Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les VIP. Clique ici pour en savoir plus !

Peter DIN

Membre
  • Compteur de contenus

    1 772
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

27 Superbe

À propos de Peter DIN

  • Rang
    VMétéran*****
  • Date de naissance 02/11/1960

Informations Personnelles

  • Localisation
    Paris / FRANCE
  • Profession / Occupation
    Artiste

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Soyons nombreux à venir lui dire Merci et au revoir. Vendredi 8 février à 10h au crématorium du Père Lachaise 71 rue des Rondeaux 75020 Paris.
  2. Teddy, j'ai depuis pas mal de temps pris une décision. Celle de ne plus me bouffer la rate pour notre métier. J'ai bien vécu de celui-ci, je m'y suis épanoui et je n'ai aucun regret. C'est vrai que j'ai eu du mal à comprendre les "nouvelles règles du jeu" qui se sont imposées avec l'arrivée des magiciens YouTube, des mauvais en tout genre et des voleurs patentés. Baisse des tarifs, nivellement par le bas de la qualité, petits dictateurs de forum, incompétents et lâches qui cachés derrières leurs écrans distillent leur venin et leur amertume d"être des ratés. Cela m'a effectivement blessé, meurtri, rendu triste... Puis j'ai compris que pour ne plus être touché par cela, il fallait se mettre en marge et profiter de la légitimité de l'expérience et de la fidélité de mes clients, certes de plus en plus tentés par les sirène du low coast vite fait mal fait. Mais cela ne m'ennuie plus, car j'ai la satisfaction de pouvoir leurs dire, lorsqu'ils me parlent de leurs mauvaises expériences : Vous aviez le choix de faire bien, vous avez choisi de faire mauvais parce que c'était pas cher, vous n'avez rien à regretter. On a les artistes que l'on mérite ! Ce qui est triste, mais cela ne m'importe plus. C'est pour cette nouvelle génération qui n'auront connu que la bas de gamme. Mais il y a toujours de très bons artistes et ceux-là seront toujours respectés et traités comme il se doit. Les autres... Ils ne se respectent pas eux mêmes, alors pourquoi on s'inquièterait pour leur sort ? Et le plus triste et certainement le plus grave, c'est que les enfants; ne sauront bientôt plus ce qu'est un vrai magicien. Mais ça, cela demande du respect et de la bienveillance et ce n'est plus une denrée que l'on trouve à profusion sur le marché de la magie. PS ; Que c'est rigolo de lire certains conseils sur ce forum en ce qui concerne les spectacles pour enfants. On a de vrais spécialistes... Mais je ne sais pas vraiment de quoi. Vous avez vraiment vu un enfant dans votre vie ? A part votre petit frère ou votre petite sœur bien sur.
  3. Bonsoir Teddy, Ce n'est pas de l'orgueil, c'est simplement du respect et du professionnalisme et c'et tout à ton honneur. J'ai vécu pas mal d'anecdotes semblables au cours de ces dernières années. Mais sans être pessimiste à outrance, je crains que le spectacle pour enfants ne soit véritablement sinistré. J'ai lu sur ce forum des messages fleuves affirmant avec beaucoup de véhémence, que l'on peut faire ceci ou cela, que l'on doit être ou ne pas être... bref un tas d'ânerie de magiciens qui ne connaissent pas la moindre parcelle de ce qu'ils prétendent conseiller en matière de spectacle pour enfants. C'est étonnant de voir sur Facebook des "artistes" annonçant leur 30ème spectacles de la saison et d'arriver ensuite après eux et d'entendre le client vous dire : Qu'ils avaient envisagé de ne plus jamais engager un magicien à la suite de leur "magnifique prestation". En ce qui me concerne, j'ai assez peu travaillé cette année... il faut dire que je pratique une exigence de cachets que j'estime honnêtes et justifiés, mais qui a le désavantage d'être un peu supérieur à ceux pratiqués pas les férus de la magie "low coast". En revanche ce fut un vrai bonheur de voir les organisateurs pleins de reconnaissance et de sourire, m'inviter à partager leur fête avec eux en me racontant leur précédentes expériences. Vu mon âge, j'ai la chance de ne plus avoir l'obligation de remplir mon agenda et de courir le cachet. Même si il m'arrive de me faire encore piéger (heureusement une seule fois) par de pseudo organisateurs de spectacles qui ont de magnifiques idées d'animations avec 30 animations bruyantes fonctionnant en même temps que le spectacle. Grrrr ! Bref, Joyeux Noël Teddy et garde le moral, on sera à la retraite avant que la médiocrité artistique ne s'installe définitivement. Magicien est un vrai métier, Magicien pour enfant en est un autre et à part entière, mais la situation économique actuelle ne peut qu'encourager le faiseur de trucs de base de venir grappiller quelques pièces. C'est la vie et on ne peut plus rien y faire. Alors le mieux c'est d'en sourire, ou d'en rire... jaune.
