Aller au contenu

Jean-Luc THIEFIN

Membre
  • Compteur de contenus

    186
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Jean-Luc THIEFIN

  • Date de naissance 09/02/1954

Informations Personnelles

  • Localisation
    Rosières (10) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    retraité de l enseignement

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

Jean-Luc THIEFIN's Achievements

Explorateur

Explorateur (4/14)

  • Reacting Well
  • Dedicated
  • First Post
  • Collaborator Rare
  • Conversation Starter

Recent Badges

90

Réputation sur la communauté

  1. Je suis stupéfait de constater que sur un forum consacré à la magie un sujet sur les frères Bogdanov soit aussi longuement commenté. Ca n'en finit pas!! C'était tout de même très improbable d'imaginer ou de prévoir un tel attrait de la part de passionnés de la magie pour des personnes qui n'ont, sauf méconnaissance de ma part, aucun rapport avec le monde magique, non? Comment l'interprétez-vous?
  2. Oui pas facile même en tapant "beckers"!! Car ensuite il faut rentrer dans "Stuffers" (24/12/2018) pour voir apparaître un paragraphe intitulé"Cardigram"!(et non "Cadigram"). Ceci dit, en cliquant sur le lien dans ce paragraphe, on arrive au pdf de la routine, mais on n'a pas affaire ici à un codage binaire s'appuyant sur un jeu "one-way". Le codage est"interne" si j'ose dire et fait de telle manière qu on puisse deviner ( après questionnements basés sur les probabilités),les 3 cartes enlevées en s'appuyant sur une suite de De Bruijn originale certes pas binaire mais dont la légitimité est basée sur le placement des 4 familles de cartes à l'intérieur d'un trio de cartes consécutives pris au hasard parmi les 52 du paquet. C'est cette caractéristique qui donne à cette suite de De Bruijn son caractère original et très intéressant. Jusqu'ici , à ma connaissance , on s'appuyait sur un jeu "one-way" en De Bruijn et conjointement , si on utilisait plus de 16 cartes, on devait éventuellement affiner par un questionnement concernant l'emplacement des couleurs ou des honneurs (" méthode mixte, externe puis interne"). Ici TOUS les renseignements sont " à l'intérieur" du trio et il faut donc logiquement plus de questionnements en moyenne pour parvenir à la solution ( méthode interne exclusivement) .Avec Cardigram donc, pas besoin de jeu "one-way"!! A noter aussi l'originalité de la solution trouvée au problème de l'aide-mémoire!!! Mes remarques sont peut-être amendables étant donné que je ne maîtrise pas vraiment l'anglais. Henk, tu peux les confirmer?
  3. Peux-tu préciser où chercher sur le site ? J'ai cliqué ou fait défiler tout partout sans trouver!!...
  4. Les frères Bogdanov furent les premiers à diffuser dans "TEMPS X" l'integralité des 17 épisodes de la série "Le Prisonnier" avec Patrick Mc Goohan, dans l'ordre exact ( auparavant les épisodes étaient diffusés aléatoirement), mais surtout ,avec pour la première fois à la télévision française, la diffusion des 2 derniers épisodes censés donner les réponses aux nombreuses questions posées par cette série-culte. Je me souviens très bien avoir enregistré ces épisodes diffusés l'après-midi pendant mes heures de travail. Avec toute l'excitation qui m'habitait quand je les ai visionnés. J'avais apprécié le fait qu'ils aient respecté l'oeuvre de McGoohan en la diffusant intégralement, avec toujours une présentation ciselée de chaque épisode qui prouvait leur attachement et leur passion pour ce monument télévisuel.
