Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

La Cause Animale


Recommended Posts

il y a 41 minutes, Melvin a dit :


Ouais si la Chine "dérape" en gaz polluants c'est à cause de nous autres occidentaux qui lui achetons toujours plus... il faut arrêter d'encourager la Chine, cette usine du monde, à polluer toujours plus, en lui achetant tous ses produits...
(Dur dur pour nous autres magicos...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

RESPECTER LES ANIMAUX C'EST AFFIRMER NOTRE HUMANITÉ.
Intervention de Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale le dimanche 27 mai 2018 dans le cadre du débat sur le projet de loi agriculture et alimentation.

Le président du groupe « La France insoumise » a traité la question du bien-être animal. Il a expliqué comment le système agricole actuel, parce qu'il répond à des logiques industrielles, rend intenable la prédation de l'homme sur la nature et finit par considérer les animaux comme des choses et non des êtres sensibles. Traitant à la fois des questions écologiques, économiques, morales et culturelles liées à l'agriculture, il a expliqué pourquoi il fallait désormais avancer vers une agriculture paysanne et une modification de nos pratiques alimentaires. Enfin, il a affirmé que notre empathie pour les animaux n'était pas de la mièvrerie mais l'une des preuves les plus brillantes de notre humanité.

JaB

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

  • Merci 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Nourrir l'humanité avec de l'agriculture paysanne, c'est complétement méconnaitre la cause de l'apparition de l'agriculture intensive : c'est parce qu'on a mis au point l'agriculture intensive qu'on a pu nourrir autant d'humains sur la planète. Revenir à une agriculture paysanne ne nourrira jamais les milliards d'humains de la planète.

Ce n'est pas parce que l'animal est un être sensible que l'Homme doit se passer de le consommer. La nature n'a pas de morale. L'Homme fait partie de la nature et obéi à ses lois. Il n'est pas au-dessus et ne peut pas s'en soustraire. D'autant plus que certains biologistes militent pour reconnaitre les végétaux comme êtres sensibles si bien que l'Homme, s'il adhère à cette doctrine de ne pas manger d'êtres sensibles, devra bientôt se laisser mourir de faim. Dans le discours de Mélenchon l'homme pourrait imposer ses lois à la nature ! Cela n'a aucun sens et il nous parle d'écologie...

Melvin

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, Melvin a dit :

Peur du nucléaire ?

Nagasaki  80 000 morts et  Hiroshima 237 062... (Ce sont des estimations, ne chipotons pas.)

Source et suite (les blessés notamment) :

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_d'Hiroshima_et_Nagasaki#Les_victimes

Le nucléaire civil n'est pas le seul fautif quant à la peur...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, Christian Girard a dit :

Nagasaki  80 000 morts et  Hiroshima 237 062... (Ce sont des estimations, ne chipotons pas.)

Source et suite (les blessés notamment) :

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_d'Hiroshima_et_Nagasaki#Les_victimes

Le nucléaire civil n'est pas le seul fautif quant à la peur...

Là on ne parlait pas de l'arme atomique évidemment.

Melvin

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 16 heures, Melvin a dit :

Peur du nucléaire ?

chartoftheday_13994_global_deaths_per_energy_source_n.jpg


Je ne sais pas si ce forum se prête à ce sujet, il y a tant à en dire !

Mais ce chiffre ne reflète aucune réalité.

Il ne tient pas compte du nombre de morts de Tchernobyl, de Fukushima...

Les autorités internationales minimisent le bilan, mais, à Tchernobyl... "Les autorités ukrainiennes estiment qu'au total 5 millions de personnes - Ukrainiens, Bélarusses et Russes - ont «souffert» de cette catastrophe. (...) Pour Greenpeace, les suites de la contamination radioactive (cancers, atteintes au systèmes immunitaires, maladies cardiaques...) pourraient causer au total de 100.000 à 400.000 morts dans ces trois ex-républiques soviétiques."
https://www.20minutes.fr/planete/712813-20110426-planete-quel-bilan-sanitaire-humain-tchernobyl

