Aller au contenu

Alexis BROUARD (Alex Si)

Membre
  • Compteur de contenus

    183
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été publié par Alexis BROUARD (Alex Si)

  1. Bonjour, Je me sépare de mon DVD Slow Brun par Richard Sanders. Ce DVD explique comment effectuer un change à vue de plusieurs morceaux de papier en billets de banque. DVD en bon état. Prix : 7€, frais de port (depuis la Belgique) exclus Prix neuf : 20$ aux US
  2. Bonjour, Je me sépare de quelques DVDs de Shoot Ogawa : ShootForce : un DVD rempli de forçages (connus et moins connus,) incluant le magnifique forçage classique de Shoot. Shoot et son maître (Masahiro Yanagida) expliquent tant la technique que l'attitude à adopter et comment les travailler Toho Kenbunroku (The book of Marco Polo) : DVD de la conférence de Shoot de 2010 The Shot : DVD de sa conférence de 2011 Tous les volumes sont en bon état (à part la boite de ShootForce 1 qui est légèrement abîmée au niveau du support du disque, mais le disque tient toujours correctement dans la boîte.) Tous les volumes sont complets (y compris les cartes gimmicks dans le Toho Kenbunroku.) Prix : 7 € le volume, 15 € les 3 (Prix de vente neuf : env. 30$ par DVD) Frais de port (depuis la Belgique) exclus
  3. Bonjour, Je me sépare de mes DVDs de Dominique Duvivier From Old to New, volumes 1 à 4. Dans ces DVDs, Dominique Duvivier revisite de nombreux classiques du close-up (cartes et pièces principalement) et explique de nouvelles techniques. Chaque volume inclut également une interview de Dominique Duvivier (dont certaines effectuées par Gaëtan Bloom et Graham Jones.) Tous les volumes sont en bon état (à part la boite du volume 1 qui est légèrement abîmée au niveau du support du disque, mais le disque tient toujours correctement dans la boîte.) Tous les volumes sont complets (y compris les cartes gimmicks dans le volume 4.) Prix : 7 € le volume, 20 € les 4 (Prix de vente neuf : 15 € par DVD chez Mayette) Frais de port (depuis la Belgique) exclus
  4. Si quelqu'un a, je suis preneur Echange aussi possible.
  5. OMG! J'ai complètement zappé d'aller voir la chaîne. Effectivement, il y a la dose de pépites !
  6. Je reste à la fois amusé et ébahi, tant par la construction du numéro et de la justification des effets que par l'image d'une autre époque :
  7. Je n'ai jamais fait de stage au CIPI, mais basé sur les infos disponibles sur le site du CIPI, je dirais que les éléments suivants entrent en compte : Le CIPI est une association Il n'y a qu'un formateur au CIPI (selon les évènements, il peut y en avoir plusieurs à la Mystery School) Il peut y avoir jusqu'à une vingtaine de stagiaires (là où c'est plus souvent une dizaine à la Mystery School) Selon les évènements, on reçoit du matériel à la Mystery School On va chez Jeff McBridepour étudier (n'étant jamais allé à la maison de la magie, je ne sais pas dans quelle mesure cela se compare ) Je pense qu'il y a aussi en jeu une différence culturelle sur le rapport à l'argent et sur la manière de commercialiser un évènement
  8. Je ne suis pas sûr de savoir de quel évènement vous parlez exactement (master class, magie & médecine, magic & meaning...) La liste complète des évènements (avec leurs prix) organisés par la Mystery School sont décrits ici : http://www.magicalwisdom.com/events
  9. Pour ceux qui n'ont pas lu le Genii Magazine d'octobre dernier ou le Magicus de novembre/décembre, Artefake a rendu disponible l'article retraçant les 25 ans de la McBride Magic & Mystery School : http://www.artefake.com/MAGIC-MYSTERY-SCHOOL-25-ANS.html Et tout ça, en français !
  10. Aucune idée mais ça sent la prestation TV genre "World's greatest magicians" En revanche, j'ai déjà eu le privilège de voir cette performance dans le salon / théâtre de Jeff Cependant, il a raffiné d'avantage sa prestation depuis que je l'ai vu ce qui ne manque de m'impressionner pour toujours chercher à aller plus loin !
  11. Pour ceux qui aiment voir des classiques revisités, amusez-vous à découvrir comment Jeff McBride a repris 2 classiques de la magie dans son "Medicine Show" en leur ajoutant musique, histoire et voyage dans le temps ! Un Jeff McBride loin de ce qu'on connait habituellement de lui ! (A moins de l'avoir fréquenté...)
