Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Les Signes de l'Existence de Dieu


Recommended Posts

Les signes de l'existence de Dieu : La croix, le carré, les petites vagues, l'étoile et le cercle.

(Peut-être que quelqu'un l'a déjà dit mais je souhaitais me taper les 64 pages tout de suite ;) )

Max Maven a dit que l'art qui se rapproche le plus du mentalisme est le one man show et ça je fais déjà ;)

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • 7 months plus tard...
  • Réponses 2,1k
  • Créé
  • Dernière réponse

Membres les + Actifs

CVHD9782357201132.jpg

La Formule de Dieu est un roman du journaliste et écrivain portugais José Rodrigues dos Santos.

le récit permet d'interroger les grandes questions existentielles à la lumière des plus récentes découvertes scientifiques, notamment dans le domaine de la physique quantique.

Le roman a déjà été publié en 17 langues et écoulé à plus de 2 millions d'exemplaires (selon l'éditeur).

À l'inverse d'un roman comme le Da Vinci Code, l'auteur de la Formule de Dieu précise dès le départ que l'ensemble des thèses et théories présentées dans l'ouvrage seraient scientifiquement reconnues. Cet avertissement permet de se plonger en confiance au cœur des explications de l'auteur qui ponctue le récit et font avancer l'intrigue. Progressivement, la problématique géopolitique (l'Iran cherchant à concevoir un nouveau type d'engin nucléaire, la CIA tentant de l'en empêcher) s'efface au profit d'une quête plus profonde sur les origines de l'univers, le sens de la vie avec le concours des théories quantiques les plus contemporaines. La lecture fait parfois penser au Monde de Sophie de Jostein Gaarder. Les longues explications théoriques sont toutefois ponctuées avec bonheur d'un rythme prenant, d'un scénario crédible et d'une réelle identification au héros.

Aux pages 432-434, l'auteur reprend des hypothèses de travail d'Einstein concernant la formation de l'univers après le Big Bang et son lien avec le récit biblique de la Genèse. En se basant sur l'hypothèse que le temps s'est écoulé infiniment plus lentement dans l'univers primitif plus dense et plus chaud, l'auteur révèle que les 6 jours de la Création biblique correspondraient à des périodes de durées dégressives se chiffrant en milliards d'années et correspondant aux calculs les plus récents concernant l'âge de l'univers, estimé aux alentours de 14 milliards d'années.

Pour finir, l'auteur présente avec beaucoup de conviction le principe anthropique actif permettant de comprendre les liens jugés de plus en plus évidents entre les dernières avancées de la physique quantique et les mythes fondateurs de nombreuses sagesses.

Du fait que le roman crée un amalgame de la physique quantique avec la spiritualité et la théologie, il se rapproche plus de la mouvance du mysticisme quantique que de la vulgarisation scientifique conventionnelle.

En France, en juillet 2012, la presse fait l'écho d'un succès grandissant

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Formule_de_Dieu

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • 2 months plus tard...

Je suis étonné de ce qu'un ouvrage passionnant sur l'athéisme vendu à plus de deux millions d'exemplaires ne soit pas encore mentionné dans ce sujet, réparons cette injustice. Pour en finir avec Dieu (dont le titre original The God Delusion, L’Illusion de Dieu, est bien plus subtil que son pendant en langue française) "est un essai à succès du biologiste britannique Richard Dawkins, détenteur de la chaire Charles Simonyi à la Public Understanding of Science de l'université d'Oxford, paru en 2006 dans sa version originale."

La suite sur Wiki :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pour_en_finir_avec_Dieu

31At8tfgRtL._.jpg

Lien à publier
Partager sur d’autres sites

S'il est intéressant de connaître la littérature à ce sujet, ce bouquin comme bien d'autres ne répondent pas à deux questions fondamentales découlant de cette question : l'univers est-il dû à l'action d'une force intelligente et consciente ?

Voici un texte au moins aussi crédible que l'approche de Dawkins. D'ailleurs, ce dernier est connu pour son fondamentalisme athée. Or un chercheur crédible se doit d'être ouvert sur l'ensemble des probabilités, sans en écarter. Il n'en est rien dans le brûlot de Dawkins.

Voici donc une autre approche. C'est celle de certains scientifiques, et cela a été repris par Dos Santos dans son roman "La formule de Dieu". S'il ne cite pas sa source, je crois toutefois que le texte en est issu. Je le mets telle quelle que trouvé sur son blog :

L’Univers aurait-il pu faire le monde d'une autre manière qu’il l’est ?