  4. Bonsoir Thomas, J'ai écrit ma réponse par erreur en répondant à un message que je croyais personnel, ayant reçu une notification sur ma boîte mail. Je te répondais à toi, mais je vois que le message a été publié sur le forum, comme je le disais mon avis sur les croisière n'est plus ou n'est pas d'actualité. Cordialement Peter
  5. Je suis vraiment désolé, mais le projet était absolument finalisé (sinon l'agence Adora Voyages et le propriétaire du bateau n'aurait jamais accepté de travailler avec nous) et tout aurait du se faire normalement. La décision de le supprimer n'est malgré ce que l'on a pu lire, absolument pas lié à la faisabilité, mais à la frilosité des nouveaux dirigeants et à quelques manœuvres habiles des opposants de la première heure (qui n'avaient d'ailleurs pas eu le courage de voter contre, au mieux pour un ou deux d'entres eux s'abstenir). Mais la démocratie est à géométrie variable à la FFAP et les décisions de l'assemblée générale n'ont absolument pas de valeur et peuvent être annulée si l'on trouve que le résultat ne convient pas. Je rappelle que le projet a été voté deux fois par l'assemblée générale et il a fallu une AGE "douteuse" (voir plus haut) à la nouvelle équipe pour le saborder. Mais comme je l'ai dit aussi plus haut. Il valait mieux l'annuler, cette équipe n'étant en aucun cas capable de l'assumer et de l'organiser et se fut effectivement une décision de sagesse. Je déplore que les nombreuses personnes qui trouvait se projet intéressant, soient aujourd'hui très déçu. Mais l'idée est désormais dans l'air et je suis presque certain que d'autres organisateurs plus entreprenant que la FFAP sauront réussir ce défi et nous proposeront très bientôt une belle croisière européenne magique.
  6. Un responsable d'association loi 1901 est responsable sur ses biens personnels ? (je m'étais déjà posé cette question à titre personnel si quelqu'un a une réponse je suis preneur) Bonjour, La réponse est oui, car contrairement à une société qui peut se réfugier derrière son statut (SA - SARL - EURL..., dans une association il y a un seul responsable légal, c'est le président. Ce qui justifie tout à fait que celui-ci se montre prudent.
  7. Bonjour, Frédéric, Pas facile d’être le secrétaire général de la FFAP et surtout si l’on sait que l’on n’a pas tout à fait été honnête, mais c’est une vraiment désagréable obligation - et crois moi, je la connais très bien ayant tenu ton poste sous la présidence de Guy Lamelot - de ne jamais pouvoir dire les choses simplement et franchement. Je ne parlerai pas de l’annulation de la croisière en tant que fait, car je le dis sans problème : VOUS AVEZ EU RAISON ! Pas pour les raisons que vous avez donné en explication, mais tout simplement, car lorsque l’on ne croit pas à un projet, on n’a aucune chance de le mener à bon port. Depuis le début, Serge Odin est en doute et en crainte "Je risque de perdre mes biens personnels si cela ne marche pas", ce n’est pas moi qui le dis, c’est lui même qui l’a expliqué à William. Je peux comprendre ses craintes, à partir du moment où il ne porte pas le projet, il a uniquement peur de le voir échouer, c’est humain et légitime. Mais il le savait déjà, il y a 6 mois lorsqu’il a présenté le projet au vote de l’assemblée européenne. Je ne parlerai pas des autres membres du bureau, car ce genre de projet se mène avec une locomotive et comme cela c’est dit pendant l’AGE (je suis au courant même si je n’étais pas là ). Si j’étais resté à la présidence, la question ne se serait même pas posée, car je croyais et pour de très bonnes raisons à la réussite du projet. Et je n’étais pas le seul, car tu as dû recevoir comme moi les messages des différents présidents européens qui regrettent pour la plupart l’annulation d’un projet qu’ils trouvaient très bon. MAIS LÀ N’EST PLUS LA QUESTION. En revanche comment allez-vous justifier une prise de décision de la sorte, dans une GRANDE ASSEMBLÉE comme tu le dis dans laquelle 70 % des membres étaient absent et dont par exemple et entre autres le président de plus grand club de France : celui de Paris plus de 200 membres à mon époque soit le 6e de l’effectif total de la FFAP, était absent et non représenté. Tu