Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les VIP. Clique ici pour en savoir plus !

Dimitri J.

Membre
  • Compteur de contenus

    358
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

159 Respect

À propos de Dimitri J.

  • Rang
    VMiste**
  • Date de naissance 22/06/1988

Informations Personnelles

  • Localisation
    Roost-Warendin (59) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Enseignement

Informations Magiques

  • Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...
    Aucun

Visiteurs récents du profil

1 248 visualisations du profil
  1. Je viens de voir qu'une version cinéma d'Ice Breaker allait sortir : ce sera probablement intéressant de travailler les deux outils ensemble, il y aura surement des recoupements à faire !
  2. En effet, je confirme. Il faut y passer du temps. De mon côté, j’y ai travaillé environ un an quotidiennement, environ cinq ou dix minutes par jour sans exception (ou presque), donc sans y consacrer trop de temps chaque jour non plus. Je n’avais pas l’impression de beaucoup y travailler donc, et par conséquent la progression était lente, et je ne la constatais pas quotidiennement d’ailleurs, c’était un peu frustrant. Mais après plusieurs semaines et mois je me suis rendu compte que la progression était réelle. Il faut dire que je partais d’un niveau très, très bas, presque débutant. L’idée pour moi était de réussir à avoir une certification (le CLES 2) donc j’avais une motivation derrière (je l’ai eue d’ailleurs ^^). L’intérêt, c’est surtout d’avoir une fréquentation régulière de l’anglais sans avoir l’impression que ce soit lourd en termes d’apprentissage, d’effort et de temps (avec ma méthode en tout cas). Et l’anglais était devenue une langue familière à la fin, car j’en entendais parler un peu tous les jours. Ceci dit, il ne faut pas s’attendre à obtenir un niveau extraordinaire non plus avec en effet. Pas sûr que ça t’aurait vraiment aidé (si j’en juge par le niveau qui se dégage de certains de tes entretiens ). À l’époque, ça m’a permis d’avoir un niveau B2 (pour avoir le CLES 2 donc), de bien comprendre l’anglais et de pouvoir m’exprimer sans trop de problème à l’étranger dans toute sorte de contextes (quoique Duolingo soit malheureusement moins axée sur la production orale…pour ça il faut vraiment un interlocuteur étranger je pense ! Et il y a le côté psychologique, la peur de se tromper, que certains vont avoir toujours du mal à dépasser). Par contre, on ne deviendra pas expert, et la somme de vocabulaire obtenue reste assez basique et on a assez peu de subtilités. Mais pour en revenir au sujet, si on finit les niveaux de Duolingo je pense qu’on est capable d’écouter à peu près n’importe quelle vidéo de magie ensuite et de s’en sortir. Et puis, une fois le niveau maximal de Duolingo atteint, à mon niveau on a beaucoup plus envie et beaucoup moins peur de progresser de manière plus autonome. Car au final c'est ce qui ressort beaucoup en lisant et en entendant ceux qui ne parlent pas du tout anglais : l'impression que c'est trop tard, que c'est insurmontable, qu'il y a trop d'efforts à faire (c'est un peu pareil avec l'orthographe parfois d'ailleurs ^^. Il y a une excellente application pour ce problème aussi, c'est le Projet Voltaire..payant par contre). C'est ce que je me disais aussi et Duolingo m'a bien aidé pour ça, mais il faut accepter que ça prenne un peu de temps...en tout cas je conseille vraiment pour commencer (je sais que de plus en plus de professeurs l'utilisent à l'école primaire ou au collège d'ailleurs, il y a toute une série de fonctions pour gérer une classe avec). Il y a quand même une partie qui permet ensuite d’avoir des articles entiers à traduire ou à corriger, et qui permet d’avoir un retour des autres utilisateurs anglophones par exemple. Mais il faut être plus autonome dans le travail, il y a moins le côté ludique et qui pousse à vouloir persévérer. Pour moi, c’est vraiment la quantité de vocabulaire qui reste trop faible pour passer un palier supplémentaire avec Duolingo. Je m’étais tourné vers Memrise pour obtenir du vocabulaire plus poussé et c’était pas mal. Mais là, pour le coup, c’était essentiellement axé sur le vocabulaire et presque rien d’autre. Et puis…il y a les voyages, et de mon côté c’est quand même ce qui a vraiment tout changé pour me perfectionner encore plus.
  3. Je confirme pour Duolingo. Si je n'avais qu'une application à conseiller ce serait celle-là. C'est elle qui m'a permis de progresser considérablement en anglais et de sauter un pallier psychologique. C'est assez ludique, on peut y passer seulement cinq ou dix minutes par jour, sans avoir besoin de connexion, gratuitement, et c'est accessible aux grands débutants. L'important n'est même pas forcément d'y passer beaucoup de temps d'un coup, mais au contraire d'avoir une pratique régulière, même si c'est juste cinq minutes. Du coup, après avoir tout complété avec l'anglais et après y avoir travaillé un moment, je suis aussi passé au japonais en ce moment (langue que j'avais déjà abordée à l'université)...je crois même qu'on peut y apprendre des langues plus atypiques et propres à la pop culture comme le Klingon (Star Trek) et le Haut Valyrien (Game of Thrones) haha !
  4. Dimitri J.

