Aller au contenu

Denis FABRE

Membre
  • Compteur de contenus

    903
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    2

Messages publiés par Denis FABRE

  1. "La boucle est donc bouclée, on a un clip qui a couté 250 euros de cachet+une location de caméra et un mini steady...+ 2 assistants. Un montage bidouille pendant 2 jours sur un ordi."

    Le prix du clip j'y crois à moitié... rien que la location de la steady-cam plus le cadreur spécialisé dans ce genre de matos...

    Et puis : 250 euros pour les trois filles nues... là c'est carrément les soldes !

    Il y a tout de même une boite de prod derrière ça... avec des obligations légales... mais bon c'est surement plus branché d'expliquer qu'on a pas payé les gens... voir même plus "moral"...

    Internet est en train de tuer l'industrie du disque parait-il !

  2. Christophe Henriet a écrit :

    "Certes, tout cela n'est que du "spectacle" mais qui doit on blamer ??? celle qui passe le casting ou bien celui qui l'organise."

    Cela me renvois à l'article de Jim Steinmeyer dans Genii d'aout 2008.

    Il reviens sur le passage de Johnathan Pendragon à America's Got Talent, avec exhibition de pontage en prime.

    A la fin de l'article, Steinmeyer se pose la question de savoir si les Pendragons avait eu raison de passer dans cette émission (comme l'a aussi fait Kevin James entre autres). Sa réponse est que si le travail pour les magiciens à la télé est actuellement dans ce genre d'émissions alors ils ont eu raison : parce-que "performers performs", et ce, quelque soit l'état de l'industrie du spectacle.

    On peu certainement dire la même chose des producteurs : ils produisent.

    Nul n'est à blâmer.

    On peu tout de même se demander comment on en est arrivé là.

    Mac Do avait un slogan à l'époque ou ils était très critiqué (au niveau social, environnemental, ect...) :

    "Nous faisons des hamburger et nous le faisons bien"

    Certes...

  3. Ce qui est biaisé c'est qu'en créant ainsi la situation il crée eux même le problème auquel ils vont répondre. En ça ils deviennent effectivement inattaquable, et ce qu'ils racontent est alors forcément vrai.

    En fait ce ne sont pas les réponses mais les questions qui sont biaisés.

    En créant, le décalage, le producteur suscite les rires du publics et le montage surement un peu resserré les renforcent. Le spectateur vas bien-sur au début comprendre ces rires et s'y identifier : "qu'est-ce que c'est que cet engin?".

    Certes le renversement va s'opérer, mais à partir de quoi ? Des plus bas instinct de spectateur cynique qui auront été suscité une minute avant !

    Et en plus ils se posent en redresseurs de tord en se présentant comme ceux qui vont lui donner sa chance. Voila à mon avis de la bonne morale à peu de frais.

    Certes il est incontestable que la chanteuse chante bien. Est-ce une chanteuse exceptionnelle ? Je n'ai pas la capacité d'y répondre.

    Par contre, je suis persuadé que ce qui fait le "buzz" ici, et même qui fait l'émotion, c'est la mise en scène plus que le talent de la chanteuse.

    En cela quand Gérard (cet un exemple sans animosité sois en sur) dit qu'on a là "du talent à l'état pur", je ne suis pas d'accord.

    On sait très bien que ce genre d'émission ne suffit pas à faire une carrière. Qu'il ne suffit pas de donner leur chance au gens qui ont du talent pour que cela marche.

    Le travail artistique et l'aspect professionnel, vont bien au-delà du "talent" et de la "chance donnée".

    Pour moi la preuve est loin d'être faite que cette émission va changer sa vie.

    Ce que l'on nous vend ici sous l'appellation "télé-réalité" est juste un genre de conte fée qui s'auto-justifie par une pseudo-morale qui n'a aucun rapport avec la réalité.

    Est-ce que Juliette est un canon ?

    Est-ce que Bjork a le physique de Lorie ?

    Est-ce qu'on a donné sa chance à Nina Simone ?

    Est-ce que Paris Hilton a du talent ?

    Van Gogh s'est coupé une oreille... doit bien y avoir une raison... (bon d'accord j'en fait un peu des pelles là... mais bon... )

    Sincèrement

    Corneille

  4. Bonjour Christophe

    Je regrette déjà d'avoir lancé une conversation récurrente sur ce forum. Surtout si mon ton a déclenché des réactions qui n'était pas souhaitées.