Si les conditions de départ avaient été autres, dans quelle mesure l'univers aurait été différent ?

La théorie du chaos fourni des instruments mathématiques très précis pour aborder le problème de l'altération des conditions initiales d'un système.

L'expression « conditions initiales » renvoie à ce qui s'est passé aux premiers instants de la création de l'univers, avec la dispersion de l'énergie et de la matière. Mais il faut aussi considérer les lois de l'univers, l'organisation des diverses forces, les valeurs des constantes de la nature.

Prenons par exemple le cas des constantes de la nature. Sont-elles un élément crucial dans ce calcul ?

Les constantes de la nature sont des quantités qui jouent un rôle fondamental dans le comportement de la matière et qui, en principe, présentent la même valeur partout dans l'univers, à tout moment de son histoire. Par exemple, un atome d'hydrogène est semblable sur terre ou dans une lointaine galaxie. Mais, plus encore, les constantes de la nature sont une série de valeurs mystérieuses qui se trouvent au cœur de l'univers et qui lui confèrent nombre de ses caractéristiques actuelles, en constituant une sorte de code qui renferme les secrets de l'existence.

Ces constantes sont une donnée fondamentale, elles constituent une étrange propriété de l'univers et conditionnent tout ce qui nous entoure. On a découvert que la taille et la structure des atomes, des molécules, des corps, des planètes et des étoiles n'étaient ni l'effet du hasard ni d'un processus de sélection, mais résultaient des valeurs de ces constantes.

Cela étant, si les valeurs des constantes de la nature étaient légèrement différentes, que serait l’Univers ?

Si la force de gravité était légèrement plus faible ou plus forte qu'elle ne l'est, si la lumière se déplaçait dans le vide à une vitesse un peu inférieure ou un peu supérieure à celle qui est la sienne, si la constante de Planck qui définit la plus petite unité d'énergie présentait une valeur un peu différente... Bref, que se passerait-il si ces valeurs subissaient de légères altérations ?

On pense qu'il y a deux fins possibles pour l'univers. Ou bien l'univers cessera son expansion pour se mettre à se rétracter, jusqu'à s'écraser sur lui-même… Le Big Crunch.

Ou bien il poursuivait son expansion à l'infini jusqu'à l'épuisement de toute son énergie, pour se transformer en cimetière glacé…Le Big Freeze.

Quelque soit le scénario, la cause est la gravité.

Si la vitesse d'expansion parvient à vaincre la force de gravité, l'univers se dilatera éternellement. S'il n'y parvient pas, il reviendra à son point de départ, un peu comme une pièce de monnaie qu'on lance en l'air et qui finit par retomber. Tant qu'elle monte, la pièce l'emporte sur la gravité. Mais, ensuite, la gravité finit par la vaincre.

Seulement, tout n’est pas dit. Il existe une troisième hypothèse, celle où la force d'expansion est exactement la même que la force de gravité de toute la matière existante. La possibilité que cela se produise est infime, bien entendu, car ce serait une extraordinaire coïncidence que l'expansion de l'univers, étant donné les grandeurs mises en cause, soit exactement contrebalancée par la gravité exercée par toute la matière.

Et pourtant, c'est ce que nous dit l'observation. L'univers se dilate à une vitesse singulièrement proche de la ligne critique qui sépare l'univers du Big Freeze de l'univers du Big Crunch. On a déjà découvert que l'expansion était en accélération, ce qui suggère un futur Big Freeze, mais c'est loin d'être certain. En réalité, aussi incroyable que cela puisse paraître, nous nous trouvons sur la ligne qui sépare les deux possibilités.

Imaginez seulement l'incommensurable énergie libérée au moment de la création de l'univers. Pensez-vous qu'on puisse maîtriser cette gigantesque irruption ?

Ca semble peu probable. Étant donné la force brute du Big Bang, l'expansion ne peut pas être maîtrisée. Cette expansion devrait ou non vaincre la force de gravité de toute la matière. Il est infiniment improbable que l'expansion et la gravité s'équilibrent. Et pourtant, toutes deux paraissent très proches d'un point d'équilibre.

