Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres soutenant VM. Clique ici pour en savoir plus !
Julien LOSA

[Réflexion] Texte pour Fil Coupé et Raccomodé (Gipsy thread)

Recommended Posts

Bonjour,

Pour commencer, je te remercie ‘J’ pour ce partage.

Je trouve en effet intéressent de débattre sur la ‘présentation’. On constate tous que cela semble être la chose la plus importante, la plus compliquée, mais c’est aussi la plus passionnante.

Je trouve donc ton texte particulièrement bien adapté à ce numéro.

Bon..., se permettre de donner son avis sans justification ça fait un peu léger alors, je m’explique (au risque d’être un poil barbant) :

Ce numéro est, je trouve, naturellement ‘minimaliste’ visuellement, de part la neutralité de l’unique accessoire utilisé. Ce minimalisme invite, à mon sens, facilement à l’utilisation d’une référence ‘symbolique’ de l’objet (ici le fil de la vie).

L’utilisation d’un texte n’utilisant pas l’objet en tant que symbole mais en tant qu’objet concret est évidement possible mais, à mon sens, il serait pour cela nécessaire de donner à l’objet plus de corps / plus de vie… en utilisant des accessoires plus travaillés ou des accessoires complémentaires, ou autre…

On pourrait également être tenté de présenter ce numéro sans texte afin de ne pas ‘parasiter’ la simplicité visuelle de l’effet (je le présentais maladroitement de cette manière il y a quelques années).

Mais, après réflexion, je trouve que cela provoque l’effet inverse :

L’effet visuel occupe trop de place vis-à-vis de la présentation et le numéro devient une sorte de douce démonstration de ‘force’.

Et c’est la que le texte de ‘J le ma-j-cien’ (peut être un cousin de ‘M le magicien’ de Massimo Mattioli?) a, à mon avis, toute sa place.

Je le trouve (et au vu des commentaires je ne suis pas le seul) très fort (comprendre : envoûtant) et même plus fort que l’effet, ce qui je pense, est très nécessaire en ‘magie’.

Je n’ai moi-même pas encore réussi à écrire un texte qui me convienne pour ce numéro (donc mon avis reste d’un intérêt relativement limité)… mais j’étais également parti il y a quelques années vers un texte symbolique utilisant cette fois le thème des ‘invisibles filins’ qui nous relient à notre destinée. Le texte change mais le but me semble le même…

Le fait d’avoir utilisé des vers me semble également judicieux pour les raisons suivantes :

Je trouve que cela incite forcement à la poésie (cela va de soi.. avec ce genre de commentaires on va pas avancer ;-) ) et également à une certaine ‘concentration’/‘captation’ pour le spectateur (peut être en partie due au rythme imposé par les vers) ce qui renforce pleinement le coté intimiste (ne surtout pas comprendre ‘close up’, mais ‘accessibilité du magicien en tant que ‘personnage’) qui je pense convient très bien pour ce numéro. Enfin l’utilisation de rimes permet d’ajouter relativement facilement une certaine ‘noblesse’ au texte.

La qualité et la ‘force’ du texte (ici celui de J) font donc, pour le spectateur, passer en apparence l’effet au second plan…En apparence seulement car l’effet en ressort évidement pleinement grandit de part un juste équilibre d’impact entre le texte et le visuel.

Cette subtilité ne semble pas consciemment perçue par le spectateur et il se laisse ainsi volontiers embarqué par l’histoire mettant complètement à terre le sentiment d’assister à une démonstration de ‘truc’. D’ailleurs l’effet devient pleinement une simple ‘illustration’ des propos ce qui je trouve participe à une certaine idée de théâtralisation de l’ensemble.

Ce n’est pas clair ? Je veux dire par la que l’effet occupe complètement la place réduite qu’il lui est du et surtout pas plus. La ‘place’ qu’il occupe est bien sur relative aux autres éléments de la présentation (ici le texte). Tout ça pour dire que le texte de ‘J’ participe à réduire la place de l’effet pour finalement le mettre plus en valeur.

C’est encore moins clair ? … bon… Tant pis.

J’aurais cependant trouvé intéressant d’ajouter quelques lignes d’introduction afin de poser le ‘décor’ (pour bien comprendre ou/quand se situe l’histoire) et surtout donner au texte un temps d’avance vis-à-vis du visuel (l’accessoire ne serait pas visible durant cette l’introduction).

Dans la même idée, quelques lignes de conclusion afin de ne pas donner le dernier mot a la ‘restauration’ visuelle mais bien à l’histoire, participerait à diminuer d’autant l’importance de l’effet et harmoniserait l’ensemble. (Cela reste un point de vue très discutable)

Toute cette explication fait un peu ‘bateau’ et il est tellement compliqué d’expliquer par écrit ce genre de chose, mais je tenais à tenter d’argumenter mon ‘avis’ sur ce très joli texte.

Tout ce blabla pour finalement dire (ahhh on en voit enfin le bout) :

Merci ‘J’ car cela m’a donné l’envie, en utilisant de nouvelles pistes, de me replonger dans le texte que j’avais commencé à écrire pour ce numéro.

Julien K.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Revoir Jacques Delord qui présentait cette routine avec un poème de Paul Fort si je ne m'abuse.

Le texte doit être en "équilibre" avec la routine, soulignez certains passages ou ponctuer une action mais en aucun cas prendre l'ascendant sur le tour. Le public doit voir de la magie ET entendre une histoire mais pas l'un ou l'autre.