sais comme moi que chacun d’entre vous possédait une bonne pincée de pouvoirs établis sur l’ordre du jour suivant : Assemblée fédérale Extraordinaire FFAP du 17/02/2013 à Paris 1) Accueil./ café Tous 09h30 30 mn 2) FISM Europe : Lecture et discussion autour du contrat d’Adora Serge Odin / William Condette 10h00 120mn 12h Pause repas 3) Suite des débats et décisions 13h30 4) Point divers (si le temps le permet) 5) Rappel du Lieu et de la date de la prochaine Assemblée fédérale. Frédéric Denis 14h55 05 mn Fin 15h Temps total théorique nécessaire : 6h Comme tu peux l’admettre, je l’espère, car c’est toi même qui as rédigé cet ordre du jour, il n’est pas question d’un vote pour l’annulation de la croisière. Ce qui est normal, car cette assemblée visait à donner des compléments d’information. Ce n’est pas moi qui l’ai rédigé, mais le règlement intérieur de la Fédération stipule à l’article 9-21 Le déroulement d’une Assemblée fédérale extraordinaire est identique à celui d’une Assemblée fédérale ordinaire (convocation, ordre du jour, pouvoir, délégation de pouvoir, accès à l’assemblée, quorum, déroulement des votes, majorité requise, procès verbal…) En particulier, seules les questions figurant à l’ordre du jour peuvent faire l’objet d’un vote. Tu me répondras que le point 3 "suite des débats et décisions" peut répondre à cela. Tu avoueras que ce n’est pas très honnête. On expose le projet et les modifications, car Adora Voyages avait sérieusement mis de l’huile dans les rouages en proposant un plan qui et ce n’est toujours pas moi qui le dit, mais les participants au débat. "Rendait le projet beaucoup moins risqué". Et dans la foulée, sans que les représentés n’aient pu être informé, car absent physiquement, on les fait voter par pouvoirs, alors que dans les faits la question du vote ne respecte pas les modalités du règlement intérieur. C’EST LÀ OÙ JE M’INTERROGE ? NE PAS VOULOIR MENER CE PROJET À SON TERME, C’EST UNE RAISON SUFFISANTE. ON DIT : le bureau ne souhaite pas mener ce projet à terme, car ils jugent qu’il n’en est pas capable, ou bien qu’il n’en a pas les compétences, ou bien que cela lui fait trop peur, ou bien qu’il n’a pas les moyens de s’en occuper, ou toutes les raisons qui vous ont habitées. Mais on ne magouille pas, pour faire croire que l’annulation est liée à la non-faisabilité du projet. Et cela tu le sais bien, car pourquoi as-tu voté par deux fois l’approbation de la croisière et ne me dit pas que tu n’avais pas toutes les informations, cal me donnerait des envies de meurtre. Tu as même voté le projet qui demandait à la FFAP un nantissement de 600 000 à 800 000 € (projet Yves Canton - 1er projet), à l’époque le bureau et le conseil avait même fait des calculs pour parvenir à réunir cette somme. Tu n’as d’ailleurs pas été le seul, car le vote et il y avait beaucoup moins d’absents ce jour-là, s’était conclu par une unanimité moins une abstention (même pas un contre). Si je dis cela, ce n’est pas pour relancer un projet qui je le redis est totalement mort, mais pour essayer d’apporter et d’obtenir une touche d’honnêteté. Pas pour les lecteurs de VM, car je sais très bien que ceux qui ne m’aiment pas, ne changeront jamais d’opinion et continueront à faire leur chou gras de leur détestation. Mais pour les quelques personnes qui sans opinion prédéfinie aimeraient simplement comprendre comment fonctionne la fédération et souhaiteraient (peut-être, mais je peux me tromper) connaître la vérité. Voilà, c’est tout. J’ai vu quelques questions dans les différentes interventions, j’ai répondu à certaines en privée ou ici même, pour d’autres émanent de personnes anonymes, je ne peux pas répondre. Car je ne réponds pas aux inconnus. J’ai toujours eu la politesse de parler à visage découvert, j’estime avoir droit à la même forme de respect. D’autant que ce sont souvent les plus virulentes à mon égard et que si j’ai blessé quelqu’un et que cela justifie cette colère, il me siérait de le savoir, amende honorable étant toujours possible, nul n’étant parfait dans ces actes.
  8. En même temps, le forum, comme la bibliothèque a été supprimé par le nouveau bureau. Mais, il ne faut pas le dire. On m'accuserait encore d'être méchant.
