Aller au contenu

Christophe B.

Membre
  • Compteur de contenus

    49
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

28 Superbe

À propos de Christophe B.

  • Rang
    Magicos*
  • Date de naissance 08/10/1972

Informations Personnelles

  • Localisation
    Toulon (83) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Sous-Marin

Informations Magiques

  • Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...
    Association des Magiciens du Var
  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    Cartes, pièces, cordes, Psychologie

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. J'entends la classification proposée au début de ce sujet par Michel (darlone) et elle me semble assez typique d'une tendance classique d'une discipline soumise à un phénomène de "consommation de masse". Qu'on y pense, à l'époque où la magie était plus confidentielle les accessoires étaient incroyablement difficiles à trouver ou du moins devait on être dans les bonnes villes, disposer des bonnes adresses ou savoir commander à l'étranger (pour moi, enfant des années 70, l'accès aux tours de Majax et des Garcimore passait uniquement par la réception de la "boite de magie" à Noël). A bien y penser les gimmick proposés n'étaient pas d'une qualité extraordinaire, ils participaient d'un "compromis" commercial "low cost" assorti d'une approche marketing assez classique ("200 tours dans la mallette !" "Les meilleurs tours du magicien X ou Y"... ). Enfant à Nice j'étais bien en mal de savoir où m'adresser pour obtenir des accessoires de qualité (Internet n'était même pas encore sorti des limbes). Alors je rêvais et je m'émerveillais à regarder ces personnages de la télé (3 chaines à l'époque !) : Garcimore, Majax, Gaétan, Dominique Weber... le nom de "gimmick" m'était inconnu, leurs miracles me semblaient merveilleux et impénétrables. Mon premier choc c'est quand, étudiant à Lille mais de passage à Paris pour un stage, je découvre Mayette... Dingue une boutique de magie ! Un comptoir rempli de trucs, des accessoires partout, les tours de Duvivier vendus dans les pochettes en plastique (je ne connaissais même pas son existence, c'est dire !). Le démonstrateur m'a sans doute vendu n'importe quoi béotien que j'étais... avec aussi la déception de découvrir que le miracle bien chèrement acquis était un truc de qualité assez médiocre (vite inutilisable d'ailleurs). Avec mes petits moyens d'étudiant je vous assure que je ne cédais pas facilement à la tentation. J'ai vite acheté le catalogue de Mayette (que j'ai encore), sorte de bouquin photocopié où les tours étaient décrits. J'étudiais ça des heure, évaluant comment je pourrais réaliser les miracles et pesant les investissements "à portée de ma bourse" (faible). Mon regret c'est finalement que le vendeur de Mayette ne m'ait pas plus "conseillé" sur la maîtrise de l'art. Un jeu de carte ou un set de pièce avec 1 ou 2 bons bouquins, éventuellement une vidéo de référence, m'auraient permis de me faire une culture... Et finalement (excusez la digression ci-dessus) c'est bien de cela dont je veux parler... apprécier la pertinence du dernier tour à la mode, sa qualité, ses conditions réelles d'utilisation ne peut se faire qu'après l'acquisition d'une bonne connaissance des fondamentaux de notre discipline, de ses maîtres de référence, des principes théoriques et psychologique qui font "la bonne magie"... Un marchand de truc me glissait à l'oreille que les professionnels achetaient peu ou avec parcimonie... équipés d'une bonne culture et pratique ils peuvent remettre en perspective le dernier effet à la mode avec leurs connaissances, ils "sentent" les moyens par lesquels tel ou tel tour peut être réalisé et surtout ils se connaissent et connaissent les conditions de présentation à leur public. Ils évacuent plus facilement le tour ayant des angles trop étroit ou des setups requérant d'aller se réfugier dans les toilette après chaque table de restaurant. Alors, oui, je cède, nous cédons tous à des principes nouveaux, des inventions géniales, des effets démoniaques mais j'avoue pour ma part que c'est la constitution de cette "culture magique" qui me satisfait le plus : plonger le nez dans les bouquins "classiques" vous donne vite le recul nécessaire pour apprécier à sa juste valeur la dernière nouveauté... et puis c'est dans ce que l'on croit maîtriser que l'on a le plus à apprendre et à travailler. J'ai la chance d'avoir dans ma ville de résidence un magicien que vous