Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Dorian CAUDAL

Charlie Hebdo a des c*****es!

Recommended Posts

 

Citation

Lambeau, subst. masc. 1. Morceau d'étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie. 2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55). 3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l'amputation d'un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l'amputation qu'à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu'une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338). (Définitions extraites du Trésor de la Langue Française).

 

71dRCKedfdL.jpg

 

 

Commentaire d'un client, Caro, sur Amazon :

Citation

Ça y est.
Je l'ai terminé ce soir.
Pas mécontente car ce fut, et j'ai un peu honte de l'avouer, une lecture très éprouvante, car très suivie et très concentrée.
Livre admirable et magistral.
Sans doute le plus beau et le plus prenant que j'aie jamais lu. Et avec une telle empathie !
Mais où donc cet homme hors du commun a-t-il pu trouver tant de courage, de pérsevérance pour rester en vie après cet attentat de Charlie Hebdo qui a fait de lui une "gueule cassée" avec la mâchoire inférieure emportée par les balles ?
Je ne sais. Je n'ai pas la réponse malgré une lecture soigneuse comme les pansements dont il a fait tant et tant usage.
Et quelle clairvoyance ! Quelle écriture magnifique, presque magique, mais peut-on parler de magie quand tout meurt autour de soi ?
J'ai eu une réelle et profonde admiration pour le personnel soignant, avec sa douceur, sa force, sa patience mais aussi ses faiblesses, ses errements et ses erreurs. Et ce sont des hommes et des femmes, en somme des humains malgré tout.
À aucun moment, Monsieur Lançon ne nomme par leur nom les deux terroristes. Il écrira : les frères K.
La scène de l'attentat est monstrueuse de véracité, d'horreurs, mais surtout de clairvoyance, cette monstrueuse clairvoyance qui a fait de lui une victime à jamais.
La peur ne le quittera jamais vraiment, résurgence de l'ignoble attentat. Peur des deux jambes noires, des cris et du bruit des balles. Saleté de SPT (stress message-traumatique)...
Il aura subi de multiples opérations et, détail touchant, il partait toujours au bloc avec ses "doudous" : des livres pour la plupart, comme Lettres à Milena de Kafka, La mort de ma grand-mère de Proust ou bien La montagne magique de Thomas Mann. Ils lui tenaient compagnie pendant cette horreur de reconstruction de son visage. Il parle même de prière proustienne préopératoire, comme un mantra destiné à le protéger... Et, toujours, Bach lui tient compagnie, même au bloc...On pourrait dire que la culture, sa culture l'a beaucoup aidé.
Mais ce n'est pas que le récit de sa reconstruction, il y a beaucoup de digressions très intéressantes.
Pourquoi le lambeau ? C'est le nom de l'opération magistrale, la plus importante, qui consiste à faire une greffe du péroné sur la mâchoire, avec une re-vascularisation.
C'est sans compter sur les innombrables opérations dues à des multiples problèmes message-opératoires...
Et toute cette douleur, ces souffrances permanentes, mais comment a-t-il fait ?
Je m'arrêterais là, je ne peux continuer.
Alors oui, c'est dérangeant, oui ce n'est pas gai, mais c'est le récit du combat d'un homme pour redevenir humain, alors que le terrorisme veut faire de nous des bêtes.
Je n'ai qu'un dernier mot en refermant ce livre d'une rare magnificence : Chapeau Monsieur Philippe Lançon !

 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Le 07/01/2015 à 12:39, Christian GIRARD a dit :

Dire que ça fait plus de quatre ans... Finalement il y eut douze morts et onze blessés. 

La longue page Wiki consacrée au sujet :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_contre_Charlie_Hebdo

J'ajoute ceci, que j'ignorais :

Brèves de comptoir

Citation

Brèves de comptoir est une série de livres publiés de 1987 à 2015 par Jean-Marie Gourio.

Les Brèves de comptoir sont des recueils de citations authentiques, recueillies dans la vie de tous les jours, surtout dans les bars et les bistrots.

L'auteur, Jean-Marie Gourio, a publié un recueil de ces Brèves de comptoir, sensiblement tous les ans, depuis vingt ans. Dans ces ouvrages, l'absurde, la poésie, l'humour, mais aussi l'actualité et parfois la philosophie se côtoient.

Dans une interview, l'auteur a déclaré avoir entamé cette collecte, car il s'est « toujours demandé de quoi pouvaient parler, le soir, les esclaves qui construisaient les pyramides ! Parce qu'ils disaient bien quelque chose. Mais quoi ? ».

[...]

Au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, Jean-Marie Gourio décide de cesser définitivement sa collecte des brèves de comptoir dans les bars. Un dernier ouvrage paraîtra, qui réunira les Brèves recueillies entre le 1er décembre 2013 et ce mercredi 7 janvier 2015, jour de l'attentat. Concernant cet arrêt, il parle d'« une minute de silence... à rallonge ».

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brèves_de_comptoir

 

 

Modifié par Christian GIRARD

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Après Le Lambeau de Philippe Lançon qui y racontait "son" 7 janvier 2015, c'est au tour de Riss de raconter le sien dans Une minute quarante-neuf secondes.

9782330127169.jpg

Journaliste, dessinateur, Riss est aujourd'hui patron de Charlie Hebdo. C'est l'un des survivants de l'attaque terroriste qui a décimé l'équipe du journal. Gravement blessé, il raconte comment il survit aujourd'hui malgré la perte de ses amis.

"C’était un copain de 25 ans. Pour atteindre la sortie, je n’avais pas d’autre solution que de l’enjamber. Aidé par le pompier, je me résolus à ce geste qui me fit honte. Je te demande mille fois pardon, mon vieux, mais je ne pouvais pas faire autrement. "

Magnifique livre, sur le fond bien sûr, mais aussi sur la forme. Riss est certes avant tout dessinateur mais ce livre révèle qu'il a un réel talent d'écrivain.

Livre bouleversant, qui se lit souvent l’œil humide, mais qui est aussi parsemé de nombreux passages qui suscitent le sourire. Riss s'y montre réaliste, pour ne pas dire pessimiste. Dans une interview donné au Point, il dit : "si on republiait les caricatures aujourd'hui, on serait à nouveau seuls. L'attentat n'a pas rendu les gens plus courageux, au contraire."

Quant à moi, je suis toujours Charlie. Et il faut reconnaître que pour le revendiquer aujourd'hui, ce n'est pas toujours facile, je l'ai expérimenté moi-même. Mais ce forum n'est pas le lieu pour en parler.

Bob

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...