  9. Il n'y pas question à être en phase ou pas. Il y a à respecter et être respectable.
  10. SVP le projet croisière est mort, pas la peine de faire des tartines la-dessus. Toutefois, sachez que les arguments du communiqué et ceux dont vous parlez, sont des mensonges grossiers. Il était possible d.avoir de la grandes illusions, car justement le croisiériste avait accepté le document "minimum requièrent for stage" communiqué par la FISM Il était aussi possible de doubler les concours comme pour les galas, la FISM ne l.exigeait pas mais nous pouvions le faire si on le jugeait utile. Oui en effet, le projet était risqué, mais pas plus que Disney et par expérience je dirai même beaucoup moins. Il fallait simplement avoir la volonté de le faire et croire que l.annulation a été décidé car ils n.avaient pas reçu les contrats est une co..... Car alors pourquoi aucune commercialisation sérieuse n.a été entreprise depuis le vote à Blackpool. L'annulation a été provoqué par un maximum de 3 personnes, opposantes depuis l.origine et qui ont réussi à semer le doute par tous les moyens, même par le mensonge ou la déformation de vérité. Et je crois sincèrement aujourd'hui.hui que cette annulation était une chose inévitable et finalement souhaitable, car la FFAP est aujourd'hui incapable de mener un projet d.envergure. N.oubliez pas ce slogan : nous serions toujours là pour ne rien faire. Je vous donne rendez-vous dans 2 ans et peut-être moins et nous en reparlerons.
  11. Je ne savais pas que l’organe officiel de la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs était le site Virtual Magie, j’en prends bonne note. Je me dois donc, en qualité d’ex-président de cette Fédération, de membre du bureau de la FISM Europe et de vice-président de la FISM Monde régulièrement élu pour chacun de ces postes, de vous donner mon point de vue sur la question qui agite aujourd’hui ce forum. Je tiens à réfuter immédiatement un point, il n’y a aucun conflit d’intérêts personnels dans cette affaire. Lorsque j’ai pris mes fonctions à la présidence de la FFAP, j’en ai immédiatement signifié ma date de départ. C’était d’ailleurs inédit dans l’histoire de notre Fédération. J’ai limité mes fonctions volontairement et j’ai transmis l’intégralité de mon travail à mes successeurs, sans jamais refuser de répondre à leurs questions. Pourquoi ai-je fait cela ? Tout simplement, car j’ai un sens des valeurs et du service inébranlable et que je m’exprime dans le domaine associatif depuis l’âge de 16 ans. J’en ai aujourd’hui 52 et je sais que lorsque l’on ne fixe pas en arrivant sa date de départ, on ne permet pas à ceux qui travaille avec vous, de ce préparer à celui-ci et pire, peu à peu, au fil du temps, on en vient à défendre son poste en lieu et place de son projet. Ce projet, était très simple, essayez dans la mesure de mes possibilités, de donner à notre association de magiciens, amateurs et professionnels confondus, une dimension réelle de fédération nationale, digne de cette appellation. Tout mon travail a été tourné vers cet objectif. Lors de mon arrivée, notre fédération était partagée entre deux groupes de personnes très opposées, ces dissensions étaient exacerbées encore plus par les conditions de l’élection et les campagnes qui en découlaient. Je n’ai pas honte de dire, que je suis arrivé, sur le porte-bagages de l’ancien président. Il m’a fallu plus d’un an, pour réussir à travailler avec des membres de l’une ou l’autre des factions. La plupart sont d’ailleurs encore en place aujourd’hui. Cette première année ne fut pas facile, mais comme je l’ai dit le jour de mon élection : « la confiance ne se demande pas, elle se mérite. » Les relations de la FFAP avec les instances internationales de la FISM étaient très mauvaises, héritées d’un problème de personnes entre Guy Lamelot ancien président et Éric Eswin président de la FISM. Avant mon arrivée, Monsieur Lamelot avait mené campagne pour être élu président de la FISM Europe, ce qui fut fait. Mais il a démissionné de son poste, avant même d’avoir organisé la première réunion. Si l’on peut comprendre, les motivations de mon prédécesseur, voulant ainsi protester contre les décisions du président international. Ce geste fut très désagréablement perçu par nos partenaires européens. J’ai pu m’en apercevoir, lors de mon premier déplacement officiel (réalisé à mes frais) lors du voyage d’études, un an avant le Championnat du monde de Pékin. Un entretien avec le président international m’a permis de prendre toute la dimension de la méfiance envers notre pays. Je suis fier aujourd’hui, du travail effectué par les équipes FFAP afin de renouer le dialogue est de permettre des échanges qui se sont montrés fructueux à la fois pour notre association et pour ses membres. Sur une idée de base de Jo Maldéra, constituant en l’accompagnement des candidats français au championnat du monde, à l’occasion d’un gala de répétition et d’une présence pendant celle-ci. J’ai eu l’idée, de constituer