connaissez tous mais que je ne veux pas embarrasser. il est vendeur de truc mais il a apporté surtout une dimension supplémentaire pour le consommateur : l'accompagnement. Sa culture magique a "allumé les phares dans la nuit" : "tel tour ? Oui, il y a la version de Untel, mais Y avait aussi cette subtilité et Z a ajouté ce principe.." Des noms, des références d'ouvrage ou de tours "de référence" voilà qui m'a permis d'acheter de manière plus avisée en étoffant ma bibliothèque et ma videothèque. Pour terminer j'ajoute que J'ai relu hier soir les écrits de Tommy Wonder sur sa carte ambitieuse et l'exploitation du tilt. Vu que les techniques employées soient connues de la majorité d'entre nous il serait aisé de penser que ces tours ne constituent pas un challenge à même de supplanter les dernières créations. Il y a là à mon sens rien de plus faux. C'est dans les détails que se niche la perfection d'un tour... des détails qui tiennent à la posture, au texte, à une synchronisation ou une "chorégraphie" qui se veut naturelle mais qui est en fait très calculée. On dépasse là la simple compréhension de ce qu'est une LD... et ça croyez moi, ça vaut largement le prix d'un gimmick pour peu que l'on ait la patience et l'obstination de traquer les subtilités ! Chasser ces détails, être exigeant avec soi même, se poser les bonnes questions, présenter à ses pairs et écouter les critiques constructives, comprendre les bases psychologiques de la magie (on n'en a pas fait le tour), lire la presse spécialisée qui présente l'histoire des magiciens, leurs itinéraires initiatiques... tous ces éléments sont pour moi un antidote à la folie actuelle de l'hyperconsommation qui voit un tour se substituer très vite à un autre et encombrer nos étagères et nos tiroirs... avec parfois des productions médiocres, mal abouties ou absurdes pour créer une atmosphère de vraie "magie"... ceux qui auront lu attentivement "The Books of Wonder" (pour ne citer que ces ouvrages) sauront parfaitement à quoi je me réfère.
  2. Je retiens des différentes contributions les avis de nos amis engagés dans la publication... Si un moyen "low cost et rapide" devait exister ils seraient les premiers à les utiliser. Mais pour l'heure c'est apparemment le travail de l'artiste qui s'impose. Le recours au logiciel n'est néanmoins pas à sous estimer. Les outils de graphisme semblent indispensables pour insérer les dos de bicycle vectorisés (et le dessin des faces aussi). Pour ma part, tant qu'une solution plus triviale ne sera pas apportée, je me rabattrai sur la captation photo ou vidéo des différentes étapes à décrire (en appui de mes prises de notes)... Avec le regret de ne pas pouvoir créer un résultat plus "léché".
  3. Vos réponses confirment mes "craintes"... il n'y a rien de trivial à réaliser ces types de dessins. L'hypothèse "photographie High-Key sur fond blanc" m'est venue à l'esprit mais elle ne m'a pas semblé réunir les conditions ultimes pour avoir une qualité de l'ordre de ce que nous voyons dans les images posées sur ce "fil de forum". Pour information j'ai posé la question à l'équipe de Genii. Réponse : les illustrations sont dessinées et non pas tirées d'un traitement d'image. Cette affirmation m'épate quelque peu quand on considère la bonne reproduction du dos bicycle sur mon premier message (je plains le dessinateur qui voudrait reproduire le dos sur chaque vignette !). Je me serais éventuellement attendu à ce qu'existe un "mannequin virtuel" numérique capable de reproduire la position des doigts des mains (j'ai ce type de modèle numérique pour simuler un studio photo mais ça reproduit un corps de modèle pas un membre spécifiquement). Je présume que les éditeurs de livre (Marchands de Truc et consort) doivent avoir recours à de bons illustrateurs... ils confirmeront s'ils lisent ce message. En attendant je sais que pour ma part je ne me risquerai pas à dessiner sachant mes talents limités en la matière.
  4. Bonjour à tous, Nous avons tous pu apprécier les illustrations "dessinées" qui accompagnent nos ouvrages de magie. Ce sont des supports précieux pour résumer visuellement des manipulations à l'appui des descriptions écrites. Il me semble qu'avec les outils informatiques il doit être possible, avec de moindres efforts, de réaliser ce type d'illustration. Idéalement faire soi même une prise de vue d'une tenue et ensuite en garder une illustration très dépouillée ne faisant figurer que la (les) main(s) et l'objet (carte, pièce, autre) tenu en main. D'où ma question à la communauté : certains d'entre vous ont ils pris l'habitude d'illustrer leurs notes magiques de ces illustrations ? Si oui selon quel processus ? Pour ma part j'essaye de prendre des notes de tour et pouvoir obtenir un résultat esthétique et facilement lisible me serait très précieux... Avis à la communauté donc ! Et si vous avez des exemples de résultat ce serait parfait ! Merci à tous par avance.
