Aller au contenu

Philip59

Membre
  • Compteur de contenus

    1 940
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    2

Philip59 last won the day on 7 avril 2018

Philip59 had the most liked content!

Réputation sur la communauté

336 Respect

3 abonnés

À propos de Philip59

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 08/11/1980

Informations Personnelles

  • Localisation
    Wambrechies (59) / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Collectionne les punaises

Informations Magiques

  • Connaissances Utiles pour Notre Art :
    A reconnu en Khanar un Thokar

Visiteurs récents du profil

2 999 visualisations du profil
  1. En fait non... On ne peut pas objectivement parler d'abus passé parce que la loi d'aujourd'hui impose un formalisme particulier aux assureurs. C'est plus dû à une tendance générale de protéger le client et d'homogénéiser les contrats afin d'améliorer la compréhension des contrats. Ensuite sur le franco-français 'devoir de conseil du professionnel'... Je pourrais m'étendre des jours sur ce sujet... Mais disons juste qu'à l'impossible nul n'est tenu... Si tu annonces 25.000 euros de stock, l'assureur ne peut pas deviner qu'en vrai tu auras 50.000 euros...
  2. Tu as entièrement raison @Marcus MAJART. J'ajouterais également que plus que les 'petites lignes' incompréhensibles, la cause des soucis avec les assureurs est souvent la volonté inconsciente de faire des économies sur sa prime d'assurance... Il n'y a pas de mystère : moins votre prime est élevée, moins vous êtes couvert... Et faire des 'optimisation' dans la déclaration de son risque sans comprendre les mécanismes assurentiels peut amener bien des déconvenues... Mon conseil est d'être le plus transparent possible, de ne jamais mentir même par omission... Les courtiers et agents d'assurance font en général bien leur travail et vous proposerons dans ces conditions un contrat adapté.. Pour choisir, faite le tour de plusieurs assureurs sur la même base de déclaration et pour les mêmes garanties. N'écoutez pas toujours les sirènes qui vous chantent que chez elles vous paierez moins cher... Si vous payez moins cher, vous êtes moins couverts ! La difficulté est de savoir comparer des offres provenant d'assureurs différents... Ne vous fiez pas au site de comparaison en ligne, et... posez des questions !
  3. Non, ça ne dépend pas du contrat... Là c'est juste l'application de la loi et du Code des Assurances. En fait, les problèmes de dédommagement insuffisant proviennent, la plupart du temps, des méconnaissances sur le sujet de l'assurance. Le calcul d'une prime d'assurance s'effectue à partir d'une notion de risque, qui est en gros, la valeur déclaré de ce que vous souhaitez assurer. Une des missions de l'expert c'est de vérifier la conformité du risque : autrement dit, que ce qui a été déclaré à la souscription (et qui sert de base à l'évaluation de la prime) correspond effectivement à la réalité des choses. Ainsi en déclarant un stock de 25.000 euros à la souscription du stock, tu n'as pas couvert "jusque 25.000 euros de sinistre“ mais tu as couvert à 100% un 'risque assurantiel d' une valeur de 25.000 €' [il est ici important de comprendre que couvrir un risque de 25.000 € ne signifie pas être indemnisé de 25.000 €... Tout dépend du sinistre et du préjudice réellement subi. Là encore, c' est l'expert qui définira le montant du préjudice]. Lors de la survenance de ton sinistre, l'expert découvre que ton stock ne vaut pas 25.000 mais 50.000 €. La couverture du risque est donc insuffisante : un stock de 50.000 € présente statistiquement, 2 fois plus de RISQUE de subir un sinistre qu'un stock de 25.000 € ( rappel : le risque = coût du sinistre x sa fréquence; si la valeur du stock est le double alors les conséquences financière d'un sinistre double ou sa fréquence double car il attire plus les voleurs par exemple). Ainsi, tu as payé une prime annuelle sur la base d'un risque de 25.000 euros qui est deux fois moins importante que la prime que tu aurais payé pour un risque de 50.000 euros. L'assureur t'impose, et c'est normal, une règle proportionnelle : tu as payé une 1/2 prime, tu reçois une 1/2 indemnisation. Il est fondamental de bien dissocier la valeur du bien assuré d'un plafond de garantie : ces sujets n'ont rien à voir. Dans ton cas, tu aurais dû annoncer la réalité (un stock de 50.000 €) mais demander un plafond de garantie hauteur de 25.000 €. Ça revient plus cher que d'annoncer un stock de 25.000 €, mais ça t'aurait parfaitement couvert pour moins cher qu'une déclaration d'un stock de 50.000 € sans plafond de garantie. Il est donc très important de déclarer correctement la valeur du bien assuré : en donnant une valeur insuffisante, on ne fait pas que diminuer le coût de l'assurance on diminue également la qualité de la couverture. De la même manière, en donnant des informations incomplètes ou imprécises sur la qualité de la couverture souhaitée et sur la nature du risque (=la valeur de ce que vous assurez) vous prenez le risque d'être mal couvert.
  4. La notion de collection n'est pas officiellement reconnue par les assureurs ou par les experts car cette notion n'est pas reprise dans le code des assurances. Toutefois, la plupart des assureurs proposent des extensions de garanties ou des garanties complémentaires facultatives pour les objets de valeur et/ou les collections. La nature des justificatifs et du dossier peut changer en fonction de ton assureur et des biens à assurer : parfois c'est uniquement déclaratif, parfois il faut un dossier complet (photos, factures etc...), parfois même il y a un expert qui passe pour évaluer la valeur de la collection (dans le cas d'une importante valeur). Dans tous les cas, il faut prendre contact avec son agent d'assurance... Malheureusement ils ne sont pas toujours suffisamment sachant sur le sujet... Ne pas hésiter à consulter d'autres assureurs, et surtout, surtout, si vous avez le moindre doute : écrivez votre question et exigez une réponse écrite... Pour ton cas perso, dans les faits et en moyenne, si ta collection ne vaut pas plus de 2 000 ou 3 000 euros, je ne suis pas convaincu qu'il faille l'assurer spécifiquement... Pour le prix de la surprime, il faut mieux investir dans un coffre ou un stockage qui protège réellement ta collection : pas de sinistre, c'est toujours mieux qu'un sinistre même correctement assuré . En tout cas, ce genre de question relève vraiment du cas par cas, mais ne se pose réellement que pour des valeurs de collection conséquentes.
