par la science est le monde « réel » ou « véritable ».

(...)

Le réalisme scientifique est une forme de réalisme métaphysique. La thèse minimale et commune aux différentes formes du réalisme métaphysique peut être formulée ainsi : « Le monde existe et a une structure indépendante de notre esprit ».

source

 

Diantre ! Ce qui passe pour l’évidence la plus ordinaire (la phrase que j’ai mis en gras dans la précédente citation) est, en fait, quand on y réfléchi bien, une thèse métaphysique !!! 😜

Mais… Les zététiciens, ces défenseurs de la rationalité, défendent-ils des thèses métaphysiques ?

… Il me semble bien que leur entreprise soit en grande partie métaphysique et que la motivation première (qui est la promotion de l’esprit critique et de la méthode scientifique) se double d’une défense du matérialisme philosophique et du réalisme scientifique. Cela est même tout à fait explicite. Je ne prendrais pour exemple que l’excellente thèse de Richard Monvoisin, Pour une didactique de l’esprit critique - Zététique etutilisation des interstices pseudoscientifiques dans les médias (thèse de doctorat dirigée par le professeur Henri Broch)

 

Page 49 et 50 Cadre philosophique (tiens, tiens…) :
D’une manière plus générale, il est nécessaire, même brièvement, de parler un peu des prérequis philosophiques qui animent notre démarche.

(...)

Tout   ce   qui   est   réel   est   matière   (quel   que   soit   son   degré   d’organisation)
 Le  matérialisme  est  (...)  une  doctrine  ontologique  stipulant  que  les  entités  existantes,  constitutives  du  monde,  sont  matérielles,  ou,  autrement  dit,  qu’il  n’existe  pas  d’entités  immatérielles en tant que constituants ». (Dubessy & al., ouv.cité, introduction). Dans  l’absolu,  il  s’agit  d’un  axiome,  c'est-à-dire  qu’elle  est  non  prouvable  en  soi.

(...)
le  matérialisme  est  effectif  s’il  est  moniste  (une  et  une  seule  «  substance  », (…) réaliste (ce qui est matériel est réel, ce qui est réel est matériel), et scientifique.
Pour  complexe  qu’elle  soit,  cette  ontologie  matérialiste  est  nécessaire  pour  notre  entreprise,  car  elle est le garde-fou des intrusions spiritualistes en science.

 

La zététique serait-elle une démarche métaphysique ? 🙂😃

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 20/07/2021 à 07:41, Patrick FROMENT a dit :

La zététique serait-elle une démarche métaphysique ? 🙂

La vie est vraiment farceuse... Quelques jours après avoir posé cette question ici même je tombe sur cette petite vidéo marrante où l'on voit Thomas Durand, zététicien talentueux et bien connu dont le travail  a souvent été relayé par ici, qui pose une question métaphysique à Étienne Klein 😃... Lequel Étienne Klein répond qu'il est embarrassé par la question car elle est un peu trop métaphysique ! 😂🤣 ... Et pourtant Étienne Klein est un véritable cador en métaphysique 😁, certaines de ses vidéos disponibles sur le net traitent bien plus de métaphysique que de science, je ne citerais que quelques exemples : La science dit-elle le vrai ? Qu'est-ce que le hasard ? Peut-on définir le temps ? L'univers a-t-il pu surgir du néant ? Le futur existe-t-il déjà dans l'avenir ? Quelle est la nature des lois de la nature ?   ...

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En consultant des sites importants liés à la galaxie sceptique/rationaliste français ou anglo-saxons (afis sciences ou Skeptical Inquirer pour ne citer qu’eux) et en portant une attention particulière aux articles qui traitent explicitement de philosophie nous tombons sur des références répétées à Mario Bunge.

J’ai déjà évoqué par ici l’œuvre de ce monsieur présenté parfois comme l’un des plus grands philosophe des sciences du XXe siècle.

Un peu plus d’info sur la philosophie de Bunge :

Citation

Son œuvre philosophique s'inscrit dans la pensée matérialiste, et plus précisément dans le courant évolutionniste du matérialisme scientifique.

 

Citation

Son œuvre philosophique, en reposant sur un matérialisme scientifique, présente un monisme ontologique  réaliste : la substance matérielle existe indépendamment de la représentation que l'on en fait


Bunge est :

Citation

anti idéaliste, anti spiritualiste, anti dualiste.

