Aller au contenu

Fabien (spankyfab)

Membre
  • Compteur de contenus

    511
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Trophée

    10

Messages publiés par Fabien (spankyfab)

  1. Il y a 12 heures, Jean-Yves LOES a dit :

    Salut Fabien.

    Tu as presque tout dis, voici mon modeste et rapide ressenti 😉

    Dieu sait que j’aime  / j’apprécie Fabien Olicard mais pardon Fabien… j’ai tenu une heure… à peine.

    Je m’explique : un, je n’ai jamais été emballé à de rares exceptions par les présentations á deux. Anecdotique.

    J'ai eu l'impression que ni toi ni ta camarade était concerné par l'émission. Bref que vous vous embêtiez joyeusement.

    Surtout j’ai eu la redoutable impression (je prétends dire juste) que les épreuves / démonstrations étaient prétextes aux promos du film d’animation (oups ai oublié le nom de la réalisatrice) (20 bonnes minutes) et télé film avec Bruno Solo (parti d’ailleurs avant la fin).

    Mais peut-être j’étais mal luné ce soir…

    Et pour le reste, comme dit en intro, tu as tout dit.

    La bise.

    Je pense que nous avons tous le même sentiment sur la mécanique de l'émission (qui pour le coup existait avant, je ne fais que la prestation de co-présentation). L'idée d'utiliser les prestations promotionnelles en support des questions est une bonne idée sur le papier qui finalement n'est pas lisible en réel et donne surtout un sentiment de beaucoup de promo (et donc d'un rythme lent, en dehors du jeu).

    Par contre je ne me suis pas ennuyé haha. Je pense que le stress d'un premier direct et une oreillette qui me parle tout le temps m'ont laissé que peu de temps pour souffler 🙂 

    Mais c'était un bon apprentissage encore une fois, vu par 1,3 million de personnes (ce qui reste à mon sens une bonne nouvelle d'avoir une audience réduite pour quelque chose qui s'apparente à un rodage me concernant haha)

    • J'aime 2
  2. Effectivement ça n'a pas été un direct simple à tourner (dommage quand il s'agit de mon premier direct et de ma première expérience en co animation). Mais comme pour les spectacles je sors de cette expérience avec beaucoup de réponses. J'ai pu faire un gros débrief hier (3 en réalité, un seul, un avec l'équipe de production et un avec mon équipe - qui n'était pas liée à ce projet), ça nous a permis de comprendre beaucoup de choses sur ce qui était faisable ou pas, sur ce qui était acceptable ou pas, sur les problèmes liés à moi, ceux liés au jeu, ceux lié à des variables (mieux vaut par exemple que tous les invités ne viennent pas pour de la promo), etc... C'était finalement passionnant de décortiquer tout ça.

    Je suis mitigé quand à ce que j'ai pu faire durant cette émission mais j'en ressors avec la sensation d'une formation accélérée qui peut m'être bénéfique si j'en dire des conclusions lucides et honnêtes (ce que je pense nous avons fait hier).

    On a au moins pour nous que la courbe d'audience était stable (dans le sens ou la majorité restait devant le jeu).

    • J'aime 2
    • Merci 5
  3. il y a 15 minutes, Rémi MORNR a dit :

    Bonsoir,

    je recherche un numéro parfait à faire pour un anniversaire type salon avec 25 - 30 personnes, personnalisé pour la personne qui fête son anniv avec son prénom ou une autre info sur elle… Avez vous une idée ?

    Hello. Faire chanter à l'assemblée "Joyeux Anniversaire" avec à la fin le prénom de la personne ? 😛 

    Je te taquine avant que la planète te tombe dessus. Ta demande est un peu maladroite car tu ne donnes que très peu d'informations sur ta recherche. Plus tu en diras, plus tu raconteras ce que aimes/sais faire, plus tu donneras les conditions où tu le feras, la forme, tes accessoires préféré, le temps que tu as pour apprendre, la durée du numéro, etc... plus tu auras de réponses pertinentes.

    • Haha 2
  4. Il y a 13 heures, Thomas FERRIEZ a dit :

    Hello tous,

    je déterre le sujet pour une petite question, je connais inferno donc j’ai bien compris qu’on avait une carte spécifique dans l’enveloppe mais je ne connais pas le reste de la méthode et les subtilités du script.