Car si le Big Bang est un événement accidentel et incontrôlable, la probabilité que l'univers se maintienne pour toujours dans un état chaotique, d'entropie maximale, serait écrasante. Le fait qu'il existe des structures de basse entropie est un grand mystère, si grand que certains physiciens parlent d'un incroyable hasard. Si toute l'énergie libérée par le Big Bang était plus faible d'une infime fraction, la matière retournerait en arrière et s'effondrerait en un gigantesque trou noir. Si elle était légèrement plus forte, la matière se disperserait si rapidement que les galaxies ne pourraient même pas se former.

Quand j’évoque une fraction plus faible ou plus forte, on ne parle pas d'une différence de 5% ou 10%. On parle de fractions incroyablement infimes.

L’énergie, pour que l'univers puisse se dilater d'une manière ordonnée, devait être d'une précision de 1/10120. C'est-à-dire 1/1000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000.

Ce qui veut dire qu'à une infinie fraction près, l'univers n'aurait pas eu la possibilité d'abriter la vie. Il aurait reculé vers un monumental trou noir ou se serait dispersé sans former de galaxie,

Cela équivaut à la probabilité que vous lanciez une flèche au hasard dans l'espace et qu'elle traverse tout le cosmos pour aller atteindre une cible d'un millimètre de diamètre située dans la galaxie la plus proche.

Pourtant l'énergie du Big Bang a cette valeur incroyablement précise, concentrée dans cet intervalle extrêmement réduit. Le plus extraordinaire, c'est que seule l'énergie rigoureusement nécessaire à l'organisation de l'univers a été libérée. C'est-à-dire l'énergie strictement indispensable pour qu'il puisse exister… Le Big Bang !

Le Big Bang et ce qui l'a suivi. Par exemple, la question de la création de la matière. Lorsque s'est produit la grande expansion créatrice, il n'y avait pas de matière. La température était infiniment élevée, si élevée que même les atomes ne pouvaient se former. L'univers était alors une soupe bouillante de particules et d'antiparticules issues de l'énergie, qui s'anéantissaient sans cesse les unes aux autres. Ces particules, les quarks et les antiquarks, sont identiques, mais de charges opposées, si bien qu'au moindre contact elles explosent et redeviennent de l'énergie. A mesure que l'univers se dilatait, la température a baissé, permettant aux quarks et aux antiquarks de former de plus grandes particules, appelées hadrons, mais qui continuaient à s'anéantir entre elles. Ainsi se sont créées la matière et l'antimatière. Comme les quantités de matière et d'antimatière étaient identiques et qu'elles s'annihilaient mutuellement, l'univers se réduisait à cette énergie et à ces particules éphémères, sans la possibilité que se forme une matière durable.

Pourtant, pour une raison très mystérieuse, la production de matière a commencé à être légèrement supérieure à celle de l'antimatière. Pour dix mille millions d'antiparticules, dix mille millions et une particules étaient produites.

10 000 000 000 antiparticules

10 000 000 001 particules

Une différence minime, presque insignifiante. Pourtant cela a suffi pour produire la matière. Dix mille millions de particules étaient détruites par dix mille millions d'antiparticules, mais il en restait toujours une qui n'était pas détruite. C'est précisément cette particule rescapée, en s'assemblant avec les autres rescapées dans les mêmes circonstances, qui a formé la matière. Il frappa la page du doigt. Autrement dit, la création de l'univers résulterait d'un extraordinaire hasard. Si le nombre de particules et d'antiparticules était resté le même, ce qui semble naturel, il n'y aurait pas eu de matière. Et sans la matière, nous ne serions pas ici.

Un autre domaine où l'univers fait preuve d'une incroyable précision, c'est celui de son homogénéité. Lorsque s'est produit le Big Bang, les différences de densité étaient infimes, puis elles s'amplifièrent au fil du temps sous l'instabilité gravitationnelle de la matière. Cette précision relevait encore d'un coup de chance inouïe. Le degré d'uniformité est infiniment faible, de l’ordre d'un pour cent mille, exactement la valeur nécessaire pour permettre à l'univers de se structurer. Ni plus ni moins. Si cette valeur avait été légèrement supérieure, les galaxies se seraient vite transformées en denses agglomérats et des trous noirs se seraient formés avant que ne soient réunies les conditions pour créer la vie. D'un autre côté, si le degré de non uniformité avait été un peu moindre, la densité de la matière aurait été trop faible et les étoiles ne se seraient pas formées. Autrement dit, il fallait que l'homogénéité soit exactement ce qu'elle est pour que la vie soit possible. Les possibilités pour qu'il en fût ainsi étaient infimes, mais elles se sont réalisées.