    J'ai tendance à ne pas prendre des pincettes avec certains sujet, ça au moins c'est UNE VERITE. ;)

    On est d'accord sur un point au moins : c'est du spectacle.

    Je fais toutefois une grande différence entre la manière de faire ici et celle de Lenart Green (pour reprendre l'exemple que tu propose).

    Quand je vois LG commencer son set en annonçant ce qu'il va faire et qu'en même temps il fait tomber ses cartes sur la tables, je me dis il ne vas jamais y arriver. Quand ensuite il montre qu'il a contrôlé 5 main de poker, je sais que je me suis fais avoir, et j'adhère.

    Et la chute où il explique que la première main qui semblait si forte au début est finalement la moins bonne "such as life" devient un clin d'œil avec plusieurs sens et non UNE VERITE unique et incontestable. Là pour moi on est réellement dans du spectacle, et pas un pseudo-réalisme.

    Cela fait pour moi une différence énorme... maintenant je peu comprendre que ce n'est pas le cas pour tout le monde.

    Le problème que ces émissions me pose n'est même pas que les gens sont "trompés" ou quelque chose comme ça, mais que les spectateurs non pas de place dans ce genre de spectacle sinon celle de prendre la petite morale de la fin pour vérité absolue.

    Dans la chute de Green (such as life) il y a adresse au spectateur et clin d'œil. Il s'agit clairement du point de vue de l'auteur et j'y adhère parce que cet auteur ma convaincu par ça démonstration spectaculaire.

    Ce n'est pas le cas ici ou le jury fait semblant d'être dupe de son propre jeu.

    Bises à tous

  5. Pour ce qui ne semble pas être clair :

    Le "leur" de "leur problème" faisait référence au gens qui montent ce genre de séquence et non aux réactions des gens.

    Pour les paillettes, Gérard, c'était un trait d'humour. Ce qu'il falait comprendre c'est que je met l'emballage de l'émission à peu prés au niveau de la photo que tu propose comme échelle de valeur.

    Pour ce qui était pourtant clair :

    Je n'ai à aucun moment critiqué ou émis des doutes sur la qualité de la chanteuse. Je suis suffisamment "ouvert, cool, et large d'esprit" pour apprécier une telle évidence.

    Mais je suis encore suffisamment sensible pour que ce genre d'émission me hérisse le poil.

    Pour ce qui est de la morale :

    Je te proposait juste de t'affranchir de celle qui fait "kiffer le buzz", pas d'adhérer à la mienne.

    L'effet est génial mais la présentation est pour le coup carrément critiquable.

    Mais bon... la présentation... tant qu'elle est efficace... hein !?

    Bises à tous !

  6. Je parle de ces gens qui s'étonnent s'émeuvent du fait qu'une femme qui n'est pas sexy puisse chanter aussi bien.

    Soyons clair : l'émotion et le buzz crée par cette séquence vient essentiellement de la mise en scène de cet étonnement. Plus encore que le "talent à l'état pur" de la chanteuse.

    Et je crois que je préfère encore les paillettes pour mettre en valeur les artistes que les préjugés et la morale.

  7. C'est quoi leur problème ?

    Juliette mène une très belle carrière, sans que personne ne trouve à redire ; et elle ne ressemble pas à Carla Bruni que je sache

    Etes vous sur que ce genre de mise en scène ne participe pas justement des aprioris sur lesquels elle spécule sous le prétexte de les dénoncer.

    (je vais encore me faire des copains moi... )

  8. J'ai un gros faible pour "prestige et illusion", la version française du livre de Hollingworth.

    Les illustrations de l'auteur ressemble à des gravures, la qualité du papier et de la reluiure sont trés agréables et en cohérence avec l'aspect un peu rétro-classique de l'ensemble.

    Et surtout un grand coup de chapeau à la traduction.

  9. michael dit :

    "Et surtout, ce qui m'écoeure le plus, c'est cette fête, au départ religieuse et qui devient de plus en plus mercantile !"

    T'as raison ça vas de mal en pis...

    Tu vois Woody : les temps changent, l'esprit avance...

    PS : non, je ne relancerai pas le débat sur whoua-whoua le chien cette année.

  10. Ce que j'ai écrit est évidement une interprétation c'est ce qui en fait toute la valeur : En faisant cela, je te renvois une image de toi même d'un point de vue qui n'est pas le tiens.

