Aller au contenu

Recommended Posts

Le 30/09/2020 à 17:33, Patrick FROMENT a dit :

Mais que fait donc la zététique ?!?

 

 

confusion avec le rationalisme ?

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Eric (dub) a dit :


Ah ça ! Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. Comme disait Kenneth Boulding.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Christophe (Kristo) a dit :

 est soit un fou, soit un économiste.

J'avais lu quelque part qu'il considérait ne pas connaitre grand chose en économie... 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Quelques chiffres sur la mortalité récente et déclarations de Véran et Maracineanu intéressantes:

 

La mise en perspective de l'occupation des lits en Réa entre 2020 et les années précédentes serait intéressante.
Pas beaucoup de communication la dessus, juste trouvé le PDF en PJ qui semble donner octobre comme le mois ou il y a le plus d'entrées, avec principalement des problèmes cardio vasculaires et respiratoires. 

DataMCO-reanimation-finalWEB.pdf

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

En France, dans la foulée des Lumières et de la Révolution française, l'espace public a d'abord été conçu comme un lieu où le citoyen se présente à visage découvert...

Intéressant cet article du Monde d'avril dernier.

Coronavirus : « En France, l’obligation de porter le masque serait une révolution »

c29befd_r6Dmf6XPJaZh0_BGnGwE56yL.jpg

7 avril 2020 - Tribune. Une équipe de chercheurs de l’université de Hongkong vient de montrer dans un article publié dans la revue mensuelle Nature Medicine, le 3 avril, que le port du masque chirurgical réduisait de façon significative le risque de transmission du coronavirus par la toux ou par la simple respiration. Le même jour, l’Académie nationale de médecine en France recommande que le port du masque « grand public » ou « alternatif » soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement.

Si ces deux avis scientifiques étaient suivis, cela impliquerait une véritable révolution dans l’espace public en France. Le gouvernement français a en effet affirmé, au début de la crise du Covid-19, que les masques chirurgicaux devaient être réservés au personnel hospitalier et qu’ils ne protégeaient pas le reste de la population, celle-ci devant plutôt utiliser les « gestes barrières » comme se laver les mains ou tousser dans son coude.

Les responsables asiatiques, comme le directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, George Gao, ou le doyen de la faculté de médecine de Hongkong, Gabriel Leung, affirmaient depuis plusieurs semaines que cette position, partagée par la plupart des Etats en Europe et en Amérique, était une erreur. La position française sur les masques ne tient pas seulement à une pénurie d’équipements due aux coupes budgétaires dans la préparation aux pandémies.

Elle s’explique également par une définition de l’espace public comme un lieu dans lequel le citoyen moderne se présente à visage découvert. Cet idéal des Lumières réalisé par la Révolution française s’est construit contre les masques dont l’aristocratie s’ornait dans les salons. Il s’est ensuite renforcé lorsque les autorités coloniales de la IIIe République ont imposé le retrait du foulard sur les photographies d’identité en Afrique du Nord.

L’interdiction du voile islamique

Il est devenu plus contraignant encore, voire oppressif, au cours des vingt dernières années lorsque le foulard islamique a été interdit par l’Assemblée nationale dans les écoles et les lieux publics, provoquant la réprobation de l’ensemble du monde arabe. En France, porter un morceau de tissu sur son visage est perçu comme un signe d’archaïsme et de domination ; se présenter le visage découvert est un signe de modernité et de libération.

A l’inverse, en Asie, le masque est un signe de modernité et c’est le fait de ne pas en porter qui est perçu comme un signe d’archaïsme. L’anthropologue Christos Lynteris a montré (notamment dans une tribune publiée par le New York Times, le 13 février) que le masque chirurgical inventé en Europe fut introduit en Chine en 1910 par un médecin chinois né en Malaisie et éduqué à Cambridge, Wu Lien-teh (1879-1960). Celui-ci montra que la peste pneumonique qui sévissait en Mandchourie se transmettait par voie aérienne, et il recommanda aux infirmiers et aux malades de porter un masque. Ses collègues européens et japonais étaient sceptiques sur son hypothèse, jusqu’à la mort d’un médecin français qui traitait ses patients sans porter de masque.

Publié par LeMonde

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Christophe (Kristo) a dit :


 (...) est soit un fou, soit un économiste (...) 

C'est pas une sorte de pléonasme ça ?... 🤔

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...