"L’Ukraine a formellement reconnu jusqu’ici 35 000 décès directement liés à Tchernobyl. Mais près de 150 000 liquidateurs sur les 350 000 d’Ukraine sont décédés à ce jour, c’est un taux de mortalité très élevé qui a atteignait 18 pour mille en 2005. Et d’autres n’ont jamais été enregistrés. (...) Mais à supposer que Tchernobyl ait fait par exemple 200 000 morts en 30 ans dans les 3 républiques, un simple calcul nous montre que le surcroît de mortalité pour le Belarus, l’Ukraine et la Russie serait de 7000 décès par an, ce qui est pratiquement invisible dans les statistiques. Et pourtant le résultat serait bien là."
https://www.rtbf.be/info/dossier/30-ans-Tchernobyl/detail_la-controverse-sur-le-bilan-humain-de-l-accident-de-tchernobyl?id=9279305

 

Sans parler du nucléaire militaire, évidemment, le problème du nucléaire civil est surtout le risque d'accident ou d'attentat !

Rappelons qu'un petit avion qui s'écraserait sur une piscine de plutonium de La Hague entrainerait 80 fois Tchernobyl.

 

Un avion sur la Hague créerait un Tchernobyl, selon une étude pour l'Europe 

Le Monde, 15 Septembre 2001 

La chute d'un avion sur l'usine de la Hague pourrait avoir des conséquences comparables à celles de l'accident de Tchernobyl. C'est ce que conclut une étude réalisée pour la direction générale de la recherche de l'Union européenne et dont Le Monde a pu prendre connaissance. Achevée fin août et présentement analysée par le programme STOA (Scientific and Technological Option Assesment) de la direction de la recherche, l'étude, qui devrait être publiée à l'automne, a été menée par le cabinet de consultants nucléaires WISE-Paris. Elle porte sur l'ensemble des "effets toxiques possibles" des usines de retraitement nucléaire de Sellafield et de la Hague (Manche). Un de ses chapitres s'intéresse aux accidents majeurs pouvant affecter ces installations. 

Selon le document, le principal risque en cas d'un tel événement se situerait dans les piscines de refroidissement de l'usine de la Hague : c'est là que sont stockés les combustibles usés issus des réacteurs nucléaires. Ces combustibles sont extrêmement chauds et doivent être refroidis plusieurs années avant de pouvoir être retraités. 
7 500 tonnes de combustibles usés sont actuellement présentes dans ces piscines, ce qui représente sans doute une des plus grandes concentrations de radioactivité du monde. Les combustibles usés contiennent de nombreux isotopes radioactifs, en particulier le césium 137 (Cs 137) ; il y en a environ un kilo par tonne de combustible, soit 7,58 tonnes à La Hague, "ce qui représente 287 fois la quantité relâchée lors de l'accident de Tchernobyl (26,4 kg)". Le Cs 137 est un produit particulièrement nocif, du fait de sa volatilité et de sa période de trente ans, qui lui permet de rester durablement dans l'environnement. Il a constitué le principal poison radioactif rejeté lors de l'explosion de Tchernobyl. 

L'étude prend l'hypothèse qu'un accident majeur - tel qu'une chute d'avion - toucherait une seule des piscines, chargée à la moitié de ses capacités, contenant donc 1 745 tonnes de combustible. La perte de l'eau de refroidissement pourrait entraîner, du fait de l'échauffement des matériaux et de la rupture des gaines entourant des combustibles, "un relâchement allant à 100 % du césium 137 contenu, soit 66,7 fois le relâchement total de Cs 137 lors de l'accident de Tchernobyl". En supposant que la dispersion des matériaux suivrait des schémas analogues à ceux de l'accident de 1986, les chercheurs estiment que la "dose collective" produite par le césium atteindrait "50 fois la dose collective de Tchernobyl", ce qui pourrait provoquer, sur le long terme, "jusqu'à 1,5 million de cancers mortels". 

Les quelques spécialistes interrogés samedi matin refusaient de commenter l'étude avant de l'avoir lue, mais s'accordaient à considérer que les effets de l'accident envisagé seraient extrêmement graves. Pas plus que les réacteurs nucléaires, l'usine de la Hague n'est en effet conçue pour résister à la chute d'un avion de ligne. Le terrorisme nucléaire inquiète la communauté des ingénieurs nucléaires. Dans la Frankfurter Rundschau du 13 septembre, Lothar Hahn, directeur de la commission allemande de sûreté des réacteurs (RKS), a déclaré qu'une attaque par avion d'une centrale nucléaire était "le pire des scénarios". 

