Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !

Yves BLANCHARD

Soutien
  • Compteur de contenus

    177
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

63 Superbe

À propos de Yves BLANCHARD

  • Rang
    VMiste**

Informations Personnelles

  • Localisation
    Paris (75)/ FRANCE

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Bonjour Jean-Marc, Les souvenirs et l'affectif sont les meilleurs marqueurs en ce qui concerne la mémoire. Je profite donc de ce message pour partager pour la première fois une méthode expérience que j'ai réalisé. Si je devais publier voici ci-dessous mon article: « Du voyage à la construction d’un chemin de mémoire spatio-temporel » Tout vient d’un voyage en Thaïlande avec ma femme et mes enfants en 2018. Voyage en vol sec sans réservation d’Hôtel en mode « serendipity attitude » : on trouvera ce qu’on ne cherche pas. Nous décidons de voyager du Bangkok au Nord à Chang Mai en repassant vers le Sud par Kho Samui, Phuket, Kho Phi Phi : des endroits variés tout au long du parcours. Une fois sur place, je me dis qu’il serait dommage d’oublier ces moments – certes, nous avons les appareils photos de nos appareils mobiles - mais je souhaite incruster ces souvenirs de façon mémorable. Et donc, dès la première soirée autour d’un bon repas Thai, je demande aux enfants de se rappeler du déroulé de la journée. Chacun y va de ses propres souvenirs mais j’essaye de communier collégialement autour des mêmes souvenirs communs : sortie de l’aéroport, arrivée à l’hôtel, visite de la piscine, déjeuner, ballade au temple, diner au marché nocturne. Le lendemain autres endroits, autres souvenirs – on recommence le cérémonial du souvenir mais en faisant aussi le rappel des souvenirs du premier jour: petit dej, visite des canaux, marché aux fleurs, magasin de bric broc, échoppe de glaces, gare de Bangkok (départ Chang Mai) Le surlendemain, même processus avec le rappel des souvenirs depuis le premier jour, du deuxième jour…. Et ainsi de suite jusqu’à la fin du séjour. (12 jours).- et à chaque fois le rappel de chaque jour passé depuis le début. In fine, nous nous retrouvons avec une somme de souvenirs que nous connaissons par cœur sur 12 Jours. Ce qui a de bien dans ce processus est qu’il fait appel à la courbe de l’oubli élaborée par le professeur Ebbinghaus et donc aux fameuses phases de répétition qui incrustent dans la mémoire les souvenirs pour le long terme. https://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_l'oubli En outre, il s’agit bien de se souvenir d’émotions ou de moments marquants : principe de base de la mémorisation mais surtout éléments les plus forts et prégnants en mémorisation. Nous venons d’inventer l’appareil photo mémoriel ou Comment voyager sans appareil photo. Mais la Cerise sur le gâteau commence à murir car je m’aperçois que nous nous retrouvons avec une suite de souvenirs qui s’échelonnent dans le temps et dans l’espace: un chemin linéaire. Je fais tout de suite le lien avec le bouquin de Lynne Kelly dont le résumé/morale était le suivant : Si dans notre culture occidentale le loci (lieu) a toujours était associé à une place, un endroit, on s’aperçoit que finalement il peut être transféré à un paysage, un rite, une danse, un geste ou images abstraites Et pourquoi pas transférer le lieu (loci) à des souvenirs qui défilent dans l’espace ? Je tente l’expérience en éclairant les lieux ombragés, dégageant les endroits encombrés, modifiants les espaces étriqués, voire en supprimant certains …. Certes ces souvenirs/lieux sont parfois très espacés mais comme la mémoire a une tendance naturelle à contracter l’espace et le temps, avec de la pratique, on pallie à ce qui peut sembler une gêne. En outre, je m’aperçois qu’il est facile de l’étendre ou de l’agrandir : il suffit de rajouter des souvenirs – le souvenir de la gare de Bangkok peut comporter plusieurs lieux ou événements vécus – c’est au choix. Bref, après quelques heures de pratique, je m’aperçois que ce nouveau chemin fonctionne tout aussi bien que le classique mais tellement plus charmant et Proustien : Le chemin de mémoire spatio-temporel. Depuis, j’en ai créé quelques autres lors de mes voyages que j’utilise tout de suite avec un texte ou poème pour me l’approprier définitivement. Cela devient une source inépuisable de chemins … le tout étant de quoi alimenter.(pas essayé en compétition). Aujourd’hui, à la nuit tombée, je m’endors bien, au tréfonds de mes souvenirs lointains mais vivaces.
  2. In fine, c'est tout ce qui reste quand on a plus rien ou les derniers jours.
  3. Bon schéma qui s’accommode bien avec l’adage : A force chercher sans trouver, on trouve sans chercher. C’est un peu la chute de la pomme d’Isaac Newtown avec laquelle il crée la Théorie de la Gravitation Universelle – Certes l’idée a jaillit comme une évidence, il n’empêche que Newtown été formaté par des milliers d’heures d’expérimentation, de savoir et d’expertises…et de multiples échecs auparavant. En outre, ce schéma est un trait d’union avec la mémoire – nous sommes aussi la somme de nos souvenirs…