  5. Bonjour à tous. Je ressors ce fil car je veux travailler cette belle routine qui présente à mon sens toutes les caractéristiques de ce que j'attends pour faire un travail de fond de notre art : accessoire non modifié, économique, manipulation, sens du timing et gestion des temps forts et faibles, logique du tour facilement compréhensible, facilité de transport... Avec ce côté card in the box que j'avais adoré dans le final de carte ambitieuse de Tommy Wonder. Pour la boîte j'ai trouvé quelque chose de pas mal dans l'enseigne de gadgets Tiger. Boîte verte avec une bouche dessinée dessus et laissant lire Spearmint Fresh Mints. Tout à fait compatible avec l'ouverture d'une main montrée dans la vidéo pour peu que l'on règle la dureté du mécanisme en déformant à peine la boîte. Bon, y a plus qu'à travailler pour faire de cette belle idée un petit bijou entre mes mains qui saura créer de l'incrédulité et des émotions dans la tête de mes spectateurs. N'hésitez pas à partager sur ce fil vos conseils et idées d'amélioration !
  6. J'ai participé hier après-midi à la conférence de Shawn à Sanary (83 - Le petit magicien) lors d'une session qui a duré de 15h à 19h. La personnalité très enthousiaste de ce magicien champion du monde est communicative : cet homme aime la magie, les gens et se révèle très généreux. Certes on retrouve des tours décrits lors de sa précédente conférence en Europe mais à cela s'ajoutent des concepts très puissants et beaucoup de conseils autours de techniques utiles. La personnalité de Shawn est particulièrement agréable et nous avons passé un moment plaisant dans les murs du petit magicien qui a assuré un accueil optimum (merci à Jérôme Canolle qui a su se rendre disponible et à Arlequin qui a assuré l'organisation). Bref, allez voir ce grand monsieur et partagez avec lui autant qu'il le fera avec vous... Un conseil aux organisateurs : assurez une traduction simultanée de qualité qui sache servir le rythme et la spontanéité du magicien ; c'est vraiment un élément important pour qu'il se sente à l'aise et pour que le public bénéficie de toute l'intensité de la conf.
  7. Une simple demande à mon dentiste et il m'a donné plusieurs feuilles de dental Dam gratos... vu la taille dont j'ai besoin pour les cartes j'en ai pour une éternité. J'avais aussi fait des essais avec des gants de latex carrefour que j'avais coupés en petites bandelettes... nécessite quelques expérimentations mais ça fait déjà le job et c'est très fin.
  8. « Précis de prestidigitation » par Bruce Elliott Editions Payot 247 pages brochées 1970 25€ FDPI Préface d'Orson Welles En bon état (cf photo), 1ere page bas à droite a une pliure. Les Payots constituent une somme de référence en magie qui font le plaisir des collectionneurs. Cartomagie Tours de pièces La magie des billets Télépathie truquée Psychologie de la prestidigitation
  9. Hello Laurent, j'ai l'impression que tu as eu le "coup de gueule" un peu facile. En me relisant tu verras que je ne fustige pas les descriptions pour gauchers (je préviens simplement les droitiers, qui sont a priori plus nombreux, qu'ils sont prévenus avant l'achat du livre). Ce que je mets en exergue cependant c'est que dans mon exemplaire certaines descriptions sont à mon sens erronées, mélangeant Main droite et Main gauche pour certaines manipulations... question posée à ceux qui auront lu cet ouvrage attentivement et qui auraient, d'aventure, fait la même constatation que moi... Bref, aucune raison de crier au loup et de se sentir attaqué en tant que gaucher... let's take it easy ! ;o))
  10. Ayant reçu Close up Pro a Noël je remets mon nez dans ce forum pour connaître les avis de la communauté magique sur cet ouvrage. J'ai découvert avec beaucoup d'intérêt le Vapro change mais je suis très frustré a la lecture de l'ouvrage. Je trouve les illustrations pas assez nombreuses ou explicites... et la description de certaines tenues de carte me semble erronée, s'emmélant les pinceaux entre main droite et main gauche (sachant que le livre est décrit pour des gauchers... vous voilà prévenus ). N'y a t'il personne qui ait eu à se plaindre des mêmes constatations ? Pour ce qui est des routines mes avis sont partagés jusqu'à présent mais je dois terminer l'ouvrage pour me faire une opinion définitive.
