Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Réflexion'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • 1. Discussions Générales
    • Cercle VM
    • Forum Général
    • Les Étagères Magiques
    • 🔒 La Chambre des Secrets
    • Conseil des Sages
    • Chemins de Traverse
    • Quizz magique
    • VM : parlons-en !
    • La Chambre à Air
  • 2. Petites Annonces
    • Vente
    • Achat
    • Échange "Y'a un troc"
    • Emploi
    • Rencontre (déplacé dans le Forum Général)
  • 3. Associations/Clubs
    • Amicale Nantaise des Illusionnistes et des Magiciens Amateurs (AnimA)
    • Les 78'Tours
    • Magic Club Belge (MCB)
    • ARH Toulouse
    • Magicos Circus Rouennais
    • Cercle Francais d'Illusion (CFI)
    • Le Lapin Noir
    • Pizzas Magicos
    • Mentalmania
    • Cercles MIAgic'S
    • Illegal Magic Club
    • Misdirection
    • GIMIC (Groupe des Inconditionnels de la Magie Implantés aux Cariatides)
    • Le rêve et l'âme agit
    • Crazy Druids

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


NOM


Localisation


Biographie


Profession / Occupation


Club(s) / Association(s) / Cercle(s)...


Connaissances Utiles pour Notre Art :

  1. Autres surprises pour jalloner ce dernier mois 2022 : @Frantz (CC Magique !) nous propose chaque jour un extrait, anecdote ou réflexion sur la Magie A retrouver ici !
  2. Je partage ici un texte de @Christian CHELMAN que je trouve particulièrement intéressant. Je ne peux qu'encourager les magiciens intéressés à découvrir ses livres. Un nouveau est d'ailleurs en préparation chez Ludo, une très bonne nouvelle. Ilusionnisme Fantastique ou Magie Bizarre. Petit manifeste. Il y a des années de ça, dans mon livre « Légendes Urbaines », j’introduisais la notion d’illusionnisme fantastique pour me détacher du concept de magie bizarre américain (Bizarre Magic(k)). La « bizarre magick » est développée par Tony Andruzzi et d’autres dans les revues Invocation et The New Invocation. Il s’agissait d’une recherche expérimentale théorique sur des nouvelles formes de prestidigitation qui remettaient un sens au mot Magie. A ce sujet, je vous conseille de lire les travaux de Thibaut Rioult/Azoth Aurum. Capricornian Tales, mon premier livre américain, montre une voie « pratique » à ce concept, car développée indépendamment du milieu américain, elle n’applique pas les mêmes règles et est jouée devant un vrai public. Quelques différences majeures existent : - Le magicien doit avoir une connaissance parfaite de l’illusionnisme traditionnel, en particulier du close-up, de la cartomagie, du mentalisme et des techniques de tricherie. Quand je dis « connaissance parfaite », c’est même un euphémisme. Les techniques seront adaptées pour obtenir « L’EFFET » qui n’a rien à voir avec « LE TRUC ». Nous y reviendrons. Certains effets ne nécessitent pas de « tour » pour renforcer l’histoire. Aramitama, le naufrage de l’Andelana, est tellement documenté que l’histoire est « magique » par elle-même. - Les objets utilisés sont strictement authentiques, souvent antiques mais pas toujours (vous pouvez très bien utiliser un jouet trouvé dans une « boîte à chiques » si l’objet est au centre de l’histoire). A titre d’exemple, la tablette d’exécration égyptienne de la VIe dynastie n’est pas une copie bon marché. Vous vous adressez à un public intelligent qui fera rapidement la différence entre les deux ; et un seul membre de l’assemblée qui dirait (avec raison) que l’objet est faux, détruirait immédiatement l’effet que vous essayez de créer. Pour faire bref, la plupart des objets de mes collections ont leur place dans des expositions muséographiques (du musée du quai Branly jusqu’au musée des Confluences de Lyon) car ils sont de rares témoins d’une Histoire oubliée. Et la Tablette d’exécration a été étudiée par les historiens de l’université d’Heidelberg. - Si ce que vous racontez concerne des évènements historiques, ils ont intérêt à être parfaitement documentés pour la même raison que l’authenticité de l’objet doit être établie. Voir à ce propos, le coffret Vampyres et la recherche Historique approfondie qui est développée dans « l’Hypothèse Vampyrique ». - La construction de l’histoire doit être originale et un talent de conteur n’est pas à négliger. Tous les objets que vous utilisez ne doivent pas être obligatoirement trouvés dans le grenier de votre grand-père et tous les thèmes ne concernent pas uniquement le naufrage du Titanic ou Jack the Ripper. - Enfin, vos créations sont uniques, personnelles et non destinées à être reproduites en série pour une clientèle en mal de sensation. Par contre, elles peuvent inspirer les étudiants sérieux de l’illusionnisme fantastique. C’est à ça que servent mes livres, ils contiennent assez d’informations pour donner une base de travail pratique. L’effet n’est pas le tour. L’effet est l’émotion « magique » ressentie par votre public lors d’une performance. Il est la résultante de la combinaison des éléments cités précédemment. Comme un des éléments essentiels de la construction