une équipe de France, non plus seulement ponctuelles quelques semaines avant l’événement, mais sur une période de trois ans d’une compétition à l’autre. Cet outil, mis à la disposition des membres, avait deux fonctions : apporter une aide et un cadre de travail aux candidats. Mais aussi devenir une vitrine, pour notre fédération auprès des fédérations étrangères. C’est ainsi qu’un accord de partenariat a été signé avec l’association des magiciens portugais (API), que des rencontres ont été initiées avec le club magique italien (CMI). D’autres bénéfices indirects sont le fait de cette création. Ainsi on vit un organisateur suédois dédier l’ensemble de sa convention à la France (magic week-end de Lund « Vive la France »). Ce travail trouva son apogée, lors du congrès européen de Blackpool est bien entendu pour la FISM monde. Le but du jeu n’a jamais été d’obtenir le maximum de prix. Cela aurait été bien présomptueux, mais de créer une dynamique, mettant la France au centre du jeu. Il serait difficile et de fort mauvaise foi aujourd’hui de prétendre que cet objectif n’a pas été rempli. Toujours lors de ma prise de fonction, je me suis aperçu que les relations entre les clubs régionaux et la fédération étaient parfois un peu distendues pour ne pas dire hostiles. J’ai donc entrepris de faire mon tour de France afin de rencontrer et de discuter avec les membres. Il me fut malheureusement impossible de visiter tous les clubs. Cependant, après les témoignages de soutien que j’ai reçu sois à mon départ, sois fort récemment, je suis réconforté dans l’idée que cela n'a pas été inutile. Parallèlement, j’ai passé de longs mois, à mettre en place une palette d’outils modernes et fonctionnels qui permettraient à notre fédération de se comporter comme une véritable institution nationale, ce qui malheureusement n’était pas le cas à ma prise de fonction. Mon prédécesseur m’avait laissé un outil en bon état,mais datant d'une ère pré-informatique, il me restait à en tirer toute la potentialité en lui donnant un souffle nouveau. Ainsi furent créés, les outils de gestion pour l’organisation d’un congrès d’envergure (ceux-ci furent testés avec succès, lors du congrès de Paris en 2010). Notre association, possédant une bibliothèque importante, il était indispensable de la faire connaître auprès de nos membres. J’ai donc pendant deux ans, pris le temps de créer un outil informatique et de référencer notre patrimoine. Cet outil, appelé bibliothèque FFAP devrait permettre à terme d’envisager le prêt de nos livres aux clubs et aux membres en toute sécurité. Au moment de mon départ, cet outil permettait à chacun, à partir de son ordinateur personnel de consulter la base de données patrimoniale et de préparer une consultation sur place. Il est à noter, que plusieurs personnes non membres de notre association (universitaires, auteur, écrivain…) Ont pu ainsi consulter les livres. Il est à noter aussi que bien peu de membres l’ont fait, sans doute par défaut d’information. Cet outil semble aujourd’hui avoir disparu. Ce n’était pourtant pas faute, de l’avoir transmis fonctionnels aux nouveaux responsables. Le but de ce communiqué, n’étant pas de vous rappeler tous ce que l’ancienne équipe a pu faire, j’en viendrai à présent à la situation actuelle. Il me semblait toutefois important de préciser certains points. À la fin du congrès européen en 2011, le président international me suggéra de réfléchir à un congrès européen organisé par la France. L’idée était séduisante et permettait de poursuivre le travail de rayonnement de notre fédération dans le monde. Avec la filiale congrès nouvellement créée, nous avons commencé à réfléchir à différents lieux de congrès. Divers devis et renseignements furent demandés. Nous avions eu une expérience malheureuse, bien que réussie sur le plan des congressistes et des résultats avec DISNEY. Le fonctionnement de cette société s’est montré totalement incompatible avec une association comme la nôtre. Ce n’est qu’à l’aide de toute notre énergie et d’un nombre considérable d’heures de discussion, d’affrontement de batailles que nous avons réussi à gérer cet événement. Je sais, aujourd’hui dans le cas qui nous occupe, on parle beaucoup de risques. Je n’ose imaginer ce que l’on aurait dit, si j’avais informé l’assemblée générale des risques pris pour cet événement. Je n’avais par chance pas à le faire ayant reçu mandat pour l’organisation. D’aucuns mon reproché de m’être conduit en « dictateur » pour cette organisation, je le concède, mais sachant ce que je savais, je n’avais pas le choix et si c’était à refaire, je le referais de la même façon. La fonction d’un gestionnaire compétent est de gérer et c’est ce que j’ai fait et je n’en éprouve aucun regret. Nous avons contacté aussi le « Futuroscope de Poitiers », mais il s’est avéré très vite que malgré la présence séduisante d’un ami magicien sur place « bertran Lotth », les conditions d’organisations auraient été pires que celle de