Modifié par Roland Grall

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Winfried ,

En fait, je me demandais, si, l’effet ne devait pas être ’dirigé’ et ‘contenu’ par la présentation (au sens général) et donc que la présentation devait avoir une place légèrement plus importante que l’effet (en terme d’impact bien sur).

Pour imager :

que le spectateur ne pense pas ‘très bien son numéro de fil coupé avec l’histoire des 3 Moires’

Mais ‘très bien son numéro des 3 Moires avec le fil coupé’

Ca mériterait débat, et j’apprécierais beaucoup ton aide afin de mieux comprendre ces subtilités…

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Cela me fait penser au numéro que Sylvain M. a bossé depuis quelques années. Un poeme de Prévert et place à la Poésie..je l'ai revu il n'y a pas longtemps, Sylvain l'a enrichi au fil des années et je me suis pris au jeu de la poésie en le regardant faire..(a tel point que j'ai failli rater l'effet magique final...) Continue J, je t'adore!

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Très difficile à expliquer en effet, mais selon jacques delord le texte doit être une "musique" imprimer un rythme au tour te les effets sont là pour ponctuer. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre

Je fais depuis plus de 25 ans les trois cordes avec un texte de ma composition eh bien les gens qui ont vu se tour et me rencontrent parfois me demande si je fais toujours se tour des serpents!!

C'est l'équilibre entre le texte et le tour qui produit cet effet

Il faudrait que le public se souvienne du tour des 3 Moires.

Pour cela il ne faut pas que le texte soit prise de tête afin que les mots principaux soient retenus et si tout cela est en équilibre, si l'histoire ne prend pas le pas sur la routine ou l'inverse la sauce prend. Le public se laisse entrainer dans ton monde si tu lui prends la main et que tu lui montres le chemin. Tiens en primeur je vais fous faire ce tour ici sur le forum:

C'est l'histoire d'un serpent (montrer une corde)

Qui un jour rencontre une compagne (montrer 2 cordes égales)

Ils tombent amoureux et décident de se marier (repli des cordes)

De cette union nait un serpenteau (montrer 3 cordes inégales)

mais ce petit serpenteau comme tous les enfants du monde aimer rêver, rêver qu'il devenait aussi grand que ses parents

Une nuit il se vit joindre les extrémités (repli) et unissant leurs efforts ils devinrent égaux; (montrer 3 cordes égales)

Attendre les applaudissements et repli des cordes)

Mais au matin lorsqu'il s'est réveillé, son père était toujours aussi grand et lui aussi petit.

Alors on se demande qui a rêvé dans cette histoire, les parents? ( montrer 2 cordes égales et les filer)

ou bien Vous qui venez de m'écouter? (filer une seule et unique corde comme au début)

J'ai trouvé ce texte au fur et à mesure que ma routine progressait lors de mes conférences je présente les 3 cordes comme on me l'a montré et ce que j'en ai fait après des recherches .

J'ai mis un an à peaufiner mais le résultat est là.

Si tu lis l'histoire seule elle est horrible mais utilisée pour donner un rythme au tour cela passe très bien

De plus dans ma routine tu te retrouve dans la même position à la fin qu'au départ. La boucle est bouclée, normal pour un tour de corde!!

Je pense que beaucoup de tour y gagneraient en fluidité s'ils étaient "contés" et si on s'attachait à avoir à nouveau les mêmes éléments à la fin qu'au début. Exemple des films où le générique de fin reprend les images du début.

J'éspère avoir bien défini ma démarche

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Merci Winfried pour ces explications,

il y aurait tant a dire... tant a lire. je t'envoie a ce sujet un message privé au sujet de 'jacques delord'.

Julien K.

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

"Le fil"

souchon2.jpg

C'est un air détaché

Pour chanter le fil enchanté,

Qui, malgré nos airs fâchés,

Dit : "Tâchez de vivre attaché,

Les cœurs des cœurs approchés,

Accrochés par un fil caché.

Si le monde est démanché,

Tâchez de pas le lâcher."

Le joli fil entre nos cœurs passé,

Oh, le fil...

Le fil de nos sentiments enlacés,

Oh, le fil nous lie, nous relie.

Sur la Terre, tout est gâché,

Empêché, presque arraché,

Alors faut s'amouracher,

S'aimer, vivre attaché.

Politiciens éméchés,

Sachez qu'on peut se fâcher,

Qu'il faut pas ce fil toucher,

L'arracher ni l'effilocher.

Le joli fil entre nos cœurs passé,

Oh, le fil...

Le fil de nos sentiments enlacés,

Oh, le fil nous lie, nous relie.

C'est un air détaché

Pour chanter le fil enchanté.

Le joli fil entre nos cœurs passé,

Oh, le fil...

Le fil de nos sentiments enlacés,

Oh, le fil...

Le fil qui nous sert à nous resserrer,

Oh, le fil...

Le fil tendu, entre nous, comme un lien,

Oh, le fil...

Qui nous tient, nous retient,

Le joli fil entre nos cœurs passé,

Oh, le fil...

Le fil tendu entre nous comme un lien,

Oh, le fil...

Qui nous tient, nous retient.

Alain Souchon

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Très enrichissant ce post ! :)

Voilà qui va me faire bien cogiter ce week end...! ;)

"Je file", bon week end à tous !

Partager ce message


Lien à publier
Partager sur d’autres sites

Rejoins la conversation !

Tu peux publier maintenant et t'enregistrer plus tard. Si tu as un compte, connecte-toi maintenant pour publier avec ton identité.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédemment saisis, a été restauré..   Effacer le contenu

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...