Aller au contenu

Kristo (Christophe)

Membre
  • Compteur de contenus

    4 081
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

261 Respect

À propos de Kristo (Christophe)

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 30/07/1966

Informations Personnelles

  • Localisation
    Ile-de-France (75/91) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Informaticien

Informations Magiques

  • Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...
    Les 78 Tours
  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    Cartes, Foulards, Pièces, Mentalisme...

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Kristo (Christophe)

    Conférence de Shoot Ogawa le dimanche 31 mars 2019

    Les 78 tours présentent : La conférence de Shoot Ogawa Dimanche 31 mars 2019 à 20h30 Salle de la Tour – 5 place de la division Leclerc 78960 Voisins-le-Bretonneux Réservation par email ou au 06 08 36 83 31 Tarif : 25€ (gratuit pour les membres de l’association) Shoot OGAWA a été élu à plusieurs reprises meilleur magicien de l’année par «the academy of magical arts» du très célèbre Magic Castle à Hollywood. Ron WILSON disait de lui que c’est l'un des meilleurs magiciens dans l’art de la manipulation de la magie contemporaine. Il pratique la magie depuis l’âge de 10 ans et son grand maître est le légendaire Masahiro YANAGIDA. Sa magie très pure est agréable à regarder tant ses mouvements sont d’une fluidité exemplaire. Il a remporté de très nombreux prix et reste, sans aucun doute, le magicien le plus doué de sa génération ! Son répertoire est très vaste. Il a produit plus de 10 vidéos, qui restent à ce jour une vraie référence. Contenu de la conférence Les effets présentés sont essentiellement axés sur le close-up et la magie de salon. Des routines que l’on peut présenter en magie verticale : les pièces avec des effets sans table son nouveau jeu marqué utilisation de routines de cartes sans table les anneaux avec de nouveaux effets un stack deck avec une nouvelle approche créer un tour : pour qui et comment ? ... Produits à la vente, notes de conférence en Anglais et en Français Plus d'infos : https://les78tours.com
  2. Kristo (Christophe)

