Aller au contenu

[Images] Laurent BERETTA au Trévise le 291212


MikelKL

Recommended Posts

31 DECEMBRE à minuit LAURENT BERETTA & DOROTHEE présentent "INCROYABLE MAGIE" sur RTL9. Suite au succès, des prolongations sont prévues pour le spectacle de LAURENT BERETTA ILLUSIONNISTE au Théâtre Trévise les MARDIS 20H00 en FEVRIER 2013 ! d'ici là BONNE FÊTE et BONNE ANNEE 2013 A TOUS !

TELELOISIRS : « A 20 heures, la chaîne proposera son bétîsier : un montage des meilleurs fous rires des animateurs maison comme Sandra Lou, mais aussi quelques pépites issues des productions de Dorothée dans les années 90 ! Et à minuit, après Meurtre en suspens avec Johnny Depp, vous retrouvez celle qui rencontra le succès avec Récré A2, le temps d'un numéro d'Incroyable magie. L'animatrice et l'illusioniste Laurent Beretta vous donnent rendez-vous au Cirque d'Hiver pour visionner avec eux les plus beaux tours de magie de ces dernières années. »

http://fr.tv.yahoo.com/news/soir%C3%A9e-r%C3%A9veillon-rtl9-mise-doroth%C3%A9e-143024303.html

http://www.planet.fr/television-pour-son-31-decembre-rtl9-mise-sur-dorothee.287586.30054.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rencontre avec l'illusionniste Laurent Beretta, originaire du Pays du Mont-Blanc

«Je veux faire surgir la magie du quotidien»

C'est l'histoire d'un gamin du pays parti conquérir le monde avec trois tours... dans son sac Enfin, un peu plus que trois tours. Suffisamment pour monter un spectacle de magie, en fait ou plutôt d'illusionnisme, comme Laurent Beretta aime le rappeler, cet art qui consiste à «réfléchir sur l'illusion, à passer outre la première image pour s'interroger sur ce que l'on voit vraiment» Mais l'illusion, c'est aussi celle qu'on s'impose, «toutes les excuses qu'on s'invente pour ne pas poursuivre ses rêves, pour toujours repousser a demain ses projets» Une conception de la vie que rejette Laurent Beretta, qui très tôt, a tout mis en œuvre pour faire de son rêve une réalité : devenir magicien

Le rêve américain, à Boston Gamin déjà, alors qu'il fait ses classes à l'école des Ruttets à Passy, puis au collège de Warens à Sallanches et au lycée du Fayet, il s'entraîne à faire des tours Comme souvent, c'est une rencontre qui va lui donner l'envie de persévérer «J'ai rencontré Jean Rigal, qui était originaire du plateau d'Assy, et qui faisait des spectacles pour les enfants

Entre l'âge de 11 et 18 ans, je l'ai suivi, je l'ai regardé travailler, et j'ai appris des tours à ses côtés» Laurent multiplie les lectures de livres et de magazines spécialisés, surtout les revues américaines, «beaucoup plus pointues» Après le bac en 1991, il entre en école de commerce a Lyon. En troisième année, il part à Boston, où il devient manager dans «le plus grand magasin de magie de la côte est» Jusque-là, le jeune homme ne s'était jamais imaginé faire carrière dans ce domaine Mais au contact des magiciens qui fréquentent la boutique, il découvre toute la diversité du metier Et embrasse l'idéal du rêve americain, qui veut qu'on peut tout réussir si l'on s'en donne les moyens Sans l'obligation de rentrer en France pour le service militaire, Laurent serait probablement resté aux Etats-Unis .

Dans son spectacle "Illusionniste", Laurent Beretta utilise au maximum les objets du quotidien De simples bouts de papiers deviennent ainsi une neige virevoltante qui s'échappe de ses paumes jointes . Dans "show-business", il y a "business" De ses études et de son séjour, il retiendra tout ce qu'il faut savoir pour se lancer dans le monde du spectacle, «notamment que dans show-business, il y a "business"» II intitule d'ailleurs son mémoire de fin d'études, "la magie comme outil de communication auprès des entreprises" Ou comment faire en sorte qu'une passion de gosse devienne un métier

REPÈRES Un nouveau spectacle

Après trois ans de tournée avec "Paradoxes", Laurent s'est lancé dans le montage d'un nouveau spectacle, beaucoup plus ambitieux, fin 2011 II y a introduit l'interactivité avec le public, dans un numero collectif basé sur la poursuite des rêves «Au-delà du divertissement, je veux que les gens ressentent une transformation J'utilise toute la puissance de la magie pour transmettre mon message aux spectateurs, leur parler d'eux, de leur vie, de la vie J'ai changé mon approche du spectaculaire, j'utilise un maximum d'objets du quotidien, pas les ustensiles habituels du magicien Je veux faire surgir la magie du quotidien» Ou quand le magicien se fait philosophe

En perpétuelle évolution, comme son créateur, le spectacle, "Illusionniste" est en cours de réécriture Laurent Beretta espère présenter cette nouvelle version au festival d'Avignon l'été prochain

Pauline MOISY (DAUPHINE)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un compte-rendu à chaud sur Paperblog.com par MCPOIRIER :

"Quand nous disons magicien, Laurent Beretta répond illusionniste. L'artiste aime le mot juste. A tel point qu'il a donné ce titre à son spectacle.

