Aller au contenu
Pas de pub non magique pour les membres du Cercle VM. Clique ici pour en savoir plus !

Tableau d'honneur

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 11/18/20 partout

  1. «principes novateurs» «dans des versions inédites» « principe fascinant qu’il a lui-même développé » Rien que ça. Vous vous attaquez quand même à des effets dont une MULTITUDE de versions sont déjà publiées et peaufinées donc respect et bravo par avance si les côtés novateur et inédit sont respectés. Bonne pré-vente du coup et au plaisir d'être agréablement surpris !
    4 points
  2. Avec le réchauffement climatique, l'arrivée de ce nouvel iceberg aurait pu jeter un froid. Force est de constater que tout le monde fait bloc : ça ne laisse personne de glace.
    3 points
  3. Je pars confiant, je pensais tout connaitre du principe de Hummer et j'ai été agréablement surpris par Green Neck. Beaucoup d'attentes donc on va vite découvrir et voir si la promesse marketing est tenue.
    3 points
  4. Ah bah que veux-tu, on récolte ... sème, toussa toussa Surtout quand c'est en mode : "Je m'inscris sur un groupe FB, je viens faire de la pub pour ce "super-projet-de-la-mort", j'vois que les magiciens sont pas dupes, je delete mon message et je me barre." 2h de temps de vie sur ledit groupe, et encore moins pour sa publication ... ah là là, ils sont beaux, les "artistes magiciens passionnés de leur art", et après, je nous entends dire sur ledit groupe "Oh, vous êtes des méchants pas beaux, à pas vous entraider". Là, j'ai tellement rigolé que mon chat a sursauté.
    3 points
  5. J'ai juste l'impression de voir un projet de fin d'étude d'un groupe d'étudiant en école de commerce qui ne sait pas dans quoi se lancer... Les grosses ficelles, marketing lourd, un peu de packaging, un logo styyylé, "un concept"... Bref. On verra... Peut-être que dans un VM live en 2054, un futur grand magicien racontera son parcours "moi j'ai commencé la magie avec les boites stunbox vers 11 ans"... Qui sait?! édit ah oui... après une recherche rapide sur la Box Empire LLC sur Google, on retrouve Yoann et Gabriel qui proposent leurs formations pour du e-commerce. Le fric c'est chic!
    2 points
  6. Précommandé ! (et en prévision, je viens de jeter tous mes gimmicks...)
    2 points
  7. - Vanishing Inc. Comme mentionné, déjà des promos. De très nombreux effets en téléchargements à moitié prix. Sur la page d'accueil du site, cliquez en haut sur le bandeau noir "Big Friday sale now live". - Ellusionist. Après la pirouette marketing de Brad Christian, ou on peut le voir en vidéo détruire un MacBook à coup d'arme automatique, je pense qu'il devrait nous pondre un truc. - L&L Publishing. Jusqu'à l'année dernière, on pouvait trouver beaucoup de téléchargements (pdf et videos) à prix cassés sur leur eStore. Mais L&L Publishing a été racheté par Murphy's Magic. Donc à voir sur leur site. Pour le reste, comme la date officiel du Black Friday est le 27 novembre, je pense qu'on devrait voir l'ensemble des shops faire leur promos à partir de la semaine prochaine.
    1 point
  8. L'hypothèse des cinq minutes de Russell me fait penser à l'expérience de pensée du paradoxe du clone parfait dont nous avons parlé récemment
    1 point
  9. Ok top, tiens moi au courant
    1 point
  10. Peut-être. Je vais demander à mon plombier si ça t'intéresse vraiment ?
    1 point
  11. Cette Stunbox qui sort juste avant Noel est tout simplement une belle arnaque en "one shot". Rien que la société à l'étranger, le fait de venter des tours révolutionnaires (sans les citer), le but étant de duper les non magiciens et de faire du fric en vendant des produits chinois et toutes les contrefaçons sans que ça se voit ! (Et oui, elles sont caché dans la box !). Le fait de cibler les "viewers" et adeptes de Julius Dein est très malin ! Car ces personnes ne connaissent rien de la magie et des créateurs et encore moins le fait que tel ou tel produit qu'ils recevront sont des faux ! Le pire dans tout ça c'est que ce Oliver Pont est magicien et a déjà sorti des tours par le passé chez lepetitmagicien et également chez Murphys Magic ! Je pense que ça risque de faire couler de l'encre dans les prochains jours cette histoire... Wait & See...
    1 point
  12. Je crois que Maurice Merleau-Ponty a répondu par avance à Etienne Klein et à son "paradoxe de l’ancestralité" dans un ouvrage paru en 1945 et intitulé Phénoménologie de la perception. (Quand on sait que Etienne Klein est né en 1958 c’est déjà un très beau paradoxe temporel ) :
    1 point
  13. Bonjour Patrick et bienvenue dans la grande famille VM, merci de partager avec la communauté des magiciens ton expérience et tes conseils avisés.... Au plaisir de se voir sur le cercle VM.
