Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Boris WILD

[Réflexion] Paternité du Nom d'un Tour

Recommended Posts

Pour essayer de recadrer un peu le débat (sans pour autant dénigrer ni sous-estimer la nécessaire réflexion éthique permanente sur la protection du droit d’auteur en magie) : Je dirais à tous ceux qui, à l’avenir, souhaitent inventer des effets de télépathie (ou bien publier livres et dvd sur le sujet) :

J’espère, de tout cœur, que ces effets seront :

- aussi beaux et poétiques que celui de Boris Wild

- aussi nets et percutants que ce que Pascal de Clermont est capable de faire

… et que les conditions soient aussi impossibles que dans «Télépathie Réelle» !

Et là ce sera vraiment génial !!!

Pour le titre… pas de souci… Il reste encore plein de mariages possibles en utilisant le mot «Télépathie» (promis je ne protesterais pas si un des titres ci-dessous est utilisé à l’avenir) :

Télépathie Vraie

Télépathie Véritable

Télépathie Authentique

Télépathie Indubitable

Télépathie Incontestable

Télépathie Irrécusable

Télépathie Claire

Télépathie Limpide

Télépathie Translucide

Télépathie Nette

mdr Peace !

Modifié par Patrick Froment

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Quoi qu’il en soit, il est quand même fort probable que « pure telepathy » soit déjà utilisé quelque part dans le monde comme titre d’un autre tour sans même que nous le sachions…

« Fort probable » ? Il va falloir m’expliquer ce qui peut faire supputer la « forte » probabilité de préexistence du nom d’un tour. En réalité, il faut bien qu’un titre existe une première fois et pour le savoir, il faut vérifier (en fait, des titres identiques existent parfois sans générer de problème, je suppose parce qu’ils ne soulèvent pas de conflit d’intérêts).

Le message est très vieux, je l'avais perdu de vue.

Que signifie la forte probabilité ?

Enfin, soyons de bonne foi : si je veux écrire un livre sur la production de yaourts maigres, il est beaucoup plus probable que le titre "yaourt maigres" soit déjà pris que le titre "yaourts maigres à tous les goûts, pour tous les jours de la semaine, y compris les jours fériés catholiques et juifs"... faut-il vraiment faire une étude statistique ? : )

Dans un cas, il n'y a rien d'original, dans l'autre c'est évidemment original. On ne pourrait formuler par hasard un titre identique !

http://www.sgdl.org/les-services/la-minute-sgdl/773-la-protection-du-titre :

"Le titre d'une œuvre est protégé à part entière. Un article du Code de la Propriété Intellectuelle lui est même consacré. Il est très clair « Le titre d'une œuvre de l'esprit, dès lors qu'il présente un caractère original, est protégé comme l'œuvre elle-même ». Nous sommes donc dans la protection classique par le droit d'auteur, avec la notion d'originalité"

(...)

"Comment déterminer si un titre est original ?

C'est une notion très subjective et en cas de conflits, seul un juge aura le pouvoir de trancher; c'est la fameuse appréciation des juges du fond.

Si on examine la jurisprudence, il est difficile de s'attacher à des critères, car elle est parfois contradictoire. L'idée est que la combinaison des mots doit être particulière, non évidente, et ne pas être issue du langage courant."

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

À y bien réfléchir, tu as raison Karl, si au lieu de Pure Telepathy ce tour de magie s'était appelé de façon très originale (je te cite) "[Yaourt maigre] à tous les goûts, pour tous les jours de la semaine, y compris les jours fériés catholiques et juifs", il n'y aurait aucune ambiguïté pour un juge quant à question de la paternité de ce nom ;) . Avis aux amateurs mdr .

Plus sérieusement, Pierre avait déjà répondu très clairement sur les points que tu soulèves ci-dessus (c'est moi qui graisse le passage) :

Bonjour Karl,

Comme vous le soulignez justement, l'appréciation du caractère distinctif ou non distinctif du nom d'un produit peut, dans certains cas, faire partie de la zone subjective que la justice doit définir. En revanche, vous avez une vision beaucoup plus stricte que celle de la jurisprudence en ce qui concerne l'appréciation de ce caractère. L'association des deux termes "pure" et "telepathy" revêt cette distinctivité nécessaire au sens de la jurisprudence. A titre d'exemple - peut-être extrême d'ailleurs à mon sens - la Cour d'appel de Paris a admis dans un arrêt du 30 avril 1998 que le terme Abracadabra pouvait constituer un nom de produit protégeable pour désigner des articles de magie...

"Il me semble que dans le cas d’une expression simple et aussi commune, seul serait juridiquement problématique, l’utilisation de la même expression pour un autre tour d’apparence identique ou très similaire."

Non, les textes sont très clairs sur cette question

Cordialement,

Pierre

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

C'est amusant que ce sujet remonte.

Entre temps, je discutais avec Tony Binarelli, qui se plaignait que quelqu'un lui ai pompe integralement sa routine, appelle KISS, decrite dans les annees 70's, en reprenant, non seulement la routine integrale a quelques elements divergeants, mais aussi le nom de la routine.

Quelle coincidence... venir se plaindre d'un plagiat potentiel mais fortuit a propos du nom d'un tour publie dans des notes de confs vendues a 50 exemplaires, lu a 5 exemplaires et dans le meme temps, repomper integralement la routine de quelqu'un d'autre sans jamais citer ses sources, et faire le tour du monde avec en criant au genie creatif, voila qui effectivement me laisse dubitatif.