    Fabien OLICARD m’a fait le tours au double fond cette année lors des soirées 30 ans. Des qu’il a commencé son spitch, je me suis concentré pour voir les subtilités et au moment de révéler la carte, bah c"était un peu biaisé car je savais que je devais dire une figure mais ma grande question, c’est qu’à aucun moment j’ai entendu quelque chose qui m.empêche de sortir une carte à point, si j’avais pensé au départ à la dame de cœur il me demande de changer complètement, ok bah 8 de pique lol.

     

    est ce qu’il existe une sortie pour ça ? Ou c’est le script qui doit amener à la carte ?

    je précise que je viens de l’acheter après longue hésitation mais pas encore reçu lol 

    Bonjour Thomas, je suis littéralement amoureux de cette routine et j'ai beaucoup travaillé dessus. J'ai aussi la chance d'avoir de longues conversations avec Gabriel sur ce travail. En l'occurence j'ai ajouté deux subtilités qui favorisent grandement que la personne choisisse d'abord une carte à point, puis une figure. Dans les quelques cas où ça n'arriverait pas je me réfère à la méthode initiale de Gabriel qui est tout aussi efficace et offre une fin de la même qualité. 

    • J'aime 2
    • Merci 1
  5. Vaste question en effet !

    Comme le dit très justement Teddy, on ne calcule pas le montant perçu par l'artiste via un pourcentage d'un billet. Cette méthode n'aurait pas de sens en terme de budget.

    Un budget inclus les dépenses (location du théâtre, éventuel complément technique, éventuel montage, salaires etc charges du/des artiste.s, salaires et charges du personnel technique, salaires et charges du personnel général - accueil, sécurité, billetterie, chargé de production, etc... -, communication (graphisme, impression), taxes (de la TVA aux différentes taxes liées aux spectacles), Droits éventuels (auteur, musiques), catering de l'équipe, transport de l'équipe, hébergements éventuels, etc... On peut y rajouter beaucoup de choses (campagne d'affichage, attaché de presse, résidence de création, créa lumière, créa musique, amortissement du matériel ou des costumes, etc...)

    Le budget inclus également les recettes : la billetterie (éventuellement subventions pour certains, la vente d'une captation à une chaîne de télévision, le merchandising (qui lui même inclus de nouvelles dépenses))

    Malgré un certain fantasme de se dire "sur un billet à 45€ en moyenne dans une salle de 2000 places, l'artiste doit bien se faire 10% par billet" la réalité est différente. Et comme le dit Teddy, chacun négociera son cachet comme il le pense juste.

    Comme ça n'est pas facile de trouver des infos je vais te donner un exemple concret, mon Olympia en 2018. J'ai pris un cachet de 500€ net (le ticket moyen était justement de 45€ en moyenne et la salle fait 2000 places) soit environs 0,5% par billet ! Mais pour continuer à être transparent j'ai fait cet Olympia en complète auto production, donc en cas de bénéfice il allait dans ma société (d'où le cachet confortable mais pas délirant). Le Budget final en dépense était de plus 75000€. Il fallait remplir quasiment 85% de la salle pour équilibrer avec les recettes. Au final j'ai eu la chance de faire complet donc de réaliser un bénéfice d'un peu plus de 10 000€ pour ma société (C'est une autre question car il a fallut mobiliser l'argent pendant presque un an entre le début des dépenses et le retour de la billetterie après la date, dans mon cas c'était par exemple prendre le risque d'investir tout ce que j'avais pu économiser depuis des années).

    Je sais que pour des personnes qui sont ne sont pas en auto prod (ou en co-production parfois) il peut arriver qu'un bonus soit prévu à certains pourcentages de remplissage (quand on est sûr que le producteur est bénéficiaire).