  5. Pour répondre à @Frédéric (fredv), il faut retenir qu'il est toujours plus simple de faire assurer SPÉCIFIQUEMENT des objets de valeurs que d'en justifier la valeur après un sinistre. Mais les agents d'assurance locaux sont malheureusement peu formés à l'étude des risques particuliers... Cela dit, à moins d'une collection d'une valeur vraiment importante, il est rare qu'une collection nécessite une assurance spécifique (voir si la valeur de la collection dépasse les plafonds de garanties). D'une manière générale, voici quelques conseils que je peux donner : - faire établir une liste des objets de valeurs : photos, justificatif d'achat etc... (attention, toutefois comme pour le marché de l'art, la valeur vénale est parfois loin de la valeur marchande... Or les assureurs, sauf contrat très spécifique, rembourse la valeur vénale). - faire évoluer régulièrement cette liste (objets qui sortent de la collection et objets qui rentrent...) - ne pas oublier que si vous possédez une grosse collection, vous devez mettre en face des moyens de protections de bon sens... (contre le vol, contre les dégâts des eaux etc...). Après sinistre, c'est l'expert de votre assurance qui établira l'évaluation de préjudice sur la base de votre réclamation. Il faudra donc travailler AVEC lui et non pas CONTRE lui. En cas de gros sinistre, je vous conseille de systématiquement prendre un contre-expert "expert pour le lésé" qui vous aidera à constituer et à structurer votre réclamation. Certains contrat MRH prévoient le remboursement des frais de contre-expertise, c'est une option qui peut être intéressante et faciliter le traitement de votre dossier sinistre. Cette option se décide à la souscription d'un contrat d'assurance et pas au moment du sinistre... Aidez vous d'Ebay ou d'annonces spécialisées pour justifier du prix de remplacement des objets que vous auriez pu perdre lors du sinistre. Les experts sont peu sensible à des argumentations du type 'l' objet est introuvable aujourd'hui, c'est un objet de collectionneur'... C'est vrai dans notre microcosme, mais l'expert est là pour démêler la partie 'spéculative' ou 'fantasmée' d'un objet de collection... Car on peut faire rentrer tout et n'importe quoi dans une collection...même des jouets kinder... La simple 'indisponibilité' d'un produit industriel mais à tirage limité ne confère pas une valeur importante à quelques bouts de carton... Même si des 'collectionneurs' sont prêt à y mettre une centaine d'euros. Par contre, si vos objets entrent réellement dans la notion de collection, vous devriez facilement trouver des publications et catalogues qui répertorient ces objets et donnent parfois des estimations (exemple : catalogue de ventes aux enchères de collections réputées, livres spécialisés etc...). Pour le cas de Magic Dream, la situation est un peu différente puisqu'il s'agit de locaux professionnels. Le sinistre est donc constitué par une perte mobilière (stock), immobilière (dégâts dans la boutique) et immatériel (perte d'exploration directe suite à l'incendie ou indirecte suite aux réparations). Hors l'évaluation du dommage, l'expert devra également définir la cause de l'incendie afin d'actionner les bonnes garanties, et déterminer les éventuelles responsabilités en fonction de la cause... Ce qui actionnera peut être des actions en recours sur d'autres assureurs, qui peuvent s'avérer longues ou difficiles. Bref, c'est une véritable épreuve qui attend MagicDream, et j'espère que tout se passera bien pour vous. En attendant, je vous souhaite beaucoup de courage !
  6. Certains ne voient qu'une forêt où se perdre, d'autres de multiples sentiers à parcourir... Quel est ton état d'esprit ?
  7. Le move est de Paul Harris, dans une de ses vielles routines de production d'as. Je chercherais la référence exacte plus tard, ma mémoire me fait défaut...
  8. Oswin, ce n'est pas Stéphane qui a parlé de sa publication ici sur VM... Il n'a donc, à priori, pas à tenir informé les gens ici. Comme je l'ai indiqué, cette publication semble avoir été faite uniquement, dans un premier temps, pour les gens qui le suive sur FB. C'est donc naturellement sur FB qu'il a communiqué, régulièrement et de manière irréprochable. Mon message initial était seulement pour te rassurer : les premiers exemplaires ont été expédiés et certains l'ont déjà reçu.
  9. Stéphane est quelqu'un d'honnête et droit. Il tient régulièrement au courant sur son FB et je pense qu'il n'a tout simplement pas pensé à faire des 'billets' sur Ullule... C'est sa première publication, et j'imagine qu'il visait d'abord les confrères magiciens qui le suivent sur FB (c'est le seul endroit où il a parlé de cette publication). Enfin, pour ceux qui sont déçus de ne rien avoir reçu, sachez qu'on habite proche l'un de l'autre c'est donc plus facile pour la poste... Enfin, n'oubliez pas que la poste connaît actuellement des restrictions de circulations des camions le samedi... Ça arrive, ne vous inquiétez pas. Mais le plus simple est de contacter directement @Stéphane D. Il est très sympa ! Sinon, on peut aussi se réjouir de l'aboutissement d'un travail perso, non ?
  10. Le projet est finalisé. Les premiers acquéreurs ont déjà reçu leur exemplaire, et sont certainement, comme moi, en train d'étudier cela avec délectation. Il en reste peut être encore à l'auteur, tu devrais contacter directement @Stéphane D.
  11. Philip59

