Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !

Dimitri J.

Membre
  • Compteur de contenus

    363
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

170 Respect

À propos de Dimitri J.

  • Rang
    VMiste**
  • Date de naissance 22/06/1988

Informations Personnelles

  • Localisation
    Roost-Warendin (59) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Enseignement

Informations Magiques

  • Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...
    Aucun

Visiteurs récents du profil

1 410 visualisations du profil
  1. Bonjour, Toutes ces vidéos m'amènent plusieurs interrogations que j'aimerais partager et auxquelles vous aurez peut-être des réponses (et je m'excuse d'avance pour la longueur du sujet, et je précise qu'il n'a pas vocation polémique, et que si les questions paraissent naïves ce n'est pas volontaire, mais juste que je découvre tout ça), car je ne connais pas bien le milieu de ceux qui s'appellent "sceptiques" aujourd'hui (si ce n'est par quelques vidéos de La Tronche en Biais et quelques références sur ce forum de temps en temps) et cette croisade concertée et plutôt bien organisée contre ce medium semble avoir ce mouvement (philosophique ? Méthodologique ? scientifique ?) comme point de ralliement. - Pour commencer, le terme m'interroge, parce qu'il me semble que son usage courant tout autant que son utilisation pour désigner un courant philosophique qui puise ses racines dans l'Antiquité grecque (le pyrrhonisme) souligne l'absence de certitude et l'impossibilité pour l'esprit humain de trouver une quelconque vérité si ce n'est celle qu'il n'y a rien de certain (et encore...certains récusent même cette affirmation). Bref, il me semble que ceux qui se nomment sceptiques aujourd'hui pensent tout l'inverse puisque la plupart de leurs vidéos semblent au contraire des vidéos engagées dans lesquelles on affirme que quelque chose est vrai ou faux justement. L'utilisation de ce terme a-t-il une autre justification, est-ce que le dévoiement est juste et volontaire (ou est-ce que je me trompe totalement ?), ou est-ce qu'il y a une autre explication ? Bon, ce n'est qu'une question de terme et ça peut sembler accessoire mais...moi ça m'intéresse tout particulièrement ! - La deuxième question prolonge un peu la suivante et tient à la définition de ce mouvement sceptique contemporain (d'ailleurs, quelqu'un sait quand est né ce mouvement ?) : j'ai l'impression qu'il se définit surtout par la revendication d'une manière très rationaliste de voir le monde. Ce serait, si j'ai bien compris, une sorte d'héritier du postivisme du XIXe siècle qui voyait toute la réalité en termes rationalistes et scientifiques. Il y a beaucoup de références à la science, à sa méthode comme à son mode de raisonnement, comme si la science était objective et (seule) détentrice de la vérité. Encore une fois, c'est un ressenti personnel au visionnage de quelques vidéos seulement et j'aimerais savoir si c'est bien ça ou si je fais un contre-sens (et peut-être que les références de ce mouvement sont toute autre ?). - Troisième interrogation, qui prolonge encore la précédente (raisonnement logique ^^), c'est la vision du mentalisme qui s'en dégage. Car j'ai l'impression que beaucoup de mentalistes adhèrent à ce mouvement et s'y intéressent, et certains semblent même considérer que le mentalisme devrait être rationaliste uniquement et par conséquent toujours explicable (si ce n'est expliqué, car beaucoup de vidéos de ces mentalistes débinent volontairement, vraies ou fausses explications d'ailleurs, mais ce serait un autre sujet - je pense cette fois à la présence de Fabien Olicard ou aux vidéos du Montaliste dans cette polémique contre le medium). Si j'ai bien compris, c'est l'influence de Derren Brown qui a donné cette direction au mentalisme contemporain. Mais est-ce qu'un mentalisme non rationaliste adopterait forcément une posture assimilable