    Voilà, j'espère que ça t'éclairera, c'est typiquement le genre d'informations que j'aurai voulu avoir il y a plus de dix ans 🙂

    P.S : Pour ceux qui se posent la question sur le fait que je sois producteur mais que je touche un cachet quand je joue. Toucher un cachet ne signifie pas "être intermittent" et "ne pas être intermittent" n'empêche pas de toucher un cachet. J'ai quitté l'intermittence mais je préfère percevoir un cachet pour mes spectacles pour plusieurs raisons (les assurances, le sentiment d'être payé en tant qu'artiste en fonction de mon travail sur scène, la cohérence du budget, etc...)

    • J'aime 5
    • Merci 9
  6. Le 16/07/2023 à 08:54, Teddy REX a dit :

    Petite digression sur ce festival. 

    J'ai toujours été etonné de l'engouement de certains à vouloir participer à ce festival qui rapporte... BEAUCOUP à l'economie locale  et je pense peu aux artistes. 

    En général si vous faites parti du "off" il faut compter 20.000 à 25.000 euros pour y participer  et si vous n'êtes pas soutenu par une subvention de votre région est-ce vraiment rentable ?

    1200 spectacles, des locations salles et hébergement hors de prix, la promotion à effectuer soi-même,  les chances d'être repéré sont faibles.

    Le jeu en vaut-il la chandelle ?

    Le débat est ouvert !😄

    Hello Teddy,

    Je peux te répondre mais ça sera d’ors et déjà biaisé. Il ne s’agit que de mon expérience et ça remonte à 10 ans.

    J’ai fait le festival en 2013 et 2014 (avec une exceptionnelle sur la relâche de Jarry en 2012 pour appréhender ce qu’était le festival en vue de le faire l’année d’après). 

    J’étais donc déjà en auto production, avec un budget plus que limité... 4500€ en poche pour être précis. 

    Niveau théâtre, j'ai jouais au « théâtre à l’arrache » en 2013 et 2014. L’entente avec le directeur était un véritable partage des recettes à 50/50 (sans versement initial ou minimum garanti). Ma deuxième année j’aurai pu prendre un théâtre plus cossu (au vu de ma première année qui avait affiché complet) mais je suis resté chez lui par loyauté (ne rien avoir à verser avant le festival reste rare, c’était assez unique pour le remercier en restant une année de plus chez lui). Par ailleurs, il était convenu que je touche mes recettes chaque dimanche, ce qui m'a beaucoup aidé.

    Niveau logement j’avais trouvé une location en dehors des remparts, à 25 minutes de marche du théâtre. Outre la grosse économie que cela fait (d'être hors des remparts) j’y voyais 3 avantages :

    - un grand appartement fonctionnel et au calme. Nécessaire pour travailler le soir, se faire à manger plutôt que des resto, pouvoir faire sa lessive, etc...

    - l’impossibilité de rentrer en journée (toujours sur le front ! Ça fait parti de l'expérience)

    - ne pas être tenté de sortir le soir (je n’étais pas là bas pour faire la fête le soir et ne pas me lever le lendemain)

    Enfin, niveau communication j’avais juste imprimé quelques dizaines d'affiches et 5000 flyers. Un coût très raisonnable.

    L’essentiel de mon travail a surtout été de préparer le festival en amont, pour identifier et inviter des programmateurs de salles qui me correspondaient (café-théâtres de 50 places en 2012 lors de l'exceptionnelle au Palace, café-théâtres de 100 à 150 places en 2013, et café-théâtres / théâtres et centres cultuels en 2014). C’est un long travail de production que de les identifier, les contacter, les inviter et s’assurer de leurs venues. Il faut s’y prendre assez tôt et bien sûr prévoir du temps avec eux à la fin de la représentation pour débriefer et envisager une programmation... ou pas 🙂 J'ai fait aussi ce travail avec les festivals qui sont tout aussi importants.

    Mes journée étaient donc rythmées par le terrain (pour faire venir les spectateurs au spectacle), les représentations, l’accueil des pros que j’avais invité, les plateaux et les premières parties (toujours pour inciter les spectateurs à découvrir le spectacle) et le débriefing le soir du spectacle chez moi où je notais, modifiais ou supprimais ce qui devait l’être (la mise ne pratique du mot « vivant » dans « spectacle vivant »). J'enregistrai au Dictaphone chacune des représentations.

