Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Pierre FLEURY LE GROS

Membre
  • Compteur de contenus

    250
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    2

Pierre FLEURY LE GROS last won the day on 19 août 2020

Pierre FLEURY LE GROS had the most liked content!

À propos de Pierre FLEURY LE GROS

  • Date de naissance 31/12/1972

Informations Personnelles

  • Localisation
    Le Havre (76) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Maître de conférences à la Faculté de droit et des affaires internationales du Havre/ Directeur du Département Droit/ Directreur artistique de la Compagnie des Dragonfly

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

Pierre FLEURY LE GROS's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

  • First Post Rare
  • Collaborator Rare
  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In

Recent Badges

156

Réputation sur la communauté

  1. Bonjour, Je recherche l'illusion Magic Canvas de Viktor Voitko. Modèle original avec facture d'achat de chez Viktor Voitko uniquement
  2. Dans le show de 1982, on voit au générique de fin le nom de William Kennedy qui était à l'époque l'ingénieur de Doug Henning qui retravaillait sur le matériel fabriqué par John Caughan pour rendre fonctionnel ce qui ne l'était pas toujours (en dépit de l'immense qualité du matériel fabriqué par John Caughan). Il a ensuite créé ce qui est devenu l'une des plus grandes compagnie de fabrication de matériel aux Etats-Unis : WK Magic. Il a toujours dans son atelier le grand décor de fond utilisé par Doug dans ses show pour réaliser "The Million dollars mystery" (photo en PJ) ainsi qu'une partie du décor World of Magic que vous pouvez apercevoir dans son atelier ici : http://www.wkmagic.com/new-index#liquid-glass La femme qui rentre dans le tuyau est l'illusion du toboggan créée par John Caughan qui est assez rare. Une belle version peut être vue ici (à 3'47 environ) dans le show de Wayne Dobson "A Kind of Magic" pour introduire un voyage dans le temps avec une séquence très esthétique dans laquelle on peut voir une version excellente de la lévitation sur ballon créée par Jim Steinmeyer dont la conception très intelligente permet de donner l'impression que le support est totalement instable.
  3. En attendant, les avis des 10 juristes spécialistes en propriété intellectuelle qui pourraient donner des informations qui contredisent celles que nous avons communiquées, on les attend encore. En revanche, des avis de non spécialistes "qui pensent que" et des assertions de contre-vérités qui embrouillent tout le monde, ça ne manque pas.
  4. La suite en néerlandais (Chrome le traduit). https://www.ad.nl/show/hans-klok-stopt-in-las-vegas-mijn-droom-valt-in-duigen~adb05202/?fbclid=IwAR02umuHvcRvifVgSQwWdSeUVPftXx-LX3AaSMrL4BRDSepwBAnMMqCZbWc&referrer=https%3A%2F%2Fl.facebook.com%2F Quelle tristesse.
  5. Je n'ai pas besoin de relire attentivement pour voir que vous citez quelqu'un qui méprise ma démarche et ma position. Thomas Savary critique ceux qui refusent le changement - ici l'écriture inclusive - en se fondant sur des arguments non rationnels et en faisant état de lieux communs qui trahissent leur méconnaissance du sujet. Si vous citez ces propos méprisants, c'est évidemment parce que vous y adhérez. Le problème ne vient donc pas du logiciel, mais plutôt du fait de ne pas assumer des critiques déplacées adressées par personne interposée (en l'occurence un "auteur" qui semble empli de certitudes qui le conduisent à une analyse - c'est beaucoup dire - bien courte des choses).