    Rubik’s Cube | références

    Ouais, pas mal. Pour un débutant, pas mal.
  3. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Un article paru dans Courrier international : Réduire sa consommation de viande, indispensable pour la planète Source - 12/12/2018 - La réduction drastique de la consommation de viande apparaît nécessaire pour atteindre les objectifs fixés en matière d’émissions de gaz à effet de serre, soutient ce journal canadien. La lutte contre le changement climatique passe inévitablement par un changement majeur de notre régime alimentaire. Cela implique surtout de réduire substantiellement notre consommation de viande, conclut une nouvelle étude publiée mercredi 10 octobre dans le magazine scientifique Nature. Selon les constats de cette étude, qui analyse la croissance de la demande alimentaire dans un contexte d’augmentation de la population mondiale, le passage à une diète “flexitarienne” [mode de vie alimentaire consistant à manger moins de viande et de poisson] serait nécessaire afin notamment de réduire les importantes émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la production de viande. En clair, les chercheurs suggèrent un virage vers un régime quotidien davantage “à base de plantes”. En moyenne, les habitants de planète devraient ainsi réduire de près de 75 % leur consommation de viande rouge. Pour les Canadiens, ce recul serait plus de l’ordre de 85 %, en tenant pour acquis un passage à un seul repas à base de viande par semaine. L’étude évoque aussi le besoin de réduire notre consommation de viande blanche (comme le poulet) et de produits laitiers. Mais les chercheurs précisent qu’il faut en contrepartie ajouter au menu plus de légumes, de noix et de végétaux. Réduction des émissions de GES La production mondiale de viande a été multipliée par quatre depuis cinquante ans, passant de 75 millions de tonnes à plus de 300 millions de tonnes. Résultat : un citoyen issu d’un pays industrialisé consomme aujourd’hui 76 kilos de viande par année, contre 43 kilos en moyenne dans le monde. Les émissions de GES du secteur agricole dépassent quant à elles les 5,5 milliards de tonnes à l’échelle planétaire (huit fois les émissions totales du Canada). Si la trajectoire actuelle se maintient, les émissions devraient augmenter de plus de 30 % d’ici 2050, alors que le plus récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) plaide pour “zéro” émissions mondiales de CO2 d’ici trente ans. En matière de réduction d’émissions de GES, le fait de diminuer l’apport de produits d’origine animale serait donc d’autant bénéfique pour le climat que cette production est responsable à elle seule de 72 à 78 % de toutes les émissions de GES du secteur agricole mondial, selon les données présentées dans l’étude. À titre d’exemple, la production d’un seul kilogramme de bœuf génère 32,5 kilos de CO2. Pour l’agneau, on évalue le bilan à 33 kilos par kilogramme produit, et à 2,9 kilos pour le porc. A contrario, le bilan est de 0,1 kilo pour le soja, 0,06 kilo en moyenne pour les légumes, 0,7 kilo pour les noix et 1,18 kilo pour le riz. Bouleversements climatiques En plus des émissions de GES, les produits d’origine animale monopolisent d’importantes superficies de terres cultivables, pour une moyenne de quatre à six mètres carrés pour chaque kilogramme de bœuf, de poulet, d’agneau ou de porc. Or les nouvelles terres agricoles sont devenues disponibles en recourant à la déforestation. En Amazonie, par exemple, près de 75 % des vastes régions naturelles perdues l’ont été au profit de la production de viande ou des céréales nécessaires pour nourrir les animaux. Qui plus est, ces terres agricoles risquent de reculer, voire de devenir impropres à l’agriculture dans plusieurs régions du monde, en raison des bouleversements climatiques, selon ce qui se dégage du plus récent rapport du Giec. Le rapport souligne d’ailleurs le besoin de revoir notre diète, afin de se tourner collectivement vers un régime alimentaire moins intensif du point de vue de l’utilisation des ressources et de l’énergie. Gaspillage alimentaire Il faut dire que la population mondiale pourrait atteindre 9 milliards d’individus en 2050, et continuer de croître par la suite. Une situation qui, sans changement, ferait grimper l’ensemble des impacts environnementaux du système agricole de 50 à 90 %. Selon Marco Springmann, chercheur à l’université Oxford et superviseur de l’étude publiée dans Nature, il est donc urgent de changer nos pratiques agricoles et notre régime alimentaire. Nourrir une population mondiale de 10 milliards de personnes est possible, mais seulement si nous modifions la façon dont nous produisons la nourriture et la façon dont nous la consommons”, précise pour sa part le professeur Johan Rockström, chercheur au Potsdam Institute for Climate Impact Research, coauteur de l’étude, cité dans le quotidien The Guardian. Tant cette nouvelle étude que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture plaident pour une réduction du gaspillage alimentaire. À l’heure actuelle, 30 % de toute la production planétaire se retrouve à la poubelle. La FAOestime qu’en éliminant ce gaspillage, qui équivaut à 1,3 milliard de tonnes chaque année, il serait déjà possible de régler une partie des problèmes de faim dans le monde. 83 % des terres agricoles du globe sont consacrées à l’élevage, à en croire une étude publiée en juin dernier dans la revue Science. “Alors même que les produits issus des animaux ne fournissent que 18 % des apports en protéines et 37 % des apports en calories”, constate The Guardian. “Ces nouvelles recherches démontrent que sans viande ni produits laitiers, la surface des terres agricoles pourrait être réduite de trois quarts – soit les surfaces des États-Unis, de la Chine, de l’Europe et de l’Australie réunies –” et tout de même nourrir l’humanité. Sans pousser la population mondiale à devenir végane, mettre l’accent sur les modes d’élevage les plus responsables – en renonçant par exemple aux zones déforestées – contribuerait à réduire l’impact écologique. Une évolution dans ce sens est urgente, pour le quotidien britannique :“La conversion des espaces sauvages en terres arables est la première cause d’extinction de la faune et de la flore, à l’heure ou déjà 96 % des mammifères à l’échelle mondiale sont soit des êtres humains, soit du bétail.”
  4. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Une petite vidéo intéressante. Elle balance quelques noms d'experts vendus aux industriels.
  5. Kristo (Christophe)

    Un cauchemar les yeux ouverts...

