Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Christian CHELMAN

[Presse] IL FAUDRAIT SUPPRIMER Avignon dans Libération

Recommended Posts

Merci Christian !

J'ai cliqué "à tout hasard" et j'y ai trouvé une perle.

"Or on peut aussi s'approcher d'un réel non expliqué qui rend plutôt compte de la complexité et de la contradiction du tissu vivant constituant notre être, et cela, dans une société qui, aujourd'hui, n'a plus de repères."

Wouaouh... ça pourrait être une définition des romans de Houellebecq ça, non ?

... D'ailleurs, en parlant de théâtre, Les particules élémentaires adapté par Julien Gosselin c'était de la bombe !

[video:youtube]

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Mais c'est très réac'!

"ou est le communisme?"... en Corée du Nord, aux dernières nouvelles.

"On peut écrire en imitant un peu les conversations que l'on entend dans les bistrots". N’étant plus francophone, c'est quelque chose qui me frappe quand je reviens au théâtre en France,ou regarde n'importe quelle fiction: plus rien ne semble écrit, on peut regarder "KohLanta" comme "Bienvenue chez les Ch'tis" ou "Police", c'est un langage "naturel" dans lequel aucun des participants n'a l'air investi. Du coup le ressenti est que tout est mal joué. Jean Dujardin et Marion Cotillard remplacent Gabin et Signoret.

A notre niveau, Francky le tricheur avec sa fausse gouaille donnent plus l'impression de travailler sur ses textes qu'Eric Antoine.

L’académie française protège l’intégrité de la langue seulement dans son expression écrite.... Seuls les britanniques ont l'air de s'en sortir, grâce a des écoles de théâtre aux programmes rigoureux.

Le cinéma américain, Broadway, n'embauchent plus qu'eux. Le contrecoup ce sont des fictions a la "Games of Thrones" un hybride curieux d'Heavy Metal et des Monty Python.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Mais c'est très réac'!

"On peut écrire en imitant un peu les conversations que l'on entend dans les bistrots". N’étant plus francophone, c'est quelque chose qui me frappe quand je reviens au théâtre en France,ou regarde n'importe quelle fiction: plus rien ne semble écrit, on peut regarder "KohLanta" comme "Bienvenue chez les Ch'tis" ou "Police", c'est un langage "naturel" dans lequel aucun des participants n'a l'air investi. Du coup le ressenti est que tout est mal joué. Jean Dujardin et Marion Cotillard remplacent Gabin et Signoret.

A notre niveau, Francky le tricheur avec sa fausse gouaille donnent plus l'impression de travailler sur ses textes qu'Eric Antoine.

Seuls les britanniques ont l'air de s'en sortir, grâce a des écoles de théâtre aux programmes rigoureux.

Le cinéma américain, Broadway, n'embauchent plus qu'eux. Le contrecoup ce sont des fictions a la "Games of Thrones"

Le langage français s'est abâtardie, c'est un travail de sape des conscience sur un très long terme.

On opposa et imposa au peuple un langage qui était censé émaner de lui dans tous les registres médiatiques. Théâtre compris d'ailleurs.

C'est juste un abaissement des esprits, par un abaissement du niveau de langage, par une pseudo légitimité, ici il faut entendre parler "peuple"

selon les pouvoirs techno-médiatique et que seul un langage peuple est légitime.

Cela a été argumenté dans des faux débats de la fin des années 80 au début des années 90, par d'autoproclamé représentant du peuple, parlant au nom

du peuple, faux penseurs, essaistes pas tentés ou sociologue en tout genre.

L'idée étant alors qu'il est inconvenant, en fait méprisant de parler au peuple

en dehors des termes définis par leur doxa, ce serait un intolérable sentiment de supériorité que de s'exprimer avec rigueur.

On nous applique évidement pour notre bien, un langage qui serait censé issue de notre culture et qui en fait abrutie notre jeunesse en particulier ( c'est le seul cas, mais il est massif, de populisme que je connais en france).

Seul conviendrait "le parler" dit du peuple défini selon ces hypocrites et cette hypocrite doxa, qui elle même a été défini par on sait trop qui.

Le niveau de langage, le comportement des individus s'est caricaturé et s'est abaissé à peu, il suffit pour cela de regarder "plus belle la vie" et d'autres émissions.

Dont il suffit de lire le titre pour comprendre à quel point c'est un concentré de non sens et de pauvreté du langage ainsi que d'hypocrisie.

Ensuite je regarde les émissions francophones suisses, je constate la différence

d'esprit, de pensée et d'analyse avec la télévision française.

Quant aux acteurs britaniques ils sont recherchés, je me souviens de la série

sur "écoute", en anglais "the wire" où une bonne part des rôles principaux ont été donnés à des britaniques.

Pour l'article lui même le problème du lien entre la subvention et le contrôle

ou plutôt l'encadrement idéologique est patent en france.

Sans parler de communisme, on peut faire remonter cela à jack lang, on a plus

assisté à une mise au pas sur une pseudo pensée libertaro libérale qu'à une

émancipation des théâtres et de la culture.

