Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Dorian CAUDAL

Éviter le "y'a un truc"

Recommended Posts

Le 23/06/2020 à 16:36, Peter DIN a dit :

Une autre chose et là je suis plus affirmatif, car je l'ai expérimenté au long de mes quarante ans de carrière, jamais un spectateur ne fait ce que l'on ne lui a pas implicitement donné l'autorisation de faire (à l'exception des gens bourrés ou complètement déjantés, mais dans ce cas je suppose que vous n'allez pas faire de la magie, ce qui serait suicidaire et inutile.)

Si un spectateur se permet d'intervenir ou de commenter votre travail, c'est que directement ou implicitement vous lui avez donné le droit de le faire. Je n'ai jamais vu un spectateur au théâtre interrompre n comédien pour lui dire, que ce qu'il jouait était du chiqué car il avait appris le texte par cœur... Dans le spectacle il y a des conventions et le public les respecte toujours, sauf si en face, il n'a pas un artiste jouant un spectacle. 

Je suis plutôt de ton avis, mais sur ce dernier point, il faut distinguer la magie de scène et le close-up, et a fortiori le close-up informel.

Au théâtre, la communication est à sens unique, de l'artiste vers le public, qui ne s'exprime que par des applaudissements (ou des tomates, selon la qualité de la prestation). Mais en close-up, le spectateur a explicitement le droit de participer (c'est même ce qu'on attend de lui : pensez à une carte, prêtez-moi votre bague, gardez cette balle dans votre main...). Il fait partie du spectacle, dans une relation d'égal à égal, et par conséquent, peut avoir le sentiment d'une certaine légitimité : les conventions ne sont pas les mêmes qu'au théâtre.

D'ailleurs, dans ce contexte, la plupart des gens qui disent "mais comment vous faites ?" ou "bravo, je n'ai rien compris" ont l'impression de faire un compliment. Un compliment maladroit, mais un compliment...

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
il y a une heure, Alx a dit :

D'ailleurs, dans ce contexte, la plupart des gens qui disent "mais comment vous faites ?" ou "bravo, je n'ai rien compris" ont l'impression de faire un compliment. Un compliment maladroit, mais un compliment...

Je ne conteste pas ta réponse, car elle montre simplement que nos approches du spectacle en général, (car pour moi, il n’y a pas l’un ou l’autre), sont différentes.

En ce qui me concerne, lorsqu’un spectateur me dit « bravo, je n’ai rien compris », je pense instantanément : « Tiens aujourd’hui, j’ai travaillé comme un sabot ! ». Car si j’avais été bon, le spectateur n’aurait même pas eu l’idée de comprendre ou d’essayer de le faire, je l’aurai embarqué dans mon univers. Ce que visiblement je n’ai pas réussi cette fois-ci. Rassure-toi, cela m’arrive et bien plus souvent que je ne l’aimerais, mais à chaque fois cela me rend furieux contre moi, car j’estime avoir une obligation de résultat. Mes spectateurs ont payé, je leur dois le même spectacle à chaque fois.

Ce n’est d’ailleurs pas si différent au théâtre quand un spectateur te dit à la fin de la représentation : « Mais comment faites-vous pour retenir tout ce texte ? »

Il ne faut pas oublier que pour le magicien, faire des choses incompréhensibles est la simple normalité, il n’y a pas de dramaturgie dans l’action magique. Ce qui devient spectaculaire c’est quand le magicien fait ce que l’on n’attend pas de lui.

Mais personnellement, je m'en tape que le magicien retrouve la carte que j'ai choisi, c'est la moindre des choses puisqu'il est magicien. Ce qui me fera réagir, c'est ce qui se passerait si justement, il ne retrouvait pas la carte. Là s'installerait la dramaturgie et donc la stimulation de mes émotions.

Modifié par Peter DIN
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Alx a dit :

Mais en close-up, le spectateur a explicitement le droit de participer (c'est même ce qu'on attend de lui : pensez à une carte, prêtez-moi votre bague, gardez cette balle dans votre main...). Il fait partie du spectacle, dans une relation d'égal à égal, et par conséquent, peut avoir le sentiment d'une certaine légitimité : les conventions ne sont pas les mêmes qu'au théâtre.

Le close-up à une relation étroite entre l'interprète, le spectateur et l'acte magique.

Cela peut donner au spectateur une sensation de liberté, et c'est bien.

Mais je crois que cette liberté ne devrait être qu'ilusoire.

C'est d'ailleurs une des difficultés du close-up :

Laisser croire au spectateur qu'il jouis d'une liberté, alors que le magicien reste toujours parfaitement maître du déroulement du spectacle.