  4. En effet, De Gaulle avait une très bonne mémoire et était capable de réciter des discours en Turc, romain, russe et même des langues locales d’Amérique latine… Il n’était pas polyglotte mais apprenait par cœur: je pense qu’il utilisait des chemins de mémoire. Pour Churchill, très bonne mémoire, jamais ivre mais imbibé ; cela ralentit mais n’empêche pas de bien mémoriser. En ce qui concerne la mémoire photographique, le sujet est controversé. Tu peux toujours essayer ce test pour voir si tu as une mémoire photographique : https://www.open.edu/openlearn/body-mind/psychology/take-the-photographic-memory-test
  5. très drôle - qui a parlé d'une magie pour les vieux?
  6. Ah oui, l’art du Kubotan: J aime bien aussi mais c est moins magique.
  7. Bonjour Yann, Pour rebondir sur ta recherche, j’avais transmis mon imagier alphabétique basé sur des objets usuels de la maison principalement. (Imagier partagé dans le message « techniques de mémorisation »- page 36 du 20 Mai…). Toutefois, il y a quelques années et après avoir lu le bouquin de Mary Carruthers, « Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale », j’avais élaboré un autre imagier autour d’un Bestiaire à la façon des anciens. Au Moyen âge le Bestiaire était un recueil autour d’un certain nombre d’animaux pour enseigner une morale et une religion. En effet, les animaux rapprochaient de Dieu : l'aigle par exemple, parce qu'il peut regarder le soleil en face, aspire à la lumière du Créateur. Des expressions comme "avoir une mémoire d'éléphant" ou "faire l'autruche" sont des résurgences de l'imaginaire des bestiaires médiévaux. Mais le Bestiaire à une époque où l’écrit n’existait pas est vite devenu un système de mémorisation pour les étudiants avec toutes les accroches utiles. L’avantage du Bestiaire par rapport à un alphabet d’images d’objet est que les éléments sont actifs et un peu moins ternes que des objets. Ainsi, tu peux utiliser ce Bestiaire pour encoder des lettres mais aussi une liste de course (à chaque course un animal), un texte (à chaque idée un animal qui interagit avec le concept )… il suffit de suivre l’alphabet. Et plus encore avec de l’imagination. J’avais laissé en désuétude cet imagier au profit de celui que j’avais conçu avec des objets de la maison. Je l’ai quelque part en imagier sur une clef USB Quand j’aurai retrouvé cette clef (déménagement), je partagerai mais en attendant le début de la liste : A = Âne B= Belette C= Chat D= Dragon E= Éléphant F= Faucon … En fait, je crois que je vais réactiver ce superbe imagier que j’ai laissé aux oubliettes (j’adore les imagiers, cela évite de subvocaliser si on souhaite travailler la performance). P.S : voir l’ouvrage de Michel Pastoureau - Bestiarium Ou encore Le Bestiaire médiéval de Christian Heck et Rémy Cordonnier
  8. Vu les premiers retours , Cela donne pas envie. Mais j aimais bien le côté Mandrake de cette cane.
  9. https://cozycol.shop/products/mini-metal-appearing-cane-silver-magic-wand Adepte de gadget et de self défense, ce gimmick m'interpelle - on va tester pour voir si on peut faire d'une pierre 2 coups.
  10. J’adore cette séquence vidéo de Jason Bourne qui se souvient des éléments qui l’entourent. Tout d’abord, ce passage vidéo rappelle un des fondamentaux de la mémoire : On mémorise bien là où l’on porte son attention (surtout quand c’est insignifiant). Je vous laisse donc découvrir l’article qui décrit ce qu’est l’Awarness (conscience situationnelle) et des éventuels usages que vous pouvez en faire dans la vie quotidienne : situation de danger, attentats…. Dans l article vous trouverez la séquence vidéo en question. https://www.artofmanliness.com/articles/how-to-develop-the-situational-awareness-of-jason-bourne/?fbclid=IwAR0wwZhMdUA-4lA0VxLZLzVQ8pHaGSqt4VWKEkrVvRg4lJFDHmTvswetrUQ#.WhF9qy9WTSI.facebook Vous pensez bien que cette petite séquence m’a permis d’élaborer un petit scénario magique lorsque j’étais au bord d’un paillote tropézienne, l’été dernier. J’ai tout d’abord mémorisé les quelques éléments sans importance autour de moi : nombre de parasols et de transats, de bouteilles d’alcool forts, de chaises au bar, de clients assis, de transats et de matelas…. Sans compter la douzaine de plaque d’immatriculation sur le parking – ce dernier détail n’a pas été très difficile puisque je m’étais entrainé sur plus de 1500 km de routes avec ma nouvelle liste de 576 images qui encodent toutes les doubles lettres de l’alphabet (imagier partagé dans le message techniques de mémorisation- page 36 du 20 Mai…). Il a juste fallu que j’aille 2 minutes aux toilettes durant le déjeuner pour mémoriser. Bref, le tout tenait sur 2 petits chemins de mémoire que j’ai