On a eu droit à préchi précha moralisateur qui se voulait constitutif de toute pensée, sinon quoi on allait vers les pires dérives.

Je me souviens en 2006 par exemple ici dans l'éducation nationale on proposait

sous les coups d'associations et autres comités politiquement correct en tout genre remplacer les cours de philosophie de terminale, par des leçons (je n'ose écrire ici de cours) de morale démocratique et libérale , là encore pour lutter contre je ne sais trop quel mal.

Cela a été tenu en première puis a disparu.

Ici j'oppose leçon de morale et ainsi conditionnement morale à la liberté de pensé construite par l'instruction public, le théâtre, les arts...et notre langue.

On abâtardie celle ci alors nous nous appauvrissons.

La liberté d'un individu est de penser par lui même, c'est peut être notre

seule liberté.

Je comprend ce qu'écrit cet homme, même si il se perd dans des ronronnements langagier.

Modifié par thucydide

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Mais c'est très réac'!

"On peut écrire en imitant un peu les conversations que l'on entend dans les bistrots". N’étant plus francophone, c'est quelque chose qui me frappe quand je reviens au théâtre en France,ou regarde n'importe quelle fiction: plus rien ne semble écrit, on peut regarder "KohLanta" comme "Bienvenue chez les Ch'tis" ou "Police", c'est un langage "naturel" dans lequel aucun des participants n'a l'air investi. Du coup le ressenti est que tout est mal joué. Jean Dujardin et Marion Cotillard remplacent Gabin et Signoret.

A notre niveau, Francky le tricheur avec sa fausse gouaille donnent plus l'impression de travailler sur ses textes qu'Eric Antoine.

Seuls les britanniques ont l'air de s'en sortir, grâce a des écoles de théâtre aux programmes rigoureux.

Le cinéma américain, Broadway, n'embauchent plus qu'eux. Le contrecoup ce sont des fictions a la "Games of Thrones"

Le langage français s'est abâtardie, c'est un travail de sape des conscience sur un très long terme.

On opposa et imposa au peuple un langage qui était censé émaner de lui dans tous les registres médiatiques. Théâtre compris d'ailleurs.

C'est juste un abaissement des esprits, par un abaissement du niveau de langage, par une pseudo légitimité, ici il faut entendre parler "peuple"

selon les pouvoirs techno-médiatique et que seul un langage peuple est légitime.

Cela a été argumenté dans des faux débats de la fin des années 80 au début des années 90, par d'autoproclamé représentant du peuple, parlant au nom

du peuple, faux penseurs, essaistes pas tentés ou sociologue en tout genre.

L'idée étant alors qu'il est inconvenant, en fait méprisant de parler au peuple

en dehors des termes définis par leur doxa, ce serait un intolérable sentiment de supériorité que de s'exprimer avec rigueur.

On nous applique évidement pour notre bien, un langage qui serait censé issue de notre culture et qui en fait abrutie notre jeunesse en particulier ( c'est le seul cas, mais il est massif, de populisme que je connais en france).

Seul conviendrait "le parler" dit du peuple défini selon ces hypocrites et cette hypocrite doxa, qui elle même a été défini par on sait trop qui.

Le niveau de langage, le comportement des individus s'est caricaturé et s'est abaissé à peu, il suffit pour cela de regarder "plus belle la vie" et d'autres émissions.

Dont il suffit de lire le titre pour comprendre à quel point c'est un concentré de non sens et de pauvreté du langage ainsi que d'hypocrisie.

Ensuite je regarde les émissions francophones suisses, je constate la différence

d'esprit, de pensée et d'analyse avec la télévision française.

Quant aux acteurs britaniques ils sont recherchés, je me souviens de la série

sur "écoute", en anglais "the wire" où une bonne part des rôles principaux ont été donnés à des britaniques.

Pour l'article lui même le problème du lien entre la subvention et le contrôle

ou plutôt l'encadrement idéologique est patent en france.

Sans parler de communisme, on peut faire remonter cela à jack lang, on a plus

assisté à une mise au pas sur une pseudo pensée libertaro libérale qu'à une

émancipation des théâtres et de la culture.

On a eu droit à préchi précha moralisateur qui se voulait constitutif de toute pensée, sinon quoi on allait vers les pires dérives.

Je me souviens en 2006 par exemple ici dans l'éducation nationale on proposait

sous les coups d'associations et autres comités politiquement correct en tout genre remplacer les cours de philosophie de terminale, par des leçons (je n'ose écrire ici de cours) de morale démocratique et libérale , là encore pour lutter contre je ne sais trop quel mal.

Cela a été tenu en première puis a disparu.

Ici j'oppose leçon de morale et ainsi conditionnement morale à la liberté de pensé construite par l'instruction public, le théâtre, les arts...et notre langue.

On abâtardie celle ci alors nous nous appauvrissons.

La liberté d'un individu est de penser par lui même, c'est peut être notre

seule liberté.

Je comprend ce qu'écrit cet homme, même si il se perd dans des ronronnements langagier.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Le langage français s'est abâtardie, c'est un travail de sape des conscience sur un très long terme.