😀

Citation

Rares sont les philosophes évolutionnistes qui proposent une ontologie matérialiste se voulant conception générale du monde. Pour lui, tout est matière, tout en admettant que l'immatériel (la conscience et la pensée par exemple) existe et découle de la matière (le cerveau).

source

 

Notons qu’en privilégiant ce genre de philosophe la littérature rationaliste n’est pas exempte de biais de confirmation ! 😃

Cet article du site Erudit beaucoup plus détaillé que l’article wikipédia permet d’apprécier à quel point Bunge fût un géant intellectuel ainsi que d’approcher sa philosophie. Deux phrases simples permettent, à mon sens de la résumer :

 

Citation

la science constitue le mode de connaissance le plus efficace pour explorer le monde


et

 

Citation

les hypothèses métaphysiques devraient être autant que possible dérivées des sciences

 

Certains philosophes considèrent les idées de Bunge comme une forme de matérialisme radical. C’est le cas par exemple de Jean Robillard, docteur en philosophie et auteur d’un article intitulé Le monde selon Bunge (l’article est téléchargeable gratuitement et en français).
Dans cet article Robillard pose ce qui me semble être LA question fondamentale des sciences et de la philosophie :
 

Citation

Comment Bunge procède-t-il pour parvenir à séparer le «monde hors de soi» du «monde» psychologiquement perçu? De quelle manière cette frontière est-elle établie si tel est le cas quʼil y en ait une?  Et en vertu de quels principes, le cas échéant ?


Et pour répondre en partie :
 

Citation

Bunge fait implicitement preuve de quelques croyances quʼil ne démontre pas

Ben oui ! 😃 Comme tout bon philosophe Bunge fait de la métaphysique, ça a beau être dérivé des sciences, ça reste de la métaphysique ! 😃

J’entendais récemment une phrase fort pertinente dans une conférence d’Étienne Klein, il disait :


"Être scientifique ce n’est pas sortir de la condition humaine !"


...Être philosophe ce n’est pas sortir de la condition humaine non plus.
De même qu’être rationaliste, être spiritualiste…

Modifié par Patrick FROMENT

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 17 minutes, Patrick FROMENT a dit :

 

Citation

la science constitue le mode de connaissance le plus efficace pour explorer le monde

et

Citation

les hypothèses métaphysiques devraient être autant que possible dérivées des sciences

 

 

Ceci me semble également bien résumer les fondements philosophiques de la zététique !

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, Patrick FROMENT a dit :

 

Citation

les hypothèses métaphysiques devraient être autant que possible dérivées des sciences

 

Cette affirmation pose quand même une question plutôt épineuse :

Qu’est ce qu’une hypothèse métaphysique dérivée des sciences ?

J’imagine qu’un rationaliste un peu au fait des débats philosophiques répondrait que c’est une hypothèse conforme au naturalisme métaphysique.

Citation

Le naturalisme métaphysique ou ontologique est la vision selon laquelle tout ce qui existe est notre monde spatio-temporel régi par des lois. Sa négation est évidemment le surnaturalisme : la vision selon laquelle notre monde spatio-temporel régi par des lois n’est pas tout ce qui existe parce qu’il existe un autre monde, non spatio-temporel, qui transcende le monde naturel source


Nous voyons néanmoins que certains biais idéologiques vont influer pour évaluer si une hypothèse est "conforme" au naturalisme métaphysique ou pas.

Je ne prendrais qu’un exemple : L’hypothèse du multivers versus le principe anthropique. Les deux modèles sont hautement spéculatifs et les deux sont tout autant dérivés des données de la science (dans la mesure où chacun des modèles cherche à expliquer une des données majeures de la science basée sur l’observation de notre univers, à savoir : l’apparent réglage et l'ajustement incroyablement fin et précis des paramètres physiques de l’Univers). Cependant nous voyons bien l’enjeu idéologique : le principe anthropique peut laisser supposer l’existence d’un grand horloger là où l’hypothèse du multivers peut s’en passer (tout en posant des questions métaphysiques tout aussi vertigineuses !).

Vraiment ! On s’amuse beaucoup en démontant (et en debunkant) les fondements philosophiques, métaphysiques et idéologiques du rationalisme et de la zététique ! 😂

 

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Patrick FROMENT a dit :

Je ne prendrais qu’un exemple : L’hypothèse du multivers versus le principe anthropique. Les deux modèles sont hautement spéculatifs et les deux sont tout autant dérivés des données de la science (dans la mesure où chacun des modèles cherche à expliquer une des données majeures de la science basée sur l’observation de notre univers, à savoir : l’apparent réglage et l'ajustement incroyablement fin et précis des paramètres physiques de l’Univers). Cependant nous voyons bien l’enjeu idéologique : le principe anthropique peut laisser supposer l’existence d’un grand horloger là où l’hypothèse du multivers peut s’en passer (tout en posant des questions métaphysiques tout aussi vertigineuses !).

Une remarque néanmoins : au regard de la question posée, opposer deux hypothèses seulement est extrêmement restrictif en soi (c'est donc un biais de raisonnement) car il y en existe d'autres, et sans doute qu'il en apparaîtra encore d'autres. Par ailleurs une hypothèse reste une hypothèse, donc pas un fait en l'état des connaissances.