Quand Peter parle "d'autorisation" d'agir donnée au spectateur, pour moi, cela recouvre plusieurs aspects.

Le contexte.

C'est au magicien de poser les limites de l'intervention du public.

Le public en général, ne deviens pénible que si on ne lui a pas indiqué son rôle. Et c'est à l'interprète de le faire, parfois explicitement (voir toutes les répliques classiques pour maîtriser une interaction qui dérive...)

Le personnage.

Le personnage peut être une personne plus ou moins "contestable", c'est à dire qu'on peut mettre en doute ce qu'il dit.

Cela d'ailleurs n'a pas à voir avec le type de personnage, à mon sens, mais avec la force du personnage.

Un personnage peut être sympathique ou intimidant, s'il est "fort", s'il a de la présence, il ne sera pas contesté.

Le rythme.

On peut jouer sur le rythme, pour laisser la parole, ou pas, aux spectateurs. Si on soupçonne une intervention pouvant être nocive au numéro, on peut anticiper en changeant le rythme.

L'adresse.

En s'adressant à un spectateur plutôt qu'a un autre, on lui passe carrément la parole. Et on va mettre au second plan un autre spectateur plus dissipé.

La syntaxe.

Quand on laisse la parole à un spectateur, on peut orienter le type de réponse que l'on attend grâce à la syntaxe de notre passage de parole (réponse ouverte, fermée, rhétorique, donnant lieu à une réplique rigolote...)

Le rebond.

Un spectateur s'exprime alors qu'on ne le souhaitais pas : on va rebondir sur ce qu'il exprime, pour reprendre la parole. Ainsi, le spectateur se sent écouté, puisqu'on répond à son interruption, mais on redirige l'action vers ce qui nous intéresse.  C'est parfois plus efficace que d'ignorer l'interrupteur...

Par exemple, et pour revenir à la question précise du titre :

"Y'a un truc"

Bien sûr, il y a un truc! D'ailleurs, je vais vous montrer... (Rebond)

Et on s'embarque alors dans un tour de fausse explication (qui n'a pas besoin d'avoir un rapport avec le tour précédant... "Je vais vous monter sous un autre angle..."), avec un rythme ne permettant pas d'autres interruption avant un temps significatif (rythme+durée).

On y fera intervenir une autre personne (adresse), et on reviendra à la fin vers celui qui a fait l'interruption, pour lui demander s'il a mieux compris (syntaxe, et rebond sur la réponse avec une réplique rigolote)

A l'inverse, on peut se servir de ce "y'a un truc" comme dynamiseur d'attention :

"Un truc? Non, pas besoin... Tenez, cette fois, je ne touche à rien, regardez..."

et on part sur un tour sans manip apparente...

On aura toute l'attention désirée.

Attention toutefois a ne pas transformer celà en défi.

Pour cela, on peut par exemple miser sur le ton (on ne veux pas convaincre, on donne juste une précision, on n'a rien à cacher...)

La désinvolture est une bonne méthode...

On peut aussi entrer dans la pédagogie :

"Un truc? Pourquoi faire? Ce que vous ne savez pas, c'est que la magie que vous croyez voir dans mes mains, elle n'existe que dans votre esprit... Et pour manipuler votre esprit, je ne me sert pas de "trucs", c'est un peu plus subtil que ça..."

Etc.

A tous ces niveau, il y a deux choses importantes :

La préparation.

Il faut être préparé, avoir imaginé à l'avance les réactions, y avoir trouvé des remèdes réfléchis (les premiers qui nous passent par l'esprit ne sont pas les seuls possibles, et ne sont pas forcément les plus efficaces..)

Même si on n'est jamais prêt pour tout ce qui tournera mal, se préparer n'est pas du temps perdu.

L'écoute.

Durant la prestation, il faut être présent et attentif.

Mentalement présent, je veux dire.

On n'est pas dans notre tour, notre texte, notre manip... Ces choses là devraient couler sans notre intervention (ou en tout cas, sans que celà n'absorbe notre conscience)

Être attentif à ce qui se passe avec les spectateurs, c'est essentiel (et pas qu'en close-up...), cela permet d'anticiper, de réagir, de s'adapter.

Et participe au rendu pour le public :

On voit tout de suite quand un artiste est "avec nous", ou en train de penser à autre chose...

Une autre composante, c'est l'expérience.

Que Peter ou d'autres magiciens n'aient pas de problème, ce n'est pas étonnant : ils maîtrisent le métier, et tout est mis en œuvre pour que ca se passe bien, sans que le spectateur ne se rende compte de tous le travail en amont...