    Quoique tu en penses cela peut avoir un intérêt (même si cela ne va pas changer ta vie, je te rassure... )

    Et puis arrête de nous faire croire qu'en t'attaquant toi on s'en prend à tout le magic-café et ses concepteurs... le genre de ficelle énorme qui ne te rend pas crédible et ne sert pas la défense de ton propos.

    D'un point de vue transactionel comment analyses-tu ton incapacité à te faire entendre sur bon nombre de sujet comme celui-ci ?

    Je me doute un peu de la réponse à vrai dire...

  11. "Mais tu peux sans doute nous parler de la sociocratie pour argumenter ton affirmation."

    La démocratie repose sur des opinions et non sur la doxa.

    J'ai bien aimé aussi ta réflexion sur la sociocratie : "je ne maîtrise pas encore bien le système... " pour justifier le fait que cela n'ai pas marché sur ton forum. ça raconte, comme disent les conteurs.

  12. Benoit, voyons...

    Demande à un pilleur de tombe ou à un organisateur de foire coloniale s'il se sent concerné quand on lui dit qu'il n'a pas le droit de faire ce qu'il fait. Que ce n'est pas bien !!! ;)

    Ils sont libres et décident par eux même ce qu'ils ont le droit de faire ou pas.

    :whistle: :whistle: mdr;)

  13. Il faut aller vers la simplicité... du point de vue du spectateur !

    Il ne faut pas confondre la simplicité et la facilité.

    Si il est bien exécuté un saut de coupe rend le déroulement de la routine plus simple et plus facile à suivre qu'une triple coupe. même s'il est plus difficile à exécuter.

    De plus je ne suis pas sur que ce qui rebute le plus les magiciens dans l'utilisation du saut de coupe ou du filage, par exemple, soit la technique. Je pense plutôt que la difficulté vient du fait que ce type de technique nécessitent un bon contrôle de l'attention des spectateurs.

    C'est vrai aussi pour l'utilisation si fréquente de la disparition à la rétention : on peut se demander pourquoi les techniques de disparition misent au point par Ramsay entre autres ne sont pas plus utilisées.

    Le contrôle de l'attention du spectateur est quand même la base de l'art magique et le point de départ de la présentation d'un effet, que se soit pour cacher la technique ou mettre en valeur l'effet lui même.

    Toute les techniques ne se valent pas quand on réfléchit un tant soit peu à la construction d'un effet, et la facilité d'exécution est un critère qui n'a pas grand chose à voir avec la perception du spectateur.

    Si l'abus de technique a un effet néfaste c'est de faire négliger la construction. Mais ce n'est pas en remplissant nos routines de doubles coupes que l'on arrange cela.

  14. De toute façon c'est déja une reprise intelligente d'un classique de Jhon Ramsay.

    Dificile de séparer la présentation de la technique a ce niveau, les gestes, regards et paroles tiennent un role prédominant dans la réussite de l'effet (ce qui n'est pas évident sur la video telle qu'elle est tournée ici).

    Bref, ton idée pour habiller la routine est trés bonne, mais n'oublie pas de bien étudier la "présentation" des auteurs cités plus haut... et inspire t'en.

  15. Effectivement JCW, même si je ne saurais dire si les deux principes son différents, il est clair qu'il y a là au moins de nouvelles applications du principe.

    Le prix d'invention n'est donc pas usurpé d'un point de vue magique.

    Le tour numéro trois reste un mystère pour moi même si je note quelques bizarreries dans la présentation qui pourrait surement être mieux gérées (mais c'est un autre débat... )

    C'est surtout le tour numéro cinq, qui ferait penser à un nouveau principe avec la possibilité de conserver la somme des cartes des séries.

    Pour me faire une idée plus précise je me demandais si dans ces tours tu combinais la peristance avec d'autres principes, d'autres techniques, ou d'autres astuces (cartes marquées par exemple dans l'effet trois)

  16. Il faut aussi comprendre les interrogations et M Péris semble en être conscient alors ne soyez pas plus royaliste que le roi.

    Je confirme qu' avec le tour dont on parle la différence avec le principe de Gilbreath n'est pas flagrante.

    Pour moi aussi, que la série contiennent des cartes quelconques à place fixe ne nous fait pas sortir du principe classique... mais bon je ne demande qu'à être convaincu (par d'autres applications sans doute...).

×
×
  • Créer...