  12. The Bulletin, un des plus important média pour les expats Bruxellois, a interviewé Lawrence Hass à l'occasion de sa venue à Bruxelles. Un extrait de cette interview radio (en anglais) est disponible ici : http://www.bruzz.be/en/going%20out/bulletin-radio-show-bruzz-20-november Enjoy!
  13. La tournée européenne de Lawrence a commencé en beauté au Magic Art Center (près d'Amsterdam) hier soir. (Oui, oui, il s'agit bien du Magic Art Center de feu Richard Ross, désormais dans les mains de l'adorable Véronique Ross !) Voici quelques photos souvenir pour donner envie à ceux qui n'étaient pas là : http://marjolijstje.piwigo.com/index?%2Fcategory%2F182-inspirations_transformations Prochaines étapes : Bruxelles, Milan et Turin !
  14. tiens pourquoi il n en fait pas en France??????? il aime pas les Français ??????????????????? et pour aller de Belgique en Italie il passe par l'ALLEMAGNE ET LA SUISSE ????????? J'aurais tellement aimé que Lawrence vienne aussi en France ! Je pense que ses enseignements sont importants à partager. De plus, Lawrence aime bien la France. Il lis même le français (son oral est un peu rouillé) car, dans son parcours professionnel, il voulait lire les ouvrages de philosophes Français dans leur langue originale ! Mais qui est prêt à le recevoir et à organiser un évènement en France ? Pour les Pays-Bas, la Belgique et l'Italie, nous sommes trois (un dans chaque pays) à consacrer du temps et à accepter les risques de faire venir Lawrence car nous nous connaissons bien. Au passage, si quelqu'un est intéressé pour créer une nouvelle étape dans son petit tour Européen, qu'il n'hésite pas à me contacter en MP. Le programme n'est pas gravé dans le marbre et des flexibilités existent... Sinon, prenons déjà contact pour la prochaine fois ! PS : pour Belgique - Italie, il va sûrement passer au dessus de la Suisse et peut-être au dessus de l'Allemagne, mais je ne crois pas qu'il y ait l'option parachute lors de la réservation des billets d'avion
  15. Tout à fait d'accord ! Pourquoi approcher deux contextes différents de la même façon ? (C'est un peu comme vouloir faire le même spectacle à des enfants ou à des adultes...) Je sais bien que la conférence type dealer show s'est développée parce que les conférenciers étaient pu payés. Mais, maintenant qu'on voit les dérives, pourquoi ne chercherait-on pas à changer la donne et payer raisonnablement le conférencier ? Cela démontrerait du respect pour son travail tout en respectant l'audience en évitant de lui fournir une fausse conf.
  16. Merci pour ces premières réponses ! Pour ma part, ça me saoule que de plus en plus de conférenciers se calent sur 1h / 1h30, fassent leur petite démo, et obligent passer à la caisse pour accéder à leurs trouvailles. Sans compter la présentation de tours que le conférencier n'utilise même pas en prestation ! Je préfère de loin des conférences où on a le temps de rencontrer l'artiste derrière le conférencier, sa vision de la magie, puis pouvoir réfléchir sur sa propre vision en étant challengé au travers de quelques tours de qualité professionnelle (qui seront entièrement décortiqué par la suite pour plus de mystification !) (Et bien sûr, le conférencier doit parler de Khanar le grand sous peine d'être excommunié ^^)
  17. Hello les VMistes ! Qu'est-ce qui fait que vous allez adorer la conférence d'un magicien : apprendre des tours époustouflants, réalisables dans le monde "réel," acheter ses produits, la rencontre avec l'artiste, être challengé sur sa propre vision de la magie et avoir des clés pour progresser, une durée de conférence étendue à plusieurs heures, autre chose ? Je suis impatient de lire vos commentaires !
