Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Benjamin BACHELARD

Droits de Possession & de Représentation

Recommended Posts

il y a 18 minutes, Jean-Philippe KRAUSENER a dit :

et je réponds ce que je t'ai déjà écrit plus haut.

 

J'ai l'impression que tu essaies de te convaincre que tu es dans ton bon droit.

Libre à toi de le penser.

Pour "soulager" ta conscience je dirais que dans le VM live en questions, les gars disaient aussi que la plupart des tours ne sont pas déposés à l'INPI...

Et que les magiciens qui avaient attaqué la  plupart du temps  regrettaient leur actions car entre le temps, les coûts d'avocats, l'image,....et les dommages et intérêts reçus au final ca valait pas le coup.

Mais qui sait , si tu tombes sur un magico susceptible....

Comme le dit @Jamal Ezedine plus haut

 

C'est exactement cela entre la théorie et la pratique il y a un monde, en plus on peut souvent trouver un tour similaire précédent si on cherche bien dans la littérature.

Le seul qui réussit et qui est millionnaire est David Copperfield mais il achète les droits de grandes illusions et comme il a les moyens de les protéger le secret est bien gardé, et aussi il attaque tout ceux qui essaie de copier ses tours (ou ceux qu'il achète)

Pour l'intéresser il faut au moins faire des salles de mille places ou passer à la télévision.

Donc si tu ne t'attaques pas à David .....

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
à l’instant, Peter DIN a dit :

qui oserait penser qu'un tour acheté quelques euros dans une boutique, permettrait de gagner 100 fois plus sans rémunérer l'auteur ?

J'ai un peu honte, mais pendant des années, j'ai cru qu'un tour que j'avais acheté en économisant durement*, m'autorisait à le présenter quand je le voulais et ou je le voulais.  J'ai compris que j'étais dans l'erreur en lisant les écrits de spécialistes du droit. 

Je remarque que régulièrement sur le Forum des magiciens sont étonné de cette règle de droit. Dès lors, je serais d'avis que les auteurs indiquent en caractère gras et en rouge ce qu'ils autorisent. Un peu comme sur les paquets de cigarettes ou il est écrit : en grand: "Fumer tue".

Toutefois, nul n'est censé ignorer la loi, dès lors, s'il n'est rien écrit sur la notice, cela signifie qu'il n'est permis de présenter le tour QUE dans un cadre familial.

*adolescent

Modifié par Jamal Ezedine
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

 

Bonjour,

Attention, ce qui suit n'est pas du tout une approche juridique... 🙄

Il est intéressant, pour penser un concept, de chercher des citations en rapport avec lui. Si on les cogite un peu, on découvre assez rapidement, et de manière agréable, plusieurs angles d'attaque, que l'on pourra alors explorer par sa propre pensée. Et on n'est pas à l'abri de tomber sur ZE citation, celle qui vous (enc)hante, tant elle est percutante, réunissant style,  symbolique, sens, énigme, etc...

Voici un exemple avec le concept de "propriété" :

- Alphonse Karr : "La propriété est un piège : ce que nous croyons posséder nous possède"

- Karl Marx : "La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu'un objet n'est nôtre que lorsque nous le possédons"
- Gracchus Babeuf : "La propriété est odieuse dans son principe et meurtrière dans ses effets"

+ Tristan Bernard : "Tant qu'on n'est pas propriétaire, on ne peut s'imaginer combien il est ignoble de porter atteinte à la propriété"

= Napoléon Bonaparte : "L'abus de la propriété doit être réprimé toutes les fois qu'il nuit à la société"

= Abbé Pierre : "Le droit de propriété est à la fois sacré et limité : limité par le bien commun, il ne peut jamais être invoqué contre le droit commun"

😊 Albert Willemetz : "Pour la papillon, la propriété, c'est le vol"

 

Source : http://evene.lefigaro.fr/citations/mot.php?mot=propriété

 

Ce message étant fini, je retourne à MON boulot 😉

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Claudemage SALONI a dit :

 

Le seul qui réussit et qui est millionnaire est David Copperfield mais il achète les droits de grandes illusions et comme il a les moyens de les protéger le secret est bien gardé, et aussi il attaque tout ceux qui essaie de copier ses tours (ou ceux qu'il achète)

 

Par contre pourquoi fait il des procès à ceux qui achètent ses tours ?

