Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les VIP. Clique ici pour en savoir plus !

Edler (Jean-Jacques)

Membre
  • Compteur de contenus

    2 645
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    17

Edler (Jean-Jacques) last won the day on 3 mars

Edler (Jean-Jacques) had the most liked content!

Réputation sur la communauté

837 Respect

3 abonnés

À propos de Edler (Jean-Jacques)

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 26/06/1947

Informations Personnelles

  • Localisation
    France
  • Profession / Occupation
    Ingénieur informaticien

Informations Magiques

  • Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...
    78'Tours
  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    Pelage de cartes, aimants fins, adaptation de tours, création de tours et de techniques, fumée

Visiteurs récents du profil

2 036 visualisations du profil
  1. Intéressant. Je dois recevoir Black 3.0 en mai, le projet ayant été entièrement financé. Des essais suivront, notamment avec le laser.
  2. Je n'ai qu'un iPhone 5S, j'utilise la version Temps réel de Marty et cela fonctionne sans aucun problème, j'en suis même enchanté, c'est plus simple et rapide qu'avec l'ancienne version. Je fais en sorte, également, de laisser de la mémoire libre, pour que l'iPhone ne se mette pas à pédaler. Et pas d'autres applications en cours de traitement. Peut-être un problème de mise au point ? Il faut en effet suffisamment de luminosité et marquer un temps d'arrêt sur la carte, avec une distance carte/iPhone suffisante pour assurer la netteté (et sans bouger). Avec de l'habitude c'est quasi instantané et dès que la carte cible se dessine en diagonale, c'est parfait, il ne reste plus qu'à valider. j'ai aussi essayé avec un iPhone 7S, idem, le fonctionnement est parfait.
  3. Super, cela diminue la concurrence pour ceux avec qui cela marche.
  4. La technique du micro-ondes, je l'ai largement testée. C'est vrai, les différents composants de la carte se détachent très bien, sans problème. Sauf que le résultat n'est pas du tout satisfaisant, si on recherche la qualité. Les couches séparées sont fripées, même si on les fait sécher sur une plaque de verre et sous presse. En tout cas c'est une technique que je n'emploie jamais, maintenant. Mais certains peuvent s'en contenter, tout dépend de ce que l'on recherche.
  5. Bien sûr, cette technique est intéressante et je la pratiquais auparavant, faute de mieux. Mais on parlait ici de cartes aimantées, pas de cartes aimantables. C'est-à-dire contenant des aimants. De plus bonjour l'épaisseur de la carte finale, entre celle des deux cartes et celle des lames de rasoir. Mais cela peut être utile, il est vrai. Pour faire adhérer deux cartes (en donnant l'illusion de faire disparaître ou apparaître l'une d'elles, il faut impérativement des cartes aimantées. Et que leur finesse soit assurée.
  6. Eh bien si, j'ai un liquide aimanté (par contre il est rangé je ne sais où et je n'ai pas de références) qui permet de créer ses propres magnets. J'ai pu rendre aimantées des petites feuilles de papier de différentes couleurs (pour un tour). Cela fonctionne très bien... pour le genre magnet. Par contre, pour aimanter des cartes, c'est minable : de très très loin pas assez aimantées.
  7. C'était de la magie... Trêve de plaisanterie, j'était en train de modifier le message . Il devrait apparaître normalement maintenant.
  8. Mon souci serait plutôt d'éviter que les cartes vieillissent. Au fait, j'attends actuellement les nouvelles NOC de Shin Lim. Pour aimanter les cartes (les rendre aimantées, pas aimantables), j'ai une longue pratique à ce sujet. Il faut commencer par détresser deux cartes, en conservant pour chacune d'elles l'étresse et le par-devant pour l'une, l'étresse et le tarot pour l'autre. Eh oui, on se retrouve avec deux étresses pour une carte, mais étant donné la très faible épaisseur d'une étresse, c'est vraiment négligeable. Par contre, l'aspect final empêchera toute distinction avec une carte normale, c'est la perfection. Le détressage se fait de