Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Benjamin BACHELARD

Droits de Possession & de Représentation

Recommended Posts

Publié le (modifié)

Il faut surtout ne pas se faire de nœud au cerveau pour pas grand chose !

Il est évident que pour beaucoup de routine comme le dit Gilbus, les droits sont pratiquement impossibles à déterminer. Dans ce cas, l'usage veut que l'on ne se préoccupe pas de ceux-ci, jusqu'à une éventuelle revendication (très rare, voir inexistante).

En revanche en ce qui concerne les tours achetés dans le commerce et crédités par un nom de créateur identifiable, la question est beaucoup plus simple, car la plupart du temps l'émail de l'auteur est mentionné dans la doc, ou celui-ci possède une page de fans ou un forum. Si on aime ce tout, que l'on veut le faire en public dans son set payant. 

On envoie un petit email, remerciant l'auteur de ce joli tour et on lui demande l'autorisation de le pratiquer en public. Dans 99,99% des cas l'auteur vous répondra en vous remerciant et vous accordera avec plaisir cette autorisation avec rarement une ou deux restrictions (si par exemple, il est en tournée dans votre région et qu'il ne souhaite pas que le public est vu son effet avant son passage. Ou bien pour la TV). Mais je le répète, les auteurs sont heureux de cette marque de reconnaissance et de respect, ils apprécieront et leur réponse sera en accord.

MAIS, la réponse de Thierry (Moonlight)

Il y a 2 heures, Thierry (Moonlight) a dit :

De tpute façon, si un créateur indique sue seul le cercle famille est autorisé pour utiliser son produit, pour ma part, il va aller se faire cuire un oeuf et il garde son produit (faut pas rigoler, si j'achète un produit c'est pour l'utiliser dans mon boulot).

est inacceptable, car elle justifie le vol et est de parfaite mauvaise foi, car que je sache la TÊTE AU SABRE n'est pas concernée par le problème étant dans le domaine publique depuis des lustres et que lorsque l'on achète ce produit, il n'est pas crédité par les vendeurs.

Encore une fois, on détourne le sujet pour le faire coller à ses mauvaises pratiques, cela ne rendra pas les choses plus légale et malheureusement me donne une très mauvaise image des magiciens qui utilisent ces arguments. Tant sur la qualité de leur travail que sur leur honnêteté.

Attention, notre monde est petit, on est très vote jugé selon la manière dont on se comporte.

Notre profession a déjà une très mauvaise réputation dans le publique, ce n'est pas la peine d'en rajouter.

Modifié par Peter DIN

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, Peter DIN a dit :

Attention, notre monde est petit, on est très vote jugé selon la manière dont on se comporte.

Oui, ça j'ai remarqué... Je ne suis pas spécialement fan de la mentalité qui règne parfois.

 

Donc pour résumer :

-J'achète un dynamic coin : j'en fais ce que j'en veux

-J'achète la superroutinedelamorkituékifémal du Grand Tartampion : je ne peux performer que pour tata Ginette

 

il y a 17 minutes, Peter DIN a dit :

Notre profession a déjà une très mauvaise réputation dans le publique, ce n'est pas la peine d'en rajouter.

Des exemples ?

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)

Un dernier point sur ces problèmes de droits.

Que représente dans un spectacle de magicien le nombre de tours concernés.

Généralement pas plus de 1 ou 2 et la plupart du temps les droits sont accordés gracieusement sur simple demande.

Je parle bien entendu des spectacles de magiciens, pas des prestations des vendeurs d’aspirateurs se contentant de rentrer dans une boutique de faire la razzia de la dernière gamelle sortie et qui les présentent les unes à la suite des autres sans talent, ni intérêt pour les spectateurs.

Donc avec un peu de bonne volonté, la gestion des droits n’est pas si compliquée que cela.

Il ya quelques semaines un magicien m’a appelé pour me demander l’autorisation de présenter un des effets de mon spectacle. Il a obtenu mon accord sans autre forme de procès et j’ai particulièrement apprécié sa demande.

De plus par expérience, il y a peu de problèmes parmi les vrais magiciens.