    En tous cas, pas beaucoup de tickets de métro ; surtout en cas de malédiction. Enfin, on peut pas connaître tous les prix...
  6. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Ah mais je n'énonce rien. J'essaie juste de répondre à ta question un peu curieuse, parce que ça m'intéresse, même si la question formulée ainsi est un peu bizarre. Il faudrait sans doute trouver un autre mot que valeur... Sinon, c'est la crise boursière ! Oui avec le mot valeur, ça peut être un peu flippant. Cherchons un autre mot. Il y a karma, mais ça fait un peu religieux. D'ailleurs, si tu veux évaluer la valeur d'un être humain, ça peut avoir une connotation religieuse aussi. Il faudrait que tu formules plus précisément ton idée... Ah oui exact, j'ai vu ça récemment dans les médias, c'est fou. Pas de bol, les Afghans, depuis qu'on a utilisé leur pays comme terrain de guerre permanente... Plus de 70 enfants vendus en raison de la sécheresse https://www.tdg.ch/monde/70-enfants-vendus-raison-secheresse/story/10333293 La sécheresse pousse des Afghans pauvres à vendre leurs enfants, selon l'Unicef https://www.francetvinfo.fr/monde/afghanistan/la-secheresse-pousse-des-afghans-a-vendre-leurs-enfants-selon-l-onu_3074721.html Je n'ai pas dit que ça ne commence pas au stade embryonnaire. Mais chez l'embryon, le système nerveux n'est pas encore formé. L'enfant humain, si différent des autres animaux, tu veux dire ? Oui en théorie... Tiens, il y a un truc intéressant sur la même page : pour le statut de l'embryon, c'est seulement la jurisprudence qui fixe le cadre juridique. "Cette jurisprudence considère qu'un embryon est une personne dès lors qu'il a franchi le seuil de viabilité, et qu'une fois ce seuil franchi, il bénéficie comme tout être humain de la protection pénale." (en l'occurrence l'affaire portait sur un foetus de 5 mois avorté par erreur... on remarque que là le site confond un peu embryon et foetus mais bon) Pour revenir sur ta question "ce qui compte c'est l'être, pas d'où il vient, n'est ce pas ?", on pourra penser aussi au statut des êtres artificiels lorsque des machines auront une intelligence équivalente à la nôtre. Cette question est évoquée dans des séries de SF comme Humans ou Real Humans. Des robots d'apparence humaine qui en viennent à réclamer une reconnaissance et un statut légal, devant la justice... Ben non. Ca lui fait une belle jambe, remarque. Enfin, je suppose que c'est surtout pour faciliter le travail de deuil des parents.
  7. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    De quelles règles tu parles? Il y a les règles imposées par l'état, démocratiquement ou non (les lois)... Il y a les règles qu'on se donne en société (qui ont un aspect culturel), comme le savoir-vivre, le respect... Il y a les règles morales, les règles éthiques... En dehors de ceux qu'on appelle parfois "vendus" mais qui n'ont pas forcément de valeur ?... Oui des humains ont été vendus... (l'esclavage) Et de nos jours on est parfois vendu pour notre force de travail (voir les "chasseurs de tête" qui vendent des employés prestataires comme on vendrait de la viande) On peut aussi penser, dans un autre registre, aux footballeurs vendus d'un club à l'autre... Il y a aussi des pays où on vend des organes... Il y a aussi des femmes qui vendent leur corps... Oui le foetus, pas l'embryon. C'est ce que je dis depuis le début. Si tu as fait des études tu le sais comme moi. Ressentir la douleur oui. Si on ne veut pas faire aux autres ce qu'on aimerait pas qu'on nous fasse, on ne veut pas infliger de douleurs à d'autres êtres sensibles. Etre intelligent c'est autre chose. Mais oui on peut vouloir accorder plus de valeur à un être intelligent qu'à un autre moins intelligent. Par exemple on accorde généralement plus d'importance à la vie d'un grand singe ou d'un dauphin, qu'à une moule ou une huitre. Le fait d'être temporairement dépourvu de facultés ne nous enlève pas notre potentialité... Donc oui c'est moins dur de mourir sans douleur, et les médecins essaient en général de soulager les douleurs, mais s'ils ont fait le serment d'Hippocrate, leur devoir est de rétablir la santé, donc de réveiller le patient endormi. Il y a une différence très importante, sauf erreur, l'embryon in vitro n'a pas de statut légal tant qu'il n'est pas implanté dans un utérus (il y a par contre un encadrement légal) cf https://avortement.ooreka.fr/comprendre/statut-embryon Une fois que l'embryon est dans un utérus il a le même statut. Raison de plus une fois qu'un enfant est né. A part ça, il y a aussi un problème légal en France pour les enfants nés de mère porteuse. Oui une rencontre dans un bocal, chouette J'ai pas dit le contraire. C'est évident. Mouais mais sans personnalité juridique ni nom de famille. https://www.senat.fr/lc/lc184/lc1840.html https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F19224
  8. Kristo (Christophe)