façon classique, en tapotant le coin de la carte sur une surface dure, pour commencer une séparation d'une partie fine de la carte). Puis en pelant cette couche fine (par-devant ou tarot) en diagonale à partir de ce coin. Cette partie fine sera perdue, elle va se déchirer et il va falloir reprendre le travail plusieurs fois, en grattant à partir d'une autre emplacement (j'utilise un petit couteau dague, un cutter risquerait de trouer le papier). C'est long, pénible, mais c'est la seule façon de parvenir à un résultat parfait. Je place les cartes détressées entre deux feuilles de papier et sous presse une nuit (une très grosse pile de livres posée par dessus). Le lendemain elles sont totalement plates. Puis je place deux aimants de Shin Lim (0,23 mm d'épaisseur pour 1 cm de diamètre) en les collant en diagonale sur une étresse (colle cyano). J'ai essayé toutes sortes d'aimants, ceux de Shin Lim sont les seuls qui me donnent toute satisfaction, invisibles et avec une bonne aimantation. Un seul aimant peut suffire, mais comme je fais des cartes aimantées qui se collent deux à deux de façon parfaite (cf. Shin Lim), il en faut deux et en diagonale pour assurer éventuellement une synchronisation parfaite de deux cartes. Puis je colle les deux parties d'une carte avec les aimants à l'intérieur, au Rubber Cement. Cette colle a l'avantage de ne pas coller instantanément, de ne rien abîmer, d'être sans odeur, de coller parfaitement et d'autoriser le nettoyage aisé de petites boules de colle éventuelles qui déborderaient). Ce qui permet des ajustages entre les parties à coller, simplement en tapotant les bords de la carte sur une table). Et de permettre la synchronisation fine des aimants d'une seconde carte par attraction magnétique, la colle restant fluide le temps que le placement automatique soit parfait. Encore une nuit sous presse légère (il ne faut pas que les aimants s'impriment dans l'épaisseur des cartes) et le résultat est l'obtention de cartes aimantées parfaites. Je peux les donner à l'examen, personne ne se rend compte qu'elles contiennent des aimants (avec l'habitude on constate une très légère raideur due à la présence des aimants, mais il m'arrive même de devoir utiliser un aimant pour pouvoir les repérer. Elles ressemblent de façon parfaite à une carte quelconque, planéité totale, absence totale de marques, pas de sur-épaisseur visible. Et ça tient sans problème dans le long terme. C'est long et pénible, mais le résultat en vaut la peine.
  9. Sortie officielle le 25 février. Reçu le 25 février au matin dans ma boite aux lettres. Et téléchargé la vidéo explicative, libérée, le 25 février. Quelle précision ! Mais cela ne m'étonne pas de la part d'Anthony. J'ai juste regardé le début de la vidéo, c'est à peu près ce que je pensais, mais les techniques de base sont utilisées judicieusement et les différentes manipulations faites, également. C'est bien pensé, bien réalisé, bien expliqué et facile à faire. Il fallait y penser, merci de l'avoir partagé. Je ne sais pas si les différentes techniques utilisées sont connues de tout le monde (on peut quand même espérer que oui, elles sont basiques), ni si elles sont expliquées plus loin dans la vidéo. Personnellement, je n'ai pas besoin d'explications... Comme Anthony le dit lui même, ce tour de petit paquet n'est pas destiné à bluffer les magiciens. Mais nul doute qu'il aura un bel impact auprès des spectateurs, il est spectaculaire, de la vraie magie. Heureusement que les moldus et les No-Maj existent, pour que les Sang-Purs puissent s'amuser.
  10. Vraiment très fort, ce tour de mentalisme. J'espère qu'il nous l'expliquera dans sa prochaine conférence.
  11. Ce n'est pas l'intérêt du créateur de tromper l'acheteur. Sinon la sanction ne se ferait pas attendre, boycott et bouche à oreille, ce serait vite fait. Ce n'est pas le premier produit d'Antony Stan que j'ai acheté et je n'ai jamais eu à m'en plaindre, bien au contraire. Par exemple Sherlock'oin, une tuerie qui a toujours un impact très fort auprès des spectateurs. Et facile à faire.