    Ces Festivals ont été pour moi le moyen de créer mes 3 premières tournées. Une modeste sur la saison 2012/2013 en nombre de dates et en capacités, une confortable sur la saison 2013/2014 et un vrai pas sur la saison 2014/2015 où j’ai parfois produis seul (et parfois en co production avec des théâtres qui m’avait accueillis sur les saisons d’avant) des salles jusqu’à 900 places. Je crois que le spectacle a réuni plus de 40 000 spectateurs sur cette saison entre septembre 2014 et juin 2015 (et sans YouTube qui n'impactera ma vie qui partir de la demie-saison commençant en janvier 2017).

    Ce fut aussi l’occasion de retrouver les artistes que l’on a jamais le temps de voir le reste de l’année - les agendas de tous étant toujours chargés - de resserrer les liens et d’en créer de nouveaux.

    Je ne l’ai jamais refait (sauf en tant que spectateur bien sûr) car après 2015 les professionnels (je ne parle que des programmateurs et propriétaires de lieux) étaient venus, il n’y avait plus qu’à continuer de faire son mieux pour rendre viable le projet dans la durée. Mais c’est clairement les festivals d’Avignon qui m’auront permis de faire plus de 200 représentations en tournée et de me faire connaitre auprès des café-théâtres, théâtres et centre culturels.

    Après, il n'existe pas qu'un seul chemin pour proposer son spectacle au grand public (et heureusement 😛).

    • J'aime 8
    • Merci 3
  7. Hello Patrick,

    J'adore cette thématique. J'avais fait une vidéo dessus durant le confinement (en essayant sur des personnes - à distance - qui ne savaient pas ce que c'était). Si ça t'intéresse je te mets ça ici 🙂

    🙂

    • J'aime 1
  8. Bonjour à tous,

    J'ai pris le temps de lire vos messages en hésitant à apporter de l'eau au moulin tant je ne sais pas toujours si cela me concerne ou pas. 

    Alors je vais parler que de ce que je connais, la vidéo publiée sur YouTube. N'en déplaise à Frédéric ci dessus (toujours là pour me soutenir 🙂) il y a bien eu un travail de fait et de rigoureux.

    Mais peut-être oubliez-vous trois points évidents :

    - Ce docu est... une vidéo YouTube. Ne l'oublions pas. Il n'a pas d'autres prétentions et en ce sens cette vidéo embarque toutes les imperfections propre à la production de vidéo sur cette plateforme. On a quand même fait un peu plus qu'un face caméra pour soigner la forme.

    - Le docu est... une manière de mettre l'art magique en avant auprès du grand public. Surement maladroitement mais je reste heureux de me sentir utile dans mon art. Ma démarche est tout aussi sincère que celle de ceux qui ne supporte pas mon travail 😛

    - Le docu est... emprunt du manque de données que vous ne pouvez pas deviner (et c'est bien normal). Vous me parlez des livres de Christian Fechner, on les voit dans la compilation des sources que lit Virginie dans le making off. Vous me parler des imprécisions des intervenants ? Vous n'avez pas vu non plus ce qui a été coupé en ce sens (dont un intervenant qui n'apparait du tout in fine). Il y a eu aussi de longs échanges avec des spécialistes à Blois et ailleurs lors de l'écriture en elle même. Il y a eu aussi toutes les demandes restées sans réponses. Idem pour les illusions que nous voulions bien sûr filmer. Je lis aussi des choses que serait dites dans la vidéo... alors que factuellement c'est un mauvais souvenir de votre visionnage 😄 Bref il y a un monde derrière ce que vous voyez et ce que vous croyez (ça s'applique aussi à moi, j'ai peut-être mal compris certains échanges sur ce sujet).

    Au final la vidéo YouTube est ce qu'elle est, elle vous plait et j'en suis profondément heureux. Lorsqu'elle vous irrite je vous avoue que je crois qu'il s'agit d'autres problèmes. Nous n'avons pas créé une thèse sur Robert-Houdin qui marquera l'humanité, mais une vidéo sur internet qui a demandé 2 ans d'engagement et de passion pour offrir quelque chose d'attrayant sur notre monde. 