A bon entendeur.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites
C'est amusant que ce sujet remonte.

Entre temps, je discutais avec Tony Binarelli, qui se plaignait que quelqu'un lui ai pompe integralement sa routine, appelle KISS, decrite dans les annees 70's, en reprenant, non seulement la routine integrale a quelques elements divergeants, mais aussi le nom de la routine.

Quelle coincidence... venir se plaindre d'un plagiat potentiel mais fortuit a propos du nom d'un tour publie dans des notes de confs vendues a 50 exemplaires, lu a 5 exemplaires et dans le meme temps, repomper integralement la routine de quelqu'un d'autre sans jamais citer ses sources, et faire le tour du monde avec en criant au genie creatif, voila qui effectivement me laisse dubitatif.

A bon entendeur.

Houla ce sont des accusations très graves qui méritent d'être "un peu" plus argumentées.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Aaaaaaah Stéphane Jardonnet... Ça faisait longtemps... Tu as réussi à me faire sortir de mon silence sur VM... Toutes mes félicitations ! Il faudrait un jour qu'on boive un verre ensemble et que tu m'expliques en face à face pourquoi tu as autant de mépris à mon égard et pourquoi tu cherches régulièrement à me discréditer vis-à-vis des autres magiciens. Car avant de poster quelque chose sur la place publique, il faut un minimum connaître son sujet et vérifier ses sources avant.

Voici un extrait d'un message que j'avais posté sur VM le 29 octobre 2011 (http://www.virtualmagie.com/ubbthreads/ubbthreads.php/topics/315196/3) où je réagissais au passage TV d'un magicien arménien qui avait présenté une copie conforme du Kiss Act et quand je dis conforme, il s'agissait purement et simplement d'un plagiat. Je parlais justement de l'effet de Tony Binarelli qui s'appelle à l'origine "Lipstick" et non pas "Kiss" comme Stéphane Jardonnet le prétend :

"Voici donc l'effet de Tony : une spectatrice choisit une carte à dos bleu qu'elle perd dans le jeu. Elle envoie vers le magicien un baiser qu'il réceptionne sur sa joue puis essuie avec un foulard. La marque de rouge à lèvres est maintenant sur le foulard. Ce dernier est ensuite déposé par-dessus le jeu. La spectatrice appuie sur le foulard avec la marque de rouge à lèvres. Elle lève la main : le baiser a disparu ! Le jeu bleu est étalé : une carte à dos rouge est maintenant au milieu de l'étalement. Elle est retournée : c'est la carte choisie avec la marque de rouge à lèvres sur la face.

La version anglaise de ce tour est toujours vendu par Camirand Academy of Magic qui est également l'éditeur de mon livre en anglais sur le jeu marqué. J'ai eu la chance de travailler avec Tony en 1998 aux Monte Carlo Magic Stars lorsque j'ai présenté le Kiss Act pour la première fois en Principauté. Gary Ouellet, partenaire de Guy Camirand et co-auteur d'une seconde version de l'effet de Tony appelée "Lips", était présent également car nous tournions tous pour l'émission américaine "Champions of Magic". J'ai un souvenir ému -et de belles photos- de cette réunion unique d'amoureux de "kiss"."

NB : une variante du même effet appelée "Superlative Lover" a également été décrite en 2003 dans Card College 5 de Roberto Giobbi.

Depuis j'ai eu le plaisir de croiser Tony à plusieurs reprises, nous sommes devenus amis et il est même venu me voir en conférence à Rome il y a tout juste un an (le 5 novembre 2014 pour être très précis) lors d'une tournée en Italie. Jamais le sujet du Kiss Act n'a été évoqué et nous avons passé une excellente soirée ensemble. Je tiens d'ailleurs des photos à ta disposition, Stéphane ! Pas exactement le comportement de quelqu'un qui "se plaint" et qui me reproche de lui avoir "pompe integralement sa routine". (sic) D'ailleurs, si tel était le cas, je pense que j'aurais reçu au moins un courrier ou un coup de fil depuis 1996...

Enfin, et c'est là le principal, si vous relisez le descriptif de l'effet de Tony ci-dessus et si vous connaissez le Kiss Act, personne d'un tant soit peu sensé et objectif ne peut écrire "en reprenant, non seulement la routine integrale a quelques elements divergeants, mais aussi le nom de la routine" ou "repomper integralement la routine de quelqu'un d'autre sans jamais citer ses sources". Quant au "en criant au genie creatif", je n'ai jamais eu cette prétention et c'est très mal me connaître. Par contre, cette phrase, elle, est d'un tel mépris qu'elle en dit long sur son auteur et sur la sincérité de ses propos.

Alors oui il y a des baisers dans le Kiss Act. Il y en a eu avant et après moi en magie. Luca Volpe vient d'ailleurs de sortir un livret appelé Romance qui décrit une routine magique avec des baisers... qui plus est chez mon éditeur C.C. Editions ! Il y a même un joli baiser rouge sur fond blanc sur la couverture mais je ne vais pas pour autant intenter un procès d'intention ni à Luca ni à Frantz car hormis l'élément "baiser", l'effet n'a rien à voir avec le Kiss Act (qui lui est de toute façon un numéro entier) comme celui-ci n'a rien à voir avec l'effet de Tony Binarelli.

J'espère que ces quelques informations, qui elles s'appuient sur des faits précis, vous auront permis de faire votre propre opinion sur les accusations proférées ici.

Je retourne à mes bisous... ;)

Boris

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...