Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Recommended Posts

  • Réponses 49
  • Créé
  • Dernière réponse

Membres les + Actifs

Membres les + Actifs

Messages les + Populaires

Ci dessous la table des matières:

Bonjour à tous, Heureux que le projet vous intéresse. Je veux juste préciser que ce n’est pas qu’un livre de théories. Juan décrit aussi des techniques cérébrales, par exemple dans le chapitre sur

Ma fois, ces premiers chapitres poétiques et débordants de métaphores cèdent rapidement la place à des analyses beaucoup plus précises (trop peut-être pour certaines….), à des idées, des méthodes…

Images Publiées

  • 2 weeks plus tard...

Je n'en suis encore qu'au tout début, mais personnellement, je suis déjà très déçu, car ces premiers chapitres étaient justement ceux qui me faisaient le plus saliver à la lecture de la table des matières.

Je m'attendais à des essais théoriques basés sur du retour d'expérience, de la psychologie, de l'anthropologie, des statistiques, de la philosophie (pourquoi pas ?) ou toute autre science permettant de mieux appréhender la magie en tant qu'art, vecteur d'émotions, divertissement, ou même science occulte pour certains...

Au lieu de ça, les délires poétiques -pas si déplaisants en soi- d'un artiste rêveur qui reformule, page après page, métaphore après métaphore, son amour et sa fascination pour ce que représente la magie à travers le prisme de son histoire et de son imaginaire personnels.

Alors certes, peut être qu'après les 60 premières pages maître Tamariz daignera revenir avec nous sur le plancher des vaches, mais il n'en demeurera pas moins que les parties qui m'intéressaient le plus n'ont pour ma part pas été traitées.

Je précise que ce commentaire n'est que l'expression de mon avis PERSONNEL et PARTIEL et qu'il ne tend à critiquer ni l'oeuvre dans son intégralité, ni l'auteur, ni les lecteurs qui ont aimé cette partie du bouquin. Je ne suis là ni pour polémiquer ni pour tenter d'influencer qui que ce soit.

Le ridicule ne tue pas.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Donc, le ridicule nous rend plus fort...

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Le 03/10/2017 à 07:18, jim03700 a dit :

D accord avec Gilbus pour le début du livre très "métaphorisant" avec des envolées lyriques. Il faut s'accrocher mais par la suite, cela devient beaucoup plus parlant et intéressant. Il faut passer les 50 premières pages pour arriver dans une partie moins lyrique.

Il faut piocher ici et là dans ce pavé, et y revenir fréquemment pour ne pas attraper une indigestion, la lecture linéaire n'est pas souhaitable à mes yeux ;)

Modifié par Dom
Lien à publier
Partager sur d’autres sites

J'avais assisté à la conférence de Tamariz au double fond il y a quelques années. Une nuit.

Quel choc !

Je crois que j'ai rarement été autant bluffé, et bluffé aussi par sa capacité de bluffer une assemblée entière de magiciens qui pour nombre d'entre eux, avaient lu ses tours, connaissaient les secrets. Nous éprouvions l'impact de sa magie.

Ce soir là, Tamariz avait installé une atmosphère magique incroyable, pleine d'énergie mais aussi douce et sereine.

Il m'a littéralement enchanté. Arc- en cielisé, j'étais.

C'est pour ça que j'ai acheté son livre. Pour comprendre.

Il nous dit pratiquement tout. Comment il travaille et procède. Il décortique son travail de façon très précise. Comme le plus passionné des artisans.

Cette soirée à laquelle j'ai assisté m'aide sûrement dans ma lecture, car je comprend ce que j'ai vécu ce soir là.

Ainsi - entre autres - il décortique point par point sa méthode pour construire une séance de magie. Il nous fait partager les leçons qu'il a tirées de ses rencontres, de ses études et analyses, d'une pratique du public d'une cinquantaine d'année.

Alors à quoi ça sert?

A comprendre la magie que l'on fait, que l'on veut faire. A mieux la faire.

A être créatif.

  • J'aime 2
  • Merci 2
Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, hokutobboy a dit :

Je n'en suis encore qu'au tout début, mais personnellement, je suis déjà très déçu, car ces premiers chapitres étaient justement ceux qui me faisaient le plus saliver à la lecture de la table des matières.

Je m'attendais à des essais théoriques basés sur du retour d'expérience, de la psychologie, de l'anthropologie, des statistiques, de la philosophie (pourquoi pas ?) ou toute autre science permettant de mieux appréhender la magie en tant qu'art, vecteur d'émotions, divertissement, ou même science occulte pour certains...

Au lieu de ça, les délires poétiques -pas si déplaisants en soi- d'un artiste rêveur qui reformule, page après page, métaphore après métaphore, son amour et sa fascination pour ce que représente la magie à travers le prisme de son histoire et de son imaginaire personnels.