Lors de chaque Championnat du Monde à la FISM, il y a environ 150 numéros présentés, le nombre de plaintes qui nous sont adressées pour plagiat, utilisation frauduleuse, ou copies illégales n’excède pas 2 ou 3 ce qui représente 2%, sachant que tout le monde ne porte pas plainte nous dirons - de 5%.

Et c’est normal, un artiste est un créateur, même s’il n’a pas inventé l’effet qu’il utilise, il va le sublimer, le mettre en valeur, l’enrichir par son talent. Il n’aimera pas trop par principe et par estime de lui-même « pomper » le travail d’un autre. 

Le problème est donc celui des « mauvais », le mot est sans doute un peu fort. Mais il dit bien ce qu’il veut dire, car si on n’est pas un artiste, si on n’a pas d’éthique, si notre créativité est proche de celle d’un bulot. On aura beau expliquer ce que l’on veut, cela ne changera rien.

Modifié par Peter DIN

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
Il y a 21 heures, Peter DIN a dit :

L'avenir de la jeune génération de magicien, passe par la prise en compte de la magie comme une véritable activité professionnelle et artistique, et la connaissance de l'ensemble des règles régissant cette profession en est le corolaire. 

Car comment imaginer que le public prendra au sérieux des artistes qui ne se respectent pas eux-même.

Je suis tout à fait d'accord avec @Peter DIN

J'ajoute qu'énormément d'ado lisent Virtual Magie. Ils nous observent. Se calque sur nos comportements.

Leur laisser croire, qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent, en achetant un tour n'est pas responsable.

Leur laisser croire, que contourner la loi n'est pas si grave, mène à des excès et n'est pas responsable.

Nous sommes les adultes ... nous devons montrer l'exemple  ... C'est ce que Peter Din (Vice Président FISM) essaie de faire. Ne devrions nous pas nous ranger derrière lui et l'aider dans cette tâche ?

C'est aussi ce que @Thomas essaie de faire en invitant des Docteur Droit sur VM pour nous conseiller et nous avertir des bonnes pratiques. 

L'avenir de la jeune génération dépend de NOS comportements !

Pour conclure :

(Citation de Peter Din)

L'avenir de la jeune génération de magicien, passe par la prise en compte de la magie comme une véritable activité professionnelle et artistique, et la connaissance de l'ensemble des règles régissant cette profession en est le corolaire.   

Modifié par Jamal EZEDINE

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 36 minutes, Jamal EZEDINE a dit :

 

L'avenir de la jeune génération de magicien, passe par la prise en compte de la magie comme une véritable activité professionnelle et artistique, et la connaissance de l'ensemble des règles régissant cette profession en est le corolaire.   

Quand on voit deja le nombre de magiciens qui bradent leurs tarifs  pour courcircuiter un concurrent ou pire encore travaille  au "black"  car ayant d'autres revenus , le chemin sera long , tres long , TRES TRES long  pour qu'ils demandent une autorisation d'utiliser un  accessoire propriété !!.......... 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Peter DIN a dit :

Il faut surtout ne pas se faire de nœud au cerveau pour pas grand chose !

Il est évident que pour beaucoup de routine comme le dit Gilbus, les droits sont pratiquement impossibles à déterminer. Dans ce cas, l'usage veut que l'on ne se préoccupe pas de ceux-ci, jusqu'à une éventuelle revendication (très rare, voir inexistante).

En revanche en ce qui concerne les tours achetés dans le commerce et crédités par un nom de créateur identifiable, la question est beaucoup plus simple, car la plupart du temps l'émail de l'auteur est mentionné dans la doc, ou celui-ci possède une page de fans ou un forum. Si on aime ce tout, que l'on veut le faire en public dans son set payant. 

On envoie un petit email, remerciant l'auteur de ce joli tour et on lui demande l'autorisation de le pratiquer en public. Dans 99,99% des cas l'auteur vous répondra en vous remerciant et vous accordera avec plaisir cette autorisation avec rarement une ou deux restrictions (si par exemple, il est en tournée dans votre région et qu'il ne souhaite pas que le public est vu son effet avant son passage. Ou bien pour la TV). Mais je le répète, les auteurs sont heureux de cette marque de reconnaissance et de respect, ils apprécieront et leur réponse sera en accord.