Je suis allée le voir au Théâtre Trévise, un lieu qui accueille principalement des humoristes et des magiciens.

Les émotions sont le moteur d'une réflexion que Laurent Beretta nous soumet en s'appuyant sur sa propre expérience.

L'artiste ne veut pas choisir entre danse, littérature et illusion, alors il fusionne les trois disciplines pour nous offrir sa vision personnelle de l'illusionnisme. Il n'hésite pas à rompre avec les schémas classiques. Avec lui, le public devient actif, tous les spectateurs sans exception.

Persuadé que chacun d'entre nous a (au moins) un rêve en sourdine, il se propose de nous donner le coup de pouce nécessaire pour déserrer nos freins.

Ne dites pas qu'il n'y a pas un truc, grand ou petit, que vous rêveriez de faire ! Ne vous plaignez pas de ne pas avoir de chance, de craindre la moquerie ou de remettre à plus tard. Laurent Beretta définit la chance comme la rencontre entre la préparation et des circonstances. Il se charge de vous conditionner pour vous convaincre de ne jamais abandonner. Car il faut, quoiqu'il arrive, être maitre de son destin." MCPOIRIER

http://www.paperblog.fr/6019720/laurent-beretta-illusionniste-au-theatre-trevise/

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Messages

    • Ça me semble être une représentation très limitée voire biaisée de ce qu'une personne( toute personne même car la généralisation est sous entendue dans ton propos) peut trouver être magique ou non (D'ailleurs il faut définir magique à ton sens ou expliquer en quoi les 2 premières propositions sont dites magiques). J'émets quelques doutes donc. De plus tu ajoutes avec entrain un faux dilemme avec ceci:   C'est plus ton opinion sur la question César je dirais. Y aurait différents niveaux magiques d'appréciation si j'ai bien compris avec des choses par nature très magiques et d'autres moins. Est ce celà ?
    • Bonjour Infinity Wine de Peter Kamp : si finalement, ce verre (même sans le sachet de colorant) prend la poussière dans votre armoire....
    • J'anime un stage d'initiation au conte chaque année, depuis un bout de temps, mais c'est une formation sur le conte, pas spécifiquement sur la magie contée...  Ceci dit, plusieurs magiciens ont suivi ce stage et ils étaient contents...  J'ai du faire moins d'une dizaine de stage de magie contée, à destination spécifique des magiciens, soit que je les ai organisés, soit que des clubs me l'ai demandé.  Si ça dit à quelqu'un d'organiser, on peut en causer... 😉 En fait, je part de l'opposé : Il faut que l'effet soit intéressant.  Il faut que l'histoire soit intéressante.  Et il faut que la réunion des deux soit plus intéressant que chacun séparément, sans que l'un écrase l'autre.  Le rythme et la construction de l'histoire doivent s'intégrer parfaitement au rythme et à la construction du tour.  Pour cela, il faut savoir faire le tour, mais ça, les magiciens savent le faire.  Et il faut savoir conter, et c'est là qu'il y a des lacunes chez beaucoup de magiciens : conter, c'est une discipline à part entière... Un stage de deux jours ne permet PAS de devenir un conteur, mais permet juste de prendre conscience d'outils et de techniques, et d'avoir une idée de ce qu'est le travail du conteur.  Ensuite, ben, il y a du boulot, mais c'est un boulot très stimulant je trouve 😁 Bien entendu, le fait d'être magicien, c'est à dire d'avoir une expérience du public, facilite grandement les choses...  J'ai fait aussi l'an dernier deux stages pour des clowns, donc du conte clowné, si on peut dire... 🤡😁 Le conte est un bon outil pour enrichir les disciplines de spectacles vivant...  Et la question de la "présentation" ne se pose même plus, le conte, c'est la présentation...  Ce qui n'empêche pas de travailler la construction des effets, bien sûr...  Quand au fameux tour des voleurs et des détectives, c'est le niveau zéro de la magie contée : On plaque artificiellement un texte sur un tour, généralement sans aucune des techniques de conteur qui rendraient l'histoire intéressante, et chaque fois que je l'ai entendue, on n'assume pas l'histoire, et on reparle de "cartes" et non des "personnages" au bout de quelques phrases...  Bref, je pense qu'il y a un consensus ici pour dire que ce n'est pas le top..  😉 Ce n'est assurément pas ce que je conseille, mais bon, chacun fait ce qu'il peut... 😋 Gilbus   
  • Statistiques des membres

    • Total des membres
      7 674
    • Maximum en ligne
      4 524

    Membre le plus récent
    Audrey LEGNAME DEVOS
    Inscription
  • Statistiques des forums

    • Total des sujets
      79,6k
    • Total des messages
      657k
×
×
  • Créer...