  5. Je ne sais pas si on peut montrer une video montrant de A à Z une démonstration sans dévoiler en partie la méthode pour des magiciens toujours habiles à remonter à moindre frais le processus, surtout dans la moins favorable des options . Il faut faire confiance dans celle-ci , ce que j'ai fait, en m'appuyant sur le fait qu un garçon qui a conçu "4 switch" ne pouvait pas produire quelque chose de médiocre. Il faut certes travailler un peu mais c'est loin d'être insurmontable pour un magicien. d'autant plus que l'idée de pouvoir "s'entrainer" seul avec l'application gratuite fournie (qui génère une carte pensée aléatoire qu il faut deviner en conditions réelles en suivant point par point le processus, et qui corrige les approximations inévitables du début de l'apprentissage) est une première qu'il faut souligner et mettre en exergue!! En étant motivé et concentré on arrive en moins de 30 minutes maximum à dominer le processus et à se surprendre qu on arrive aussi facilement au résultat escompté!!! Pour comparer avec les routines exigeant une manipulation technique, plus ou moins impossible à maîtriser et qui exigent un travail chronophage pour parvenir à les exécuter avec un résultat toujours aléatoire à l'arrivée, jamais réalisé avec 100% de réussite, il n'y a pas photo! Ici on est certain d'y parvenir avec 15 à 30 minutes de travail. C'est quasiment rien du tout et cela ne peut en aucun cas être un obstacle à mettre en avant vu la qualité du résultat obtenu. A ce sujet il faut remarquer que l'explication de la méthode par la seule lecture peut effectivement, en première analyse, se révéler un peu frustrante, voire donner le ressenti que cela semble ardu et donc " trop difficile pour moi".... C'est une illusion cognitive! Un biais cognitif de notre cortex. Il faut certes passer par cette étape et y repasser à nouveau car c'est le type de méthode très difficile à expliciter par écrit,tout en restant limpide et appréhendable à une seule première lecture. Pierre en a eu d'ailleurs conscience et a fait appel à Eric Bertrand pour le suppléer dans cette tâche pédagogique. Mais les vidéos de démonstration, et le travail individuel avec l'application qui permet un entraînement de haute intensité, auront vite fait de tout éclaircir et au final cela semble ENFANTIN d'arriver à la réussite!!! Vraiment! On s'en étonne même!! Il en est ici comme pour certains acaan: on peut parfois en une seule étape toucher au but et parfois, dans le pire des cas, après 4 étapes. Mais même dans ce dernier cas le résultat sera bluffant. Je parle de "Propless". Mais avec la routine-bonus (" Rencontre imaginaire"), peut-être ma préférée,la méthode est encore plus directe car les étapes sont en moyenne plus réduites !!! Mais il y a aussi d'autres routines que "Propless" et celle en bonus qui pourront convenir à d'autres magiciens et qui en feront leur version préférée, suivant leur personnalité et leur "ressenti". Vous l'aurez entrevu: je suis fan, et cette méthode est de mon humble point de vue le meilleur compromis pour réaliser la divination d'une carte pensée. Je l'adopte sans réserve et ce sera la seule méthode que j'utiliserai dans cette catégorie, car elle est pour moi la meilleure jamais trouvée.
  6. Oui je suis particulièrement séduit par l'approche de Pierre, ainsi que par sa personnalité très humble , naturelle, qui n' en rajoute pas du tout sur son approche que je juge très approfondie et d'une logique implacable. De même il faut féliciter son assistant de Magic Dream sur les vidéos explicatives qui a été un complément parfait, au verbe juste et toujours très attentif et à l'écoute , et qui a su être pertinent dans ses remarques sans jamais interrompre intempestivement Pierre dans son exposé ( ce n'est pas toujours le cas!!...). Des explications donc très agréables à visionner! Au final je n'ai pas été déçu et cela ne me surprends pas: ayant été séduit par la qualité intellectuelle de 4 Switch j'ai acheté Cogita les yeux fermés! La routine bonus, il faut le souligner, est une tuerie, au moins du même niveau que "Propless" ou" Carte pensée" et est loin d'une routine secondaire de récompense!!! De plus suis heureux d'avoir appris lors du live que Pierre préparait la sortie de sa méthode pour sa version du choix entre plusieurs objets ( plus que 3)!! J'attends impatiemment!!