Hervé Kempf

 

SABOTAGE 
CENTRALES NUCLÉAIRES : UN JEU D'ENFANT 


Le service Action de la DGSE a démontré que des professionnels pouvaient facilement pénétrer dans des centrales nucléaires de type EDF et sur la base de sous-marins ultra secrète de l’Ile Longue près de Brest. Les services secrets ont averti EDF du jour choisi pour un dynamitage fictif du coeur des établissements de Nogent-sur-Seine (Aube) et de Pierrelatte (Drôme). Pour faire face à ces alertes, le gardiennage privé a été doublé, un escadron de gendarmerie mobile et des réservistes de la défense territoriale ont été postés aux abords des deux usines et les gendarmes locaux ont été sensibilisés. Dans chaque cas, quatre binômes ont tenté de s'infiltrer. A Nogent-sur-Seine, les clandestins ont fait carton plein : chaque groupe a déposé sa charge fictive. A Pierrelatte, trois des quatre binômes ont réussi leur mission, le quatrième ayant rebroussé chemin de peur d'être détecté. Enfin, deux plongeurs de combat se sont introduits dans la base souterraine de l'Ile Longue où relâchent les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. Ils ont posé des charges fictives sur la coque d'un submersible. Au lieu d'arriver par la mer comme tout le monde le croyait, les deux hommes se sont cachés sous un camion de livraison. Ils ont mis quatre heures pour franchir les 50 mètres entre leur cachette et un sous-marin à quai avant de repartir comme ils étaient venus. La DGSE avait également annoncé à la marine quand cette tentative de sabotage serait exécutée. 

Le Vrai Papier Journal n°15, Nov. 2001

Modifié par Kristo
  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 01/06/2018 à 23:05, Melvin a dit :

Nourrir l'humanité avec de l'agriculture paysanne, c'est complétement méconnaitre la cause de l'apparition de l'agriculture intensive : c'est parce qu'on a mis au point l'agriculture intensive qu'on a pu nourrir autant d'humains sur la planète. Revenir à une agriculture paysanne ne nourrira jamais les milliards d'humains de la planète


Pfouh... Le problème de l'agriculture intensive, entre autres, est qu'elle appauvrit la terre... et les rendements diminuent peu à peu... Elle n'a pas d'avenir.
On pourrait nourrir la planète sans l'agriculture intensive.
 

Le bio pourrait nourrir la planète entière d'ici 2050, selon une étude

Selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature Communications, l’agriculture biologique serait en mesure de nourrir la population mondiale d’ici 2050, que l'ONU estime à 9,8 milliards d'individus.

(...) Certes, le mode de culture bio, qui se passe de produits chimiques, a un rendement inférieur à l’agriculture conventionnelle. Il faudrait donc plus de terres cultivables. Mais d’après les chercheurs, il existe des moyens de compenser : réduire le gaspillage alimentaire, qui représente 30 % des aliments, et consommer moins de protéines animales (viande, lait, etc.). Une partie des terres dévolues à la nourriture du bétail pourrait ainsi être utilisée pour nourrir les humains.
http://www.rfi.fr/science/20171115-bio-pourrait-nourrir-planete-entiere-ici-2050-selon-une-etude

Une agriculture 100 % biologique pourrait nourrir la planète en 2050

Selon une étude scientifique, le scénario est possible à condition de réduire le gaspillage alimentaire et de limiter la consommation de protéines animales

(...) Dans ce travail, le plus abouti sur la question, ils affirment qu’il est possible de nourrir plus de 9 milliards d’êtres humains en 2050 avec 100 % d’agriculture biologique, à deux conditions : réduire le gaspillage alimentaire et limiter la consommation de produits d’origine animale. Et ce, sans hausse de la superficie de terres agricoles et avec des émissions de gaz à effet de serre réduites.
(...) L’intensification de l’agriculture, si elle a considérablement accru la quantité de nourriture disponible au cours des dernières décennies, a dans le même temps conduit à des « impacts environnementaux négatifs considérables », rappellent les scientifiques, qui citent la hausse dramatique des émissions de gaz à effet de serre, le déclin de la biodiversité ou encore les pollutions de l’eau et des terres.
https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/14/une-agriculture-100-biologique-pourrait-nourrir-la-planete-en-2050_5214822_3244.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Thierry locked et unlocked this sujet

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...