de l’effet est la suspension d’incrédulité, une erreur dans la technique, l’objet, l’histoire etc, sera une erreur à 100 % et détruira l’équilibre fragile que vous essayerez de créer. Donc, si vous achetez des petits tours bizarres produits en série à des prix souvent prohibitifs, vous êtes dans le milieu de la magie bizarre. Si vous créez une œuvre unique et personnelle et respectant les règles ci-dessus, vous entrez peut-être dans le domaine de l’illusionnisme fantastique. Mais ne confondez pas les deux. L’illusionnisme fantastique est un art élitiste qui demandera bien plus que d’acheter un truc tout fait à présenter dans la soirée. L'illusionnisme fantastique est donc une école de pensée avant toute autre chose. *Le Surnatéum est un cabinet de curiosité qui offre une réflexion sur plusieurs sujets: Outre le domaine particulier de l’illusionnisme, il explore les notions de réalisme magique (école belge), de muséographie, de littérature fantastique (qu’il amène dans la tridimensionnalité), de révision de l’Histoire qu’il explore sous d’autres angles de vue, d’histoire de la magie au cours des âges, d’œuvre artistique etc.
  3. Une peur d’être démasqué, un sentiment de scepticisme à l’égard de sa propre production, un doute permanent… tels sont certains signes du syndrome de l’imposteur. Et si ces modalités, par la force des choses, étaient le moteur même du métier d’illusionniste? J’attends vos réflexions, vos ressentis sur ce sujet.
  4. Quelle importance accordez-vous à la présentation d’un tour de magie ? Je suis parfois surpris par le peu d’effort que les magiciens investissent dans la présentation de leurs tours de magie. Consacrez-vous beaucoup de temps à réfléchir à vos présentations ou considérez-vous que la magie parle d’elle même et que le mieux est d’en dire le moins ?
  5. Comme précisé sur un autre message, la lecture de Unlock m'a amené à me pencher sur le Stand-Up. Au passage, merci @Victor COLLANGE, @Thomas RIBOULET et Florian Giraud. J'en suis au début de mon cheminement. Il existe un site internet très facile à trouver. On y trouve des idées, des exercices, des critiques. Est associé un podcast que je découvre selon mon inspiration. Je voulais partager cet épisode dans lequel je retrouve de la construction d'une blague qu'on peut appliquer à un effet magique (Ortiz) de la recherche de l'authenticité de l'artiste de l'efficacité de la blague qui pourrait être un pendant du travail de Tamariz un regard sur la traduction de livres une fenêtre sur envie de tester pour savoir comment intégrer à mon approche https://podcast.ausha.co/stand-up-france-le-podcast/ep88-le-comedy-bible-avec-eugenie-dumont-paillette-et-scott-fins Je travaille sur Comedy Bible depuis 3 semaines. Je ne sais pas si c'est d'avoir un angle différent de ce que je souhaitais déjà insuffler, mais les exercices proposés m'ont permis de trouver une routine de travail qui dynamisé ma créativité.
  6. Bonjour à tous et toutes, je partage ici une reflexion: il m'arrive de proposer des ateliers d'initiation à la magie en secteur pénitentiaire. Les personnes détenus sont souvent sensibles à "l'arnaque". Ne pas (plus) se laisser avoir est un leitmotiv, parfois une condition à la survie. Dans ces conditions, prétendre amener de la magie est une gageure: Je leur demande de se laisser avoir, accepter de se faire surprendre, ne pas tenter de comprendre... La difficulté est grande. Alors j'entends souvent : "ah je sais comment tu fais, tu triches, tu manipules sans qu'on le voit". Et parfois, quand je me pense être un bon magicien j'entends " mais quand même t'es fort, j'ai rien vu !". C'est troublant car je ne souhaite pas être un bon ou un mauvais manipulateur, un menteur qui dissimule bien ses stratagèmes, je souhaite être magicien ! Et puis je me penche depuis quelques jours sur "concevoir des miracles-d. Ortiz" et je relis pour la énième fois "le chemin magique- j. Tamariz". Je fais alors le parallèle avec la musique : " la musique c'est ce qu'il y a entre les notes". "la magie c'est ce qui arrive quand il ne se passe rien" (citation personnelle mais si je l'ai piquer sans m'en rendre compte, merci de me donner la source !) C'est énervant parce qu'en tant que magicien, je retire un certain plaisir à étudier le dernier Sdc à la mode ou bien la meilleure L2. Finalement, je suis intéressé par le style ou l'ingéniosité de gestes qui ne devraient pas se voir. Et c'est précisément ces gestes que j'échange avec d'autres magiciens. Ceci me donne une envie assez récurrente chez moi: arrêter de consommer de la magie et étudier encore et encore à rendre mes gestes invisibles. C'est frustrant mais cela me semble être la condition de la quête à la vraie... Magie! Ps:merci à darwin et Juan et à tant d'autres d'avoir écris des choses que l'on relis encore et toujours en fonction de l'évolution de son niveau, en y trouvant constamment de nouvelles graines à planter dans son jardin magique ( je deviens lyrique mais comme c'est ma réflexion, je fais ce que je veux !)
