Aller au contenu

Meristeme

Membre
  • Compteur de contenus

    364
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de Meristeme

  • Rang
    VMiste**
  • Date de naissance 11/07/1986

Informations Personnelles

  • Localisation
    Paris / FRANCE

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. N'oublions pas l'incroyable bande dessinée de Fred : Philémon. Un univers digne de Dali ou Magritte, un humour à la Beckett et Ionesco. Un régal ! De la vraie magie à mes yeux ! PS pour ceux qui aurait envie de découvrir cela : les couvertures sont celles de l'ancienne édition, c'est à moitié épuisé. Il est récemment sorti une intégral en 3 vol. chez Dargaud.
  2. En effet ^^, cette "brève présentation de la phénoménologie" fait maintenant 100 page et m'a permis de valider un M2 sur l'implication des mouvements du corps dans la constitution perceptive de l'espace ><. Mais je ne suis toujours pas satisfait de mes réflexions sur la possibilité d'une phénoménologie de la magie. Deux obstacles principaux pour faire une phénoménologie de la magie. Le premier est le niveau de technicité et la difficulté de rendre accessible la démarche qui, en elle-même, est totalement contre intuitive (à vrai dire elle se revendique comme telle). Je peux développer si vous le voulez mais cela risque d'être totalement illisible. (La meilleur introduction est "L'idée de la phénoménologie" de Husserl, c'est aussi son texte le plus simple). Le second obstacle est l'intérêt que cela peut avoir pour la magie elle-même. A vrai dire je pense que la magie à plus a donner à la philosophie, en donnant notamment des situations perceptives très intéressante, que l'inverse. J'ai pu consulter plusieurs approches "théoriques" de la magie : celles de Merlin, de Tarmariz, de Chelman, j'ai trouvé aussi beaucoup de chose intéressante en ce sens sur le forum. J'ai fini par voir que "théorique" en magie ne voulais pas dire la même chose que "théorique" en philosophie : la magie est un art et non un science. Il y a un projet dans la magie qui est essentiellement subjectif et qui ne peut pas être formalisé. Ceux qui l'expriment le mieux ici sont ceux qui une véritable expérience de magie. Autant dire que ce n'est pas mon cas, je ne suis qu'un petit amateur, passionné mais inexpérimenté. Mon projet initial est donc plus que fragilisé, à mon avis pour deux raisons : la première est la déformation que tout philosophe possède plus ou moins, à savoir, croire que l'on peut tout exprimer dans des concepts. La seconde est qu'au moment ou je formulais mon projet je ne connaissais presque que le "Chemin magique", c'est un livre passionnant que je relit avec plaisir, mais ce n'est pas le "Discours de la méthode" que j'avais cru y voir. Voilà un rapide point sur ce qui a pu changer en deux ans. Peut-être en ferais-je un nouveau dans deux ans et que tout se sera de nouveau bousculé .
  3. On pourra trouver ce livre ici : http://www.archive.org/details/delabaguettediv01chevgoog
  4. Excusez l'intervalle de mes réponse je n'ai pas internet chez moi (ordinateur ébouillanté par du café) ce qui rend mes connexions internet très occasionnelles. >Christian : En fait la phénoménologie se fonde sur un changement "d'attitude", il ne s'agit plus vraiment de croire mais de suspendre son jugement (c'est ce que l'on appelle "épochè", le concept remonte aux philosophes du scepticisme antique, Sextus Empiricus par ex.) Ce qui est suspendu dans l'épochè phénoménologique c'est une certaine thèse spontanément admise, un préjugé en quelque sorte, celle de l'existence du monde comme pré-donné (c'est-à-dire comme étant déjà là avant que j'en ai conscience, qui n'a pas besoin de conscience pour exister) - il ne faut pas pourtant penser que l'on considère que le monde n'existe pas, il s'agit de suspendre la thèse non de la nier, d'autre part la phénoménologie soutient que le monde n'est pas prédonné, mais constitué par la conscience (la conscience c'est justement cela qui constitue l'objet). Dans le cas qui nous intéresse, le spectateur spontanément dans l'attitude naturelle ne peux accepter le phénomène magique comme tel parce que dans l'attitude naturelle on distingue la chose telle qu'elle est et la chose telle que je la vois (chose en soi/phénomène, réalité/apparence) tout ce qui sera perçu comme tenant de l'extraordinaire doit pouvoir s'expliquer par les même loi qui régissent les choses ordinaires (le bâton dans l'eau que je vois brisé n'est qu'un illusion d'optique dût à la déviation des rayons lumineux causée par un changement de densité du milieu) en somme l'extraordinaire n'est pas extraordinaire, il n'est qu'un cas marginal au sein des phénomènes qui nous entourent. Il me semble que ce que cherche à faire Tamariz, c'est pousser le spectateur dans une attitude telle que la distinction réalité/illusion n'a plus de sens, ou ce que je vois est ce qui est. Le Chemin magique de Tamariz semble être au moins une tentative pour accompagner le spectateur vers cette conversion. Il s'agit ici d'une phénoménologie en ce que l'on pousse le spectateur à revenir à ce qu'il voit et à se décharger de son préjugé, disons, "réaliste". Je vais essayer de rédiger une brève présentation de la phénoménologie pendant ces courtes vacances universitaire. Je ne suis pas fermé à d'autres orientation de réflexions
  5. Bonjour à tous, Me revoici après une longue absence, j'avais laissé la magie de côté pour me concentrer sur la philosophie. Il y a quelques semaine je retombe sur le fameux "Chemin magique" de Tamariz et (déformation professionnelle), j'y vois de quoi jeter les bases d'une phénoménologie de la magie. Je peux vous résumer les quelques notes que j'ai pu produire à partir de ce seul livre, je passe les considérations plus techniques propre à la phénoménologie. Le spectateur est spontanément dans une attitude "naturelle" ou d'une part les choses du mondes sont indépendante de lui (elle n'ont pas besoin d'être perçus pour exister) et d'autre part la perception donne lieux à des illusions, c'est à a dire à des apparences trompeuses (je plonge un bâton dans l'eau, il apparait brisé). Dans cette attitude naturel, le spectateur qui se trouve face au magicien interprétera ce qu'il voit comme une apparence trompeuse dirigée par le magicien (le magicien, n'est alors plus magicien, mais illusionniste, en ce qu'il produit des illusions ; ou prestidigitateur, de 'presto agiliti', celui qui est agile des doigt). Les termes même d'illusionniste ou de prestidigitateur définisse le magicienne non sur ce qu'il montre mais sur ce qu'il se passe derrière ce qu'il montre (l'illusion renvoi à la réalité qu'elle cache, l'agilité des doigt caché qui rend possible le saut de coupe...). Il s'agira donc pour le spectateur de reconstituer la réalité derrière l'illusion. Tamariz à bien compris le sens de l'idée de la magie : la prétention du magicien, et même finalement ce qu'attend le spectateur, ce n'est pas l'illusion (car l'illusion ne se révèle comme telle qu'au profit d'une réalité dévoilé, non dévoilée, l'illusion n'est jamais jamais reconnu comme telle, le trompe l'oeil est vu comme un papillon tant que je ne l'ai pas reconnu comme peinture), mais le phénomène magique. Tout l'objet du chemin magique consiste à mettre l'attitude "analytique" du spectateur en crise pour le faire changer d'attitude (c'est ce moment la qui ouvre à une phénoménologie de la magie) pour qu'il ne se concentre que sur ce qu'il voit. Il s'agit ici d'une esquisse, je pense me procurer "les cinq point magiques" car je crois savoir qu'on peux y trouver des éléments intéressant concernant la mise en scène. J'aurais aimé savoir d'un part si certain d'entre vous familier avec la phénoménologie voyais quelques références pouvant apporter (sans doute implicitement) des éléments à mes nouvelles recherches [note on me demandera de définir la phénoménologie j'anticipe : la phénoménologie est une branche de la philosophie fondée par Husserl, à ma connaissance la première occurrence du terme est de 1901, mais la phénoménologie telle qu'on la pratique n'est posée qu'entre 1904 et 1907, il s'agit d'étudier les choses et le monde non sous leurs aspect réel, mais uniquement comme chose se donnant à la conscience. Si nécessaire je pourrais vous écrire une dizaine de page résumant les principes fondamentaux de la phénoménologie]. D'autre part, y a-t-il une philosophie de la magie (j'entend ici notre magie, et non de celle des mystiques bien sûr ^^). Merci à vous L'homme qu'on appelais parfois "Meri"
  6. Meristeme