    Faux Billet

    Je suppose que c'est aussi valable pour les billets de 0 euro ?
  5. Je pense que c'est le genre d'artiste qu'il est difficile d'apprécier à sa juste valeur sans aller le voir en spectacle. De mon côté, je suis allé le voir, je n'étais pas très intéressé et amusé par le personnage a priori, et je n'ai pas trouvé les tours de magie extraordinaires. J'ai même été déçu par la construction du spectacle, un peu décousu, avec un lien difficile à tenir (mais c'est un best of, ce n'est pas étonnant). Ceci dit, toute la force est dans l'énergie incroyable de l'artiste...et cette énergie folle suffit à profiter pleinement du spectacle en mettant de côté tous ces défauts qui s'oublient très vite ! Je dirais que le personnage absorbe le spectacle, mais heureusement dans le bon sens du terme. Devant une personnalité aussi forte, le risque aurait été d'absorber également totalement le public et de le rendre absent, mais je trouve qu'il réussit à l'inclure dans son univers d'une manière plus ou moins active quand même.
  6. Pour ceux qui sont intéressés par cette application, l'équipe de Diviciacus organise en ce moment un concours sur leur page facebook qui permettra de gagner un code pour avoir l'application gratuitement
  7. Pour information, dans le dernier numéro de la revue Imaginarium (n°27, mars 2019) Cervier propose une routine à partir du jeu Pierre Feuille Ciseaux qui se nomme "PFC-2". Aucun matériel n'est nécessaire dans l'absolu, même si une petite feuille avec de quoi écrire est préférable tout de même. L'idée est moins d'apprendre à gagner à tous les coups ou à prédire un résultat qu'apprendre à ne jamais perdre, tout en gardant l'interaction et le côté ludique que peut avoir ce jeu pour les participants. On retrouve aussi une partie "Crédits" qui pourrait intéresser ceux qui s'intéressent à ce jeu.
  8. Dimitri J.