 J'ajoute même un commentaire personnel (une fois n'est pas coutume) un peu plus spéculatif : s'il advenait que l'hypothèse (séduisante) du multivers s'avère, les partisans du (ou des) principe anthropique ne changeraient pas d'idée pour autant. L'hypothèse du multivers suggère entre autres choses que, s'il existe une très grande quantité d'univers chacun régi par des lois différentes, la probabilité pour qu'un univers comme le nôtre y figure s'accroît d'autant que le nombre d'univers existants (et variés) est élevé. Pour ce qui concerne le principe anthropique (fort ou faible car oui, il y en a deux et l'on pourrait peut-être segmenter ou multiplier encore, je ne sais pas), on peut également émettre l'hypothèse 😉 qu'il s'applique à certains univers (dont le nôtre) ou à un seul (le nôtre uniquement) sans que cela ne nuise en ce qu'il existe un multivers également. Bref les deux hypothèses ne me semblent pas s'exclure l'une l'autre. 

Je vais dire ça encore autrement, et ça fait une hypothèse de plus : Dieu (ou quelque "entité ultime") pourrait n'agir (au sens du principe anthropique) que dans l'univers dans lequel nous existons et ne se préoccuperait pas des autres. Pourquoi pas ? 

Bref, l'opposition suggérée plus haut par Patrick ne me semble pas légitime et apparaît comme un raccourci beaucoup trop extrême pour servir en tant qu'exemple pertinent dans sa "démonstration". 

Cela n'en reste pas moins intéressant pour la réflexion (la preuve, je n'avais jamais réfléchi à la non-contradiction des deux modèles 🙂).

Modifié par Christian GIRARD
  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 12 minutes, Christian GIRARD a dit :

au regard de la question posée, opposer deux hypothèses seulement est extrêmement restrictif en soi

Tu as tout à fait raison et je souscris bien volontiers aux objections formulées. 

Tes remarques laissent cependant intacte la question que je posais plus haut : Qu’est ce qui permet de dire qu’une hypothèse métaphysique est dérivée des sciences (ou "conforme" avec les données de la science) ?

L'opposition que j'ai suggérée entre multivers et principe anthropique m'a été inspirée par des propos de l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan qui opposait lui-même les deux hypothèses dans une de ses interviews en considérant le principe anthropique comme plus économique (d'ailleurs la conformité d'une hypothèse métaphysique avec le principe de parcimonie la rend-t-elle possiblement "dérivée de la science"? 😅

  • Merci 1

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, Patrick FROMENT a dit :

Qu’est ce qui permet de dire qu’une hypothèse métaphysique est dérivée des sciences (ou "conforme" avec les données de la science) ?

La réponse à ça est peut être que la question n'a pas beaucoup de sens (encore une fois ! ).

Une hypothèse métaphysique est une hypothèse métaphysique qui, par définition, n'a pas grand chose à voir avec la science. Encore une fois, qu'est-ce qu'une hypothèse métaphysique "dérivée" de la science ou "compatible" avec la science.

Toutes les hypothèses métaphysiques (y compris Dieu) sont compatibles avec la science si on considère qu'il y a plusieurs mondes : le monde empirique où les lois de la science sont de mise et un autre monde qui transcende le monde naturel.

Mais la métaphysique n'est pas qu'une machine à spéculer, elle est aussi, et surtout, une machine à dé-dogmatiser. En montrant, par exemple, que toute opinion, toute hypothèse sur la nature du monde et des choses EST métaphysique. En montrant, également, que la science  ne peut se passer de présupposés métaphysiques. Par exemple ceux-ci (pour reprendre la philosophie de Bunge) :

Citation

Aussi Bunge (1967c) présente-t-il quelques présupposés philosophiques de la science : 1) le réalisme : le monde extérieur existe ; 2) le pluralisme des propriétés : il y a des « niveaux » de réalité ; 3) le déterminisme ontologique : les événements sont déterminés par des lois, et rien ne naît de rien ; 4) le déterminisme gnoséologique : le monde extérieur est connaissable ; 5) le formalisme : l’autonomie de la logique et des mathématiques. Donc, la science n’est pas philosophiquement neutre. C’est pourquoi il est vain de prétendre éliminer toute philosophie des sciences : ignorer toute philosophie, c’est se rendre esclave de mauvaises philosophies (Bunge, 1966, p. 596). source 

 

Modifié par Patrick FROMENT

Le jour où tu te rends compte que le monde n'existe pas, la vie devient plus simple.

Paul Binocle

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La rationalité appliquée. Le raisonnement motivé. Test de Turing idéologique. Effet boomerang. Activisme efficace. Etc.

ScienceEtonnante. Comment j'essaye d'améliorer mon jugement (grâce à Julia Galef et à FLUS)

Citation

Pourquoi est-ce qu'on débat et qu'on raisonne souvent comme des imbéciles ? Moi le premier ! Voyons si on peut faire mieux !

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...