....

Ma fois, ces premiers chapitres poétiques et débordants de métaphores cèdent rapidement la place à des analyses beaucoup plus précises (trop peut-être pour certaines….), à des idées, des méthodes…

Et là, il ouvre des portes, donne des trucs auquel je n'avait pas pensé, ou que j'avais cru comprendre sans aller aussi loin que lui...

Pour moi, cela commence page 54, pour d’autres avant ou après… il n’y a pas de transition nette entre les envolées lyriques du début et les points précis et exploitables…

Mais je crois que ces premiers chapitres poétiques ne sont pas là par hasard…

Tu parles d’appréhender la magie en tant que vecteur d’émotions, par des moyens analytiques…

Peut-être est-ce justement ce que veut nous transmettre Tamariz par son introduction :

L’émotion, il faut la vivre, et non l’analyser.

Il donne ensuite plein de choses qui aident à construire le spectacle, à comprendre le fonctionnement du spectacle, (et je suis heureux de voir qu’il confirme ce que je pensais sur beaucoup de choses, ça fait toujours plaisir ;) Ceux qui ont fait mes stages vont retrouver par ci par là des idées… ;) ), mais les analyses, les méthodes, les astuces, bref, tous les outils qu’on va ensuite utiliser pour essayer de comprendre et améliorer notre magie, ce ne sont justement que des outils. 

Il y aura toujours un moment ou le merveilleux devra partir d’une expérience vécue, ressentie, et non d’une analyse à froid qui va tout décortiquer :

Si notre travail ressemble à une autopsie, c'est que notre magie est morte.

C’est du moins comme ça que je perçois le message de ces premiers chapitres…

Mais si ça se trouve, je me plante, et il avait juste fumé un truc fort.

Cela va plus loin que le conseil classique de « croire soi-même à sa magie, car sinon, qui y croira ? »

il nous montre que lui y crois.

Cela nous reconnecte avec l’incroyable puissance de la magie sur l’humain :

Bon, à force, on est un peu blasé, non ?
Et puis ce ne sont que quelques petits tours…

NON !

C’est toute la nature de l’homme, amoureuse du merveilleux, que l’on va utiliser…

C’est important.

Puissant.

Et totalement illogique, donc il y a quelque chose dedans qui défie l’analyse.

Voilà, c’est juste l’impression que m’ont laissés ces premiers chapitres, qui au début m’ont fait douter aussi de la suite, comme je l’ai dit plus haut…

Mais d’une part la suite n’est pas décevante (le chapitre sur la mémoire du spectateur va demander plusieurs relectures, je le sens… pas que ce soit dur à lire, mais il y a tellement d’implications si on veut vraiment se pencher dessus…), d’autre part cela replace la magie à sa place : non pas un effet technique et mécanique, reproductible en laboratoire, mais une émotion subtile qui tient à tant de chose et a si peu à la fois…

Ceci dit, peut être que pour parler comme ça des premiers chapitres, c’est que la suite me fait l’effet d’un truc fort à fumer…

Gilbus

Modifié par Gilbus
  • J'aime 4

Quand le magicien montre la lune avec son doigt, le public regarde le doigt...

Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Je ne vais pas m'étendre plus. Comme je l'avais dit plus haut, il faut effectivement dépasser la page 50 pour sortir du style littéraire "poésie" et la suite est très inspirante quant à la présentation et la sélection des effets pour un spectacle. Je le lis en linéaire, cela passe très bien. La partie sur l'effet magique et le symbolisme est très intéressante dans le sens où elle permet de comprendre certains ressorts de la puissance des effets. Elle m'a permis également de comprendre comment envisager une évolution ou une variation d'un effet déjà existant sans le "dénaturer". En Janvier, je m'associe à une conteuse pour créer un spectacle magique autour de textes contées. Cette lecture m'est d'une grande aide pour pouvoir me projeter dans ce projet. 

  • J'aime 1
Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Gilbus a dit :

...    Si notre travail ressemble à une autopsie, c'est que notre magie est morte.

C’est du moins comme ça que je perçois le message de ces premiers chapitres…

Mais si ça se trouve, je me plante, et il avait juste fumé un truc fort.   ...

 

Remarque que l'un n'empêche pas nécessairement l'autre... ;)

Un endroit où la main de l'homme n'a jamais mis le pied... (Alphonse Allais)

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Le 17/10/2017 à 10:59, Gilbus a dit :

Mais je crois que ces premiers chapitres poétiques ne sont pas là par hasard…

Tu parles d’appréhender la magie en tant que vecteur d’émotions, par des moyens analytiques…

Peut-être est-ce justement ce que veut nous transmettre Tamariz par son introduction :

L’émotion, il faut la vivre, et non l’analyser.