L'existence même des étoiles dotées d'une structure semblable à celle du soleil, permettant la vie, résulte d'un nouveau coup de chance. La structure d'une étoile repose sur un délicat équilibre intérieur. Si l'irradiation de chaleur est trop forte, l'astre se transformera en une étoile bleue géante, et si elle trop faible, celui-ci se réduira à une minuscule étoile rouge. L'une sera excessivement chaude et l'autre excessivement froide, et aucune d'elles n'aura probablement de planètes. Mais la majorité des étoiles, y compris le soleil, se situent entre ces deux extrêmes, et le plus extraordinaire, c'est que les valeurs correspondant à ces extrêmes sont hautement probables, mais ne se sont pas concrétisées. Au lieu de ça, la relation des forces et la relation des masses des particules présentent une valeur qui semble calculée pour que la plupart des étoiles se situent dans cet étroit espace entre les deux extrêmes, permettant ainsi qu'existent et que prédominent des étoiles comme le soleil. Il suffirait que la valeur de la gravité, de la force électromagnétique ou de la relation de masses entre l'électron et le proton soit légèrement modifiée pour que l'univers qui nous entoure devienne impossible.

On peut s’intéresser aussi dans les conditions initiales de l'univers, aux microparticules. Par exemple, deux importantes constantes de la nature, en particulier à cette fameuse proportion des masses des électrons et des protons, appelée « constante beta », et la force d'interaction électromagnétique, appelée « constante de la structure fine », ou « alpha ».

Si on modifie leurs valeurs puis que l’on calcule les conséquences de cette modification, il se produisait une augmentation imperceptible de beta, les structures moléculaires ordonnées cesseraient aussitôt d'être possibles, étant donné que c'est la valeur actuelle de beta qui détermine les positions bien définies et stables des noyaux des atomes et qui oblige les électrons à se mouvoir selon des trajectoires bien précises autour de ces noyaux. Si la valeur de beta changeait légèrement, les électrons seraient pris d'une telle agitation qu'ils empêcheraient la réalisation de processus très précis, comme la reproduction de l'ADN. D'autre part, c'est l'actuelle valeur de beta qui, en corrélation avec alpha, produit au centre des étoiles suffisamment de chaleur pour générer des réactions nucléaires. Si beta excédait de 0,005 la valeur du carré d'alpha, il n'y aurait pas d'étoiles. Et sans étoiles, pas de soleil.

Et sans soleil, pas de terre ni de vie.

On s’aperçoit que les marges sont donc très étroites.

Si alpha augmentait d'à peine quatre pour cent, le carbone ne pourrait plus être produit dans les étoiles. S'il n'augmentait que de 0,1 %, il n'y aurait plus de fusions dans les étoiles. Et sans carbone ni fusion stellaire, il n'y aurait plus de vie. Autrement dit, pour que l'univers puisse créer la vie, il est indispensable que la valeur de la constante de la structure fine soit exactement ce qu'elle est. Ni plus, ni moins.

Analysons aussi la force nucléaire forte, celle qui provoque les fusions nucléaires dans les étoiles et dans les bombes à hydrogène. Si la force forte n'avait augmenté que de quatre pour cent, lors des phases initiales après le Big Bang, l'hydrogène de tout l'univers aurait brûlé trop rapidement, pour se convertir en hélium 2. Cela aurait été un désastre, car les étoiles auraient vite épuisé leur combustible et certaines se seraient transformées en trous noirs avant même que n'existent les conditions pour créer la vie. D'un autre côté, si la force forte se réduisait de dix pour cent, cela affecterait à tel point les atomes qu'ils empêcheraient la formation d'éléments plus lourds que l'hydrogène. Or, sans ces éléments plus lourds, dont le carbone, il n'y a plus de vie. Autrement dit, il est établi que la valeur de la force forte ne disposait que d'une infime marge pour créer les conditions propres à la vie et, comme par enchantement, c'est précisément dans cette infime marge que se situe la force forte.

Du reste, la conversion de l'hydrogène en hélium, cruciale pour la vie, est un processus qui requiert une extrême précision. La transformation doit obéir à un taux exact de sept millième de sa masse par rapport à l'énergie. Si celui-ci baissait d'une seule fraction, la transformation ne se produirait plus et l'univers se réduirait à de l'hydrogène. Si le taux augmentait d'une seule fraction, l'hydrogène s'épuiserait rapidement dans tout l'univers.