à celle des médiums et serait toujours condamnable, ou est-ce que ce courant non rationaliste a le droit d'exister pour les mentalistes sceptiques ? - Quatrième interrogation, peut-être un peu plus provocante (mais ce n'est vraiment pas mon objectif, c'est juste que je cherche un exemple) : si j'ai bien compris, ce qui est surtout reproché au medium c'est son rapport à l'argent dans la pratique de son "métier" (et en ce sens, on ne peut que penser à la polémique d'il y a quelques années contre la psychanalyse, qui avait trouvé sa source dans les travaux de Michel Onfray). Seulement, si c'est l'idée de soutirer de l'argent aux autres en mentant sur sa pratique et en leur faisant croire des choses qui sont fausses qui est problématique, n'est-ce pas justement le principal reproche que certains font à Fabien Olicard par exemple ? Du coup, je ne comprends pas pourquoi Clément Freze mentionne Fabien Olicard comme un allié dans cette attaque contre le medium par exemple. Ou alors c'est la question du rapport aux morts qui est sensible, plus que le moyen utilisé (l'argent et la tromperie) ? Le fait que, jusqu'à preuve du contraire, Fabien Olicard ne fait de mal à personne (contrairement au medium ? Je mets un point d'interrogation, parce que pour le coup je n'y connais rien : les mediums font-ils du mal à certaines personnes ? Car de manière intuitive, j'ai l'impression qu'ils sont là pour leur faire du bien plutôt non ? À moins que l'on pense que leur travail empêche tout travail de deuil et renferme la personne dans une souffrance qui ne peut s'arrêter par exemple, mais on réutilise dans ce cas des termes de psychanalyse qui, à mon avis, ne doivent pas non plus plaire aux sceptiques). - Enfin, dernière question (ouf !), qui est plutôt historique et qui est un peu hors sujet avec tout ce qui précède : savez-vous s'il y a un lien généalogique entre le mentalisme et les mediums ? Si les uns ont donné naissance aux autres, s'ils sont apparus en même temps, s'il n'y a aucun rapport ? Car j'ai quand même l'impression que ces questions obsèdent beaucoup les mentalistes en particulier et que le mentalisme contemporain tient à se définir en partie en regard du courant medium, en tout cas en opposition avec lui souvent. Si vous voulez un parallèle qui me vient à l'esprit, la discipline historique moderne a tenu à devenir scientifique au XIXe siècle, car c'était un siècle où la science avait un grand prestige et où on croyait beaucoup en elle, et ce travail de scientificité de l'histoire a été permis par l'exclusion de la littérature de sa méthodologie et de ses références, car la littérature était considérée comme trop fantasque, pas assez rigoureuse mméthodologiquement et trop subjective (la science devait devenir objective). J'ai l'impression que le mentalisme opère quelque chose (ou a opéré quelque chose) d'assez similaire en voulant se donner une légitimité scientifique et en excluant tout ce qui s'éloigne un peu trop de la science pour ce faire.
  2. Concernant Menny Lindenfeld, il vaut mieux commencer avec TRU, beaucoup plus accessible, facile et qui selon moi s'adapte à plus de situations. TRU Xtreme est plus difficile et plus délicat à présenter je trouve...mais n'hésite pas à te procurer TRU si tu ne l'as pas déjà Mickaël, c'est magnifique et très praticable ! Sinon, je confirme pour Joe Rindfleisch, c'est une excellente référence ! Son live vaut de l'or...et des heures et des heures d'entraînement avec une multitude d'effets ! Je te conseillerais aussi les élastiques de Rindfleisch pour commencer, c'est très agréable à manier !
  3. En passant, si tu souhaites mémoriser le chapelet, je ne peux que te conseiller l'application "Stack Master" qui est tout simplement géniale et qui t'ouvrira plein d'autres possibilités par la suite ! S'y trouvent d'ailleurs plusieurs chapelets qu'il est possible d'apprendre, y compris le Mnemonica.
  4. Dimitri J.