largement eu le temps de réviser mentalement lors du déjeuner entre amis. Je me suis donc fait passer pour un compétiteur fou de mémorisation (style jouer d’échec de Stéphane Zweig) qui de temps s’emballe et retient tous les détails qui l’entoure…. Puisque tout ce qui l’entoure représente une information encodée. Pour le final, vous auriez dû voir la tête du fiston de mes amis qui avait noté les plaques que je répétais et qui bien sûr est allé vérifier sur le parking Un des plus jouissif effet magique que j’ai réalisé ces dernières années, mais c’est la magie que j’aime – presque impromptue. J’aurai pu jouer aussi l’autiste, du style Daniel Tammet (l’Uri Geller des Mnémotechniciens) atteint du syndrome d’Asperger. Ou encore tout simplement, jouer Jason Bourne, un agent secret sur entrainé au service de la république. A vous de jouer le scénario magique…
  11. ah, oui, j'en ai profité pour rajouter une centaine de lieux dans ma ville- très peu d'objets encombrants et quelle luminosité avec ce soleil durant cette période.
  12. Tout comme toi, j’ai commencé avec des listes de nombres et pratiqué l’association ou les liens. J’ai fait mes premiers pas après lu le bon bouquin d’Harry Lorrayne (développer une mémoire exceptionnelle) ; mais bizarrement, Harry Lorrayne ne faisait aucune mention des palais de mémoire ou les chemins de mémoire : ???? C'est bien plus tard, et pour retenir des grandes suites d’informations, que j’ai découvert la méthode du palais mental. C’est certainement, la plus puissante des méthodes que je garderai si je devais en retenir une seule.
  13. Jean-Marc, Certaines personnes diront qu’elles oublient leurs lieux de chemin de mémoire ou que la construction d’un chemin ne les enthousiaste pas. Pour cela tu peux toujours te construire un LUKASA. Objet que j’ai confectionné avec les enfants lors du confinement. Le LUKASA est un technique ancestrale africaine (Congo spécifiquement) qui permet à une personne de se souvenir d’informations en suivant les aspérités, les formes et couleurs d’un support en bois (en général). C’est une sorte de chemin de mémoire physique : véritable anti sèche codée. L’avantage étant que tu n’as pas à te souvenir de ton chemin mais simplement de l’information associée aux petits objets colorés en suivant un chemin. LUKASA Africain Avec les enfants nous avons donc construit un premier LUKASA avec des boutons et des billes – (un autre éphémère, avec des bonbons): activité ludique et à la fin un objet qui a un certain charme. Dans ton salon, tu as de quoi animer une soirée avec tes amis qui te demanderont à quoi sert cet Objet.( je pense en faire un avec des coquillages) Sur le sujet, je te recommande de lire l’excellent livre de Lynne Kelly. Ecrivaine et chercheuse : The Memory Code Lynne Kelly est à l’histoire des techniques de mémorisation des cultures orales et non littéraires, ce que Frances A. Yates est à l’histoire de la mnémotechnie de l’antiquité à la renaissance dans la culture occidentale: une Experte. Dans ce livre, elle évoque donc les différentes cultures orales et notamment celle des aborigènes qui encodent dans des danses leur histoire ou dans des lieux magiques, dont celui d’ULURU. Idem pour les peoples Celtiques – très belle thèse autour de l’énigme des pierres de Stonehenge. Même réflexion avec les statues de l’ile de Pâques. Sans compter, compter les palais de mémoire physique Incas avec le Fameux QUIPU. : sorte de collier avec des tresses, des nœuds et des couleurs qui encodent de l’information – véritable pierre de rosette qui vient d’être dévoilée : https://etudiant.lefigaro.fr/article/un-etudiant-d-harvard-perce-un-secret-des-incas_55e81e58-f152-11e7-9dfb-6e10ecd2d4f3/?fbclid=IwAR38BthfhiqxpDwlBOt_ugTw5gfnyWgdNKJV9-gn_-nn0Yfy7vOXOd8R764 QUIPU Bref, et encore plein d’autres exemples à travers les cultures et civilisations. Pour conclure – j’en tire la morale suivante : Si dans notre culture occidentale le loci ( lieu) a toujours était associé à une place, un endroit, on s’aperçoit que finalement il peut être transféré à un paysage, une rite, une danse, un geste ou images abstraites…. Cela donne aussi d’autres idées. Pour infos,Kelly est un personnage sympathique qui organise des concours de mémoire en Australie. Elle s’est amusée à titre personnel à encoder toute l’histoire de l’humanité dans les quartiers autour de sa maison. ( cf livre) : impressionnant. Elle organise maintenant des ateliers de construction de LUKASA et conseillent des passionnées à travers le monde. Je vous recommande chaudement ce livre riche et instructif ainsi que les suivants : memory craft… son site : https://www.lynnekelly.com.au/
  14. C'est normal si ces personnes ont ancré les listes dans des palais ou des associations. En ce qui concerne un chemin de mémoire affectif, c'est tout à fait faisable - je ferai un message dédié sur le sujet.
×
×
  • Créer...