    En tout cas on vient de lancer les premières pierre de mon troisième docu, ne vous inquiétez pas il ne concerne pas l'art magique 🙂 

    Amitiés

    Fabien

    P.S : Il est courant que des vidéos de spécialistes sortent après un docu pour le compléter, le critiquer ou le corriger. Si vous le faites tenez moi au courant et je le relaierai dans les commentaires/ la description du docu, ainsi que sur mes réseaux. Ça sera un très bel apport justement.

    • J'aime 9
    • Merci 2
  9. Merci pour ces sympathiques retours 🙂

    A mon grand étonnement certains se demandent pourquoi il m’a fallut quasiment deux ans pour cette vidéo. Tout d’abord parce qu’il faut trier les informations sur le sujet, les recouper avec grand nombre de rencontres, tourner, monter, etc… et ce avec mes ressources privées (dans le sens où ça n’est pas une chaîne de télévision qui achète un programme et qui donne la ressource financière). 
    Ces deux ans étaient passionnants… au point d’en faire une vidéo des coulisses de ce qu’on appelait en interne « le projet maudit » 😂

     

    • J'aime 2
  10. il y a 15 minutes, Jean-Marie BALADIN a dit :

    Fabien (spankyfab) bonjour,

    Pour info le nom de ROBERT-HOUDIN doit s'écrire avec le trait d'union entre ROBERT et HOUDIN, car ses prénoms sont: Jean Eugène.

    Ceci dit en tout confraternité.🙂

    Je visionnerai ta vidéo dans quelques temps.

    J’apprécie toujours tes apparitions à la télé👋

    Bonne fin de semaine

    Ne t'en fait pas... l'origine de son nom est aussi traité dans le docu 😉

    • J'aime 2
  11. Après deux ans de rencontres, lectures, recoupements, etc... Deux ans de patience et de travail minutieux... je viens de sortir un documentaire (Sur YouTube) sur Robert Houdin. Surement la vidéo sur laquelle j'ai donné le plus de moyens pour en faire quelque chose à la hauteur du protagoniste.

    Nous sommes tous influencés par Robert Houdin, j'espère que ce documentaire vous plaira.

    • J'aime 15
    • Merci 9
  12. Le 09/03/2023 à 15:13, Alx a dit :

    Le livre a l'air intéressant, mais si c'est juste une succession d'anti-faros, on ne peut pas crier à l'invention révolutionnaire non plus... 🤨

     

    C'est pas "que ça" sans trop en dévoiler, mais la base de la recherche est bien clair en effet. Maintenant la question qui reste est : que faisons nous à l'heure actuelle de notre connaissance de ce principe ? Là où Gérard est fort c'est la myriade d'idées et de pistes qu'il réussi à essorer d'un principe. De quoi se mettre au boulot mentalement à chaque page.

    • J'aime 2
    • Merci 2
  13. Merci beaucoup pour vos retours. Effectivement c'est "particulier", on peut aimer ou pas du tout ! 

    En gros l'histoire montre deux geeks qui parlent l'équivalent d'une autre langue, le texte est absent et ce qui se joue c'est "comment une personne embarque une autre personne dans son univers, dans sa magie... avec le retour au réel". 

    Mais bien sûr j'ai aimé y cacher une cohérence (chère à nos métiers) avec la topologie au début, l'équation qui a du sens (et qui s'est affranchie d'un détail mathématique pour tenir debout), et d'une sorte de climax.

    En tout cas merci de votre curiosité, j'ai adoré réaliser ce projet (ça fait 5 ans que je refuse par peur de ne pas y arriver mais je recommande l'expérience, en commençant par un court métrage sans prétention, au téléphone portable si il faut, j'ai appris beaucoup de cette expérience pour... la scène !)

    • J'aime 5
    • Merci 2
  14. Bonjour à tous,

    J'ai réalisé mon premier film (court métrage) en tant que réalisateur pour le festival Nikon. Comme on ne se refait pas des choses illusionnantes se cachent dans le scénario pour ceux qui aiment creuser ! Et pour l'illusion des gaufrettes j'ai bénéficié de l'aide précieuse de Gérard Bakner.

    La thématique de cette année est "13", il y a plus de 2000 films, je vous conseille de prendre un moment il y a des pépites très stimulantes pour la créativité, la mise en scène, etc... De quoi s'imprégner dans sa vision du spectacle et des émotions.