DISNEY, cela nous fut d’ailleurs confirmé par un président de notre Fédération ayant eu à faire à titre professionnel à cette société. Le risque étant beaucoup trop important, la sagesse imposait de trouver une autre solution. Nous avons donc, contacté la plupart des centres de congrès, pouvant accueillir ce type d’événement, mais il nous fut très vite évident que les coûts de location étaient bien au-dessus de nos moyens et de ceux de nos congressistes. Car je le précise, nous parlons d’un congrès européen et non pas d’un congrès national déjà très difficile à organiser (le dernier congrès à Aix-en-Provence, nous ayant donné quelques sueurs froides.) Il convient de préciser aujourd’hui que le prix du « billet d’entrée » à un congrès en France, dans un lieu compatible, s’élève au minimum à 175 ou 185 €. C’était un problème, car nous savions que Les Magiciens de Blackpool avaient la possibilité de proposer une entrée à 90 €. Notre projet n’était donc pas concurrentiel. C’est alors que recherchant un lieu de congrès pour 2012 (aucun club français ne s’étant porté candidat), j’ai rencontré le club des Magiciens de Provence qui souhaitaient éventuellement profiter des festivités prévues en 2013 à Marseille pour proposer sa candidature. Au cours des discussions, l’idée d’un congrès à bord d’un bateau a été soulevée. Connaissant très bien, ce domaine ayant travaillé 20 ans dans le maritime touristique, tout d’abord en qualité d’artiste embarqué, puis en adjoint de direction de bord, l’idée parue séduisant à l’équipe de la filiale congrès. Plusieurs contacts sont pris, dont celui de Pierre-Yves Canton, un membre de notre Fédération, organisateur de croisières et donc totalement habilité à nous conseiller et à nous faire des propositions. Cette première proposition, nous mettait à disposition un bateau nu avec son équipage, que nous devions ensuite gérer en terme d’hôtellerie, de vente et d’organisation. Seul bémol important à mon sens, il fallait déposer un minimum de 600 000 ou 800 000 € de nantissement. C’est-à-dire une forte somme de garantie. Cela me paraissait un point noir du projet, mais obligation temporelle exige (la date de dépôt des candidatures FISM approchant) il fallait proposer ce plan à l’Assemblée générale. Ce fut une surprise pour moi (bien dissimulée toutefois), mais les membres décidèrent de voter en faveur de ce projet (1 abstention seulement). « Il faut savoir prendre des risques et aller de l’avant » fut même une des phrases prononcées par des membres à l’occasion du vote. Le projet était donc engagé, mais pour l’équipe d’organisation, ce plan était de très loin beaucoup trop risqué et malgré l’enthousiasme de l’Assemblée générale (on a même parlé d’une hypothèque sur les biens de la Fédération afin de couvrir le nantissement), il n’était pas sage de poursuivre dans cette voie. Nous primes donc d’autres contacts, pour finalement rencontrer la société TAJJ et la société Adora Voyages qui nous proposait un plan sans nantissement, car en fait, il s’agissait d’une simple extension de la durée d’utilisation du bateau et donc d’une simple privatisation d’une croisière existante. Les conditions n’étaient donc absolument pas les mêmes et l’affaire devenait possible. En effet, TAJJ était dépositaire du bateau sur toute la période et pouvait assurer l’organisation de bord. La société Adora Voyages elle, se chargeait de la commercialisation des cabines. Sur le plan budgétaire, nous disposions de la totalité du bateau sans frais de location, car le montant total de l’affrètement était réparti sur le prix de vente des cabines avec en plus la totalité des animations et prestations proposées à bord par TAJJ comme sur l’ensemble de ses croisières. Comme je l’avais précédemment fait pour le congrès à Disney, je me suis donc attelé à l’établissement du budget prévisionnel, qui serait présenté à l’Assemblé Générale FFAP et aux autorités. Tenant compte du plus grand nombre d’aléas possibles et prévisibles. • - Obligation d’offrir un certain nombre de cabines • - Coût élevé des artistes (qualité FISM Europe exige) • - Double collège de jurys forcément invités • - Coût variable des carburants (obligation de prévoir une augmentation de 30 € du prix de la cabine au moment du départ) • - Coût des intérêts bancaires pour l’obligation de faire la jointure entre les paiements d’acomptes et les encaissements d’inscriptions. • - Assurances diverses couvrant les risques. • - Frais de communications plus élevées, car FISM Europe oblige… Je vous passe les autres points, tous chiffrés et inclus dans le budget final. J’arrivais au bout du compte à un prix de congrès de 130 € (40 € au-dessus de la proposition Blackpool, mais qui garantissait un excédent minimum garanti pour la FFAP de près de 10 000 € de quoi financer les futures actions de notre fédération) Le budget était équilibré, viable et nous pouvions le présenter à la FISM Europe. Pour en être totalement convaincu, le bureau et la présidence ayant changé