    1 point
  14. Va falloir rebaptiser @Isidore BUC
    1 point
  15. c'est le principe des boxs : en général c'est des échantillons ou des fins de stock, des invendus, pour avoir les meilleurs prix, et faire suffisamment de marge. Autant dans d'autres domaines, pourquoi pas, autant dans le domaine magique, j'ai de gros doutes, ça interessera les newbies. En présentant cette box sur un groupe magique sur FB, a force de se faire démonter, le message à disparu. En substance, la box est éditée par des français vivant en France avec une societé au Nouveau Mexique pour essayer d'échapper à toutes taxes ( les propriétaires ne sont pas magiciens ), et ils ont aussi une box dans les bijoux, et d'autres je crois, on est plus sur une histoire de pognon que de passion, à mon avis... Je pense que l'on va retrouver qques chinoiseries bas de gamme du poto Ali Express ou OID. On t'appâte avec une grosse valeur du contenu de la box pour 1/2 ou 1/3 du prix, et tu retrouve avec des trucs ... Enfin, tu vois quoi... Nous on est habitués aux créateurs de tours cramoisis pas les débutants. De toute façon, les magicos ne sont pas la cible, mais plutot ceux qui veulent se lancer, qui s'y interessent, qui savent pas par où démarrer.
    1 point
  16. On peut dire complémentaire. En gros si tu regardes la variante page 97 de Green Neck c'est sur le principe + cette subtilité de m******* que Yves et Pierre ont développé leur livret de façon indépendante. Personnellement j'avais beaucoup aimé l'avant dernier et surtout le dernier effet qui sortent des sentiers sur ce principe. A toi de vois si les présentations te plaisent au point de justifier l'achat et que tu considères que green neck ne te suffit pas pour les reproduire : https://www.virtualmagie.com/articles/tests/lectures/inv3rsion-pierre-boc-yves-meret/ Il y a aussi 4 switch de Pierre Acourt qui pour le coup vaut vraiment l'achat et se suffit à lui-même.
    1 point
  17. il faut penser RE-CY-CLA-GE. Donc, envoies les moi
    1 point
  18. J'aime beaucoup la photo de couverture, c'est d'actualité. Un pavé de 340 pages c'est généreux ! Merci Gabriel!
    1 point
  19. Merci Georges, je ne comprenais pas pourquoi Thomas insistait pour que l'on se présente... en fait, cela permet d'avoir un bon accueil ; c'est très sympathique !
    1 point
  20. Plutôt qu'une boite de magie la trilogie de Jacques Delord (livres et DVD) avec des cordes etc... pour pouvoir travailler c'est dur à trouver, plus facile les 3 livres en occasion (mais pas de DVD)
    1 point
  21. Bonjour à tous, J’ai découvert Cervier à la lecture de l’excellente revue imaginarium de Julien Losa. C’est donc sans aucune hésitation que j’ai acheté son premier livre « contes et bon amis ». Dans les quelques lignes qui vont suivre, je vais être obligé d’utiliser à plusieurs reprise l’expression : « Cette routine, justifie à elle seule, l’achat du livre »… Cet ouvrage est constitué d’une douzaine de routines et de quelques réflexions théoriques. Les passages théoriques montrent que Cervier connaît son sujet et qu’il a une solide expérience du terrain. J’adore ses remarques autour des probabilités. Ce passage s’achève sur une routine qui à elle seule justifie l’achat du livre ! Il y a aussi un chair test (super simple et efficace) très finement pensé qui vous donnera envie de l’essayer rapidement. Dans le numéro 2 d’imaginarium, figure une routine intitulée « zéphyr », vous découvrirez ici « zéphyr 2 » qui repense le « dans quelle main » de manière directe avec une divination très forte. Un tour parfait en cocktail ! (Il justifie, à lui seul, l’achat de ce livre). Il y a aussi une superbe idée autour d’un principe mathématique revisité pour l’occasion : avec un seul chiffre, on déduit 5 informations. Enfin la routine « new par paires » est absolument g-é-n-i-a-l-e. Elle vous permet de réaliser un véritable miracle sur scène (cette routine justifie, à elle seule, l’achat de ce livre) ; trois fois rien en bricolage et une réaction énorme à l’arrivée. Je vous laisse découvrir toutes les autres pépites. Si vous cherchez un très bon livre de mentalisme truffé de très bonnes routines réalisables sur scène, en salon ou en close up, ponctué de réflexions pertinentes le tout rédigé par un mentaliste expérimenté : « contes et bon amis » de Cervier est pour vous ! Bonne lecture ! A+, Yves.