    Puzzle Sherlock Holmes

    Puzzle Sherlock Holmes, acheté chez Bigmagie Prix : 10€ frais de port inclus (prix neuf : 15€). État : comme neuf, n'a jamais été utilisé. Attention, il s'agit de la version à 15€ (et non celle à 39.95€ qu'on peut trouver dans d'autres boutiques de magie et dont la qualité doit être supérieure). Dimension : le cadre mesure 17 x 14 cm et les pièces 1,4 cm d'épaisseur. Niveau et contexte d'utilisation : facile à faire, il faut un peu de détournement d'attention à un moment et une table pour présenter la routine. Explications papier en anglais, avec illustrations, faciles à comprendre y compris pour un débutant. Présentation chez Bigmagie :
  9. Comme l'application s'enrichit pas mal et qu'elle devient multiforme, voici un récapitulatif des différents effets pour ceux qui voudraient avoir un bon aperçu de ce qu'il est concrètement possible de faire avec : Effet de base Le participant doit construire une chaîne de mots en choisissant à chaque fois un mot sur une carte qui en possède quatre, puis choisir à nouveau un mot sur une autre carte, et ainsi de suite jusqu'à la dernière carte (on peut paramétrer 8, 10, 12, 14, 16 ou 18 cartes selon sa préférence. À la fin, le spectateur aura fait des choix réellement libres et on sera en mesure de connaître certains de ces choix (le dernier mot choisi par exemple, ou un mot au milieu, c'est nous qui choisissons, c'est paramétrable, en sachant qu'on peut peeker jusqu'à quatre mots). Effet Google On lance l'application, le participant sélectionne une suite de mots avec la même procédure que celle ci-dessus. En revanche, ici on ne peek pas l'information, on va prédire sur le téléphone du spectateur le dernier mot qui sera choisi par lui, avant même qu'il ait fait son choix. On peut faire la prédiction sur le téléphone du spectateur avant même que le spectateur commence à sélectionner ses mots d'ailleurs, et à aucun moment on aura besoin de voir ce qui se passe sur le téléphone du magicien. Contrainte : il faut une connexion internet. Effet Big Brother Il est possible d'espionner en temps réel tous les choix que va faire un spectateur sur l'application, à condition de posséder un autre smartphone, une tablette ou un ordinateur par exemple (mais impossible d'utiliser le smartphone du spectateur ici). Effet Amnésie Ici, il s'agit moins de peeker une information que de forcer un mot choisi par un spectateur. Après que le spectateur ait fait tous ses choix, le mot forcé est injecté à la position souhaitée et remplacera le mot réellement sélectionné par le spectateur, y compris dans l'historique. Si bien qu'on peut prédire le choix de ce mot par exemple, ou encore jouer sur l'amnésie du spectateur qui aurait fait un choix sans s'en souvenir, inconsciemment, etc. Effet avec images et sans utiliser le téléphone du magicien Le magicien emprunte le téléphone portable d'un spectateur, fait une recherche Google, puis le pose face cachée sur la table et n'y touchera plus. Un deuxième spectateur doit utiliser son propre téléphone pour se connecter à un album photos sur internet et de choisir l'une des photographies pour essayer de deviner le mot que le magicien a saisi sur le premier téléphone (comme la liste de mots dans les effets précédents, la liste et le nombre d'images est paramétrable et chacun peut fabriquer son album photos en fonction de son univers, et même le partager avec les autres détenteurs de l'application). Le second spectateur, sur son téléphone, choisit une image (par exemple une abeille) et le premier spectateur regarde son téléphone et se rend compte que le magicien avait fait une recherche Google du mot "abeille". Comme l'échange entre Chakkan et Alistair l'a montré, l'application est non seulement entièrement paramétrable mais est aussi suffisamment souple pour s'adapter à n'importe quel univers et y coller bien des histoires ou des justifications. Pour le coup, je suis d'accord avec Chakkan pour dire qu'il y a vraiment moyen d'inclure réellement le spectateur dans la plupart des effets, de lui donner un rôle actif et de l'impliquer dans la construction des routines.
  10. Je ne sais pas si tu as cette source, mais pour information le journal est numérisé et se trouve ici, peut-être que tu y trouveras certaines réponses (je n'ai pas le temps d'y regarder de plus près de mon côté) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10669387/f1.item
  11. Sur Google Play si tu es sur Android, ça s'appelle (in)cohérence