  7. Bonjour à tous, Un moment de réflexion m'a amené à la question suivante : Que feriez-vous pour confirmer que vous êtes magicien quand on vous pose la question, mais sans utiliser votre voix, seulement un effet magique. Quel serait-il ? Personnellement, j’ôte mon annulaire gauche puis le remets en place. J'estime avoir répondu par l'affirmative puis attends la suite. Merci pour vos réponses
  8. Bonjour à tous, Non, il ne s'agit pas d'un nouveau Quizz magique mais bien d'une demande particulière et spécifique. Dans la quasi totalité des discussions du forum, il arrive que l'interlocuteur cite un tour en particulier ou un effet précis, et je souhaiterais savoir si certains d'autres vous connaissent l'effet dont je vais vous parler par la suite. Pour vous re-situer dans le contexte, il s'agit de l'un des premiers tours de magie de cartes que j'ai appris. Après avoir reçu à 5 ans un petit livre sur la Magie (pièces, allumettes, effets mathématiques, etc...), un ami de la famille a vu que j'étais emballé par la magie et m'a enseigner cet effet alors que je devais avoir 6 ans à peine. J'ignore comment il le connaissait et s'il était lui-même magicien ou juste capable de faire quelques tours pour le plaisir des autres (et le sien j'imagine^^). Toujours est-il que je n'ai jamais rencontré qui que ce soit qui connaissait cet effet lorsque je fais ce tour, je n'ai jamais vu de vidéos présentant un effet du même genre et encore aujourd'hui je me demande bien quel nom je pourrais lui donner. Voici l'effet: Le magicien éventail les cartes et fait choisir une carte mentalement au spectateur. Puis avec son doigt, il effeuille et compte à voix haute les cartes jusqu'à la carte du spectateur. (Pour l'exemple, nous allons imaginer que le spectateur à choisi le 10 de Pique et qu'il est en 16ème position). Le magicien distribue alors 16 cartes face en bas sur la table, la carte du spectateur étant la dernière posée sur la pile. Le magicien demande au spectateur combien il veut de cartes en dessous du paquet. (Toujours dans l'exemple, nous allons dire que le spectateur veut 3 cartes). Le magicien distribue 3 cartes et replace le paquet principal sur les 3 cartes. À nouveau, le magicien demande au spectateur combien il veut de cartes au dessus du paquet principal. (Imaginons 5 cartes). Là encore le magicien s’exécute et distribue 5 cartes sur le paquet. Ensuite, le magicien demande au spectateur de tendre le bras poing serré, de desserrer l'index et le majeur et il glisse le paquet de carte entre ces 2 doigts et demande au spectateur de maintenir aussi fort que possible en faisant comme "une pince" avec ses doigts. Pour finir, le magicien vient frapper à plusieurs reprises avec sa main le paquet de cartes tenu par le spectateur, et à vue, des cartes se décalent sur le côté et finissent par tomber, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une seule carte entre les doigts du spectateur. Celui-ci la retourne: c'est le 10 de Pique. Voilà, certains d'entre vous reconnaitront sans doute dès la lecture de ce message quel est l'astuce magique employée dans cet effet, et s'il est d'une simplicité incroyable (un enfant de 6 ans peut le faire!^^), je suis toujours déconcerté de voir l'impact qu'il a sur mes ami(e)s et ma famille lorsque je leur fait. Alors, est-ce que cela vous rappelle un nom de tour en particulier? Ou vous en rappelle un autre qui y ressemble? Je vous serais très reconnaissant si je peux enfin, plus de 30 ans après, dire que je vais faire *nom de l'effet* de *nom du magicien*