    Voodoo de MDT

    Je vends Voodoo de Marchand de Trucs, neuf, au prix de 20 euros fdpi (prix neuf : 25€) Présentation. Vous présentez douze cartes au spectateur. Vous en distribuez six et gardez les six autres. Sur ces cartes sont représentées des poupées Voodoo dans lesquelles sont plantées des aiguilles à six endroits différents : la tête, le bras gauche, le cœur, le bas droit, la jambe gauche et la jambe droite. Dites au spectateur que vous allez prédire son choix. Posez sur la table une carte vous servant de prédiction. Le spectateur pose à son tour celle de son choix à côté de la votre. Avant de révéler votre prédiction, posez une à une les cinq cartes vous restant en main. Le spectateur peut alors constater que sa carte ne figure parmi aucune d’entre elles. En effet vous aviez prédit son choix depuis le début. Retournez votre prédiction et montrez que votre carte est identique à la sienne. Contenu Les 12 cartes (format tarot) spécialement imprimées par Cartamundi Le PDF illustré en couleur en français Pour des raisons de sécurité la poupée n’est pas fournie Les + Refaisable immédiatement Idéal pour le close-up de table en table Reset instantané Aucune manipulation compliquée Les cartes sont magnifiques et de qualité Les - Difficile à faire debout, nécessite une table
  5. Il y avait une vidéo d'Alexis sur ce forum qui expliquait comment il faisait. En cherchant un peu on devrait pouvoir la retrouver si besoin. Sinon, il y a la conférence de Zack, Étude pratique sur le fil invisible élastique, qui présente de nombreuses utilisations, la manière d'utiliser le fil invisible élastique, et qui explique aussi comment faire des loops. Disponible dans la boutique VM ici ! C'est parfait pour un débutant !
  6. Je viens de voir qu'une version cinéma d'Ice Breaker allait sortir : ce sera probablement intéressant de travailler les deux outils ensemble, il y aura surement des recoupements à faire !
  7. En effet, je confirme. Il faut y passer du temps. De mon côté, j’y ai travaillé environ un an quotidiennement, environ cinq ou dix minutes par jour sans exception (ou presque), donc sans y consacrer trop de temps chaque jour non plus. Je n’avais pas l’impression de beaucoup y travailler donc, et par conséquent la progression était lente, et je ne la constatais pas quotidiennement d’ailleurs, c’était un peu frustrant. Mais après plusieurs semaines et mois je me suis rendu compte que la progression était réelle. Il faut dire que je partais d’un niveau très, très bas, presque débutant. L’idée pour moi était de réussir à avoir une certification (le CLES 2) donc j’avais une motivation derrière (je l’ai eue d’ailleurs ^^). L’intérêt, c’est surtout d’avoir une fréquentation régulière de l’anglais sans avoir l’impression que ce soit lourd en termes d’apprentissage, d’effort et de temps (avec ma méthode en tout cas). Et l’anglais était devenue une langue familière à la fin, car j’en entendais parler un peu tous les jours. Ceci dit, il ne faut pas s’attendre à obtenir un niveau extraordinaire non plus avec en effet. Pas sûr que ça t’aurait vraiment aidé (si j’en juge par le niveau qui se dégage de certains de tes entretiens ). À l’époque, ça m’a permis d’avoir un niveau B2 (pour avoir le CLES 2 donc), de bien comprendre l’anglais et de pouvoir m’exprimer sans trop de problème à l’étranger dans toute sorte de contextes (quoique Duolingo soit malheureusement moins axée sur la production orale…pour ça il faut vraiment un interlocuteur étranger je pense ! Et il y a le côté psychologique, la peur de se tromper, que certains vont avoir toujours du mal à dépasser). Par contre, on ne deviendra pas expert, et la somme de vocabulaire obtenue reste assez basique et on a assez peu de subtilités. Mais pour en revenir au sujet, si on finit les niveaux de Duolingo je pense qu’on est capable d’écouter à peu près n’importe quelle vidéo de magie ensuite et de s’en sortir. Et puis, une fois le niveau maximal de Duolingo atteint, à mon niveau on a beaucoup plus envie et beaucoup moins peur de progresser de manière plus autonome. Car au final c'est ce qui ressort beaucoup en lisant et en entendant ceux qui ne parlent pas du tout anglais : l'impression que c'est trop tard, que c'est insurmontable, qu'il y a trop d'efforts à faire (c'est un peu pareil avec l'orthographe parfois d'ailleurs ^^. Il y a une excellente application pour ce problème aussi, c'est le Projet Voltaire..payant par contre). C'est ce que je me disais aussi et Duolingo m'a bien aidé pour ça, mais il faut accepter que ça prenne un peu de temps...en tout cas je conseille vraiment pour commencer (je sais que de plus en plus de professeurs l'utilisent à l'école primaire ou au collège d'ailleurs, il y a toute une série de fonctions pour gérer une classe avec). Il y a quand même une partie qui permet ensuite d’avoir des articles entiers à traduire ou à corriger, et qui permet d’avoir un retour des autres utilisateurs anglophones par exemple. Mais il faut être plus autonome dans le travail, il y a moins le côté ludique et qui pousse à vouloir persévérer. Pour moi, c’est vraiment la quantité de vocabulaire qui reste trop faible pour passer un palier supplémentaire avec Duolingo. Je m’étais tourné vers Memrise pour obtenir du vocabulaire plus poussé et c’était pas mal. Mais là, pour le coup, c’était essentiellement axé sur le vocabulaire et presque rien d’autre. Et puis…il y a les voyages, et de mon côté c’est quand même ce qui a vraiment tout changé pour me perfectionner encore plus.
  8. Je confirme pour Duolingo. Si je n'avais qu'une application à conseiller ce serait celle-là. C'est elle qui m'a permis de progresser considérablement en anglais et de sauter un pallier psychologique. C'est assez ludique, on peut y passer seulement cinq ou dix minutes par jour, sans avoir besoin de connexion, gratuitement, et c'est accessible aux grands débutants. L'important n'est même pas forcément d'y passer beaucoup de temps d'un coup, mais au contraire d'avoir une pratique régulière, même si c'est juste cinq minutes. Du coup, après avoir tout complété avec l'anglais et après y avoir travaillé un moment, je suis aussi passé au japonais en ce moment (langue que j'avais déjà abordée à l'université)...je crois même qu'on peut y apprendre des langues plus atypiques et propres à la pop culture comme le Klingon (Star Trek) et le Haut Valyrien (Game of Thrones) haha !
  9. Dimitri J.