0,006% - Seulement de l’hydrogène

0,008% - Hydrogène épuisée

Autrement dit, pour que la vie existe, il est nécessaire que le taux de conversion de l'hydrogène en hélium se situe exactement dans cet intervalle. Or, quelle coïncidence : c'est justement là qu'il se situe ! C'est le jackpot des jackpots !

Prenons maintenant le carbone. Pour diverses raisons, le carbone est l'élément sur lequel repose la vie. Sans lui, l'élaboration de la vie spontanée est impossible, étant donné que seul cet élément est suffisamment flexible pour former les longues et complexes chaînes nécessaires aux processus vitaux. Aucun autre élément ne peut le faire. Le problème, c'est que la formation du carbone n'est possible que par un concours de circonstances extraordinaires. Il se frotta le menton, réfléchissant au moyen d'expliquer le processus. Pour former le carbone, il faut que le béryl radioactif absorbe un noyau d'hélium. Cela semble simple. Le problème est que le temps de vie du béryl radioactif se réduit à une insignifiante fraction de seconde.

0,0000000000000001 seconde.

Et pourtant, c'est au cours de cet instant infiniment court que le noyau du béryl radioactif doit localiser, heurter et absorber un noyau d'hélium, créant ainsi le carbone. Mais, pour que cela puisse se faire en un temps aussi bref, il faut que les énergies de ces noyaux soient exactement identiques au moment de leur collision. Or, nouvelle surprise, elles le sont précisément ! S'il y avait eu la moindre différence, même la plus infime, le carbone n'aurait jamais pu se former. Mais, aussi stupéfiant que cela puisse paraître, il n'y a aucune différence. Grâce à un coup du sort inespéré, l'énergie des constituants nucléaires des étoiles se situe au point précis qui permet leur fusion.

Sans compter qu'il y a encore un autre coup de chance. Car le temps de collision de l'hélium est encore plus bref que le temps de vie infiniment court du béryl radioactif, et c'est cela qui permet la réaction nucléaire produisant le carbone. D'autre part, il y a le problème du carbone qui subsiste après l'activité nucléaire dans l'étoile, ce qui n'est possible que dans des conditions très particulières.

Grâce à une nouvelle et extraordinaire coïncidence, ces conditions ont été réunies et le carbone ne se transforme pas en oxygène.

Et on pourrait citer d’autres exemples.

L'incroyable précision présente dans les diverses forces, dans la température de l'univers primordial, dans son taux d'expansion, mais aussi les extraordinaires coïncidences nécessaires à notre propre planète. Par exemple, le problème de l'inclinaison de l'axe d'une planète. Du fait des résonances entre la rotation des planètes et l'ensemble des corps du système solaire, la terre devrait suivre une évolution chaotique dans l'inclinaison de son axe de rotation ce qui, évidemment, empêcherait l'existence de la vie. Un hémisphère pourrait passer six mois exposé au soleil, sans aucune nuit, et six autres mois à la lumière des étoiles. Mais notre planète a eu une chance incroyable. L'apparition de la lune. La lune est un objet si grand que ses effets gravitationnels réduisent l'angle d'inclinaison de notre planète, permettant ainsi la vie.

De nombreux détails semblent conspirer pour permettre la vie sur terre. Par exemple, le fait que la terre possède du nickel et du fer liquide en quantité suffisante dans son noyau pour générer un champ magnétique indispensable propre à protéger l'atmosphère des particules létales émises par le soleil. C'est une chance. Une autre coïncidence extraordinaire est le fait que le carbone soit l'élément solide le plus abondant dans l'espace thermique où l'eau est liquide. Même l'orbite de la terre est cruciale. Cinq pour cent plus proche du soleil ou quinze pour cent plus éloigné suffirait pour empêcher le développement de forme complexe de vie.

Bref, la liste des coïncidences et des improbabilités est apparemment infinie.

Les propriétés de l'univers, telles qu'elles se trouvent configurées sont des conditions indispensables pour permettre la vie. Ces propriétés pourraient être infiniment différentes. Toutes les autres alternatives conduiraient à un univers sans vie. Pour qu'il y ait vie, un grand nombre de paramètres doivent être réglés sur des valeurs bien spécifiques et très rigoureuses.