  9. Bonjour/soir, Je me permet de vous raconter ma plus grosse "erreur" que j'ai commise lors de mon apprentissage de la cartomagie, et qui me pénalise encore 15 ans après. J'ai commencé la magie à 9 ans et passer l'étape des boites de magie tout nazes, j'ai commencé avec mon premier DVD de cartes "La magie par les cartes numéro 1" de Billis, donné par Bernard en personne (sisi je vous promet) à mon anniversaire (j'avais un père qui bossait dans l'évènementiel et qu'avait négo la venue Bernard parce que je l'adorais au cabaret blabla on s'en fou un peu mais c'est classe ). Bref, dans le DVD, forcément il y a un effet miroir, que je n'avais pas compris à l'époque (j'étais pas futé), ducoup quand le magicien tiens le jeu en mains gauches, moi je faisait du mimétisme et je le tenait en mains droites. Vous commencer à comprendre. Et je m'en suis rendu compte genre 5 ans après, mais c'était "trop tard". J'avais déjà tout mon bagage de manip, mes comptages, mes levé double, mes sauts de coupes etc... tout ! Meme aujourd'hui après 15 ans de cartomagie, je suis droitier pour tout dans la vie, mais si je tiens le jeu en position de la donne en main gauche comme je devrais le faire, je suis pas du tout à l'aise ahah. Au final, à part pour quelques tours d'éventails par exemple (et encore ca je peux le faire en main gauche), ça ne me change rien, mais je me dis qu'il y a un monde ou je serai meilleure en manip que je ne le suis si j'avais appris de la bonne façon. Mais bon aucun regret, mon niveau me convient largement pour ce que je fais, et ça me fait juste rigoler maintenant. Je suis intrigués par vos témoignages à ce sujet: Y'a t'il des gens dans mon cas, droitier mais qui ont volontairement ou non appris la magie dans l'autre sens ? Y'a t'il des ambidextres pour lesquels ca n'importe pas ? Dans tous les cas pour mes confrères qui tiennent le jeux en mains droite, je vous remet ce poste que j'ai écris il y'a quelques temps, avec l'astuce qui m'a révolutionner mon apprentissage vidéo. Bonne journée à tous !
  10. Je vois pas beaucoup de magiciens faire des tours de pieces donc je lance cette petite discussion afin de parler des influences, des routines que vous faites, des conseils etc… car en France j’ai pas l’impression que l’on développe assez cette magie.
  11. Bonjour à tous et toutes, après quelques recherches sur le forum, je n'ai pas trouvé ce sujet alors je me propose de l'ouvrir. ( mais peut être qu'un sujet similaire s'y trouve malgré tout... Désolé alors) Au fur et à mesure que ma pratique et mes compétences magiques évoluent, je suis en proie à une difficulté de taille: oublier ou ne pas oublier. Je m'explique : j'apprends régulièrement de nouveaux tours et je n'arrive pas à me résigner à oublier mes premiers tours au risque de surchauffe cérébrale. Je me dis aujourd'hui qui faut que j'accepte de ne plus faire les mêmes tours qu'avant, que ma façon d'envisager ma pratique se complexifie et que c'est bien normal d'oublier les anciens pour se consacrer aux nouveaux... Mais c'est difficile... Comment vivez vous cela ?
  12. Hello World ! Je fais maintenant de la magie depuis des années, j'ai récemment rejoins une association, je me documente aujourd'hui plus que jamais sur l'art magique... Et pourtant je fais toujours face à un problème récurrent. Comment créer mon premier numéro ? Au début, comme beaucoup, je prenais les tours qui me plaisent le plus dans mon répertoire et j'enchaînais. Ça m'a convenu un temps. Aujourd'hui, je souhaite donner un coup de fouet à ma magie, arriver à la professionnaliser. J'ai commencé à me renseigner, à comprendre qu'il fallait un fil rouge, se créer un personnage, ne pas enchaîner des effets comme un simple "montreur de trucs". Sauf que là bah... c'est la galère. Je n'arrive pas à trouver quelque chose qui me fasse suffisamment vibrer pour ne pas jeter la feuille de notes au bout de trois jour (je suis un adepte du "tout cramer pour repartir sur des bases saines"). Je n'arrive pas à caractériser un personnage, je ne trouve pas une idée qui pourrait englober les tours que j'ai envie de présenter... Bref, côté écriture je sèche et bien souvent, j'en reviens à ce que je fais habituellement, dérouler une série de tours et improviser un bonniment sur le moment. J'aimerais arriver à avoir 2 - 3 sets écrits et rodés, que je connais sur le bout des doigts et où je ne me demande pas tous les dimanches "Qu'est-ce que je fais si on me demande de présenter quelque chose ?" Par avance merci pour vos conseils, Magicalement, Maxime.