De plus le magicien certaines fois décrié ici pour ses prestations, djamel, si je me souviens bien de son prénom, avait présenté le tour à la rose de Coperfield dans l'émission "diversion" sans aucun problème juridique, au moins, pour le reste il    s'est attiré les foudres de beaucoup ici pour sa piètre prestation.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Sinon j'avoue certaines fois être dépassé par ses questions, d'autant qu'appart certains tours très spécifiques , comme ceux travaillés et peaufinés par Eric chien, Shin lim, Tamariz, Lopez, yann Frisch, et quelques autres qui les rendent dans des domaines commun vite différenciables et même identifiables en que routine spécifique à un tel... ; les autres sont souvent des adaptations de réadaptations ou inspirations de routines bien anciennes.

Au delà de çà , une question les routines décrites  dans des livres comptent ou non comme un achat de tour?

Idem pour les manipulations décrites ?

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Dans la démarche de mettre en place un spectacle, il fait aussi interessant de faire une démarche vis à vis des créateurs. Et la suite est souvent sympa 🙂

Il est facile de trouver le contact du Magicien qui a créé, développé, repiqué tel ou tel gimmick, technique. Lui faire un retour sur son travail peut lui faire plaisir, et créer une discussion sympa. Ou peut ne pas lui donner envie de répondre, mais la démarche aura été faite. Ce n'est pas du temps perdu (ni de l'argent si tu préfère internet que la Poste 😉)

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Pour une fois je vais jouer "l'Avocat du diable"  !!!😀  ( double jeu de mots quand on me connait)

- Pensez-vous quand dans une routine 2,3,5,7 techniques sont utilisées vous allez demander aux auteurs l'autorisation d'utiliser leur "création technique"  ?

- Combien de dizaines , de centaines de magiciens pro ou amateurs ont réellement demandé une autorisation pour presenter  un tour en public ? 

- Pensez-vous qu'un tribunal punira un utilisateur d'un "produit" qui aura été vendu à des centaines d'exemplaires  pour que ce produit reste enfermé dans un tiroir  alors que son créateur en tire un "profit" ? ( C'est comme si un créateur inventant une casserole "chauffant à la bonne  chaleur" , la mette en vente MAIS avec interdiction de s'en servir en dehors de la petite famille qui l'a acquise ? 

- Oui la musique a sa Sacem et les  textes la SACD ( ce qu'on oublie souvent !!!!) pour les droits d'auteurs qui assurent le paiement de droits d'une manière organisée et légale  , mais dans ce cas il faudrait créer  un organisme reconnu pour percevoir les dits droits magiques ! Et quand on sait comment les droits Sacem sont redistribués il y a de quoi etre perplexe pour la "justice effective  de la redistribution à qui de droit !!!!!!......" 

-Et que dire d'un magicien  utilisant une création pour en créer une autre différente et l'ameliorer , puis un second qui utilise cette seconde création pour en créer une troisième , voir un quatrieme blablabla

Ce ne sont pas des affirmations que j'avance mais des questions pour prendre la mesure  de vos interrogations dans notre "MICROCOSME' magique toujours un peu torturé, questions d'ailleurs qu'aucun  jongleur , fil de feriste,trapeziste , gymnaste, patineur etc  ne se posent malgré l'invention d'une technique, d'un objet  ou d'un mouvement  et cela "gratuitement" , trop content  que d'autres  l'utilise........

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
Il y a 17 heures, Jean-Philippe KRAUSENER a dit :

Pour "soulager" ta conscience je dirais que dans le VM live en questions, les gars disaient aussi que la plupart des tours ne sont pas déposés à l'INPI...

A noter que la propriété intellectuelle n'a pas besoin d'un dépôt INPI pour s'appliquer.

C'est aussi ce que je pensais dans le temps, les spécialistes et la lecture du site de l'INPI m'ont remis les idées au clair.

Une simple publication datée sur un media, ou une captation d'une représentation par exemple, est une preuve de l'existence de la création.

Bon, une preuve "moins évidente" qu'une lettre solo ou un truc fait exprès pour servir de preuve, mais à partir du moment ou on rend public la création, la propriété est activée...

Mais comme tu dis, les procès sont rares s'il n'y à pas d'argent à gagner.

Mais on à un autre moyen de défendre sa création contre les prédateurs :

La honte.