Tout ceci peut n'être que le fruit du hasard. Même s’il est hautement improbable que je gagne à la loterie, bien sûr. Mais là, il s'agirait de multiples loteries. Nous avons décroché le gros lot concernant la précision de l'expansion de l'univers, concernant la précision de la température primordiale, concernant la précision de l'homogénéité de la matière, concernant la légère prédominance de la matière sur l'antimatière, concernant la précision de la constante de la structure fine, concernant la précision des valeurs des forces fortes, et électrofaibles et de la gravité, concernant la précision du taux de conversion de l'hydrogène en hélium, concernant le délicat processus de formation du carbone, concernant l'existence dans le noyau de la terre de métaux qui créent le champ magnétique, concernant l'orbite de la planète... Bref concernant tout ; il aurait suffi que les valeurs soient légèrement différentes pour un seul de ces facteurs et... Il n'y aurait pas eu de vie. Mais non, ils coïncident tous.

C'est un peu comme si je faisais le tour du monde et que j'achetais un billet de loterie dans chaque pays visité. En arrivant chez moi, je découvrirais que tous les billets achetés seraient gagnants.

Plus nous analysons l'univers, plus nous pourrions en conclure qu'il révèle les deux caractéristiques fondamentales inhérentes à l'action d'une force intelligente et consciente. La première c'est l'intelligence avec laquelle tout est conçu. L'autre est l'intention de planifier les choses pour créer la vie (source : http://christophebeau.overblog.com/l%E2%80%99intelligence-intentionnelle-ou-pas-de-notre-univers )

Une intelligence à la source de nos origines, nommée Dieu ou nommée différemment, est-elle quelque chose de si dérangeant que nous devions l'écarter de notre existence ?

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Donc t'es en train de nous dire que le trop grand nombre de minuscules marges fait en sorte que la vie dans l'Univers n'a pu être créé que grâce à une force supérieure qui s'occupe de maintenir l'équilibre dans les forces?

Nous ne sommes probablement pas les seuls habitants dans cet immense univers. Nous n'existons que depuis peu et il aura vraisemblablement fallu des paramètres ultra spécifiques au développement de la première forme vivante. Notre forme de vie requiert un type d'environnement spécifique pour ce développé. Comme les bactéries, elle peuvent ou ne peuvent se développer dans tel ou tel milieu si certaines conditions sont absentes ou présentes en trop grand nombre.

Si notre évolution a débuté par le rassemblement de certaines conditions spécifiques, qui ne nous dit pas qu'ailleurs dans l'Univers, il n'y a pas une autre espèce qui a rencontré les conditions spécifiques pour se développer et commencer son évolution, mais comme ils sont différents paramètres et un environnement différent, ils sont différents de nous?

Ce n'est certainement pas en étant incapable de démontrer la justesse frôlant la perfection des paramètres requis à la condition de la vie que c'est forcément une intelligence qui est à la source de nos origines...

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Donc t'es en train de nous dire que le trop grand nombre de minuscules marges fait en sorte que la vie dans l'Univers n'a pu être créé que grâce à une force supérieure qui s'occupe de maintenir l'équilibre dans les forces?

Nous ne sommes probablement pas les seuls habitants dans cet immense univers. Nous n'existons que depuis peu et il aura vraisemblablement fallu des paramètres ultra spécifiques au développement de la première forme vivante. Notre forme de vie requiert un type d'environnement spécifique pour ce développé. Comme les bactéries, elle peuvent ou ne peuvent se développer dans tel ou tel milieu si certaines conditions sont absentes ou présentes en trop grand nombre.

Si notre évolution a débuté par le rassemblement de certaines conditions spécifiques, qui ne nous dit pas qu'ailleurs dans l'Univers, il n'y a pas une autre espèce qui a rencontré les conditions spécifiques pour se développer et commencer son évolution, mais comme ils sont différents paramètres et un environnement différent, ils sont différents de nous?

Ce n'est certainement pas en étant incapable de démontrer la justesse frôlant la perfection des paramètres requis à la condition de la vie que c'est forcément une intelligence qui est à la source de nos origines...

Non, je dis simplement que ceux qui nient l'existence d'une intelligence n'ont pas forcément raison, et que l'objectivité d'une recherche implique l'étude de toutes pistes raisonnables, qu'elles aillent dans le sens ou à l'encontre de nos certitudes. Cela est valable pour l'existence d'autres formes de vies dans l'univers comme pour l'existence ou la non-existence d'une intelligence à l'origine de la structure de l'univers, qui n'est d'ailleurs pas contradictoire avec l'évolutionnisme que tu évoques.

