Aller au contenu

Isidore BUC

Membre
  • Compteur de contenus

    301
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

74 Superbe

À propos de Isidore BUC

  • Rang
    VMiste**
  • Date de naissance 14/07/1967

Informations Personnelles

  • Localisation
    Philae
  • Profession / Occupation
    Embaumeur de momie

Visiteurs récents du profil

925 visualisations du profil
  1. Merci à vous. Soluce du niveau 3: SOLUCEN3.pdf
  2. Normalement bugs corrigés. Niveau 1 complet, 5 jeux : Carte-SN, SN-carte, carte avant/après, classement du jeu, mix final. Niveau 2 complet, 8 jeux : les 5 du niveau 1 avec chrono + un jeu de classement supplémentaire, entrainement à l'effet 2 de Pi de Vincent Hedan (pages paires), entrainement à l'ACAAN. Niveau 3 partie 1 : les 8 jeux précédents avec un chronométrage plus exigeant qu'au niveau 2 et les pages impaires de l'effet Pi. La partie 2 du niveau 3 est en cours. IBST2.apk
  3. Nouveau fichier. Il reste certainement des bugs, je suis preneur des retours.
  4. Edit, petit bug dans le fichier, retour sous peu...
  5. Projet abandonné puis repris récemment. Les niveaux 1 et 2 sont jouables.
  6. C'est ce qui se fait habituellement.
  7. Salut Aurélien. La raison est assez simple. A l'époque, je raisonnais très peu en stack number et encore moins en groupes, mais plus en réservoir. Le roi de pique en première carte (donc le roi de carreau en 52) était conditionnée par le début de la séquence Rusduck et les épellations. Placer le neuf de pique en 1 n'était donc pas une bonne solution. Avec l'évolution de mon travail sur les groupes et l'utilisation des stack numbers, la problématique que tu soulèves s'est imposée, et utilisant moins le réservoir le roi de pique en 1 est moins pertinent. Il y a deux solutions évidentes, soit changer les groupes, c'est jouable et je pense qu'au bout de quelques semaines de nouvel apprentissage il y aura peu de chance de se planter, soit changer les stack number (sic). Une autre soluce est de placer le groupe 41-52 sous le groupe 1-15 et de jouer avec +ou- 25, ce qui j'en conviens, est lourdingue.
  8. Pas que, mais c'est quand même la motivation principale... Accessoirement, il existe un monde bleu dédié au chapelet ou certaines discussions tournaient autour du choix du chapelet. A l'époque, le choix se faisait principalement entre l'Aronson et le Mnemonica. N'ayant pas encore choisi de chapelet, je me suis dit que plutôt que de choisir, j'allais m'amuser à réunir les principales propriétés des deux chapelets dans un stack unique. Puis Vincent Hedan est passé par là avec son chapelet personnel, et il a fallu tout recommencer pour inclure les nouvelles propriétés que je venais de découvrir. Plusieurs essais et découvertes de propriétés plus tard, je me suis arrêté sur le stack actuel que j'ai trituré dans tous les sens pour y chercher des routines et des propriétés cachées. Il doit y avoir plus d'info dans le sujet dédié.
  9. Le Great Divide est plus facile que la GAS et passe très bien. Qu'entends tu par mélange Chinois? Si c'est le mélange dans tout les sens, le problème c'est la justification que l'on peut avoir à regarder les cartes puisque l'on est censé faire un mélange. Un autre problème est lié au le changement de rythme des retournements en fonction des groupes de cartes rencontrés. Pour une GAS ou un Great Divide, la justification est bien plus facile puisque généralement, cette opération est réalisée sous couvert de comptage ou d'apprentissage des cartes (dans le cas d'une réalisation de routine). Si c'est le mélange Chinois décrit par Brother John Hamman, il est très difficile à mettre en place pour un chapelet non séquentiel. Le travail de Patrick Redford à ce sujet sur le Si Stebbins est remarquable. Pour d'autres chapelets, le travail de Bob Farmer et son Tarodiction, basé sur le même principe est très intéressant. Avec un marquage simple, il est possible de réaliser un classement du chapelet en 3 distributions de 4 paquets. Pas évident face aux spectateurs, mais très intuitif pour reclasser rapidement (1 minute 30) son chapelet à l'abris des regards, même et surtout si on ne le maitrise pas...
  10. Bonjour Adriano. Merci pour ce choix. Le choix et l'utilisation d'un chapelet quel qu'il soit est forcément un choix judicieux. Avec n'importe quel chapelet et en utilisant les principes développés par Aronson tu pourras réaliser 70% de ce que l'utilisation d'un stack permet grace à son apprentissage. Les 30% qui restent, c'est la cerise sur le gateau, ce sont les routines et effets permis par l'agencement spécifique de chaque stack. Ce sont les effets de coïncidence, les démos de poker, l'utilisation du stay-stack, le retour sur le jeu classé, les effets d'épellation... L'agencement d'Isis à été mis au point pour contenir un maximum de possibilités sur ces routines. La seule chose qui lui manque ce sont les effets de coïncidences permis par des chapelets cycliques comme le Si Stebbins. Mais son stay-stack permets d'autres effets du même type, et sa structure réserve une propriété intéressante utilisée dans l'effet "Toutacaanmon". Pour l'apprentissage, il existe l'excellente application d'Alistair, et j'avais développé une appli spécifique que Google store vient de banir puisqu'il est de notoriété publique que Isis est un groupe terroriste avant d'être une déesse Egyptienne... J'ai néanmoins le fichier Apk à disposition si tu es intéressé. Bon travail.
  11. Bien vu pour la coquille (dans l'autre sujet ). Le projet est en stand by, on verra bien...
×
×
  • Créer...