  11. Et la routine de Karl Hein intitulée si ma mémoire est bonne Heinstein dream ? On peut faire signer la carte, déchirer le duplicate (sans s'attarder sur le gribouillis qui sert de signature) puis restituer la carte au spectateur. Vu en conf et très convaincant...
  12. Oui, il faut effectivement s'accrocher. Reste néanmoins certaines techniques de matrix "relativement" simples (mais y a du boulot tout de même). Cela ouvre effectivement la porte à plein de types de techniques et démonstrations mais je crois avec le temps plus en une magie décontractée et abordable comme celle de Eric Jones (quoi que certaines routines ne sont pas triviales). Il faut bien se poser la question des circonstances et contextes de présentation. En close up on peut se retrouver dans un contexte peu confortable (entouré, du monde...) qui rend l’exécution des techniques trop "touchy" quasi impossible... ce qui fait dire que "less is better". Néanmoins je crois aussi que l'on retire toujours quelque chose d'un travail sur les pièces... donc amateurs des pièces ne boudez pas le travail de Ponta the Smith !
  13. Je ne savais pas que les jeux de David Blaine disposaient d'une prédiction dissimulée. L'esprit de ce que je recherche est bien de disposer d'une inscription qui soit clairement lisible mais cependant suffisamment discrète pour être indétectable au premier coup d’œil. Raison pour laquelle les "micro cartes" tenues par des figures ou des inscription marquées sous l'As de Pique ont ma faveur à priori. Je serais plutôt enclin à coller sur une carte une impression de la révélation (micro carte imprimée sur un autocollant avec la trace de la main de la figure) plutôt que de réimprimer l'intégralité de la carte (en passant par les opérations toujours longues et fastidieuses consistant à les passer à l'acétone, puis à imprimer, avant de remettre du vernis). Reste néanmoins que je ne m'attends pas à ce que le résultat soit particulièrement esthétique... le mieux est vraiment de disposer d'une carte déjà imprimée... (qu'il me reste à trouver).
  14. Plein de nouvelles pistes dans vos derniers messages. J'ai bien l'impression que tout cela va m'amener à une séance de bricolage maison. Je résume les différentes techniques présentées : - 1 As de Pique ayant l'inscription "Vous avez choisi la Dame de coeur" (p.ex) (inscription très petite pour ne pas être détectée immédiatement) - 1 carte "figure" tenant entre ces mains la carte révélée (j'adore l'idée mais le tour d'Asi Wind semble être en rupture de stock --> A bricoler soi-même) - 1 carte As de Pique renvoyant à une révélation à un emplacement précis (inscription en très petit cf. suggestion de Calix) - On peut imaginer un dos de carte ayant une inscription cachée (généralement les cartes marquées au dos correspondent à la valeur de la carte (cf. jeu le Prism deck de Joshua Jay ) donc il faut quelque chose correspondant à la contribution ci-dessus de Loic J) Je pense aussi à une autre piste : sortir une carte en se débrouillant pour masquer le dos (LD ou Rumba count). On dépose la carte sur la table alors même qu'au dos est inscrit la valeur de la carte prédite (dos blanc ou dos classique). On fait la révélation dans un deuxième temps en demandant au spectateur de retourner la carte. J'ajoute enfin que la question posée sur ce message fait suite à mon (re)visionnage récent de l'excellent DVD de Mark James (supercharged classic 1) sur sa routine très intéressant "Quadriopener" (variation sur le thème du Chicago tour d'entrée). Je sens que le jus de cerveau de la communauté devrait encore suggérer d'autres pistes... Au plaisir de vous lire !
  15. Merci pour vos réponses. Je découvre le tour de Asi Wind... c'est différent de ce à quoi je pensais à l'origine mais c'est effectivement parfait pour dépasser les contraintes linguistiques. Voilà une bonne idée (il me semble que Kostyat Kimlat avait eu une idée similaire mais avec des cartes Jumbo). Par contre la perspective de payer une vingtaine d'euros pour acquérir la carte d'Asi Wind m'enthousiasme moyennement.... peut être cela vaudrait il le coup de coller une impression de la micro carte tenue par la Dame (un coup de photoshop et d'impression couleur... à tester). Merci pour ces contributions !
×
×
  • Créer...