Pour en revenir aux résultats qui ont mené à notre existence, il ne s'agit pas de marges infimes comme tu le dis, mais de résultats précis qui sont tels que la question d'une intelligence se pose dès l'instant où l'on essaie de traiter objectivement la question. Il est évident qu'il ne faut pas partir d'un postulat théïque, mais de répondre avant tout à deux questions fondamentales.

Ainsi, pour en revenir à l'existence ou non de Dieu ou d'une intelligence primordiale, il convient de répondre objectivement à ces deux questions :

- Y a -t-il une intelligence dans la structure de l'univers ?

- Y a-t-il une intentionnalité ?

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Tanhouarn :

"S'il est intéressant de connaître la littérature à ce sujet, ce bouquin comme bien d'autres ne répondent pas à deux questions fondamentales découlant de cette question : l'univers est-il dû à l'action d'une force intelligente et consciente ?"

Ce bouquin (celui de Dawkins) ne répond pas à ta question Parce que tout simplement c'est impossible de répondre à cette question. Comment veux-tu détecter une forme intelligente qui serait à l'origine de l'Univers ???? C'est totalement impossible.

Melvin

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
Tanhouarn :

"S'il est intéressant de connaître la littérature à ce sujet, ce bouquin comme bien d'autres ne répondent pas à deux questions fondamentales découlant de cette question : l'univers est-il dû à l'action d'une force intelligente et consciente ?"

Ce bouquin (celui de Dawkins) ne répond pas à ta question Parce que tout simplement c'est impossible de répondre à cette question. Comment veux-tu détecter une forme intelligente qui serait à l'origine de l'Univers ???? C'est totalement impossible.

Si répondre à cette question est impossible, comment donc affirmer que Dieu, ou une intelligence à l'origine de l'univers, n'existe pas (comme le soutient Dawkins) ?

La détection de l'existence ou de la non-existence peut partir de la réflexion suivante, comme je l'ai dit précédemment :

1- Y a -t-il une intelligence dans la structure (pour être clair, devrais-je dire la structuration ?) de l'univers ?

2- Y a-t-il une intentionnalité ?

« La préservation de la vérité objective et de la capacité de chaque individu à former des jugements objectivement vrais est la condition première et absolument nécessaire d’une vie libre » (James Conant, in Orwell ou le pouvoir de la vérité, p. VIII).

Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Bonjour Tanhouarn

S'il est intéressant de connaître la littérature à ce sujet, ce bouquin comme bien d'autres ne répondent pas à deux questions fondamentales découlant de cette question : l'univers est-il dû à l'action d'une force intelligente et consciente ?

Je confirme, ce livre est vraiment intéressant comme tu l’écris ;) et convaincant à tel point qu’il suscite (pour certains et aux dires de Dawkins) des « conversions » à l’athéisme d’individus précédemment croyants.

Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un livre sur la formation de l’Univers et l’auteur n’entend pas se livrer (contrairement aux religieux qui ont déjà depuis longtemps la solution : c’est Dieu !) à une tentative de réponse à ces questions que tu mets en avant. Néanmoins, Dawkins développe les différences qui existent selon lui entre :

– le théiste (« qui croit à une intelligence surnaturelle qui, outre sa charge principale de créer l’univers au départ, est toujours partout pour surveiller et influencer le destin subséquent de sa création initiale »),

– le déiste (pour qui Dieu « n’intervient jamais » après avoir fixé les lois fondamentales de l’univers et qui « ne porte certainement aucun intérêt particulier aux affaires humaines »)

– et le panthéiste (qui « ne croit absolument pas à un Dieu surnaturel » et qui utilise « le nom de Dieu comme synonyme non surnaturel de la Nature ou de l’Univers »).

Le dieu des théistes répond aux prières et fait des miracles (entre autres particularités) tandis que « le Dieu déiste est une sorte d’intelligence cosmique » (il ne s’intéresse ni à nos pensées ni à nos confessions par exemple). Le Dieu des panthéistes est un synonyme poético-métaphorique désignant les lois de l’Univers. Dawkins ajoute cette jolie formule : « Le panthéisme est de l’athéisme enjolivé, le déisme et du théisme dilué. » mdr

Dawkins montre ensuite que le terme de Dieu utilisé en général (et en majorité sans doute) par les scientifiques (notamment les physiciens, Einstein ou Hawkins par exemple) exprime un point de vue panthéiste c’est-à-dire celui d’un Dieu qui ne se réfère en aucun cas à ceux des religions.