MAIS, la réponse de Thierry (Moonlight)

est inacceptable, car elle justifie le vol et est de parfaite mauvaise foi, car que je sache la TÊTE AU SABRE n'est pas concernée par le problème étant dans le domaine publique depuis des lustres et que lorsque l'on achète ce produit, il n'est pas crédité par les vendeurs.

Encore une fois, on détourne le sujet pour le faire coller à ses mauvaises pratiques, cela ne rendra pas les choses plus légale et malheureusement me donne une très mauvaise image des magiciens qui utilisent ces arguments. Tant sur la qualité de leur travail que sur leur honnêteté.

Attention, notre monde est petit, on est très vote jugé selon la manière dont on se comporte.

Notre profession a déjà une très mauvaise réputation dans le publique, ce n'est pas la peine d'en rajouter.

Ha bon, notre profession a une mauvaise réputation dans le public ? On ne doit pas avoir le même alors. Je constate le contraire tout au long de l'année. Bien sur que certaines personnes n'aiment pas la magie, tout comme certaines personnes n'aiment pas l'Opéra par exemple.

De plus, si les créateurs ne veulent pas que l'on utilise leurs produits en produits en public et que je dise que pour ma part je n'achète pas les produits, il n'y a rien d'inacceptable car au contraire je respecte ce qu'il demande. Et je suis bien placé pour dire cela car dans mes bouquins, il est écrit clairement que l'utilisation de mes routines est utilisable en public et qu'une demande est nécessaire pour un passage télé ou média.

Que l'on combatte la copie de produits, là oui, et c'est l'objet des brevets. Mais en aucun cas l'utilisation en prestas pros ne doit faire l'objet de trucs compliqués (surtout que 90% des mails restent sans réponse pour ce genre de demandes).

Et pour ce qui est de la tête aux sabres c'est un exemple parmi tant d'autres. Jamais un magasin de magie m'a indiqué ou spécifié qu'il fallait l'autorisation du créateur pour utiliser son gimmick en public (hors télé ou médias). 

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Teddy REX a dit :

Quand on voit deja le nombre de magiciens qui bradent leurs tarifs  pour courcircuiter un concurrent ou pire encore travaille  au "black"  car ayant d'autres revenus , le chemin sera long , tres long , TRES TRES long  pour qu'ils demandent une autorisation d'utiliser un  accessoire propriété !!.......... 

Justement, notre travail, est d'expliquer à la jeune génération que demander l'autorisation n'est pas une chose secondaire. Ce n'est pas "accessoire". C'est une obligation, tout comme de travailler en étant déclaré. 

 

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
à l’instant, Thierry (Moonlight) a dit :

je suis bien placé pour dire cela car dans mes bouquins, il est écrit clairement que l'utilisation de mes routines est utilisable en public et qu'une demande est nécessaire pour un passage télé ou média.

C'est une manière clair et très saine d'agir. 

Il existe aussi des créateurs qui souhaitent expliquer leurs routines dans un livre sans pour autant que ses routines soient présenter en dehors du cadre familial. C'est un choix qu'il faut aussi respecter. 

Modifié par Jamal EZEDINE

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, Jamal EZEDINE a dit :

Justement, notre travail, est d'expliquer à la jeune génération que demander l'autorisation n'est pas une chose secondaire. Ce n'est pas "accessoire". C'est une obligation, tout comme de travailler en étant déclaré. 

 

Sauf qu'en droit (de façon générale) si rien n'est indiqué sur le produit, l'utilisation n'est pas restreinte (sauf en faire une copie, sauf en faire une démo sur des médias). C'est cela le droit aussi. Donc si les créateurs veulent restreindre (pour x raisons) le droit d'utilisation, ils l'indiquent sur le produit et ensuite c'est aux acheteurs de décider.

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Jamal EZEDINE a dit :

C'est une manière clair et très saine d'agir. 

Il existe aussi des créateurs qui souhaitent expliquer leurs routine dans un livre sans pour autant que ces routines soient exécuter en dehors du cadre familial. C'est un choix qu'il faut aussi respecter. 

Si c'est indiqué clairement, pour moi pas de soucis, je respecte ce choix. C'est leur vision des choses et leurs problèmes.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...