    Quels DVD ????

    Un pti Lennart Green ça me fera pas de mal ^^
  7. Je n'en doute pas, mais il faut avouer que en français c'est plus agréable, et comme "early 2008" c'est "very soon" je vais attendre un peu ^^ (mais si la traduction n'avait pas été prévue, j'aurai acheté la version anglaise)
  8. Merci beaucoup pour vos réponses. Benoit, Maurice je ne vais pas laisser passer un telle proposition ^^ (désoler de ne pas avoir réagit plus tôt j'ai une connection un peu difficile)
  9. Merci pour ta réponse. Tu n'a pas tord par tout faire j'exagére un peut (beaucoup?) ^^. Je n'avais pas pensé à la technique comme but...
  10. Bonjour a tous ^^ Je désirai vous faire partager une petite reflexion. Quand je vois tout les DVD/livres qui sorte (et n'arrête pas de sortir) avec a l'interieur 20,30,50 techniques je suis un peu pris de vertige : on a envi de savoir tout faire, de tout connaitre, de tout maitriser. Un de mes prof de philosophie m'a dit un jour quelque chose comme ça "Ca ne sert a rien de tout lire. Attachez vous a 5-6 auteur, lisez les à fond et vous verrez qu'avec peu de référence parfaitement maitrisées vous pourrez répondre a tout les problemes." J'ai déja vu des remarques analogue sur le forum concernant la magie : maitriser quelque technique parfaitement pour pouvoir tout faire plutôt que connaitre tout les techniques et pouvoir ne faire finalement que très peu d'effet. Je pense que la plupart des gens ici se sont déja fait cette réflexion, je voulais savoir quels sont vos techniques et ce qui vous les a fait choisir. Merci
  11. Bonjour a tous, Je m'interesse un peu au filage classique du dessus, le geste dans son principe est extrement simple mais dans sa pratique à l'air absolument impossible. J'ai rarement eu l'occasion de voir cette technique utilisée en routine, sans doute parce qu'elle est très difficile et que publier une routine l'utilisant est succeptible de décourager l'acheteur. J'imagine qu'il n'y a pas 50 conseil a donner pour cette technique et qu'il faut la travailler tout simplement pour se la mettre "dans les mains". Je voulais savoir si vous l'utilisiez ou si il vous semble inutile/inutilisable. Merci a tout ^^
  12. Bonjour a tous, je voulais savoir si quelqu'un connaissait des références pour l'empalmage tenkai et l'empalmage latéral. Meric à tous
  13. dans 45 de jay sankey (et dans secret files aussi), on peut voir une technique avec des elastique qui permet de fait un tel effet
×
×
  • Créer...