dans l’intervalle. Une nouvelle décision de l’Assemblé Générale fut demandée, celle-ci remporta aussi l’adhésion bien que cette fois-ci 2 voix s’y opposèrent. Mais la majorité était importante et incontestable. Serge ODIN put donc en ma compagnie présenter le projet au vote des délégués. Le projet fut accepté à une très large majorité. Il nous fallait donc commercialiser les cabines, cette condition étant la seule permettant de mettre le projet à flot. Je le rappelle plus nous avions d’inscriptions précoces, moins nous aurions à avancer d’argent en couverture des acomptes. C’est à cette minute que commença une campagne incroyable de sabordage de ce projet. Profitant de la timidité frileuse du président en exercice, celui-ci ne s’étant pas caché de montrer son inquiétude – et il en avait le droit – face aux responsabilités qu’exigeait un tel projet (j’ai connu cela aussi avec Disney), on commença à diffuser de fausses informations ou plutôt des informations tronquées ou déformées. On fit pression sur le trésorier de la Fédération qui par manque de compétence, s’affola très vite et déclara qu’il était hors de question qu’il prenne contact avec la Banque de la FFAP pour négocier quoi que ce soit (sic). Bref, très vite les opposants peut nombreux pourtant firent feu de tout bois pour pousser à l’annulation que l’on connaît aujourd’hui. Et il suffit de regarder le travail de commercialisation effectué, ou plutôt l’absence de travail effectué pour en comprendre les effets. C’est dommage, mais c’est à l’image de l’histoire de notre association au fil des années. Ils se trouvent toujours des individus qui pour des raisons variables et pas toujours cohérentes poussent notre institution à l’immobilisme, ce sont d’ailleurs toujours les mêmes, ceux que pendant que j’étais en exercice j’appelais les « Messieurs NON », car quoique nous proposions leurs réponses étaient toujours et invariablement « NON ». Je crois qu’un de mes prédécesseurs à la FISM a eu à en subir les mêmes avanies. Je n’ai jamais compris, jusqu’à ce jour pourquoi Maurice Pierre Secrétaire Général de la FISM avait pu voter contre la France dans les années 2000. Ce levant à la tribune pour dire aux délégués « Je vous demande de ne pas voter pour le projet Français ». Je pense aujourd’hui, que cet homme qui avait énormément fait pour notre fédération, a subi les pires avanies et que sa réaction, si elle n’était pas « très classe » répondait à la certitude, qu’il ne fallait rien confier à notre association, car elle comportait en son sein, trop d’éléments dangereux. Aujourd’hui, on se réveille un peu avec la gueule de bois. Après l’euphorie des grandes décisions, il reste l’amertume et pour certains j’en suis certain l’impression désagréable de la mauvaise conscience. Comme l’a dit un des participants de l’AGE « si Peter n’avait pas eu l’idée de quitter la présidence, on ne se poserait même pas la question aujourd’hui». C’est me faire beaucoup d’honneur, mais une chose est vraie, ce projet était totalement et définitivement viable et beaucoup m’appelle pour m’en confirmer leur certitude. Il demandait certes, beaucoup de travail, une énergie à revendre et surtout un capitaine à la barre du navire. "On ne fait pas de grandes choses, avec de petites gens" - "Le risque fait partie de la réussite" - "Il est plus facile de ne rien faire, que de risquer de réussir". La FFAP, comme à de multiples reprises dans son histoire a fait confiance à ceux qui ne font rien. C’est un parti pris, nous nous devons de le respecter ou de nous en écarter. C’est ce que j’ai choisi de faire, après 32 ans de passion et de croyance en cette institution j’ai décidé de jeter l’éponge. Je remercie et je m’excuse auprès de ceux qui n’ont jamais épargné leur temps, leur énergie et parfois leur argent, membres ou non membres de la FFAP, pour que nous puissions « rayonner » et représenter une magie française de qualité et de talent. Si on regarde l’histoire de notre fédération, aucun président sortant n’a pu rester à la fin de son mandat afin d’accompagner et d’aider la nouvelle équipe. Tous ont choisi de se retirer plus ou moins définitivement. Je pensais sincèrement qu’il était possible d’envisager les choses autrement, mais c’était de la pure naïveté. Je souhaite à la FFAP un bon parcours pour le futur et je souhaite surtout à ses membres de conserver l’espoir et la volonté de faire évoluer les choses. La vie humaine à cela de génial : elle n’est pas éternelle et on peut garder l’espoir que peu à peu les scories du passée seront remplacées par les étincelles de vie du futur. En attendant, continuez et soyez rassuré, votre fédération sera toujours là pour ne rien faire et quelque part, c’est rassurant, car elle ne risque pas de faire d’erreur Peter Din
  12. La navette à son arrêt à Aix, à deux pas (200 m) du Gtp et à côté du Pasino. Tarif moins de 4 euros - le taxi coûte 35 € environ. En prenant la navette à la gare, bien vérifier la direction Aix et pas aéroport.