    Un cauchemar les yeux ouverts...

    C'est expliqué en page 8 du Canard de la semaine dernière... Plus précisément, la dame en question, Arlette Fructus, a été suspendue, mais elle dit qu'elle a en fait servi de fusible, elle n'était pas propriétaire rue d'Aubagne contrairement à Xavier Cachard, élu régional proche de Renaud Muselier. Voilà ce qu'elle dit de Muselier : "Il a été le premier à supprimer toutes les aides régionales en matière d'habitat; Que ce grand responsable politique cherche en moi un fusible, c'est écoeurant et nauséabond" Bref à Marseille il n'y a pas que les immeubles qui s'effondrent... la droite aussi
  9. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Je t'avoue que je ne comprends pas vraiment ton intérêt et ton insistance à vouloir attribuer une valeur à des êtres humains. Il faudrait déjà définir ce qu'on appelle "valeur". En tous cas il me semble qu'ils ont la valeur qu'on veut bien leur donner. Elle peut être inestimable, ou quasi nulle, en fonction des circonstances et de qui est concerné. On a un réflexe spéciste qui fait qu'un humain accordera de la valeur (ou plutot, de l'importance) à un nouveau né humain; comme tout autre animal envers son espèce sans doute. Ensuite en réfléchissant on peut se dire qu'un humain n'a pas plus de valeur (ou plutot, d'importance) que tout autre animal. Chacun a une opinion qui peut être différente. Ce sont les religieux, cathos ou autres, qui accordent une importance fondamentale à l'embryon dès la conception, alors qu'en général des personnes non religieuses ou des scientifiques accorderont de l'importance à un être capable de ressentir des sensations, la douleur notamment, et mieux, à des êtres capables d'intelligence, et accorderont moins d'importance à un organisme dépourvu de système nerveux. Au sens du dico pour parler de la nature d'un être : "Ensemble des qualités, des propriétés qui définissent un être, un phénomène ou une chose concrète, qui lui confèrent son identité" : ok. Au sens philosophique définissant la nature comme l'essence, en pensant à l'âme et à la matière, etc... bof. Devant la loi le statut de l'embryon in vitro est très différent de celui in vivo. Ca me paraît normal. In vitro, ça a été fait par un type en blouse blanche alors qu'au lit avec ta copine, tu laisse en général la blouse au vestiaire. Tiens, voilà la citation exacte de Jean Yanne : "La fécondation in vitro, je suis contre. Vous croyez que ça fait beau, vous, dans les églises tous ces spermatozoïdes qu'on jette sur les vitraux, en espérant qu'ils vont féconder!" Ben ouais une continuité et des différences au fur et à mesure qu'on évolue Ben oui si le bébé n'a même pas eu le temps de respirer, il n'est pas né viable (et n'aura donc pas de statut d'état civil d'ailleurs), le légiste ne fera sans doute pas la différence. A propos d'essence, rappelons aussi que Pierre Dac utilisait le yaourt pour la marche avant, et le macaroni pour la marche arrière. Comme quoi !