    Faux Billet

    Je suppose que c'est aussi valable pour les billets de 0 euro ?
  10. Je pense que c'est le genre d'artiste qu'il est difficile d'apprécier à sa juste valeur sans aller le voir en spectacle. De mon côté, je suis allé le voir, je n'étais pas très intéressé et amusé par le personnage a priori, et je n'ai pas trouvé les tours de magie extraordinaires. J'ai même été déçu par la construction du spectacle, un peu décousu, avec un lien difficile à tenir (mais c'est un best of, ce n'est pas étonnant). Ceci dit, toute la force est dans l'énergie incroyable de l'artiste...et cette énergie folle suffit à profiter pleinement du spectacle en mettant de côté tous ces défauts qui s'oublient très vite ! Je dirais que le personnage absorbe le spectacle, mais heureusement dans le bon sens du terme. Devant une personnalité aussi forte, le risque aurait été d'absorber également totalement le public et de le rendre absent, mais je trouve qu'il réussit à l'inclure dans son univers d'une manière plus ou moins active quand même.
  11. Pour ceux qui sont intéressés par cette application, l'équipe de Diviciacus organise en ce moment un concours sur leur page facebook qui permettra de gagner un code pour avoir l'application gratuitement
  12. Pour information, dans le dernier numéro de la revue Imaginarium (n°27, mars 2019) Cervier propose une routine à partir du jeu Pierre Feuille Ciseaux qui se nomme "PFC-2". Aucun matériel n'est nécessaire dans l'absolu, même si une petite feuille avec de quoi écrire est préférable tout de même. L'idée est moins d'apprendre à gagner à tous les coups ou à prédire un résultat qu'apprendre à ne jamais perdre, tout en gardant l'interaction et le côté ludique que peut avoir ce jeu pour les participants. On retrouve aussi une partie "Crédits" qui pourrait intéresser ceux qui s'intéressent à ce jeu.
  13. Dimitri J.