  13. On peut calculer la valeur d’un homme d’après le nombre de ses ennemis et l’importance d’une oeuvre d’après le mal que l’on en dit. Gustave Flaubert Je n'ai aucun différent avec qui que ce soit Mr Totore59 d'autant que je ne vous connais ni vous, ni ce Mr October bien réfugié dans son anonymat très courageux. Mais je vous reconnais le fait que ces discussions n'ont rien à faire ici. Elles cesseront donc, tout du moins en ce qui me concerne, d'autant que pour avoir un différent il faut avoir quelqu'un en fece de soi. Un anonyme n'est pas une personne, mais l'ombre d'une lâcheté.
  14. Pour éviter de sacrifier de la salive inutilement. Je ne suis en aucun cas mandaté par la France pour la représenter à la FISM en qualité de Vice-Président. Serge Odin est sauf erreur de ma part le représentant de la France à la FISM depuis son élection, comme je l'ai été moi-même pendant 5 ans. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas abordé ce point lors de l'AG. Cette candidature est faite à titre personnel, comme d'ailleurs celle de pas mal des 8 autres candidats, dont par exemple celle de Axel Adlercreutz magicien professionnel Suédois membre du Swedish Magic Circle ou Craig Mitchell webmaster de la FISM ou Max Maven magicien professionnel, tous appartiennent comme moi à une société adhérente à la FISM, mais se présente à titre individuel. Pour info, je vous rappelle que Maurice Pierre fut secrétaire général de la FISM (à l'époque l'équivalent du président actuel) et n'était pas loin de là, représentant de la France. En voyant d'ailleurs les allusions ou sous entendus de certains commentaires, je comprends mieux pourquoi, il avait jugé à son époque utile de voter contre la candidature de la France, pour l'organisation de la FISM Monde. S'il a eu affaire à autant de bons amis que moi, ceci explique sans doute cela. La perfidie et la méchanceté gratuite, font sans doute aussi partie intégrante de l'exception culturelle française. Mais en ce qui me concerne, loin de moi cette pensée, cette candidature qui date déjà un peu, était et est toujours dans le but de proposer quelques idées. Elle est dans la suite logique de ce que j'ai fait jusqu'à présent. Pour rassurer tout à fait, ceux qui en ferait une jaunisse de me voir accéder à cette fonction. Je leur dirais, rassurez-vous, il y a des candidats très compétents et certainement mieux en cour que moi pour cette élection. Et comme le disait Guillaume d'Orange : "Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer." Mon seul désir et plaisir pour l'instant est de voir les Français aux plus belles places à Blackpool, pas par chauvinisme, ni dans l'espoir d'en tirer un quelconque bénéficie, mais pour qu'ils puissent montrer leur art et leur talent au plus grand nombre. Ils ont travaillé dur et c'est leur numéro, leur vie d'artiste, leur passion qu'ils offriront et si les étoiles se mettent à briller pour eux, c'est à eux seuls qu'en reviendra le mérite. Je sais que la mentalité française n'est pas prolixe de félicitations ou d'encouragement, il suffit de lire les CR du Grand Cabaret ou les "piques" amicales ou non diffusées ici même, pour comprendre très vite que le sport national n'est pas la solidarité envers les confrères, mais le plaisir de critiquer. Alors, ne partageant pas cet état d'esprit et n'ayant aucun problème à me réjouir sincèrement du succès d'un autre. Je suis heureux désormais de ne plus représenter personne ou plutôt si, deux choses la magie et ceux qui la serve avec passion.
×
×
  • Créer...