  13. Je me faisais la réflexion, faire croire qu'on a des pouvoirs est extrêmement mal vu par la communauté magique exemple avec James Randi et Gérard Majax contre Uri Geller. Mais je ne suis pas vraiment fan du concept à la mode de dire qu'on est des experts en psychologie capable de deviner les micromouvements du visage, détecter les mensonges par des gestes qui trahissent etc... C'est pas moi Personnellement, je me verrais plus en personnage de pseudo-charlatan disant à qui veut l'entendre être capable de grand pouvoir psychique tel que lire les esprits et tordre la matière. Que c'est quelque chose de naissance genre "médiumnité" et en faire un show. Alors vous allez me dire, c'est bien mais dans ce cas-là, il faut faire une annonce au début du spectacle pour dire que tout ce qu'ils vont voir n'est pas réelle mais dans pas mal de livre de mentalisme s'est déconseillé. Exemple avec "Iréel" de Bruce Bernstein ou même le fameux "13 steps to mentalism" de Corinda. Donc voici ma question, comment présenter ça sans passer rapidement pour un charlatan avec toute la communauté magique et les zététiciens qui me tombent dessus pour faire un debunkage de chaque prestation? Je voulais avoir votre avis éclairé vu que vous êtes souvent de bon conseil ! (Je pose cette question car d'autres magiciens sont déjà venus m'embêter sur TikTok pour ma façon de présenter les choses : https://www.tiktok.com/@zzartag)
  14. Bonjour à tous je suis actuellement en train de travailler sur un numéro de close-up destiné à faire des concours dont le " speech " est : Un homme maladroit dans la vie mais virtuose avec ses cartes. Si vous avez des idées ou que ça vous inspire quoi que ce soit : évolution du personnage, idée d'effets, structure narrative du numéro. Je prends tout, surtout ne vous bridez pas ! Passez une bonne journée Noham
  15. Hello les copains, Il n'aura échappé à personne que ces dernières années ont mis à rude épreuve la confiance que pouvait avoir l'humanité en son avenir. En effet, entre le réchauffement climatique, les attentats, la pandémie et les dernières publications de Leo Smetsers, rien ne nous aura été épargné. Toutefois, et à ma grande surprise, 2021 n'aura pas manqué d'informations réjouissantes, hélas trop peu relayées par les médias. Je vous propose donc un fil de discussion, exempt de toute question métaphysique et de tout pessimisme, que nous n'alimenterions que de bonnes nouvelles qu'elles soient d'un intérêt mondial (Le Groenland interdit toute prospection pétrolière en Arctique) ou plus personnel (héritage, viager qui se termine enfin, etc.). Pour ma part, je viens d'apprendre notamment que L’Equateur agrandit la réserve marine des Galapagos de près de 50% et que Depuis l’interdiction de leur chasse commerciale, la population des baleines à bosse connaît un rétablissement exceptionnel. Bref, si ça vous dit, n'hésitez pas à alimenter le sujet (dans le cas contraire, je vous rassure ce n'est pas grave; de la première page des Chemins de Traverses celui-ci passera à la deuxième puis à la troisième pour peut-être finir à la dernière, avant d'être exhumé en 2071 par Christian afin de prouver qu'avant l'extinction de la race humaine, il y avait encore des optimistes sur VM. Sacré Christian...).
  16. Bonjour Je cherche une routine qui permettrait d'expliquer la symbolique d'un jeu de 52 cartes. En résumé par diverses manipulations - faire apparaître les deux couleurs symbolisant les deux solstices - faire apparaître les 4 familles symbolisant les 4 saisons - faire apparaître les 12 figures symbolisant les 12 mois de l'année - faire apparaître les deux jokers pour les années bissextiles Est ce qu'une telle routine existe ? Si ce n'est pas le cas est-ce que c'est techniquement possible ? Philippe
  17. Je suis en train de me renseigner sur les différents "archétypes" de mentalistes. Il semblerait que le type de personnage n°1 qui revient le plus souvent est celui du gentleman d'age mur, vetu de manière sombre et élégante, une sorte de James Bond qui évolue tout naturellement dans la haute société (ce qui est parfaitement logique, vu l'univers du mentalisme) Il y a aussi, dans un style un peu plus démodé, le médium ou fakir oriental avec barbe et turban... J'aimerais savoir s'il existe des mentalistes qui sortent complètement de ces stéréotypes ? Des mentalistes joyeux et exubérants à la Juan Tamariz ?!? Des mentalistes jeunes d'aspect ?! voire habillés de manière ordinaire, ou dans un style coloré ? Certains parviennent-ils à véhiculer l'univers si particulier du monde des esprits et des pouvoirs psychiques en s'éloignant des stéréotypes ? Merci d'avance de me faire profiter de vos connaissances en la matière
  18. Bonjour à tous et toutes, En me réveillant ce matin, d'humeur certainement un peu "béni oui oui et bisounours", je me suis fais la remarque suivante : je cherche constamment de " nouvelles armes magiques à ajouter à mon arsenal" mais je ne suis en guerre contre personne. J'ai plutôt envie d'apporter la paix, la poésie, le rêve et la félicité. Parfois même amener une reflexion sur la condition limitée de la perception des 5 sens. Mais jamais rentrer en guerre... Alors pourquoi ces mots si durs, que j'ai lu et entendu souvent, à propos d'outils, de techniques et de réflexions sensés m apporter plus d'aisance dans l'art magique que je chéris tant... Vos réflexions là dessus ?