  12. J'ai eu la chance de pouvoir tester cette application avant sa sortie et je ne peux que partager mon enthousiasme ! Les effets sont à la fois très simples à réaliser mais aussi très puissant, et s'inscrivent surtout dans une logique qui permet de déconstruire petit à petit certaines explications que pourraient entrevoir le spectateur. C'est important pour une application, tant les solutions technologiques peuvent facilement devenir une explication qui nuit au sentiment de vivre un moment magique. Ici, le smartphone devient au final un simple support et l'utilisation de celui du spectateur permet de dégager toute méfiance envers l'application utilisée. L'application est d'ailleurs très bien construite et cohérente, elle n'a rien d'étrange et ressemble à une application comme une autre qui aurait pu être développée par des chercheurs en littérature : l'idée est de mesurer la plus ou moins grande cohérence qui se dégage dans la succession de plusieurs mots dans un texte. Et donc...dans les choix que va faire un spectateur (en ce sens, c'est vraiment directement inspiré de Connexion de Sylvain Vip et Maxime Schucht). Les possibilités de présentation sont très larges, ça s'intègrera très bien à l'univers de la plupart des mentalistes, à partir du moment où on utilise des mots. La simplicité d'utilisation permet d'ailleurs de se concentrer pleinement sur la narration et sur la présentation de cet effet, qui peut être assez facilement couplé avec d'autres outils comme des book tests par exemple. C'est aussi un bon point de départ pour un effet comme System Alpha également, pour ceux qui souhaiteraient ensuite se dégager de l'application et aller plus loin. Et pour les cartomanes, l'effet peut même s'utiliser en prolongement avec un jeu de cartes d'ailleurs (je viens tout juste d'avoir l'idée tiens...). Bon, les utilisations sont multiples et je ne doute pas que le groupe facebook qui a été créé pour les détenteurs de l'application laissera entrevoir bien des idées créatives. C'est un outil qui n'enferme pas trop dans une procédure trop figée, et c'est une belle qualité selon moi. Il y a en effet un effort de mémorisation à faire, mais celui-ci me semble assez minime et la configuration de base permet aux détenteurs de The Abyss d'avoir un longueur d'avance sur les autres . Ceci dit, et c'est un gros point positif, l'application est entièrement personnalisable et pourra donc s'accorder avec votre univers et intégrer n'importe quel mot que vous pourriez choisir. Le fait de pouvoir personnaliser l'application facilite donc aussi grandement l'effort de mémorisation... Pour ce qui est du contexte dans lequel on peut présenter l'application, attention : le premier effet qui va permettre de deviner (ou même de prédire) les choix d'un spectateur est utilisable n'importe quand du moment que vous avez votre smartphone. En revanche, le second effet (le plus fort d'après moi), qui permet de prédire à l'avance les choix du spectateur en utilisant le smartphone du spectateur, nécessite une connexion internet. C'est pareil avec le dernier effet d'ailleurs, qui permet d'espionner en direct tout ce que fait le spectateur avec votre smartphone...c'est assez impressionnant. L'effet est donc très, très fort dans l'esprit du spectateur, surtout le second qui est dévastateur (d'autant que tout a été prévu, y compris le comportement de certains spectateurs qui pourraient ensuite fouiller dans l'historique de navigation de leur téléphone par exemple ) : c'est un petit coup de cœur pour moi. Et connaissant Alistair, je sais qu'il va encore améliorer son application et qu'il est à l'écoute des retours, donc j'ai hâte de voir l'évolution que ça va prendre et notamment ce quatrième effet (que je ne connais pas du tout pour le coup ^^).
  13. C'est d'ailleurs assez amusant que ce soit Tim Silver qui ait travaillé à cette émission, le même qui intégrait en même temps l'équipe de Diversion sur une autre chaîne !
  14. C'est fort possible que ce soit 2018. J'essaierai de vérifier demain si j'y pense et si personne n'a pu donner plus de précisions avant. En tout cas, c'est bien de Fred.
  15. Ce sera toute la problématique pour beaucoup d'acheteurs potentiels je pense...ce n'est pas évident à présenter, ça se prête plus à un contexte familier que réellement professionnel je pense (ou alors il faut l'inscrire dans une séance assez rapprochée qui mêle déjà des éléments similaires). En tout cas, pour le coup l'univers de science-fiction est intéressant je trouve, et surtout il parle à tout le monde. Ça s'intègrerait assez facilement dans une ambiance horrifique ou spirite je pense.
×
×
  • Créer...