  7. Je repose les mêmes interrogations : Quelle est la part de mérite accordée au M dans l'exécution de la routine, du point de vue du S évidemment? Y-a-t-il une façon de présenter les routines avec cette application qui puisse induire que le miracle opéré ait quelque chose à voir avec un don ou une capacité au-dessus de la moyenne émanant du M? Quelle est la part que le S peut attribuer au M quand le miracle apparaît à l'écran du smartphone? D'autre part à combien estimes-tu le pourcentage de S qui par politesse et /ou civilité envers le M pensent que tout est dans le logiciel, et évitent de le dire ouvertement? Leur étonnement n'est-il pas dès lors pour certains dû à la capacité que peut avoir un logiciel de réaliser un miracle (du style: "c'est incroyable ce qu'on peut faire aujourd'hui avec l'informatique !") plutôt qu'à celle du M qui présente sa routine avec son portable? On parle de la façon de présenter la routine "pour faire oublier" le portable. Je veux bien l'entendre, encore que je demande à voir ce type de présentation . Mais au final cela change t-il l'idée première que, de facto, le M n'a rien à faire? Ou alors, me rétorquera-t-on, il faut présenter la routine en faisant croire que c'est le M qui fait tout! Mais comment s' y prendre concrétement? J'attends des arguments percutants pour me convaincre du contraire de ce que j'exprime, ce qui est probablement mon objectif plus ou moins inconscient, et ce qui me ferait vraiment plaisir finalement....
  8. Je viens de vérifier : "Grapheetee" ( et non pas "Grapheeteez"!?) est dans "IMAGINARIUM" numéro 5.Le M trace réellement avec son doigt un signe (par exemple une croix ou un trait) sur un des 4 objets ( choisis librement par le S) d'une photo prise en présence du S avec son smartphone. Celui, prétend-il, que le S choisira librement une fois que le smartphone sera posé sur la table . C'est le S qui ouvre lui-même le smartphone pour refaire apparaître la photo avec le signe du M qui n'aura marqué qu un seul objet parmi les 4 , celui que le S aura choisi! C'est bien plus fort que les effets dont j'ai pu avoir connaissance jusqu'ici avec Cognito.Et pour un prix dérisoire.
  9. Cette application est en elle-même certainement remarquable mais de mon humble point de vue je fais partie des magiciens qui sont rebutés par les applications en général téléchargées sur smartphone. Mais je comprends fort bien aussi ceux qui les utilisent et qui en sont ravis. Libres à eux bien évidemment et cela ne me perturbe pas plus que ça. Pourquoi personnellement ce refus? Pour 2 raisons principales: - les spectateurs savent de plus en plus que la" technique électronique" permet de réaliser des miracles et MEME si ils sont incapables d'en décortiquer les tenants et les aboutissants, ils savent la plupart ( beaucoup évitent de le dire ouvertement au M par respect ou pudeur) que le "truc" est purement technique,technologique, et donc non magique, ou plus exactement ils auront le sentiment que c'est le logiciel en lui-même qui est "magique" (dans le sens de "grand art informatique") et qu'en fait c'est cette performance technologique,"automatique" qui, en elle-même et après réflexion rapide, provoque l'admiration, plus que le mystère inhérent à l'exploit réalisé proprement dit. - le M n'a aucun mérite puisqu'il semble n'intervenir à aucun moment ( encore que certains remarqueront qu'il reprend en main l'appareil obligatoirement à un moment donné). Par conséquent où réside sa magie de personne magicienne? Le M n'a strictement plus rien à voir ici avec une capacité spécifique dont il serait dépositaire et qui le démarquerait. Si quiconque possédant l'application sur son smartphone est possiblement soupçonné de pouvoir réaliser la démonstration miraculeuse, son rôle est donc inutile , au mieux très marginal, et le louable, l'estimable, le méritoire dont on pouvait l'énorgueillir s'évanouissent. Il n'est plus une personne différente du commun, mais un simple exécutant lambda au service d'une technique brillante. Je ne rejette pas a priori toutes ces applications : celles où le