    1 point
  22. Je ne connaissais pas ce sujet (comment vont vos appareils ménagés ?), je suis tombé récemment sur un passage de Mario Lopez
    1 point
  23. Houlà ! Si tu commences à me mettre la pression, alors… Bien, une analyse rapide, alors : Tu as choisi de ne pas nous raconter tes histoires en face, mais en prenant le rôle de voix off, sur un montage vidéo joué. Ce n’est pas vraiment du conte. Donc, je ne sais pas si je suis compétent pour en parler au-delà de mon avis de spectateur… L’idée du conte, c’est effectivement de raconter une histoire, mais sans support monté et visuel élaboré, en utilisant au pire des objets et de l'incarnation de personnage (pas comme dans le théâtre, l'incarnation de personnage par le conteur répond à des règles différentes…), mais avec la présence physique (et pas que sonore) du conteur. En utilisant des vidéos illustratives, tu enlèves une partie importante du conte, c’est-à-dire l’imagination visuelle du spectateur. Le conteur, en quelques mots, va créer des images dans l’esprit du spectateur. Et c’est une grosse différence par rapport à la vidéo ou au théâtre, qui présentent du visuel déjà tout fait. En conte, la création d’images par le spectateur, guidé bien sur par le conteur, est très importante : C’est ce qui fait que le conte fonctionne, qu’il est attachant, tout simplement parce que celui qui l’entend va y mettre son propre imaginaire. Ceci étant posé, voyons quelques petites choses sur ta vidéo Ta voix : Tu as une voix très agréable, en tout cas en vidéo. C’est un atout ! Les temps de conjugaisons : Les histoires sont au passé la plupart du temps. Certes, elles ont eu lieu dans le passé, mais un récit gagne, dés qu’il y a de l’action, à être au présent. Avec le présent, le spectateur est beaucoup plus impliqué dans l’action, il vis l’aventure en même temps que le héros. Avec le passé, l’action a déjà eut lieu, on écoute donc un truc déjà fini : on ne peut pas s’y impliquer autant. Dans la seconde histoire, tu as quelques passages au présent, mais très ponctuellement (je décide de changer la poubelle de place…) La personne de conjugaison : Tu as mis tes histoires dans le cadre de ta vie personnelle, c’est très bien. J’utilise moi aussi plein d’histoires dites à la première personne. Le récit à la troisième personne est très valable aussi, mais avec la première personne, on donne plus de réalité à ce qui s’est passé, puisqu’on y était, nous. C’est donc un témoignage direct, bien approprié pour le but de ta vidéo. Les silences : Tu mets des silences dans tes histoires, mais ils seraient beaucoup trop courts s’il s’agissait d’un spectacle vivant. Si ton plus long silence fait une seconde, c’est à tout casser. Un silence peut être beaucoup, beaucoup plus long, surtout s’il est habité. Mais bon, nous ne sommes pas en spectacle vivant, tu fais une vidéo sur YouTube, tu as d’autres contraintes à respecter, j’imagine… C’est bien dommage. La vitesse : Ta vitesse est relativement constante, même pendant les moments « dramatiques ». Mais pour moi, trop rapide. Et trop constante. Pour la rapidité, j’imagine que tu as la contrainte de t’adapter au public YouTube, ou tout se passe toujours à toute vitesse, ce qui formatte l’audience. En vrai, on peut aller moins vite. Par contre, même sur une vidéo, rien n’empêche de faire des variations de vitesse, pour rendre l’ambiance. Un phénomène inquiétant devrait faire ralentir ton débit, parfois jusqu’à la pause. Une émotion va accélérer le débit, au contraire. Ton débit me semble trop constant, donc moins expressif qu’il ne pourrait l’être. Le ton : La aussi, tu ne joue rien, et le ton est constant, même dans les moments « angoissants ». On a en général peur de surjouer. Mais du coup, on « sous-joue », ce qui n’est pas mieux. Dans ce genre d’histoire, tu peux je pense te permettre de laisser passer un peu (beaucoup !) plus d’émotion à certain moment, afin de na pas avoir le syndrome du présentateur télé, qui donne sur le même ton les résultats du foot et une catastrophe de 10000 morts… non, j’exagère, il mettra sans doute plus d’émotion pour le foot… Le vocabulaire : Dans l’ensemble, je le trouve assez naturel, mais il y a quand même des moments ou ça sent le « texte écris » : « Elle me rétorque » « je le lui ait dit » « un quelconque liquide » Etc., je ne vais pas tout relever… Ces formulations sont parfaitement françaises et à leur place à l’écris. Mais à l’oral, utilises-tu souvent le verbe « rétorquer » ? Dis-tu « je le lui ait dit », ou « je lui ait dit » ? Inverses tu souvent nom et complément dans une phrase simple ? On a là trois exemples des pièges du texte écris : Le vocabulaire peu courant à l’oral. Le français « trop parfait », alors que l’oralité est souvent plus souple avec la syntaxe, la conjugaison et la prononciation. Les tournures de phrases décoratives, que l’on utilise peu dans la vraie vie. Ce n’est pas limitatif. Ce que je te propose : Pour chaque phrase que tu va dire, demande-toi si tu parlerais de cette façon-là à ton garagiste, en lui décrivant la panne de ta voiture. Le conte, c’est l’oralité. Cela ne suit pas les mêmes règles que l’écris. C’est pourquoi je conseille toujours de travailler un texte qui doit être dit à l’oral, à l’oral d’abord, avant de le fixer sur le papier. On évite ainsi le travail de repasser ensuite ce qui est bien à l’écris en ce qui sonne bien à l’oral. Quand on note le texte oral, on le note comme on le dit, sans chercher à le remettre en bon français écris : c’est juste un aide-mémoire du texte oral, pas un livre qu’on va publier. Certains conteurs, qui ont une bonne mémoire, ne passent jamais leur texte sur le papier… Les structures des histoires : Tu cherche à faire des histoires fantastiques, donc je trouve que tu ne t’en tire pas mal : Comme je le disais cet aprem sur une autre discussion, on gagne à ne pas donner d’explication, dans une histoire fantastique. On décrit ce qui s’est passé, et c’est au spectateur de se créer une explication, ce qui est bien plus intéressant. Un peu comme au cinéma dans un film d’horreur : on peut avoir une scène extrêmement plus prenante et inquiétante si on ne montre pas ce qui se passe, mais si on le suggère, l’imagination du spectateur venant combler ce qu’il ne vois pas par des choses bien plus terrible que ce que l’on aurait montré… Tu as tout bon, sur ce point. Maintenant, tu n’as pas vraiment une structure de conte, puisqu’il n’y a pas beaucoup d’étapes, sauf peut-être pour la poubelle, ou tu as essayé d’étoffer. Tu as à chaque fois une situation initiale bien exposée, un élément déclencheur assez bien défini, une étape, et directement une situation finale. Dans les contes, il y a la plupart du temps plusieurs étapes après l’événement déclencheur (typiquement, 3, pour les contes occidentaux) Mais tu es sur un format court, ce qui bloque certainement une partie des possibilités de développement… Tes histoires pourraient être enrichies, elles prendraient certainement de l’intérêt. Redondance image/texte : Un conteur doit éviter les redondances gestes/texte, sauf dans certains cas ou on veut vraiment insister sur la chose. Et encore, dans ce cas-là, on gagne à faire le geste en silence, puis le texte. Dans tous les autres cas, on essaie d’avoir une valeur ajoutée du texte au geste, ou l’inverse. Dans la scène avec le miroir, par exemple, ton texte dit : "Je me retourne". Et que fait tu dans ta vidéo, au même moment ? ben, tu te retournes. Pas de valeur ajoutée. Les deux n’augmentent pas leurs valeurs mutuelles, mais l’un va gommer la valeur de l’autre. Donc, cela affaiblis le sens, au final. C’est aussi, j’imagine, parce que tu ne fait pas confiance à l’image, et que tu parle donc tout le temps. Le silence laisse de la place à l’image, et renforce le texte, au final. Bon, on ne va pas refaire toute la mise en scène, mais je te propose les trois points suivants comme direction de travail : -travailler ton texte oralement dés le départ, avant de l'écrire. -Plus de variété dans le ton, le volume, la vitesse, l’émotion, l’énergie. -Travailler les silences. Déjà, avec ces points, tu vas avoir énormément de travail, alors que tu en a déjà fournis beaucoup, j’en suis conscient. Mais bon, c’est toi qui cherches… Mais ça devrait avoir un effet sur la façon dont le public percevra ta façon de raconter Essaie… Gilbus
    1 point
  24. Je ne connais pas la version 1 mais je possède la dernière version. De ce que j'ai compris, la version 2 permet de décider à distance quand la chaleur doit ce faire sentir par le spectateur et c'est d'ailleurs plutôt réactif. J'ai fait le tour plusieurs fois ( famille, amis et même au travail ) Franchement ça bluff tout le monde et ça fonctionne super bien !
    1 point
  25. Bonjour Eric, Je trouve les tours sympas de la game DJECO ; différents effets et un joli matèriel. Dans cette gamme, il y a des boites regroupants plusieurs tours ; l'age va de 8 à 14 ans. Aussi des liens sur leur site pour voir les demos. A voir
    1 point
This leaderboard is set to Paris/GMT+01:00
×
×
  • Créer...