  18. Ma première réaction en lisant la question initiale a été : je pense que la question est mal posée. Un spectacle, c'est un début, un milieu et une fin qui suivent la "courbe d'intérêt de l'audience" (cf. Juan Tamariz et Lawrence Hass.) Le tour n'est donc pas l'unité élémentaire de construction d'un spectacle. Pour une durée donnée, un spectacle peut être composé d'un seul tour, de trois, de dix ou plus. Il vaut mieux construire le spectacle par rapport à la durée, le contexte (quel public ? quel endroit ?) son objectif personnel (quelle expérience veut-on que l'audience vive ?) puis de sélectionner des tours en fonction du moment qu'ils servent le plus (début, milieu ou final.) Puis en découvrant que le sujet porte plus sur une conférence que sur une représentation (au sens théâtral du terme,) je suis devenu confus. Dans une conférence, il y a un message à délivrer. (Et tu sembles déjà le savoir.) La magie est un très bon outil pour mettre en valeur le message ou certaines parties du message. Par contre, enchaîner les tours me paraît une mauvaise idée car cela risque d'affaiblir le message et de perturber l'audience qui venait écouter une conférence et se retrouve devant un spectacle. Jeff McBride et les autres maîtres de la Mystery School en ont parlé dans les épisodes 186 à 189 sur McBride Magic TV (virtual.magicalwisdom.com/tv/episodes) Les ouvrages sur la construction et la présentation de discours type TED donnent aussi des pointeurs sur la manière d'inclure la magie dans une conférence. Lawrence Hass s'est d'ailleurs inspiré de certains de ces livres pour créer son TEDx qui allie magie et message :
  19. C'est toujours un plaisir d'écouter Carlos partager sa passion. Toujours fan ! Une chose m'a interpellé dans cette interview : le terme "mélodie" qu'il utilise pour décrire ses tours. Cela me renvoie furieusement au début du livre Transformations: Creating Magic Out of Tricks de Lawrence Hass (cf. http://www.virtualmagie.com/articles/critiques/lectures/transformations-creating-magic-out-of-tricks-lawrence-hass/ pour ceux qui ne connaissent pas) Lawrence explique en effet utiliser le terme "performance piece" au lieu de "trick" pour impliquer, grâce aux mots utilisés, que la magie ne peut être réduite qu'au trucage ("trick" en anglais, "tour" chez nous) Il m'avait aussi expliqué qu'il avait choisi le terme "piece" car c'est le terme utilisé par les musiciens ("a musician plays a piece") On en revient à une autre partie de cette interview : que des mêmes idées (en création ou pas) naissent à des milliers de kilomètres l'une de l'autre dans les esprits d'artistes similaires.
  20. Smart existe aussi en France : http://smartfr.fr
  21. Je suis d'accord que le magicien spectateur a des attentes différentes du profane spectateur. Et oui, les suckers / bar / bet tricks ont plus d'attrait pour certains que pour d'autres. Je pense par contre que tout le monde est friand d'une belle expérience, peu importe si on est magicien ou non. J'irais même jusqu'à dire qu'en tant que magicien, j'ai dû parfois faire taire cette partie de mon cerveau qui cherche un truc (et ça commence avec un "j'ai cru voir / vu [...]") pour profiter pleinement de l'expérience offerte. Cela me paraissait tellement plus intéressant !
  22. Il est sûr que la scène permet plus facilement de performer sur de la musique : les spectateurs savent pourquoi il sont là, sont assis et (a priori) sages comme des images. Cependant, une fois des conditions similaires créées, rien n'empêche de faire la même chose en close up. J'ai par exemple en tête le final du spectacle Show Bouillant de Dominique Duvivier qui se déroule sur une musique de Jacques Brel. Concernant la remarque d'Alcalino sur le "long bla-bla du magicien", je serai plutôt tenter de dire que si tu as pesté, ce n'était pas bon. C'est très généreux de ta part de pardonner à ce magicien mais la réalité est que, si tu t'es ennuyé, alors d'autres l'ont probablement été aussi. Et eux n'étaient pas forcément magiciens... Certes il est souvent nécessaire d'expliquer au public où on est et on va pour que la performance ait l'effet escompté. (Personnellement, je préfère plutôt voir cette étape comme l'embarquement de mes participants dans mes réflexions / mon monde.) Mais si c'est rasoir et barbant, on emmènera personne et on risque de perdre leur attention. Et donc au final ne pas atteindre l'effet escompté. (Tout le monde n'est pas aussi curieux de magie que nous, magiciens...) Et pour éviter d'être rasoir et barbant, on doit en venir à discuter script, édition du script, coupe dans le texte, personnage, objectifs du personnage, etc. etc.
  23. Pour aujourd'hui, je vous propose deux réflexions pour le prix d'une ! Lawrence Hass a récemment partagé sur le blog de Jeff McBride ce qu'il considère être une erreur fondamentale commise par beaucoup d'entre nous : présenter des performances aux limites de ses compétences techniques. http://blog.mcbridemagic.com/a-fundamental-mistake/ Jeff McBride fait d'ailleurs écho de ceci au travers d'un de ses motto : Dans ce billet, Lawrence référence un autre article où il évoque un secret fondamental : la base de tout spectacle de magie est la construction de relations. Pour vous évitez de chercher cet article, je l'ai retrouvé pour vous : http://blog.mcbridemagic.com/a-fundamental-secret/ Enjoy! PS: l'occasion de discuter de ces réflexions directement avec l'auteur est ici : http://www.virtualmagie.com/event/une-journee-avec-lawrence-hass-mcbride-magic-mystery-school-belgique/
×
×
  • Créer...