  19. Bonjour à toutes et tous, Je propose de mettre un peu d'éthique dans notre univers magique en listant dans ce sujet les tours (passés ou récents) que nous estimons être "abusifs" et de proposer une alternative à ces derniers. Un tour abusif sera défini comme un tour qui utilise un principe connu sans rien apporter à notre art. En synthèse, un tour où nous nous disons "c'est se moquer clairement du monde", "c'est factuellement nous pigeonner", etc. La critique doit être objective. Peu importe que nous aimons ou pas le tour. Cela évitera à certains d'entre nous de faire des achats vraiment malheureux et "remettre l'église au milieu du village" ne peut pas nuire. Je commence par l'une des dernières "nouveautés" magiques sorties cette semaine dans une ou plusieurs boutiques française : Win a Drink de Léo SMETSERS. Tour basé uniquement sur un F-----e P---o pour des paris dans les bars avec un lion au dos (quel rapport avec le fait de gagner une boisson ?). Une "innovation" pour la modique somme de 25 €. Ce tour est-il sympathique ? Oui Ce tour peut-il plaire et être présenté ? Oui Ce tour apporte-t-il une nouveauté ou une subtilité quelconque ? Non. Rien. Le néant. Quelle alternative ? Le livre de Ken de Courcy sur le F-----e P---o qui pour moins de 15 € vous proposera 33 routines faciles à fabriquer. Quelques astuces complémentaires Vous pouvez acheter : - des jetons de jeu en bois brut et les imprimer avec du papier sulfurisé. - fabriquer des jetons en carton très épais - pour 3 € vous achetez 20 boîtes transparentes pour pièce de monnaie. Vous imprimez vos idées géniales (ou pas) sur du carton que vous enfermez dans vos boites et hop une multitude de tours (changez les cartons au gré de vos thèmes, humeur et envies) indestructibles, lavables, etc. - etc. Le tour remis en question ci-dessous A vous...
  20. Je suis en train d'étudier le travail de Jerry Andrus. Je découvre qu'il était opposé à tout ce qu'on entend souvent sur la misdirection. Il pensait que le spectateur devait regarder les mouvements et que par conséquent une technique devait être invisible plutôt que de nécessiter une misdirection. En fait, c'est toujours ce que j'ai intuitivement pensé à tout le moins en ce qui concerne le close-up et plus particulièrement la cartomagie. Essentiellement, pour 4 raisons : - il y a énormément de techniques que l'on peut facilement flasher et pour lesquelles il est recommandé d'utiliser une misdirection. Or, si on devait dans ces cas utiliser systématiquement des misdirections, cela finirait par se sentir; Il me semble qu'on ne peut utiliser la misdirection autant qu'on la recommande. Sous le risque que le spectateur ne passe son temps à regarder autre part que là ou est supposé se réaliser la magie. - A l'exception de quelques magiciens tels que Juan Tamariz ou dans un autre genre Christian Chelman, ou Dai Vernon, Slydini, etc. chez qui la misdirection est très psychologique, le spectateur s'il ne peut apercevoir la technique que l'on veut lui cacher peut sentir plus ou moins consciemment qu'il y a quelque chose qu'il n'a pas vu... - La différence entre les temps forts et les temps faibles chez certain magiciens est tellement cadencée, qu'elle se sent. C'est assez difficile à expliquer mais cela se rencontre, par exemple, souvent dans les techniques de laping ou dans les gobelets. C'est un peu comme si cela faisait pom pom pom paaaaf; pom pom pom paaaaf; pom pom pom paaaaf... Le corps fait des mouvements anormalement emphatiques, des avancées, de reculs, etc. - Enfin, la misdirection a un peu bon dos : on justifie un peu tout et n'importe quoi en prétextant que "cela passe avec une bonne misdirection". Mais, encore une fois, on ne peut y recourir sans cesse. On voit même de plus en plus de vidéo où le magicien explique que la caméra empêche la misdirection. ce qui est faux car certains magiciens y parviennent sans problème. En un mot, la misdirection ne peut tout résoudre. En outre, elle porte en elle-même ses propres difficultés. Parvenir à faire une bonne midirection est tout autant difficile que de réaliser correctement une technique difficile... Mais je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un théorise tout cela et prenne le contrepied de ce qu'on entend traditionnellement sur la middirection. Connaissez-vous des magiciens qui prône la même philosophie que Jerry Andrus ?