Je te rejoins sur cette idée. C'est à peu près la réflexion que je me suis faite après écriture de ce message.

Bien sûr qu'une émotion doit être vécue, ressentie, avant de pouvoir être transmise. Cela dit, je ne crois pas que cette démarche soit incompatible avec une autre, plus analytique, moins instinctive qu'intellectuelle, permettant de compléter notre vision des choses pour mieux appréhender les nombreux concepts que nous utilisons au quotidien sans jamais chercher à les comprendre.

De plus, l'approche uniquement "viscérale" de l'émotion magique ne tient pas compte de nos singularités culturelles, cognitives et psychologiques. Et je suis convaincu qu'appréhender tous les spectateurs comme s'ils voyaient le monde au travers des mêmes yeux que nous est une très mauvaise idée, surtout dans un pays comme la France, où de nombreuses cosmologies (au sens sociologique du terme) se côtoient au quotidien.

Je suis convaincu que notre art requiert également une grande capacité d'empathie, axe quasiment jamais développé par nos théoriciens. Hors, une empathie basée uniquement sur l'instinct et la projection de soi sera toujours plus ou moins faussée en fonction du fossé sociologique et culturel nous séparant de tel ou tel spectateur...

Qui parmi nous ne s'est jamais retrouvé confronté à des spectateurs angoissés à l'idée que nous soyons secrètement dotés de pouvoirs paranormaux en rapport avec telle ou telle croyance ésotérique ? Dans ce cas, quelques connaissances basiques en "anthropologie de comptoir" pourraient nous aider à désamorcer certaines situations potentiellement inconfortables ou au contraire à actionner des leviers permettant de renforcer considérablement l'émotion véhiculée, mais de manière suffisamment contrôlée pour demeurer un choix artistique et non le pur fruit du hasard.

Autre exemple, qui parmi nous n'exploite jamais (plus ou moins consciemment) de techniques de renforcement issues de la psychologie, de la PNL ou même de l'hypnose ?

Bref, j'ai très hâte d'avancer dans la lecture de cet ouvrage vu l'enthousiasme quasi palpable qu'il semble susciter chez vous.

 

  • J'aime 3

Le ridicule ne tue pas.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Donc, le ridicule nous rend plus fort...

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • Thomas featured this sujet

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !
  • Messages

    • Pour être certain de bien comprendre. En quoi permettait-il une LD meilleure ou plus facile que du roughing classique ? Je ne désire pas te contredire, c'est juste pour comprendre. Puisque seule 1 carte sur deux doit être traité, je suppose que dans l'exemple que tu donnes d'une utilisation pour une LD avec une carte choisie librement et qui peut donc être non traitée, je suppose que l'on traite les faces. Et que la carte devra être placée en 2e position sous une carte traitée. Si on traitait les dos, il faudrait tous les traiter pour pouvoir faire une LD avec une carte librement choisie, non ?
    • Je vends cette supere malette de dominique duvivier https://youtu.be/WHG0I5tYewI qui est a elle seule un spectacle de close up clef en main elle est sublime et coute d'origine plus de 1700 euros je la vends avec cib et intimiste 2 suite aux nombreux messages sur l'annonces je la met aux encheres elle est donc vendu a 690 euros actuellement et reservee a un client a ce prix et je la met donc aux encheres au vu du nombre de messages sur les forumsc'est une malette de collection pour les passionnes et je m'en separe a contre coeur car je dois demenager je cherche a la vendre comptant par virement , paypal ou cheque peu importe . J'attends vos propositions merci a vous c'est veritablementt un objet magnifique je vous l'assure ! Je la vendrais ce lundi 14 juin ou mardi 15 juin car j'ai besoin au plus vite pour mon amenagement  . Merci a vous ! Bonne journee et n'hesitez pas au 0604509349  sur mon VM ou sur messenger directement merci a tous !
    • On peut même exposer le vide (cf. Yves Klein https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Klein) :   Par ailleurs :   Je rappelle cette démarche (qui commence à dater, plus de 60 ans !) car ces jours-ci cette info est sortie, relative à un artiste ayant lui aussi plus de 60 ans. https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/06/11/en-italie-une-sculpture-invisible-vendue-aux-encheres-pres-de-15-000-euros_6083767_4500055.html L'article rappelle : https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/c4rd4Xr   Le catalogue : https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=1478

  • Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !
  • Qui est en ligne (en orange les membres du Cercle VM) - Afficher la liste

  • Statistiques des membres

    • Total des membres
      7 496
    • Maximum en ligne
      4 524

    Membre le plus récent
    Tommy JOURDAN
    Inscription
  • Statistiques des forums

    • Total des sujets
      76 646
    • Total des messages
      642 798

×
×
  • Créer...