Bon, l'expérience, c'est aussi quand on a une situation qui nous a échappé, et qu'on se donne les moyens à postériori pour que ca ne se reproduise pas.

C'est le métier qui rentre... 🤯😉

Gilbus

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Gilbus a dit :

Le public en général, ne deviens pénible que si on ne lui a pas indiqué son rôle.

Je pense que c'est également une question d'éducation et de respect.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, Antony RBLLR a dit :

Je pense que c'est également une question d'éducation et de respect.

Tu as tout à fait raison!

J'ai assisté à un spectacle (chants et danse, par des pros) sur l'ile de Jersey, et tous les Français de l'assistance avaient été stupéfaits  de l'attitude du public locale (ce n'était pas un spectacle"pour touristes"...) : les gens discutaient dans la salle, des enfants couraient partout, et peu de monde en fait, faisait attention au spectacle...

Il y à des contextes ou des cultures qui peuvent nous surprendre ou nous choquer...

Gilbus

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Publié le (modifié)
il y a 43 minutes, Gilbus a dit :

Tu as tout à fait raison!

J'ai assisté à un spectacle (chants et danse, par des pros) sur l'ile de Jersey, et tous les Français de l'assistance avaient été stupéfaits  de l'attitude du public locale (ce n'était pas un spectacle"pour touristes"...) : les gens discutaient dans la salle, des enfants couraient partout, et peu de monde en fait, faisait attention au spectacle...

Il y à des contextes ou des cultures qui peuvent nous surprendre ou nous choquer...

Gilbus

Oui sans doute, mais il y a aussi une règle à mon avis. 

La magie ne se fait pas n’importe où et surtout pas où le public n’a pas choisir de la voir.

Je me souviens de ce magicien au pair au Club Med, il avait fait subir ses prestations H24 pendant tout le séjour et à l’aéroport il continuait à poursuivre les clients avec son jeu de cartes, jusque dans les toilettes.

C’était insupportable et le grand jeu était de réussir à échapper au magicien.

Je vous jure que cette anecdote est vraie et que le magicien en question fait des conférences et des publications, alors qu’il n’a visiblement rien compris à la magie.

Pas étonnant que le public se montre désagréable avec ce type d’individu.

Modifié par Peter DIN
  • Haha 3

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Gilbus a dit :

Le close-up à une relation étroite entre l'interprète, le spectateur et l'acte magique.

Cela peut donner au spectateur une sensation de liberté, et c'est bien.

Mais je crois que cette liberté ne devrait être qu'ilusoire.

C'est d'ailleurs une des difficultés du close-up :

Laisser croire au spectateur qu'il jouis d'une liberté, alors que le magicien reste toujours parfaitement maître du déroulement du spectacle.

Quand Peter parle "d'autorisation" d'agir donnée au spectateur, pour moi, cela recouvre plusieurs aspects.

Je suis tout à fait d'accord, et je te remercie pour cette liste synthétique des trucs qui permettent de garder la main pendant une représentation en close-up  (en fait, les vrais trucs des magiciens ne sont pas ceux que les spectateurs imaginent 😉) .

Note bien que la plupart des gens, s'ils ont un minimum d'éducation et/ou s'ils n'en sont pas à leur quatrième verre, ne vont pas interrompre le tour : ma remarque concernait surtout les réactions après coup.

Mais ton intervention va bien dans le même sens que la mienne : la simple existence de ces astuces démontre bien que la situation existe. En close-up, le spectateur n'hésite pas à intervenir, sans malveillance, mais parce qu'il se sent partie prenante de l'expérience.

C'est pourquoi Peter a raison de dire que son approche et la mienne sont différentes : je persiste à penser (à tort, peut-être) que le contexte étant différent, le public l'est aussi. Ca viendra sans doute avec les années (ou avec le talent, comme disait Sarah Bernhardt)

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Le 13/08/2020 à 14:33, Alx a dit :

Ca viendra sans doute avec les années (ou avec le talent, comme disait Sarah Bernhardt)

Ce n'est pas elle qui disait que de ne pas avoir le trac c'est ne pas avoir de talent ?

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est à cette anecdote que je faisais allusion : Sarah Bernhardt a souffert du trac toute sa vie. Un jour, avant une représentation, une jeune actrice s'en est étonnée et lui a dit "C'est curieux, moi, je n'ai jamais le trac". Et elle lui aurait répondu : "Ne vous inquiétez pas, mon petit, ça viendra avec le talent"

Pardon pour cette parenthèse historico-culturelle, vous pouvez reprendre le débat 🙂

  • J'aime 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...