  6. Je me demandais aussi d'où provenait ma réticence pour l'écriture inclusive. J'avoue que je ne n'avais pas réalisé qu'elle reposait finalement sur de "pseudo-arguments irrationnels, des lieux communs, des phrases toutes faites qui trahissent seulement ma profonde méconnaissance du sujet". Merci de m'avoir éclairé, avec tout votre mépris. Vous avez certainement beaucoup étudié le sujet pour vous exprimer ainsi. Ou pas, l'important étant souvent de dénigrer quand on a soi-même, pas d'arguments. Apparemment, cela vous dérange qu'on aille rechercher la bibliographie d'un directeur d'étude. Cela fait pourtant partie des recherches de bases lorsqu'on veut voir à qui on a à faire. Cela s'appelle mettre les choses en perspective. C'est cette démarche qui conduit, par exemple, à aller rechercher quels sont les intérêts d'un scientifique dans un laboratoire quand il prend publiquement la parole pour en défendre les produits. Juste prendre un peu de hauteur pour voir les choses sous un autre angle. J'ai une vision très différente de la vôtre, parce que je n'adhère pas à votre point de départ. Tout recours à l'écriture inclusive - prônée par une minorité (il n'est donc vraiment pas question de rendre l'orthographe à un "soi-disant peuple immense" évoqué par M. Savary) - est un acte militant. C'est un acte militant, parce que cette déformation inutile de la langue française ne permet pas, contrairement à ce qui est affirmé, de permettre aux femmes de se sentir plus concernées. J'ai expliqué pourquoi, il suffisait de lire. C'est un faux prétexte. L'objectif réel est d'asseoir les théorie du genres. Informez-vous avant d'affirmer. Lisez et analyser avant de conclure un peu trop hâtivement. A partir du moment où celui qui l'utilise s'en défend et tente de nous démontrer qu'il n'y a aucune trace de militantisme dans sa démarche et que des recherches basiques qui prennent 4 secondes démontrent une proximité de pensée qui questionne, je suis en droit de poser moi aussi des questions. Et lorsque je lis des réponses du type "c'est pas moi, c'est ma collègue", je ne peux que conclure que mes questionnement étaient a minima fondés, et rationnels. Pour conclure, Je suis un usager du forum, le militantisme me gêne, j'ai le droit de le dire - et de ne pas être insulté - et de considérer qu'un forum de magie n'est pas là pour faire la propagande d'une remise en cause de la langue française motivée par des raisons que j'estime douteuses, et très militantes elles aussi. J'ai surtout le droit, quand on veut me démontrer qu'il n'y a pas de démarche militante, que les arguments évoqués sont fallacieux. Je ne me contente pas de "glisser un mot rapidement ", dès lors que la réponse donnée à mon mot rapide ne me convient pas. Ma démarche n'est pas militante, sauf si réclamer notamment qu'on s'exprime correctement - il me semble que cela fait partie des règles sur VM - est un acte militant. Auquel cas, je l'assume parfaitement. Comme je vis dans un état de droit, la circulaire ministérielle qui tend à exclure cette forme d'écriture pour son inutilité - position approuvée d'ailleurs par le secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes (à qui on reprochera aussi une méconnaissance du sujet? ) me laisse penser que je n'ai pas tort.
  7. Si ce n'est pas vous mais votre collègue alors, je comprends mieux... J'avais compris au contraire, en vous lisant, qu'il s'agissait d'un choix volontaire. Mais peut-être a-t-elle décidé toute seule? En même temps, comme vous avez rédigé vous même le questionnaire qui comporte lui aussi de l'écriture inclusive et que vous connaissez bien Pascal Gygax, je m'interroge sur la pertinence de l'argument qui, du même coup, ne démontre pas grand chose. Me voilà donc rassuré. Je ne doute pas que les autres membres qui partageaient mes craintes soient maintenant totalement convaincus, eux aussi, que ce choix n'avait strictement rien à voir avec une quelconque démarche militante.