  10. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Tu demandes si la vie nécessite un permis à points en fait ? 😂 Ca me parait être un choix spirituel, et il me semble qu'on se rapproche là de concepts bouddhistes ou hindouistes, avec le karma, entre autres... Bref si on parle de philosophie et de religions, je ne suis pas le plus qualifié pour intervenir ! A mon avis, on n'a pas tellement de valeur en soi, et on peut même considérer les humains comme des parasites de la planète, au rythme où ils la saccagent... Et en même temps, l'humain, c'est une mécanique et un esprit assez remarquables, évidemment... remarquablement nuisibles souvent mais pas toujours. Oui ce sont des êtres vivants. Ils appartiennent à une espèce animale même s'ils ont perdu certaines caractéristiques en tant qu'individu. Tout à fait d'accord. Et en même temps, certains diront qu'il y a une différence de nature et d'autres, pas tellement. Les premiers seront surtout à chercher parmi les religieux... Mais en fait, meme si l'adn entre en action, c'est un peu de la mécanique après tout. Par exemple, un embryon conçu in vitro a t-il la même "valeur" que conçu naturellement ? Je précise comme aurait dit Jean Yanne, que in vitro ne veut pas dire que ca doit se faire sur les vitraux d'une église 😁 L'embryon en formation n'a par nature pas la forme qu'aura l'etre une fois né puisque l'etre est en formation Oui Ca fait penser au statut d'apatride qui est dur à porter dans certains pays Oui mais pas seulement puisque l'enfant né est différent. Un légiste le verra facilement S'il y a une différence d'essence, au prix où elle est, c'est sûr qu'ils n'ont pas la même valeur...
  11. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Tu demandais à comparer la valeur des êtres humains, ce qui m'est venu à l'esprit est évidemment la question des droits de l'homme, et donc la déclaration universelle des droits de l'homme, qui est un document fondateur en la matière. Et oui en effet elle ne s'intéresse pas à la grossesse. Comme je disais, chacun aura une réponse différente à cette question. A mon avis, si on veut quantifier la valeur d'une vie, le premier paramètre sera les actions menées (au regard des possibilités de la personne en question bien sûr). Un être vivant se caractérise par plusieurs paramètres : entre autres la nutrition, la respiration, la possibilité de se reproduire... Le spermatozoide, l'ovule, l'embryon... sont des formes du vivant mais n'ont pas encore la forme ni les caractéristiques de l'être qu'ils vont devenir. La loi parle plutôt des citoyens, plutôt que des êtres humains en général. Or avant la naissance, on n'a pas d'état civil. Il y a ce texte, qui parle de la loi de 1994 et qui va peut-être dans ton sens pour ce qui est de l'être humain avant la naissance : https://www.unicaen.fr/puc/images/crdf0910cayol.pdf Pas grand chose Mais l'un est né et pas l'autre. Il a vécu des choses très importantes, en "venant au monde" comme on dit vulgairement. Ben non. Mais note qu'on n'est pas non plus des dictionnaires. Comme déjà dit plus haut, il y a évidemment une continuité. Mais il y a aussi une différence.
  12. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    Tout à fait ! Personnellement je préfère les débats scientifiques, ou politiques, mais dès qu'on parle de philosophie je fuis. Mais si on oublie que c'est philosophique, pourquoi pas... mais il faut avoir le temps ! C'est de toute façon sensible, car selon la DUDH, dès son article 1 : les êtres humains naissent libres et égaux en droits. Note aussi que la DUDH ne définit pas l'humain avant la naissance. Est-ce un problème de dire qu'on est un futur être humain ? La limite selon la loi ou selon d'autres conventions ou d'autres croyances ? Selon la loi, la limite est à la naissance. Ce serait délicat en effet ! Mais dans le cas du bébé mort peu après la naissance, on pourrait voir que le cordon a été coupé, que ses poumons contiennent