    Si vous voulez jeter un oeil à mon film c'est ici :

    https://www.festivalnikon.fr/video/2022/988

    Amitiés

    Fabien

    AFFICHE 2.jpg

    • J'aime 7
    • Merci 3
  15. Il y a 21 heures, Taha MANSOUR a dit :

    Oui c'était vraiment top ! 🥰🥰

    Ravi d'avoir fait ce podcast avec toi @Fabien (spankyfab) ! ^^

    Ravi également ! Merci pour l’invitation et maintenant qu’on se croise partout (même quand je me ballade pour manger une fondue) a très bientôt 😊

    PS : Mon émission sur TMC dont on fait référence est sortie, je vous mets le replay ici https://www.tf1.fr/tmc/la-grande-experience

    • J'aime 1
    • Merci 3
  16. Bonjour Thierry. C'est déjà une bonne chose de se poser la question sur les différents styles qui peuvent co exister (et parfois se mêler d'ailleurs). 

    Je suis pour ma part sur le deuxième courant depuis maintenant 11 ans en théâtre (et depuis 16 ans en général). Le minimalisme de cette forme (je m'impose par exemple que la scène soit vide au début du spectacle ainsi qu'à la fin) a été une contrainte parfois. Typiquement on me disait que mes spectacles n'étaient pas fait pour les grandes salles. Le dirait-on à un One Man Show d'humour ? Heureusement la vie m'a prouvé que mes spectacles étaient "fait" pour toutes les salles. Du coup je créé chacun d'entre eux durant 60 représentations dans des petites salles de 50 places / 70 places, sans régie son et lumière. Si en l'état le spectacle peut tenir le public durant 2h alors on pourra au contraire le sublimer dans les grandes salles et très grandes salles.

    Par contre je ne pense pas qu'il y ai de "bonnes" façons de faire (et heureusement dans le fond). Certains ont ramené la puissance visuelle des G.I dans le mentalisme et je trouve ça génial à voir. Ce qui importe c'est la diversité et surtout que le spectacle que tu proposes soit raccord avec tes convictions artistiques. En conclusion si on est capable de dire pourquoi telle forme, telle chose, etc.. alors le spectacle va dans le bon sens. Sinon il faut commencer par la base "pourquoi je viens sur scène" "pourquoi les gens devraient écouter" "qu'est-ce que je viens dire" etc...

    • J'aime 3
    • Merci 1
  17. Il y a 4 heures, Frédéric HÔ a dit :

    La question n'est pas là enfin. Plutôt est ce que Squeezie trouve assez bankable Robert pour l'inviter à cette émission malgré son anonymat, puis donner son avis et ainsi que tu puisses collecter une nouvelle donnée sur ce sujet qui te passionne qui est : comment est perçu le mentalisme chez des gens normaux ? 

    Bon bah j'aurai essayé 😉 Puisque la question n'a jamais été "pourquoi est-ce que Squeezie n'invite Robert pour collecter pour nous autres de nouvelles données sur le mentalisme". Tu aimes bien tordre les discussions pour les angler autrement je crois 😄.

    Il y a 1 heure, Clément FRZ a dit :

    Avec le temps, j’avais oublié pourquoi j’étais si distant de notre chère communauté…

    En voyant ce genre d’échanges, la mémoire me revient.

    J’étais très heureux de passer un bon moment avec mon ami Jean-Baptiste. Merci mon Fabien pour ce message. 😁

    Des bises à tous.

    Avec plaisir. N'oublie pas tout ceux qui lisent sans répondre, la communauté silencieuse est rarement représentée dans les discussions 🙂 Je persiste et signe que c'était cool de voir du mentalisme sur une chaîne populaire comme Squeezie, et encore plus que ça soit vous deux. Mais ça n'est que mon avis évidemment.

    • J'aime 4
    • Merci 1
    • Haha 1
  18. il y a 21 minutes, Christian GIRARD a dit :

    Notamment le fait que l'imposteur n'est pas loin de réaliser « Télépathie réelle », du même Patrick, et que, finalement, il paraissait crédible comme mentaliste aux yeux des trois compères ! Question : comment et par qui a-t-il été préparé pour cette émission ? 