  12. Justement, il y a du nouveau. Un peintre (artistique), Anish Kapoor a acquis les droits mondiaux pour l'utilisation de la peinture noire mate absolue "Vantablack"... et en a interdit la vente à d'autres (sans commentaires). Heureusement, CultureHustle en produit une concurente, Black, qui en est déjà à sa deuxième version. Une troisième version, Black 3.0 est en préparation et devrait être commercialisée en septembre. Mais pour 50 £ de contribution il est possible d'en obtenir 2 flacons de 150 ml, livrables en mars (ou mai, en fonction de la contribution) 2019. Pour l'instant je possède Black 2.0, un flacon de 150 ml (11,99 £ TTC, mais plus frais d'envoi de 15,58 £) qui est vraiment surprenante. Je posterai bientôt des photos des résultats obtenus (avec deux couches), je n'ai encore jamais vu une peinture acrylique aussi mate, la lumière n'est pratiquement pas réfléchie, supprimant tout détail. Mais attention, des essais au club avec une carte peinte en noir sur une carton noir, ont montré qu'elle se voyait : en effet, le noir de l'encre n'est pas tout à fait aussi noir que l'ombre de l'épaisseur de la carte et cela se voit. La surface paraissait même plutôt anthracite, je ne sais pas si c'était à cause de l'éclairage, fort et de dessus, ni du type d'éclairage. Chez moi, le noir est parfaitement noir (mais un peu moins que l'ombre, quand même). Le principe repose sur l’utilisation de nanotubes piégeant la lumière, pour rendre la surface mate. il y en a environ 10 000 dans l'épaisseur d'un cheveu. Ainsi, une pièce de monnaie peinte en noir perd tout détail. Mais se voit sur le carton noir, à cause de l'ombre de la tranche. Deux statuettes identiques, dont l'une peinte en noir : on ne voit plus que son contour. Si je compare avec un autre carton noir, peint à l'aide de Gesso noir utilisé en peinture artistique, la plaque au Gesso est très noire... mais luit à la lumière. Avec Black 2.0, il n'y a aucune lueur. Donc, à voir. D'autant plus que je n'ai passé qu'une seule couche de Black 2.0, il vaut mieux en passer deux. Mais elle s'écaille un peu et une carte peinte avec se met à gondoler, ce qui augmente les ombres par rapport au tapis. La couche mate de Black 2.0 ajoute un soupçon de gris, qui disparaîtra avec la version 3.0 de Black. J'attends donc Black 3.0, qui devrait être beaucoup plus noir et plus résistant, absorbant 98-99 % de la lumière visible. En attendant, avec Black 2.0 j'en vois de toutes les couleurs... Je préfère quand même le tapis utilisé par Shin Lim (velours noir écrasé avec des dessins géométriques), le camouflage est parfait pour la magie, même de près.
  13. Ces anneaux dorés, il me semble que je les ai trouvés chez Prestige Magic, avec un sac pour les ranger (cela remonte à quelque temps).
  14. Merci pour l'info sur Messado. Sinon, pour Ogawa, je ne vois vraiment pas où il peut y avoir un problème pour bien positionner la clé. En pratiquant on comprend tout de suite, ça marche ou ça ne marche pas. Pour les anneaux, j'en vais commandé des argentés, sur un site (bon marchés). Ils se sont tout de suite écaillés. Je suis donc passé à ceux d'Ogawa, dorés. Et là, plus aucun problème, ils sont toujours comme neufs. Évidemment, ils sont plus chers, mais comme d'habitude la qualité se paie. En tout cas, aucun problème pour faire la routine complète d'Ogawa. C'est simplement la qualité du DVD qui était mauvaise et j'ai dû extraire les fichiers vidéo un par un, pour pouvoir les exploiter. En tout cas, un bon point pour Messado si ses explications sont plus poussées.
  15. Il y a aussi une autre possibilité, avec le capuchon d'un Sharpie, sans acheter quoi que ce soit : sous l'extrémité du clip il y a une petite protubérance. Il suffit d'y faire glisser l'extrémité d'une carte et d'appuyer sur l'extrémité du clip (sous le prétexte de montrer la carte) pour imprimer une petite marque en relief qu'il sera facile de détecter au toucher et invisible si le marquage concerne une zone dessinée. Utilisable en impromptu pour détecter une carte librement choisie (et signée, pour justifier le capuchon).
×
×
  • Créer...