    Puzzle Sherlock Holmes

    Puzzle Sherlock Holmes, acheté chez Bigmagie Prix : 10€ frais de port inclus (prix neuf : 15€). État : comme neuf, n'a jamais été utilisé. Attention, il s'agit de la version à 15€ (et non celle à 39.95€ qu'on peut trouver dans d'autres boutiques de magie et dont la qualité doit être supérieure). Dimension : le cadre mesure 17 x 14 cm et les pièces 1,4 cm d'épaisseur. Niveau et contexte d'utilisation : facile à faire, il faut un peu de détournement d'attention à un moment et une table pour présenter la routine. Explications papier en anglais, avec illustrations, faciles à comprendre y compris pour un débutant. Présentation chez Bigmagie :
  14. Comme l'application s'enrichit pas mal et qu'elle devient multiforme, voici un récapitulatif des différents effets pour ceux qui voudraient avoir un bon aperçu de ce qu'il est concrètement possible de faire avec : Effet de base Le participant doit construire une chaîne de mots en choisissant à chaque fois un mot sur une carte qui en possède quatre, puis choisir à nouveau un mot sur une autre carte, et ainsi de suite jusqu'à la dernière carte (on peut paramétrer 8, 10, 12, 14, 16 ou 18 cartes selon sa préférence. À la fin, le spectateur aura fait des choix réellement libres et on sera en mesure de connaître certains de ces choix (le dernier mot choisi par exemple, ou un mot au milieu, c'est nous qui choisissons, c'est paramétrable, en sachant qu'on peut peeker jusqu'à quatre mots). Effet Google On lance l'application, le participant sélectionne une suite de mots avec la même procédure que celle ci-dessus. En revanche, ici on ne peek pas l'information, on va prédire sur le téléphone du spectateur le dernier mot qui sera choisi par lui, avant même qu'il ait fait son choix. On peut faire la prédiction sur le téléphone du spectateur avant même que le spectateur commence à sélectionner ses mots d'ailleurs, et à aucun moment on aura besoin de voir ce qui se passe sur le téléphone du magicien. Contrainte : il faut une connexion internet. Effet Big Brother Il est possible d'espionner en temps réel tous les choix que va faire un spectateur sur l'application, à condition de posséder un autre smartphone, une tablette ou un ordinateur par exemple (mais impossible d'utiliser le smartphone du spectateur ici). Effet Amnésie Ici, il s'agit moins de peeker une information que de forcer un mot choisi par un spectateur. Après que le spectateur ait fait tous ses choix, le mot forcé est injecté à la position souhaitée et remplacera le mot réellement sélectionné par le spectateur, y compris dans l'historique. Si bien qu'on peut prédire le choix de ce mot par exemple, ou encore jouer sur l'amnésie du spectateur qui aurait fait un choix sans s'en souvenir, inconsciemment, etc. Effet avec images et sans utiliser le téléphone du magicien Le magicien emprunte le téléphone portable d'un spectateur, fait une recherche Google, puis le pose face cachée sur la table et n'y touchera plus. Un deuxième spectateur doit utiliser son propre téléphone pour se connecter à un album photos sur internet et de choisir l'une des photographies pour essayer de deviner le mot que le magicien a saisi sur le premier téléphone (comme la liste de mots dans les effets précédents, la liste et le nombre d'images est paramétrable et chacun peut fabriquer son album photos en fonction de son univers, et même le partager avec les autres détenteurs de l'application). Le second spectateur, sur son téléphone, choisit une image (par exemple une abeille) et le premier spectateur regarde son téléphone et se rend compte que le magicien avait fait une recherche Google du mot "abeille". Comme l'échange entre Chakkan et Alistair l'a montré, l'application est non seulement entièrement paramétrable mais est aussi suffisamment souple pour s'adapter à n'importe quel univers et y coller bien des histoires ou des justifications. Pour le coup, je suis d'accord avec Chakkan pour dire qu'il y a vraiment moyen d'inclure réellement le spectateur dans la plupart des effets, de lui donner un rôle actif et de l'impliquer dans la construction des routines.
  15. Je ne sais pas si tu as cette source, mais pour information le journal est numérisé et se trouve ici, peut-être que tu y trouveras certaines réponses (je n'ai pas le temps d'y regarder de plus près de mon côté) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10669387/f1.item
×
×
  • Créer...