  8. Cette étude à laquelle vous avez participé a bien été dirigée par Pascal Gygax, à moins que l'information transmise par le site soit erronée : https://u-paris.fr/difference-de-performance-entre-les-hommes-et-les-femmes-decryptage-dune-illusion/. La liste d'une partie de ses publications (cf liste qui suit), démontre une approche clairement militante en faveur de l'écriture inclusive. A partir du moment où vous avez participé à l'un de ses projets d'étude, vous comprendrez donc que votre choix de recourir à votre tour à cette forme d'expression dans cette nouvelle étude ne puisse pas paraître aussi anodin que vous l'affirmez. Cette coïncidence - si s'en est une - révèle a minima, en effet, une proximité intellectuelle propre à générer un doute et un questionnement légitime qui ne devraient donc pas vous étonner. A mon sens, elle est suffisant pour pouvoir mettre en doute l'affirmation selon laquelle il n'existe aucune trace de cause "pseudo militante". Extrait de la listes des publications de Pascal Gygax Le féminin l’emportera, RTS, 19.11.2019 Interview filmée sur le langage inclusif, RTS – Forum, 18.06.2019 Elevons le débat sur le langage inclusif, Le Temps, 18.06.2019 Le langage épicène pour une meilleure égalité des genres?, RTS – 15 Minutes, 25.05.2019 Langage et féminisme, RTS – Tribu, 07.05.2019 Le sexisme dans la langue française, Radio Lac – Expliquez nous, 29.03.2019 Le langage est trop masculin – La Liberté (interview par Anne Rey-Mermet) Ecriture inclusive, féminisation du langage et cerveau: ce que l’Académie Française ne comprend pas – Semaine du cerveau, Fribourg, 13.03.2019 Écriture inclusive: action futile ou réponse à un vrai problème? Une perspective psycholinguistique – Conférence: La rédaction législative et administrative inclusive – La francophonie entre impulsions et résistances, Genève, 25.01.2019 Un langage inclusif pour faire changer les mentalités – Universitas (article de Patricia Michaud), 20.12.2018 Toubo: l’Université de Neuchâtel écrit ses nouveaux statuts au féminin – RTS 12h45, 08.06.2018 L’Uni de Neuchâtel féminise le nom des fonctions, débat entre Pascal Gygax et Charles Poncet – RTS Forum, 02.06.2018 Démasculiniser pour d’avantage d’égalité – La Gruyère, 08.03.2018 L’écriture «inclusive», qui veut féminiser le langage, s’invite au Club 44 – Arcinfo, 27.02.2018 Langage non discriminatoire et langage inclusif – Ecole doctorale du Droit de la Santé de l’Université de Neuchâtel, Neuchâtel, 18.10.2018 Langage inclusif, langage épicène et féminisation du langage : Des actions futiles ou des démarches répondant à un vrai problème ? – La Moneresse, Aigle, 24.08. 2018 Ecriture inclusive, le genre tire la langue, par Thierry Raboud, La Liberté, 27.11.2017 L’écriture inclusive peut-elle asseoir l’égalité homme-femme en adaptant la grammaire?, Radio Télévision Suisse – Forum, 01.11.2017
  9. Je vais me permettre une dernière intervention, et ensuite, je ne vous ennuie plus. Promis. Je vous invite à jeter un coup d'oeil et à regarder qui a dirigé cette étude. https://u-paris.fr/difference-de-performance-entre-les-hommes-et-les-femmes-decryptage-dune-illusion/. Il s'agit de Pascal Gygax. Regardez ensuite quel est son cheval de bataille : https://perso.unifr.ch/pascal.gygax/projets-de-recherche/ Toujours pas de trace de cause "pseudo militante"? Rien d'autre à ajouter.
  10. Merci pour votre analyse intéressante, constructive et surtout respectueuse de ceux qui ne pensent pas comme vous, et n'ont apparemment pas le droit de le dire. Après m'avoir reproché une réaction viscérale (qui signifie haineuse et irraisonnée... oui, parce que les mots ont un sens et qu'il faut peut-être réfléchir à leur sens avant de chercher à les dégenrer), je dois dire que la vôtre est un modèle du genre (sans mauvais jeu de mot). En ce qui me concerne, je vais m'arrêter là.