M utilise son smartphone pour faire sa prédiction par exemple peuvent être plus à même de mettre en évidence les pouvoirs du magicien ( même si le soupçon technologique est encore présent mais de façon moins prégnante). Je citerai l'application remarquable parue dans un des premiers livrets V.M. "Grapheeteez" de JM Cervier. Je ne connais pas toutes les possibilités de Cognito et peut-être que certaines d'entre elles trouveraient grâce à mes yeux , évitant les faiblesses que j'ai évoquées. Celles décrites à ma connaissance sont rédhibitoires. Mais je m'adresse à ceux qui connaissent des effets de Cognito évitant les écueils mentionnés , et je serai ravi évidemment qu'ils les décrivent pour me contredire sur mon a-priori négatif concernant cette application précise.
  10. Je confirme que l'idée est excellente et doit être retenue en priorité sur les 2 autres possibilités SURTOUT si il n' y a au départ que 3 objets sélectionnés. Cette restriction tient au fait que tu n'abordes pas vraiment les situations où tu as plus de 3 objets au départ, avec de façon sous-jacente inévitable la remarque que tu fais toi-même sur les limites des 2 possibilités utilisées jusqu'ici, à savoir " un changement de procédure incohérent ou non motivé". Tu donnes ta solution avec 5 objets , très bonne et certes pas inférieure aux possibilités classiques, mais elle est sujette elle aussi à un changement de procédure. Donc avec plus de 3 objets (4 5 6 7 etc...) ,si on veut utiliser ton excellente solution avec 3 objets, il semble bien inévitable de passer "par un changement de procédure" .... Je n'y ai pas réfléchi mais il est peut-être possible de trouver une procédure qui ne marquerait pas une "rupture méthodologique" plus ou moins marquée quand il ne reste plus que 2 objets. Tu y es parvenu pour 3 objets, il faut envisager y parvenir avec plus de 3 objets. Dans cette optique de recherche il faut noter que ta méthode, et ce n'est pas le moindre de ses mérites, permet justement de s'extraire du paradigme jusqu'ici dominant systématiquement : trouver une méthode maniplatrice une fois seulement arrivé à 2 objets. Cette "libération" intellectuelle permet de creuser l'idée de trouver d autres méthodes "unifiées et cohérentes" pour forcer 1 objet parmi 4 , 5 ou plus ( aussi originales que celle unifiée que tu as trouvée avec 3 objets ) , et pourquoi pas toutes spécifiques , différentes, suivant le nombre d'objets au départ. Cette idée d'imaginer des procédures logiques de bout en bout ( méthodologiquement parlant) ,et probablement spécifiques quant au nombre d'objets à traiter ( mais peut-être pas toujours : une même méthode "cohérente" pourrait peut-être être utilisée pour des nombres d'objets différents?...) est selon moi une piste heuristique stimulante que ta méthode pour 3 objets a eu le grand mérite de mettre en exergue.
  11. Il est surprenant que pour aller à la pêche concernant l'honneur il cite d'abord le roi et non la dame puisque en cas d'erreur avec la dame il sera toujours "à côté" du valet ou du roi ,alors qu'avec le roi il est à côté de la dame, mais il est éloigné du valet de 2 rangs ,sa "petite erreur" étant donc plus éloigné 1 fois sur 2. Ah oui je viens de voir que si c'est le valet il invoque la similarité de sexe! C'est pas plus mal finalement!!
  12. Plusieurs remarques : - d'abord dire que le livre de Behr cité par Henk (cartomane qui respire l'intelligence dans la conception de ses routines) a été traduit en français sous le titre "Sur le bout des doigts" et que la routine "Gray matters" apparaît sous le titre "Variations sur le code gray"... [vmprod p=23] L'utilisation " code de Gray" est impropre, mais Behr lui-même utilise ce terme de "code Gray" dans la description de sa routine... (en le confondant avec le principe de la suite de De Bruijn), Discutable car le code Gray est défini comme un type de codage binaire ( nommé parfois "inversé" pour le distinguer du code binaire naturel), donc ne faisant appel