    Passage drôle, à 48:40, Orelsan qui pratique la langue des oiseaux : « Clément.... Clém... ment ! », sans vraiment se rendre compte d'ailleurs qu'il y a deux Clément dans l'histoire et qu'il s'agit justement des deux mentalistes (soyons clément avec lui). Bref, le mentaliste tire les ficelles, celui qui a la clé ment ! Un nom ou un prénom à l'origine de deux vocations ? 

    (Et le frère d'Orelsan s'appelle Clément Cotentin 😉 ! Le hasard parfois...)

    Mais oui ! Merci de relever tout ça. J'ai vraiment cru également qu'il allait enchainé sur TR, c'est fou 🙂

    Idem pour la langue des oiseaux, j'ai trouvé ça très amusant (mais dans le fond pas étonnant pour quelqu'un dont le métier est de triturer les mots pour tenter de surprendre dans chacune des formulations)

    • J'aime 2
    • Merci 1
  19. il y a 38 minutes, Frédéric HÔ a dit :

    C'est drôlement drôle ce truc quand on y réfléchit car en face c'est pas Robert pris au débotté dans la rue non c'est Orelsan, le frangin d'Orelsan, et Squeezie soit des gars avec une célébrité et une communauté assez conséquente et surtout un concept de vidéo préparée avec des participants connus à l'avance puisqu'ils y sont invités. Le tout encore une fois pour de l'audience. Ça semble très peu authentique. La sincérité et la normalité sont à géométrie très variable.

    C'est marrant pour le coup que tu aies autant de préjugés sur le fait que les invités soient populaires. Orelsan pris au débotté c'est la même chose que Robert pris au débotté en réalité. Sa popularité ne lui donne pas un statut différent.

    Par contre il va oser s'exprimer naturellement et spontanément face à une caméra, ce qui ne serait pas le cas de Robert. Si à l'occasion tu veux voir les deux documentaires sur Orelsan (passionnant et stimulant pour tout artiste, que l'on aime ou pas sa musique) tu verras à quel point il est cohérent dans sa manière d'être... Sauf si il pensait déjà en 2000 qu'il deviendrait pro et qu'il aurait du succès 😄

    Le fait que le prod ai préparé la vidéo ne change pas grand chose au fait que Orelsan, Clem et Lucas ne savent pas à l'avance les thématiques des personnes qui vont venir (Squeezie connaissait peut-être les thématiques, je ne pense pas mais je n'en suis par sûr, mais ses invités par contre ne savaient pas).

    Encore une fois j'essai de me faire l'avocat du diable, la vérité est surement entre nos deux opinions. Et tout en mettant de coté que l'historique de nos échanges sur VM, entre toi et moi, ne soient jamais tendres quand j'écris quelque chose hahaha.

    • J'aime 2
  20. Il y a 2 heures, Frédéric HÔ a dit :

    C'est du divertissement, ça n'a pas d'autres ambitions, et qui reste plutôt appauvrissant à regarder. Ce n'est évidemment que mon point de vue et pas celui de la gigantesque communauté du gars ici Squeezie. Y participer est un choix et je respecte mais ça me semble pas fifou pour mettre à l'honneur le mentalisme, le couteau à beurre chauffant ou quoique ce soit d'ailleurs. À part donner éventuellement un peu de visu aux participants. 

    Je comprends ce que tu dis, ta perception de tout cela.

    De mon côté je trouve passionnant encore une fois de voir comment les mentalistes sont perçus par des gens normaux (c’est à dire des personnes sans liens avec le milieu magique). Le fait justement qu’ils soient en roue libre nous donne une sincérité sur les clichés qu’ils ont du mentalisme. 

    Et d’un autre côté, a partir du moment où les mentalistes invités peuvent préformer dans de bonnes conditions (le fait que le process des dessins soient coupés me laisse à penser que la prod a été a l’écoute de leurs demandes), reste une bonne nouvelle pour la visibilité du mentalisme (et de fait de Clément et Jean-Baptiste).