On à vu plusieurs fois des créateurs diffuser largement dans le milieu magique (qui n'est pas si vaste que ça) ou même auprès du public, leurs sentiments en voyant quelqu'un voler leur travail.

Bon, après, il faut que le voleur soit sensible à la honte.

L'exemple d'Eric Antoine cité plus haut est significatif.

Il indique maintenant qu'il à les droits de telle ou telle illusion.

Ce n'était  pas le cas dans ses premiers spectacles, ou il pompait allègrement de grands magiciens américain (sa présentation du raccoon, par exemple, était geste pour geste et mot pour mot (y compris les vannes qui n'étaient pas très adaptées au public français) la copie du numéro de Williamson.

Le fait que le milieu des magiciens s'en soit ému n'est peut-être pas étranger à son changement d'attitude... Et c'est très bien!

Ce que je ne comprends pas, c'est que les professionnels ne soient pas tous carrés avec ce genre de contraintes légales.

Un pro est dans l'obligation d'étudier son droit à présenter ce qu'il met à son répertoire, cela fait partie du travail normal lié au métier.

En chanson, en théâtre, même en conte (j'ai un conte qui n'est pas de moi, et de création récente, à mon répertoire, j'ai demandé l'autorisation à l'auteur, qui m'accordé le droit de le dire dans certaines conditions) on se pose ce genre de questions...

A l'inverse, on m'a demandé plusieurs fois l'autorisation de reprendre des choses que j'avais créé, et j'ai toujours donné l'autorisation d'utilisation, hors commercialisation sur un support, ou vente d'un gimmick.

Pourtant, on voit encore, par exemple lors d'émissions de télévision qui ont fait polémique ici, des magiciens professionnels et des producteurs connus "ignorer" simplement cette règle de droit...

-Autant j'aurais tendance à ne pas charger un débutant qui fait ses premiers contrats, et qui n'a pas encore fait la différence entre une pratique  privée et publique,

-Autant avoir des professionnels confirmés qui disent avoir "oublié" de demander à l'auteur me semble peu crédible : c'est juste qu'il n'ont pas voulu se donner la peine d'être dans la légalité, ce qui est une faute professionnelle.

Gilbus

Modifié par Gilbus

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
à l’instant, Jean-Marc KLDJN a dit :

Au delà de çà , une question les routines décrites  dans des livres comptent ou non comme un achat de tour?

Dès lors que nous présentons le tour d'un autre  en condition professionnel, il nous faut l'autorisation de l'auteur. (L'achat d'un tour/livre/... ne donne l'autorisation QUE de le présenter dans le cadre familial) 

Bien que j'ai eu du mal à accepter ce fait, cela est la loi.  

Aujourd’hui, avec le recul, je trouve cela tout à fait normal.

 

Modifié par Jamal Ezedine
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
il y a 16 minutes, Jamal Ezedine a dit :

Dès lors que nous présentons le tour d'un autre  (live, DVD, ...) en condition professionnel, il nous faut l'autorisation de l'auteur. 

Par exemple, Chelman précise dans beaucoup de ses publications que les tours présentés ne sont PAS utilisable en condition pro.

Bon, avec la loi française, il n'avait même pas besoin de le dire, c'est le fonctionnement par défaut, mais il à raison de le préciser, beaucoup de gens n'en étant pas conscients (c'était mon cas il n'y à pas si longtemps, merci de m'avoir ouvert les yeux...)

Mais bon, il y a la loi, et il y à la pratique.

En pratique, si tu fais un tour sans l'autorisation de l'auteur, mais dans un cadre relativement restreint, l'auteur n'aura pas de perte ou de gain financier.

La contrainte de l'autorisation de l'auteur me semble alors plus importante d'un point de vue étique que légale.

A noter qu'outre l'aspect financier, la propriété intellectuelle permet aussi à l'auteur de se protéger contre ce qu'il penserai être une perversion de sa création.

Par exemple, qu'on se serve d'un truc que j'ai créé pour amuser un banquet du front national (quel que soit le nom qu'il se donne actuellement) me ferais beaucoup de peine.

Idem si on modifiait une de mes créations pour en faire un support raciste, homophobe ou une démonstration du bien fondé d'un extrémisme religieux (ou les trois à la fois, si c'est pendant le défilé de jeanne d'arc du FN...)

Gilbus

Modifié par Gilbus

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...