  11. Personne n'est en effet choqué par la formule Mesdames et Messieurs bonsoir, parce que c'est une formule qui respecte les règles de syntaxe. "Magicien.ne bonsoir" n'a en revanche aucun sens puisque, jusqu'à preuve du contraire, les points ne se mettent pas au milieu des mots dans la langue française. Chacun son point de vue ? Alors pourquoi imposer dans le cadre de votre enquête et sur un forum une forme de syntaxe qui ne respecte pas la langue française, et dont vous avez décidé, contre l'avis du législateur qui s'est prononcé par voie de circulaire sur la question, qu'elle constituait un moyen de défense adapté de l'égalité homme/femme? Quel crédit accorder à une enquête qui adopte une démarche militante aussi controversée ? Lorsqu'on cherche à rassembler, on utilise pas des outils qui divisent.
  12. Cela n'aura apparemment dérangé personne, mais je pense que lorsqu'on veut mener une étude à "grande échelle", la 1ère chose à faire est de ne pas heurter une partie des personnes censées y répondre, en adoptant une démarche militante qu'ils ou elles ne partagent pas, et qui n'a rien à voir avec l'objet de l'étude. L'écriture inclusive fait précisément partie de ces démarches militantes que je refuse que l'on m'impose et qui me conduisent - comme tant d'autres d'ailleurs - à ignorer le contenu du message adressé. Etant moi-même universitaire, je m'interroge donc sur ce choix de rédaction qui n'est pas anodin et qui aura nécessairement, qu'on le veuille ou non, un impact sur la valeur à accorder aux résultats de l'enquête.
  13. Quand même Francis, tout le monde n'a pas un miroir chez soi...
  14. Mais qui vous a demandé votre avis? Quand des personnes demandent des renseignements précis d'ordre législatif, ils attendent des réponses sérieuses et pas « votre » avis, lequel et ne repose sur aucune justification légale et vous conduit ici à écrire une contre-vérité. Vous êtes juriste et avez ne compétence en droit de la propriété intellectuelle pour donner "votre" avis? L'objectif d'un forum n'est pas d'exprimer "son avis" pour écrire n'importe quoi est nier l'existence des lois ; il est de partager des connaissances, des expériences, des analyses, et d'apporter quelque chose aux autres. A ce compte là, je vais aller sur un forum de chirurgie cardiaque pour donner mon avis aussi puisque l'important est de participer. A n'en pas douter, je vais être d'une utilité remarquable. Alors : 1. Le fait de mettre en vente une création ne signifie pas automatiquement accord pour utilisation. Cela signifie que vous avez le droit de le représenter dans le cercle de famille et d'amis. Pas autre chose. Cela a été répété je ne sais combien de fois et "votre" avis contraire sur ce sujet n'apporte rien d'autre que de la confusion. 2. C'est la loi qui le dit, et elle est censée être connue de ceux qui pratiquent une discipline. D'ailleurs, le fait que les DVD rappellent que l'utilisation publique est interdite n'est qu'un RAPPEL de la loi que les gens sont censés connaître. L'interdiction ne résulte pas de cette mention. Elle n'en est que le rappel. 3. Au passage, s'il y a une facture de vente, c'est parce qu'il y a eu une vente, et donc, au préalable, un contrat de vente. Ecrire qu'il "existe un contrat (a minima une facture)" est une aberration juridique de plus. Cette précision apportée, les modalités d'exploitation d'un œuvre ne figure pas sur une facture mais sur un contrat de cession. Le contrat de cession n'est pas là pour vous interdire de faire ce que la loi vous interdit de faire par défaut, si rien n'est précisé. Donc, une nouvelle fois, écrire que le document "n'interdit rien" n'a aucun sens puisque ce n'est pas ainsi que le système juridique fonctionne. Le contrat de cession détermine l'étendue et les conditions d'exploitation de l'œuvre. Donc, pas de contrat = aucun droit en dehors du cercle de famille et d'amis. On ne peut pas faire plus simple quand même?
×
×
  • Créer...