Du coup Tanhouarn, la réponse de l'auteur à ton interrogation me semble claire : pour répondre aux questions de l’origine de l’Univers et aux forces qui l’engendrent, un point de vue panthéiste (comprendre « scientifique ») est tout aussi satisfaisant (et même bien plus encore pour Dawkins) que l’hypothèse d’un Dieu théiste ou déiste. :)

Voici un texte au moins aussi crédible que l'approche de Dawkins. D'ailleurs, ce dernier est connu pour son fondamentalisme athée.

L’oxymore est sympathique mdr mais le fondamentalisme est plutôt l’apanage du religieux.

« Le fondamentalisme désigne l'attachement strict aux principes originels d'une doctrine, généralement religieuse. »

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondamentalisme

Ainsi, il y a peu de chance pour que Dawkins croie en La Licorne rose invisible dont on a déjà parlé dans ce sujet (http://fr.wikipedia.org/wiki/Licorne_rose_invisible) ; si « un chercheur crédible se doit d'être ouvert sur l'ensemble des probabilités, sans en écarter » Dawkins devrait donc être ouvert à cette hypothèse de La Licorne rose, sinon cela ferait de lui un affreux fondamentaliste anti Licorne rose invisible !

En réalité, Dawkins s’attaque surtout aux dieux surnaturels (qu’il qualifie d’illusoires) mais pas au Dieu au sens einsteinien.

« Être ouvert sur l’ensemble des probabilités », certes, mais qu’est-ce que ça veut dire la « probabilité » quand il est question d’écritures anciennes relatant des histoires de créatures surnaturelles -8 ? Quelle est la probabilité de l’existence de Zeus ? Quelle est la « probabilité » pour que l’ange Moroni ait révélé à Joseph Smith la cachette contenant les textes religieux du soi-disant prophète Mormon ?

À ce propos, je reviens sur les deux millions d’exemplaires du livres de Dawkins, un nombre que je ne vais pas comparer à celui d’autres ouvrages des « grandes » religions monothéistes mais plus modestement à celui du livre de Mormon : « En 2008, la publication du Livre de Mormon avait atteint 140 millions d'exemplaires et il avait été traduit dans 107 langues. »

« Le Livre de Mormon, sous-titré Un autre témoignage de Jésus-Christ, est l'un des ouvrages canoniques de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ainsi que d'autres mouvements issus du mormonisme. Il tire son nom de Mormon, l'un des derniers personnages du Livre de Mormon, qui, selon le document, aurait vécu de 311 à 385 après J.-C. sur le continent américain. »

« Le Livre de Mormon affirme qu’il y a eu des peuplades pré-colombiennes blanches extrêmement civilisées, qui connaissaient certaines langues du Vieux Monde, ainsi que certains de ses systèmes d’écriture. Ils fabriquaient des outils en fer, en cuivre et en acier (Ether 7:9, 10:23). Ils élevaient des chevaux et avaient des chariots (Alma 18:9-12). Aucune civilisation de ce type n’a été découverte jusqu’à présent et la plupart de ces signes de civilisation sont considérés comme des anachronismes par les archéologues. Ainsi, selon l'archéologue Michael D. Coe, mayaniste et spécialiste de la Mésoamérique, « il n'y a aucun archéologue professionnel – non-mormon – qui voit la moindre justification scientifique à la croyance dans l’historicité du Livre de Mormon (…) Il n’y a rien, absolument rien, qui soit apparu dans la moindre fouille archéologique du Nouveau Monde qui pourrait suggérer à l’observateur impartial que le Livre de Mormon, tel que prétendu par Joseph Smith, est un document historique lié à l’histoire des anciens émigrants vers notre hémisphère ». Certains archéologues mormons partagent la même opinion – ainsi, pour Thomas W. Murphy, « d’un point de vue scientifique, le Livre de Mormon est originaire du début du XIXe siècle, pas de l’Amérique ancienne. Il n’y avait pas de Lamanites avant 1828 (…) Le Livre de Mormon a surgi des propres luttes de Joseph Smith avec son Dieu. Les Mormons devraient regarder à l’intérieur d’eux-mêmes pour une validation spirituelle et cesser leurs efforts visant à remodeler les Amérindiens à leur image ».

Vraiment, il faut lire tout ça (l'article en lien, pas nécessairement le livre ci-dessous ;) ) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_de_Mormon

150px-Livre_de_Mormon_%28french%29.JPG

C.G.

Lien à publier
Partager sur d’autres sites
  • Thomas changed the title to Les Signes de l'Existence de Dieu

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...