    Chapelet de Bart HARDING

    Oui enfin, il ne faudrait pas oublier non plus que l'intérêt d'un chapelet, c'est avant tout de permette un grand nombre de tours de manière quasi 'automatique' grâce à un ordre particulièrement choisi. Je connais quelques amateurs de chapelet qui peuvent assurer des heures et des heures de magie sans faire appel à la correspondance cartes/rangs. Du coup, s'il n'y a pas de 'propriétés' ou de routines incorporées au Bart Harding, ça limite l'utilisation aux seules routines qui nécessitent la connaissance des stacks number... Et encore, uniquement dans des routines ou l'ordre du chapelet n'est pas dérangé par un riffle ou deux (ce qui ne gêne pas les amateurs de la mémorisation brute). Une béquille qui s'avère particulièrement handicapante à mon avis.
  12. Ce matin, Jack Farrell nous a quitté... C'était une légende du monde de la Triche, et un homme remarquable, très disponible et sympathique. Voici une démonstration, sortie pour la publication de son livre de mémoires : On peut également trouver facilement son livre sur Amazon. Une autre démo, a l'occasion d'une interview sur WNPR : Jack Farrell, surnommé Fast Jack, était également intervenu comme conseiller technique pour le film Yonker Joe : Enfin, pour ceux qui voudraient s'intéresser à cette légende, il y a un formidable penguin live... Bien sûr, on y apprend pas de tours de magie et les techniques de triches dévoilées pourraient être considérées comme peu nombreuses et faiblement dévoilée... C'est pourtant tout le contraire car la psychologie et les subtilités techniques sont détaillées avec moultes détails et anecdotes.. Certains détails techniques, expliqués par Fast Jack, ne sont que très rarement dévoilés.
  13. Sinon, tu peux aussi tester tes 2 scénarios... En général, l'expérience des uns ne profite que rarement aux autres...
×
×
  • Créer...