qu'à 2 chiffres (0 et 1), mais de telle manière que lorsqu'on passe d'un chiffrage au suivant un seul chiffre change (en binaire naturel on passe par exemple de 101 à 110 avec 2 chiffres qui changent alors qu'en Gray on aurait 111 suivi de 101 avec un seul chiffre seulement qui change) - sa routine s'appuie au final sur la base 4 ! C'est une première en magie dont il faut souligner l'exploit intellectuel, ce qui n'a jamais été souligné à ma connaissance, fort injustement de mon point de vue. Behr utilise donc au final 4 chiffres (0 1 2 et 3) ! A priori c'est impossible à utiliser en cartomagie puisqu on ne peut coder qu'avec 2 chiffres un jeu "one way". Behr réussit le tour de force malgré tout et c'est jouissif de comprendre comment il y parvient ! Il a l'idée géniale d' utiliser en parallèle 2 suites de De Bruijn en base 2 naturelle, et non pas, encore une fois, en base 2 inversée ( ou code Gray). Il transpose ensuite ces 2 suites et les relie pour aboutir à un codage final en base 4 ! Très très fort !!! Eblouissant ! Epoustouflant ! - le codage terminal en base 4 permet à Behr , gros avantage par rapport à la base 2 ou 3 (car en base 2 il faudrait faire appel non pas à des triplets, mais à des sextuplets en suite de De Bruijn pour "couvrir" 52 cartes et en base 3 à des quadruplets) de "couvrir" un jeu complet de 52 cartes avec seulement des triplets. - il peut de plus, et c'est fort appréciable, beaucoup plus facilement faire sa routine avec un seul spectateur au lieu de 3 ou 4 ( même si cela reste possible avec ta méthode Henk, mais cela alourdit considérablement le modus operandi, de mon point de vue) - effectivement Henk tu réussis avec "Raison d'être" à répondre au défi lancé par Behr, non pas en utilisant une double-suite de De Bruijn en base 2 comme lui mais avec une méthode complètement différente, ne faisant pas appel à la base 2 ,3 ou 4 ou à une suite de De Bruijn mais en t'appuyant sur un Si Stibbins modifié a minima ( 8 permutations). Le résultat est là aussi très brillant d'un point de vue intellectuel!! Félicitations ! - toutefois je ne partage pas l'idée que ta méthode soit plus simple et plus directe. Tout d'abord, comme déjà mentionné , Behr n'a besoin que d'un seul spectateur. Et il n'a besoin que d'une seule AFFIRMATION MOTIVEE pour avoir connaissance directement de la triplette sélectionnée, là où tu as besoin de 2 questions. - et pas besoin de pense-bête dans 83 % des cas !! Grâce encore, cerise sur le gâteau, à un remarquable arrangement du jeu, là encore le fruit d'une admirable réflexion. - au final, toi et Behr, dans vos réflexions, et par-delà vos routines respectives proprement dites, vous m'avez donné un grand plaisir cérébral. Et tout plaisir est bon à prendre !
  13. Tu as raison Henk. Le mentalisme est plus crédible , soit avec une erreur en amont, soit avec une divination un peu plus approximative, mais néanmoins qui restera troublante. Je ne comprends pas ceux qui sont soit-disant capables de deviner de façon directe un mot dans un bouquin à la 10ème ligne de la page 248... ou , à un degré moindre, ceux qui prennent des précautions pour ne pas l'exprimer trop directement, mais seulement après hésitations,. C'est trop beau et cela sonne faux et donne automatiquement l'idée au S raisonné qu'il y a une technique, et non pas divination de pensée!...Il vaut bien mieux faire une divination non précise volontairement ( exprimer une idée en rapport avec le mot, dire un synonyme,etc..) plutôt qu'une divination parfaite. C'est plus crédible, plus perturbant et plus troublant. On peut ainsi mieux faire croire à un quelconque don, ou le laisser supposer... De mon point de vue évidemment.
  14. L'idée derrière la méthode est intelligente et il faut aussi mettre en avant la grande pureté de l'effet, avec une exécution qui ne laisse entrevoir aucune manipulation ou technique cachées , qui laisse pantois le magicien le plus blasé. Je n'ai pas pu résister à l'achat.
×
×
  • Créer...