On opposa et imposa au peuple un langage qui était censé émaner de lui dans tous les registres médiatiques. Théâtre compris d'ailleurs.

C'est juste un abaissement des esprits, par un abaissement du niveau de langage, par une pseudo légitimité, ici il faut entendre parler "peuple"

selon les pouvoirs techno-médiatique et que seul un langage peuple est légitime.

Cela a été argumenté dans des faux débats de la fin des années 80 au début des années 90, par d'autoproclamé représentant du peuple, parlant au nom

du peuple, faux penseurs, essaistes pas tentés ou sociologue en tout genre.

L'idée étant alors qu'il est inconvenant, en fait méprisant de parler au peuple

en dehors des termes définis par leur doxa, ce serait un intolérable sentiment de supériorité que de s'exprimer avec rigueur.

On nous applique évidement pour notre bien, un langage qui serait censé issue de notre culture et qui en fait abrutie notre jeunesse en particulier ( c'est le seul cas, mais il est massif, de populisme que je connais en france).

Seul conviendrait "le parler" dit du peuple défini selon ces hypocrites et cette hypocrite doxa, qui elle même a été défini par on sait trop qui.

Le niveau de langage, le comportement des individus s'est caricaturé et s'est abaissé à peu, il suffit pour cela de regarder "plus belle la vie" et d'autres émissions.

Dont il suffit de lire le titre pour comprendre à quel point c'est un concentré de non sens et de pauvreté du langage ainsi que d'hypocrisie.

Ensuite je regarde les émissions francophones suisses, je constate la différence

d'esprit, de pensée et d'analyse avec la télévision française.

Quant aux acteurs britaniques ils sont recherchés, je me souviens de la série

sur "écoute", en anglais "the wire" où une bonne part des rôles principaux ont été donnés à des britaniques.

Pour l'article lui même le problème du lien entre la subvention et le contrôle

ou plutôt l'encadrement idéologique est patent en france.

Sans parler de communisme, on peut faire remonter cela à jack lang, on a plus

assisté à une mise au pas sur une pseudo pensée libertaro libérale qu'à une

émancipation des théâtres et de la culture.

On a eu droit à préchi précha moralisateur qui se voulait constitutif de toute pensée, sinon quoi on allait vers les pires dérives.

Je me souviens en 2006 par exemple ici dans l'éducation nationale on proposait

sous les coups d'associations et autres comités politiquement correct en tout genre remplacer les cours de philosophie de terminale, par des leçons (je n'ose écrire ici de cours) de morale démocratique et libérale , là encore pour lutter contre je ne sais trop quel mal.

Cela a été tenu en première puis a disparu.

Ici j'oppose leçon de morale et ainsi conditionnement morale à la liberté de pensé construite par l'instruction public, le théâtre, les arts...et notre langue.

On abâtardie celle ci alors nous nous appauvrissons.

La liberté d'un individu est de penser par lui même, c'est peut être notre

seule liberté.

Je comprend ce qu'écrit cet homme, même si il se perd dans des ronronnements langagier.

Bien d'accord avec vous. Il suffit hélas de regarder la TV ou même de lire la presse écrite pour se rendre compte de l'appauvrissement de notre langue... Même les hommes politiques s'y sont laissés prendre : à l'écrit où à l'oral, on ne compte plus les fautes de français. Et je ne parle même pas de la prolifération des anglicismes...

Ce qui se conçoit bien s'exprime clairement... L'inverse se vérifie également. On appauvri la langue pour anéantir la réflexion. Ce qui est drôle c'est que le système qui a mis en place cet appauvrissement commence à s'en rendre compte et semble presque s'en étonner :

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20160315.OBS6513/pauvrete-des-idees-conformisme-les-candidats-a-l-ena-etripes-par-le-jury-du-concours-d-entree.html

Modifié par Gambit

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Et pour revenir au sujet qui nous intéresse, on peut dire que les spectacles vivants ont suivi le mouvement général.

J'avais écrit un compte rendu un peu sévère du spectacle d'Enzo (le dernier spectacle de magie que je suis allé voir) mais il exprimait la même chose : l'absence de contenu, de fond, et des textes très mal écrits (et mal récités !).

Comme si finalement, la parole était devenue accessoire. On a l'impression qu'il a dit "voilà tout le matériel dont je dispose, écrivons un truc qui permette de tout montrer sur scène"... En prenant si possible des citations entières de films comme Le Prestige et Insaisissables...

On ne pourrait que lui conseiller de lire Boileau ou de regarder un film comme V pour Vendetta émaillé de citations de Shakespeare.

Tirée du même film : "Les mots sont le support de la compréhension, et pour ceux qui les écoutent, l'énonciation de la vérité"... Une belle leçon de détournement d'attention ;)

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
...La liberté d'un individu est de penser par lui même, c'est peut être notre sa seule liberté...

A condition qu'il pense en silence ?...

ps: Question envers chacun ;)

Non je ne pense que ce fut dans la nature du peuple français de penser en silence.

Encore maintenant on parle mais grogne peu.

Alors depuis quand se met on à penser en silence?

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...