de l'air, etc. Encore une fois c'est de la philosophie. Et surtout, ce sont des mots. On peut donner la définition qu'on veut à un être humain, ce ne sera jamais qu'une norme qu'on se donne ou pas. Ensuite, il y a les actes. On peut penser aux intégristes anti IVG, qui prétendent respecter la vie mais ne le font pas forcément dans les actes. Tout a fait : je n'ai pas dit que le système nerveux est formé à 8 semaines. Je n'ai pas non plus dit que c'était la seule différence entre les deux. En effet, dans ce forum, pas d'injures stp. C'est indiqué dans les règles du forum. J'ai bien compris ta remarque et tu as bien fait de relever cette erreur subtile dans le langage du journaliste. Les journalistes ne sont pas tous chimistes... Ceci dit cela ne change pas le sens de ce qui est dit, et qui est important : la dénonciation d'un OGM dans un additif de vitamines.
  13. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    C'est un vaste débat et je ne pense pas qu'on puisse y répondre ici... Ca dépend de là où on se trouve, déjà. Dans certaines sociétés, une vie humaine a très peu de valeur. Dans notre société elle en a beaucoup mais cela dépend aussi de plein de critères : chez nous par exemple on attribue aux jeunes une plus grande valeur qu'aux vieux alors que dans d'autres sociétés (je pense à l'Afrique) c'est le contraire, un vieux est bien plus considéré de par son expérience et du fait aussi de la grande mortalité infantile. C'est déconseillé d'essayer Un être humain en devenir veut dire qu'on va devenir un être humain, une fois né. Je n'ai pas dit ça Ok et évidemment ça ne change pas en 1 jour. Par contre on est sûr qu'à l'état d'embryon il n'est pas encore formé. Apprécierais-tu qu'on te traite de rat musqué? J'en doute. Ils révèlent ce qui peut être un scandale sanitaire. Si ça permet de sauver ta vie, ou au contraire si le fait de ne pas l'avoir révélé met ta vie en danger, tu ne penseras pas que leur contribution est si négative... Ils ne disent pas une molécule OGM. Ils parlent de la vitamine OGM, ce qui comme tu le signales est sans doute erroné dit comme ça, mais qui en fait est juste une manière rapide et journalistique de dire "un additif alimentaire d'une vitamine, contenant un OGM". Il faut faire simple pour que les gens comprennent. Mais en lisant le détail des articles et en suivant les liens, on a une meilleure explication.
  14. Kristo (Christophe)

    La Cause Animale

    On entre là dans un débat philosophique. Evidemment, les critères qu'on peut avoir ne sont pas forcément les mêmes que ceux adoptés par l'institution judiciaire (dont les lois changent continuellement), ni éventuellement ceux de l'opinion publique. Je n'ai pas dit le contraire. Ceci dit, sur ce statut, je ne sais pas s'il y a des sources permettant de confirmer ce que tu affirmes. En as-tu ? Un être en devenir. Un futur être humain. Plus précisément : un embryon, ou un foetus, suivant son stade de développement. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fœtus Je n'ai pas dit ça. Il est en formation, jusqu'à ce qu'il soit achevé. Les étapes de sa formation sont bien connues. Voilà une source (mais tu as sans doute mieux dans tes bouquins): https://naitreetgrandir.com/fr/grossesse/trimestre1/fiche.aspx?doc=grossesse-developpement-foetus-embryon Ce sont des journalistes, ils font des approximations qu'un spécialiste peut critiquer... ils ne méritent pas pour autant d'être insultés, n'est ce pas ?
×