  21. Bonsoir à toutes et à tous, Une demande un peu spéciale : j’aimerais afficher, dans ma salle d’attente, divers effets magiques comme, par exemple, le forçage de l’as de pique visible à la maison de la magie de Blois. Rappel de l’effet : 25 cartes sont affichées avec ce texte à côté : « Placez votre doigt sur du cœur. Déplacez-vous horizontalement, vers la gauche ou la droite, sur du pique. Déplacez-vous horizontalement vers la gauche ou verticalement vers le bas, sur du pique. À présent, regardez Robert-Houdin dans la vitrine d’horlogerie, il a deviné votre carte ! » En connaissez-vous d’autres ? Précisions : je ne cherche pas des énigmes ou des charades. Merci.
  22. Bonjour, On dit de nous (les magiciens) que nous sommes très créatifs, mais est-ce bien vrai ? Quelle méthodes et quels processus créatifs utilisons-nous ? Dans les prochains jours, j'aimerais partager avec vous quelques idées sur la créativité, et comment "booster" notre créativité. Avant de commencer, il est essentiel de déterminer ce que l’on entend par « magie ». En effet, il y a certainement autant de magies que de magiciens. Pour déterminer notre cadre de référence (vous verrez que cela a énormément d’importance dans le processus créatif), je partirai des analyses faites par Stefan Alzaris (Illusionnisme et magie, Ed. Flammarion, 1999), et par Eugene Burger & Robert Neal (Magic and meaning, Ed. Hermetic Press, 1995). La magie visée ici est la magie moderne, c’est-à-dire celle de l’art du spectacle, celle qui a pour objectif de divertir un public. Tout d’abord, il faut bien reconnaître que la magie est avant tout une question de perception, c’est-à-dire de représentation. Elle ne peut pas exister par elle-même. Le magicien répétant et s’exerçant devant son miroir l’escamotage d’une pièce de monnaie, fait-il de la magie ? Non ! Que manque-t-il pour qu’il y ait de la magie ? Le spectateur. L’art de la magie est un art qui n’existe pas tout seul. Quand un peintre peint un tableau, fait-il de l’art ? Oui. Il n’a pas besoin d’un spectateur. Un tableau de Picasso enfermé dans les coffres d’un collectionneur, est-il encore une œuvre artistique ? Oui. C’est avant tout, voire uniquement, la perception du spectateur qui crée réellement l’effet magique. « L’effet magique est cette rencontre entre l’art du magicien et les potentialités du spectateur. Le magicien n’est qu’un catalyseur qui a la capacité de mobiliser les énergies magiques des spectateurs, des choses et des illusions » (Stefan Alzaris, p.57-58). Il faut bien sûr, comme nous le dit Eugene Burger, un certain « state of mind » des spectateur, et ce même avant que le spectacle commence (Burger,p.15). En effet, la magie est un peu comme la musique, l’auditeur qui se bouche les oreilles juste avant que l’orchestre commence à jouer a très peu de chance d’en apprécier les notes. Il en est de même en magie, c’est une question d’état d’esprit, il faut que le spectateur soit prêt à s’attendre à l’inattendu (« expecting the unexpected »). C’est évidemment toute la difficulté de la magie impromptue ou de la « magie de rue ». Plus le spectateur est mis dans ces conditions, plus il y de chance que la magie s’opère. Une deuxième condition à l’effet magique est la capacité du spectateur à vivre la surprise (« experiencing surprise »). Non seulement, il s’attend à l’inattendu, mais en plus il doit être surpris, c’est-à-dire qu’il n’avait pas anticipé ce qu’il allait se passer. « C’est l’ignorance de l’effet final et de l’itinéraire qui y mène que dépendent le vécu et la surprise magiques » (Stafan Alzaris, p.50). Ce qui explique bien souvent la difficulté du tours de mentalisme (tour de divination) ou de certains tours de cartes (la carte ambitieuse). Que dire alors de ce merveilleux tour de Slydini, les « boulettes de papiers » ? Non seulement le magicien annonce au spectateur-volontaire ce qu’il va faire (disparaître les boulettes de papier), mais en plus tous les autres spectateurs sont témoins de la méthode (jeter la boulette par-dessus la tête du spectateur-volontaire) ! Bien sûr, la surprise est chez le malheureux spectateur-volontaire qui voit, sans vraiment comprendre (étonnement/surprise), à la fin du tour, les boulettes derrière lui sur la scène. Ce tour est peut-être en quelque sorte un véritable tour de magie puisqu’il fait passer, comme Alice Aux Pays des Merveilles, les spectateurs (sauf la malheureuse victime) de l’autre côté du miroir. « Slydini cristallise en quelque sorte ici ce que fait le magicien en permanence dans chacun de ces tours d’adresse :il construit pour le spectateur un faux monde, qui devient plus vrai que la réalité, au point de faire disparaitre le réel au profit d’une fiction » (Rémi David, Philosophie de la magie, Ed. Autrement, p.23). Bref, pour reprendre l’oxymore de Rémi David, il crée une « fiction-réelle ». Fin du 1er épisode.