    D’ailleurs pour Clément je ne suis pas certain que sa présence soit liée en premier lieu à une recherche de visibilité (il faudrait lui demander). Pour J-B clément je ne le connais pas du tout donc je ne saurais dire.

    • J'aime 2
  21. Hello

    Dans la dernière vidéo de Squeezie (concept : découvrir l'imposteur) qui a déjà enregistré 3 millions de vues en 24h, les mentalistes sont à l'honneur de la dernière partie. On y retrouve avec plaisir (et démo à la clé) l'ami @Clément FRZ ainsi que @Jean-Baptiste CLEMENT (qui n'aimerait pas que je laisse supposer que nous sommes amis hahaha). 

    C'est une belle séquence, qui met à l'honneur notre passion. C'est interessant aussi de voir comment Orelsan ou son frère Clém voient le mentalisme (toujours instructif de connaître la vision spectateur). Tout aussi passionnant de voir comment se présentent nos deux collègues de passion, que ça soit directement (les définitions qu'ils donnent) qu'indirectement (la manière de pratiquer leurs numéros induit de fait une forme de définition implicite). 

    Ça me rappelle les longues discussions avec Patrick Froment ou d'autres sur ce forum sur l'ambiguïté de notre discipline et celà met en avant ce que j'ai essayé d'évoquer ici il y a longtemps : la différence entre l'impact d'un tour réalisé en évenementiel par exemple, versus le même tour et sa mise en scène dans un média qui profite d'une large audience. L'implicite peut nous échapper même si on essaie de le cadrer (ou pas d'ailleurs).

    Bref c'était un happening passionnant, je vous recommande cette vidéo. Nos comparses ont bien défendu notre art et ça fait plaisir !

    (ça commence à 42:32 minutes)

    • J'aime 6
    • Merci 3
  22. Il y a 2 heures, Frédéric HÔ a dit :

    Bonjour Fabien,

    Pourrais-tu préciser ce que tu entends par 'vidéo fausse'?

    C'est pas vraiment la vidéo qui est fausse mais bien le sujet de la position du regard selon la PNL 😉 Cette vidéo est intéressante car c'est une mise à jour personnelle où je parle du syndrome de l'horloge cassé (ou comment, moi qui est une plusieurs formations sur le sujet, j'ai du admettre qu'une grande partie de ce que j'avais pris été faux)

    • J'aime 1
  23. Le 11/01/2022 à 12:49, Woody (Philippe) a dit :

    De mon côté, j'ai commencé à m'aventurer dans des territoires qui ne me sont pas familiers et j'ai ainsi terminé "Le miroir de Cassandre", de Bernard Werber, conseillé ici même par notre copain César (si je ne dis pas de bêtise). 

    Je m'étais arrêté à la trilogie des fourmis et je n'avais rien lu depuis, de Bernard Werber.  La suggestion de César et le fait que l'auteur soit apparemment un copain de notre Spankyfab préféré ont fait le reste 🙂 . 

    Pour être tout à fait honnête, je n'ai pas accroché comme prévu. J'ai terminé le roman car je souhaitais connaître la fin. Beaucoup d'aller-retours au même endroit (ceux qui ont lu ou liront comprendront), je me suis même demandé parfois où l'auteur voulait en venir et l'histoire n'est pas de celles dont on veut absolument connaître la suite. 

    Cependant, on finit par s'attacher aux personnages et leur environnement nous devient même familier (voir plus haut les fameux aller-retours). Enfin, l'auteur gamberge et c'est pas mal car sous couvert d'un roman, plusieurs thématiques tournant notamment autour de l'identité d'un individu comme somme de son ascendance (épigénétique), du futur et de la façon dont l'homme peut l'appréhender, Bernard Werber alimente notre réflexion et nous fait considérer certains concepts sous un angle auquel nous n'aurions pas pensé (en tous cas moi). Son "Arbre des Possibles" et la façon dont on pourrait "retro-concevoir" le futur de la planète / humanité sont très intéressants.  

     

     

    C'est marrant parce que j'expliquai en 2016 que "le miroir de cassandre" était celui sur lequel j'avais le moins accroché moi aussi 🙂 

     

     

    • J'aime 1
×
×
  • Créer...