  23. Salut, petite question pour les gens concernés, quel est votre justification pour utiliser un portefeuille (dans une routine de mentalisme par exemple) ? Ce que je veux dire par là, c'est pourquoi "caché" un bout de papier dans son portefeuille, pourquoi pas dans celui du spectateur ou directement dans sa poche ? Voilà de quoi vous triturer les méninges ou pas d'ailleurs. La bise.
  24. Histoire, pour une fois, de proposer une véritable réflexion et non pas de couper les cheveux en quatre afin de savoir si la réalité est réelle, par exemple, et comme le suggère le titre de ce sujet, il s'agit de savoir lequel des deux est le plus fort, Gandalf ou Dumbledore. Pour les indécis, les timorés et autres pusillanimes, je rappelle quand même que Gandalf a foutu une trempe à un Balrog et que de leur côté, Harry, Hermione, Ron et tous les autres passent leur temps à chuchoter ainsi qu'à ne pas faire de bruit. Et tout ça parce que Môssieur Dumbledore...
  25. Hello, Le sujet a du être abordé mais je n'ai pas trouvé de fil de discussion dédié et pertinent. En effet, la locution "magie professionnelle" (concernant les routines et non les conditions de travail) apparait bien dans des sujets consacrés à la consommation ou à la présentation mais jamais vraiment en tant que telle. Par ailleurs, Je comprends que la question étonne un peu, notamment venant d'un type lui-même professionnel (de forum ). Toutefois, jusqu'à présent, si l'on m'avait posé la question, j'aurais répondu sur les aspects pratiques : pocket management, reset, visibilité et impact. Or récemment j'étais en train de visionner une vidéo dans laquelle le magicien montrait plusieurs routines - très bonnes au demeurant -, très pro, très clean, bref rien à redire, jusqu'à ce qu'il propose enfin une routine, variation des précédentes, mais qu'il qualifie alors de "routine professionnelle" contrairement visiblement aux précédentes et je me suis demandé pourquoi. Du coup, en y réfléchissant un peu - sans trop forcer quand même, on est au mois d'août -, outre les aspects pratiques que ce soit pour la scène ou le close-up, il y a des routines que l'on aime mais que l'on ne présentera évidemment pas en conditions pro comme certains tours Tenyo, par exemple (je n'ai rien contre Tenyo, ce n'est qu'un exemple). Cependant, il y a certaines routines - une grande partie en vérité - pour lesquelles je me pose la question : magie pro ou pas ? En d'autres termes, si je présente telle routine, je passe pour un amateur ou a-t-elle sa place dans une soirée pour laquelle je suis engagé ? Entendons-nous, ma question est au delà des considérations logistiques ou techniques ; il est évident que je ne vais pas me balader avec du matériel trop encombrant ou dont le reset nécessite de passer 30 minutes aux toilettes à chaque fois. Il est aussi évident que je maîtrise techniquement chacune des routines de mon répertoire. Non je considère ici surtout l'aspect artistique de la chose. Prenons un exemple ce sera plus simple : @Antonio BEMBIBRE a dans son répertoire professionnel une routine de bague volante dans un verre . Il maîtrise parfaitement le sujet, la logistique afférente est adaptée et l'effet est whaou ! Si je présente parfaitement AK-47 de John Bannon - routine dans laquelle le magicien révèle une carte pensée et uniquement pensée sans aucune manipulation ("Destination Zéro", p. 253. Editions MdT). [vmprod p=573] Suis-je dans le cadre d'une routine professionnelle ou cela relève-t-il de la magie amateur ? Enfin, plus largement pourquoi n'importe quelle routine, pratique, maitrisée et bien présentée, n'aurait-elle pas sa place dans un répertoire professionnel ?
×
×
  • Créer...